Éric Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Éric Morvan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur général de la Police nationale
-
Préfet des Pyrénées-Atlantiques
-
Pierre-André Durand (d)
Gilbert Payet (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
NeversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Éric Yves Marc MorvanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Rennes (licence en sciences économiques (d)) ()
Institut régional d'administration de Nantes ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinctions
signature d'Éric Morvan
signature

Éric Morvan, né le à Nevers (Nièvre)[1], est un haut fonctionnaire français. Préfet, il est directeur général de la Police nationale du au , après avoir été préfet des Pyrénées-Atlantiques (2016-2017).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est étudiant en sciences économiques à l'université de Rennes et obtient en 1977 sa licence de sciences économiques.

En 1978, il intègre l'Institut régional d'administration de Nantes au titre du concours externe de recrutement. Il est également titulaire du diplôme d'administration publique, titre équivalent de la maîtrise en droit, option droit public.

En 1979, il termine sa scolarité au sein de cet institut de formation de cadres « A » de la fonction publique.

Carrière dans la fonction publique[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué ses obligations militaires, il devient, en , attaché de préfecture. En 1988, il est promu attaché principal au titre de l'examen professionnel qu'il passe avec succès.

En , il est directeur des services du cabinet du préfet de l'Ariège.

En , il accède au grade de directeur de préfecture et est maintenu dans ses fonctions.

En , il est promu sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de la Sarthe.

En , il quitte la Sarthe pour assumer la fonction de sous-préfet de Corte.

En , il est affecté dans les services centraux du ministère de l'intérieur ; il devient alors chef du bureau de l’organisation territoriale de l’État.

En , il change d'affectation en centrale et est alors chef du bureau de la gestion du corps préfectoral et des administrateurs civils.

En , il intègre la préfecture de police de Paris et est alors sous-directeur des personnels à la direction des ressources humaines au sein de cette structure particulière qu'est la préfecture de police, premier service de police en Europe avec un effectif de 36 000 personnes, à cette époque.

En , il quitte cette institution fondée par Napoléon Bonaparte en 1800 et assure ensuite les fonctions de sous-préfet de Bayonne.

En , il revient à Paris et réintègre la préfecture de police en tant que directeur des finances, de la commande publique et de la performance.

En , il prend ensuite les fonctions de préfet, secrétaire général pour l'administration, toujours au sein de la préfecture de police.

En , il rejoint le cabinet de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, où il devient directeur adjoint de son cabinet. Il doit notamment gérer les attentats de janvier et de novembre 2015, ainsi que l'attentat de Nice le [2].

En , il est nommé préfet des Pyrénées-Atlantiques.

Directeur général de la Police nationale[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé directeur général de la Police nationale en Conseil des ministres., en remplacement de Jean-Marc Falcone. Sa prise effective de fonctions a lieu le 28 du même mois [3],[4]. Sous sa direction, la Police doit notamment faire face aux manifestations du mouvement des Gilets jaunes, durant lesquelles les manifestants comme les policiers sont accusés de violence les uns envers les autres.

En , il fait part au ministre de l'Intérieur de son intention de faire valoir ses droits à la retraite[5],[6]. Il en informe son administration dans son message pour la nouvelle année[7]. Le décret portant cessation de ses fonctions est pris lors du conseil des ministres du [8] et publié au Journal officiel du lendemain[9]. Frédéric Veaux, préfet des Landes, est désigné pour lui succéder à partir du [10].

Affecté ensuite auprès du secrétaire général du ministère de l'Intérieur, il est, par décret du publié au Journal officiel deux jours plus tard, admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du premier .

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Eric MORVAN, directeur général de la police nationale », sur police-nationale.interieur.gouv.fr
  2. Mélanie Delattre, Stéphane Sellami, « Qui est Éric Morvan, le nouveau patron de la police nationale ? », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2017)
  3. « Compte rendu du conseil des ministres du 2 août », sur gouvernement.fr,
  4. « Eric Morvan nommé directeur général de la police nationale », sur challenges.fr, (consulté le 25 août 2017)
  5. « Exclusif. Le patron de la police nationale quitte ses fonctions », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2020)
  6. « Le chef de la police nationale, Eric Morvan, quitte ses fonctions », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2020)
  7. « Éric Morvan, le directeur général de la police nationale, quitte ses fonctions », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2020)
  8. Conseil des ministres du — nominations
  9. Décret du 29 janvier 2020 portant cessation de fonctions du directeur général de la police nationale.
  10. Décret du 29 janvier 2020 portant nomination du directeur général de la police nationale.
  11. Décret du 30 décembre 2011 portant promotion et nomination
  12. Décret du 2 mai 2017 portant promotion et nomination
  13. Décret du 14 mai 2003 portant promotion et nomination
  14. « Deux médailles d'or pour le maire et le directeur des services », sur ouest-france.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]