Éric Savin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savin (homonymie).
Éric Savin
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (53 ans)[1]
Dijon, Côte-d'Or, France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Acteur

Éric Savin, né à Dijon le , est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éric Savin est issu d'une famille de rugbymen, ce qui le destinait plutôt à une carrière sportive. Mais une forte conviction le conduit à Paris pour tenter une carrière de comédien. Il est agent hospitalier à l'hôpital Bichat, à Paris, de 1985 a 1988, puis réussit le concours de la classe libre du Cours Florent. C'est lors d'une audition qu'il rencontre Xavier Durringer avec qui il collabore encore aujourd'hui.

Il fait ses débuts sur scène en 1989 dans Lorenzaccio de Musset monté par Francis Huster. Au cinéma c'est Bertrand Tavernier qui lui confie en 1992 son premier rôle : l'inspecteur Lefort dans L627. Il alterne régulièrement le théâtre, la télévision et le cinéma. Ses premiers succès arrivent avec les spectacles de Durringer comme La Petite Entaille en 1991, ou encore Surfeur en 1997, présenté au festival d'Avignon.

En 1993, il campe le frère rocambolesque de Karin Viard, dans le premier long métrage de Durringer la Nage indienne. On le remarque dans plusieurs seconds rôles comme notamment dans Emmène-moi de Michel Spinosa qu'il retrouvera plus tard pour Anna M, distingué au festival de Berlin, puis Capitaine Conan encore avec Tavernier, suivi de J'ai horreur de l'amour de Laurence Ferreira Barbosa puis, Une minute de silence, le premier film de Florent-Emilio Siri. Il retrouve Durringer avec J'irai au paradis car l'enfer est ici en 1997, film référence sur le milieu du banditisme où il est bouleversant.

Il obtient une nomination aux Sept d'Or pour son interprétation d'un père divorcé qui enlève sa fille dans Vacances volées. Il accompagne aussi de nombreux cinéastes du court au long-métrage, comme Laurent Firode (Les Astres en 1998 ; Le Battement d'ailes du papillon en 2000), Pierre-Erwan Guillaume (Bonne résistance à la douleur en 1999 ; L'Ennemi naturel en 2004), Lyèce Boukhitine pour lequel il reprend le personnage du court métrage La vieille barrière, prix du jury au festival de Clermont-Ferrand en 98 dans La Maîtresse en maillot de bain. Enfin il joue dans le fameux Squash de Lionel Bailliu, multi-primé dans plusieurs festivals à travers le monde - dont une nomination aux Oscars en 2004 - et pour lequel il décroche le prix d'interprétation à Clermont-Ferrand. Tout naturellement, Éric Savin endosse le rôle principal du patron dominateur compulsif dans l'adaptation en long-métrage intitulée Fair Play où il partage l'affiche avec Marion Cotillard et Benoît Magimel.

Souvent qualifié d'acteur caméléon Éric Savin traverse de nombreux univers comme ceux de Sébastien Lifshitz (Les Terres froides, Presque rien), ou de Lætitia Colombani (À la folie pas du tout)... Il retrouve en 2002 Xavier Durringer pour Les Oreilles sur le dos, téléfilm pour Arte, adapté d'une nouvelle de Georges Arnaud (Le Salaire de la peur), une course poursuite à travers l'Amazonie. Au théâtre, il interprète Franck Meyer en duo avec Zabou Breitman dans Hilda, mis en scène par Frédéric Belier-Garcia, à l'Atelier. Plus récemment au cinéma il a joué aux côtés du couple Cassel/Bellucci dans Agents secrets de Frédéric Schoendorffer.

En 2006 il retrouve son complice de toujours Xavier Durringer pour Lady Bar, voyage initiatique en Thaïlande, histoire d'amour drôle et émouvante dans la complexité des sentiments. Le succès de ce film, décide Arte à la mise en chantier du deuxième opus, diffusé prochainement.

En 2008, avec plus de 80 rôles à son actif, il tourne la série Scalp pour Canal +, une plongée au cœur du CAC 40, où il incarne Raphaël un trader plutôt complexe. Dans le même temps, il est au théâtre La Bruyère, dans Chocolat Piment de Christine Reverho, mis en scène par José Paul (cinq nominations aux Molières), puis dernièrement dans Sans mentir de Xavier Daughreil au théâtre Tristan-Bernard.

Il est à l'affiche du thriller politique Une affaire d'État réalisé par Éric Valette, Copacabana, de Marc Fitoussi, et Pièce montée, tiré du best-seller de Blandine Le Callet, film chorale réunissant plusieurs générations d'acteurs et réalisé par Denys Granier-Deferre de retour au cinéma, ainsi que de Captifs, premier long métrage de Yann Gozlan (grand prix du Festival international du film fantastique de Gérardmer 2007), un film produit par Sombrero Films. En 2014 il est le très crédible supérieur hiérarchique sadique de l'héroïne soumise de "Les Heures souterraines" téléfilm pour Arte de Philippe Harel tiré du roman éponyme de Delphine Le Vigan.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Savin, fiche sur allociné.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]