Érinna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Érinna
Naissance VIe ou IVe siècle av. J.-C.
Grèce
Activité principale
poétesse
Auteur
Langue d’écriture grec ancien
Genres
poésie

Œuvres principales

  • La Quenouille

Érinna (en grec ancien Ἤριννα) est une poétesse de la Grèce antique. On a longtemps cru qu'elle avait vécu autour de 600 av. J.-C., et qu'elle avait été une contemporaine et une amie de Sappho, sur la foi de la Souda et d'Eustathe de Thessalonique[1]. Néanmoins, les spécialistes s'accordent à dire qu'elle date du IVe siècle av. J.-C.[2],[3] Selon Eusèbe de Césarée[4], elle est « bien connue » en 352 avant notre ère. Elle est native de Rhodes ou de l'île toute proche de Tilos, ou peut-être de Tinos. Elle meurt à l'âge de dix-neuf ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il ne nous reste qu'une cinquantaine de vers d'elle. Son poème le plus connu est Le Fuseau ou La Quenouille ; en grec ancien : Ἠλακάτη / Êlakátê), écrit en éolien et dorien, qui consistait en 300 hexamètres dont seuls trois fragments cités par Athénée[5] et Stobée[6] et une vingtaine de vers provenant d'un papyrus (PSI 1090[7]), mis au jour et publié en 1928, nous sont parvenus[8],[9]. Ces vers contiennent une lamentation sur la mort de Baucis, une amie d'enfance d'Érinna[10], morte peu avant son mariage. Par ailleurs, l'Anthologie palatine conserve trois épigrammes attribués à Érinna aux Livres VI et VII[10] les deux derniers épitaphes de Baucis.

Camillo Neri, dans un travail publié en langue italienne, se basant sur les fragments conservés et les témoignages à son sujet, reconstruit le nom de la poétesse en « Hérinna » (grec ancien : Ἥριννα)[11]. Elle est également parfois appelée « Érina ».

Postérité[modifier | modifier le code]

Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene
Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene (1864), par Simeon Solomon.

Christodoros de Coptos au Ve siècle a fait de Érinna une contemporaine et amie de Sappho (Anthologie Palatine, II, 108)[10]. C'est cette assertion, vraie ou fausse, que retient la postérité. On notera l'une des Harangues héroïques du Recueil des femmes illustres de Madeleine de Scudéry, censée être adressée par Sappho à Érinna, une aquarelle[12] de Simeon Solomon, un poème de Théodore de Banville[13], de Renée Vivien ou encore deux poèmes de Rainer Maria Rilke.

On peut retenir avec Camillo Neri que sa physionomie a évolué à travers les siècles au gré d'attributions douteuses et fantaisistes[14].

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Comm. ad Hom. Iliad. B 711-726
  2. Collart 1944, p. 193.
  3. Neri 1996[Où ?].
  4. Eusèbe de Césarée, Chronique, [(en) lire en ligne].
  5. Athénée, Deipnosophistes [détail des éditions] [lire en ligne] (Livre VII, 283)
  6. Florilège, CXV, 13 et CXVIII, 4
  7. Papiri della Società Italiana conservés à la bibliothèque Laurentienne de Florence.
  8. Collart 1944, p. 184-185.
  9. Battistini 1998, p. 163.
  10. a, b et c Battistini 1998, p. 164.
  11. Commentaire de Luis Guichard sur Camillo Neri, « Erinna. Testimonianze e Frammenti. Eikasmos, Studi, 9 » dans Bryn Mawr Classical Review, 24 juillet 2004, [(en) lire en ligne].
  12. Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene, 1864, conservée à la Tate Britain.
  13. « Érinna », Les Exilés, 1867, sur Wikisource.
  14. Neri 2003[Où ?] : « tra attribuzione dubbie o fantasiose e recuperi fortunati o apparenti, si modificavano la fisionomia e la collocazione storico-letteraria di un'autrice le cui coordinate biografiche dovevano essere nebulose già sullo scorcio del IV sec. a.c. »
  15. Musée de Brooklyn - Centre Elizabeth A. Sackler - Érinna
  16. Judy Chicago, The Dinner Party : From Creation to Preservation, Londres, Merrel 2007. ISBN 1-85894-370-1.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • Paul Collart, « La poétesse Erinna », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 88, no 2,‎ (lire en ligne).
  • Francesco De Martino, Rose di Pieria, Bari, Levante Editori 1991.
  • Francesco De Martino, Poetesse Greche, Bari, Levante Editori, 2006.
  • (it) Camillo Neri, Studi sulle testimonianze di Erinna, Bologne, Pàtron Editore, .
  • (it) Camillo Neri, Erinna. Testimonianze e Frammenti, Bologne, Pàtron Editore, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Une page de la Siefar est consacrée à sa réception durant l'Ancien Régime [lire en ligne]
  • Martijn Cuypers, de l'université de Leyde, a recensé les ouvrages qui la concernent : [lire en ligne]