Éric Humbertclaude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Éric Humbertclaude
Description de cette image, également commentée ci-après
Éric Humbertclaude à l'orgue
de l'église saint Laurent de La Bresse en 2017

Naissance (60 ans)
Saint-Dié-des-Vosges,
Vosges, France
Activité principale Musicien organiste, musicologue
Activités annexes Ecrivain, poète

Éric Humbertclaude, né le à Saint-Dié-des-Vosges[1],[2], est un musicien, organiste, compositeur contemporain, écrivain et essayiste, musicologue, chercheur[3] spécialisé dans la musique contemporaine et la musique pour orgue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éric Humbertclaude, né dans le département des Vosges, passe son enfance à La Bresse dans ce même département[2]. Il prend contact avec la musique comme instrumentiste de l'harmonie municipale de la commune[2] puis s'initie à l’orgue de l'église Saint Laurent[2].

À l'âge adulte, il quitte sa région natale pour Paris. À 21 ans, il devient organiste, et fréquente la classe d'orgue d'André Fleury à la Schola Cantorum. Dans le même temps, il s’oriente vers la musique contemporaine et fréquente assidûment[4],[5], dès les années 1980, les compositeurs spectraux Tristan Murail, Gérard Grisey et Hugues Dufourt.

Intéressé par la composition contemporaine, il développe une plateforme informatique d’aide à la composition[2] et écrit plusieurs ouvrages sur la création musicale[2]. Il rédige ainsi la première synthèse sur la pensée de Pierre Boulez et fait redécouvrir la vie et l'œuvre du musicographe Pierre Souvtchinski (en)[2], né le à Saint Pétersbourg et mort le à Paris.

Il rédige un ouvrage de microhistoire sur Federico Gualdi, alchimiste et ingénieur résident de Venise aux alentours de 1660.

En 2013, il revient vers son instrument de prédilection, l'orgue, pour lequel il prépare un projet de réalisation d'un instrument nouveau, l'orgue 2020, « adapté aux temps modernes »[2].

En 2017, il prépare l’édition des œuvres complètes, qu'il a retrouvées, de l'organiste et compositeur Jean-Claude Touche (1926-1944), tué très jeune par un soldat allemand à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Éric Humbertclaude réunit la plupart de ses écrits sur la musique sous le titre "Essais en delta"[6] , incluant également plusieurs opuscules poétiques en partie autobiographiques. En 2020, il publie un nouvel essai sur la musique en collaboration avec Gwenaëlle Clémino, Composer après 2020[7], inscrit dans l'actualité de la pandémie du coronavirus.

Pour une définition de la musique[modifier | modifier le code]

Pour Éric Humbertclaude, « la musique est la chaleur d'une main tendue quand le musicien fait vaciller d'une manière fraternelle la bonne foi de la perception de l'auditeur. Et l'âme du musicien l'invite dans la danse sans que jamais il reste le pied en l'air, sur l'abîme du sentir. »[8]

Sa définition de la musique pourrait également être celle-ci : « un présent polysémique : musique, à la fois offrande d'un son inattendu et valeur inestimable du temps. »[9]

Pour une approche transdisciplinaire de la musique[modifier | modifier le code]

« Une des originalités d'Éric Humbertclaude, développée dans Composer après 2020 réside dans une approche transdisciplinaire de la création musicale, embrassant de larges concepts socio-philosophiques (Bernard Stiegler), éthiques, scientifiques, technologiques, écologiques, idéologiques. L'on passe ainsi du numérisme au multiculturalisme, de l'archéoacoustique à l'intentionnalité du végétal (recherches de Joël Sternheimer sur les protéodies) et à la biomusicologie. Le compositeur Florent Caron Darras et, avant lui, Fausto Romitelli ou Pierre Souvtchinski, notamment, sont pour Éric Humbertclaude emblématiques de cette recherche d'inspiration et de perception toujours renouvelées, en constante évolution. »[10]

Style littéraire[modifier | modifier le code]

Christine Labroche qualifie le style d'Éric Humbertclaude de « parfois complexe ou poétiquement elliptique et de dense prose, compliqué par les notes très fournies en bas de page, presque un ouvrage en soi », et précise qu'« il s’adresse nettement à un public cultivé qui détient d’avance certaines clefs et qui prend un plaisir intellectuel à l’ésotérisme relatif mais recherché du propos ». Elle note qu'« on ressent néanmoins en filigrane une conviction permanente, une sincérité sans faille et un engagement tout à fait rafraîchissant. »[3]

Publications[modifier | modifier le code]

Essais sur la musique et la création[modifier | modifier le code]

  • « Le reflet d'une oreille », in : XXe siècle : images de la musique française : textes et entretiens, Sacem/Papiers, 1986 (réimpression anastatique dans Hugues Dufourt : un univers bruissant, cf. infra) ;
  • « Les modèles perceptuels par simulation instrumentale dans les œuvres de Tristan Murail », Dissonance, no 13, Lausanne, 1987 (réédition : La Revue musicale, no 421-424, Paris, 1991) ;
  • (Re)lire Souvtchinski, textes choisis par Éric Humbertclaude, La Bresse, É. Humbertclaude, 1990, 301 p. (ISBN 2-9504826-0-0) ;
  • The Challenge of Tristan Murail's Work, Homestudio, revue Audiolab, Free, 1999 Lire en ligne ;
  • La transcription dans Boulez et Murail : de l’oreille à l’éveil, post-scriptum de Philippe Schoeller, L’Harmattan, Univers musical, 1999, 98 p. (ISBN 2-7384-8042-X) ;
  • Empreintes : regards sur la création musicale contemporaine, L’Harmattan, Univers musical, 2009, 82 p. (ISBN 978-2-296-06979-4) ;
  • La liberté dans la musique (Beethoven, Souvtchinski, Boulez), Aedam Musicae, 2012, (ISBN 978-2-919046-05-8)[11];
  • La musique, les pieds sur terre, Aedam Musicae, 2012 (texte édité dans "La liberté dans la musique") ;
  • Hugues Dufourt : un univers bruissant, L’Harmattan, Univers musical, 2012, 74 p. (ISBN 978-2-336-00448-8) ;
  • La création à vif : musique & corps en éveil, avec Fabienne Gotusso, L'Harmattan, Univers musical, 2013, 102 p. (ISBN 978-2-343-01954-3) ;
  • Composer après 2020 : amorce, avec Gwenaëlle Clémino, EME éditions (diff. L'Harmattan), CREArTe, 2020, 54 p. (ISBN 978-2-8066-3728-4)[12];
Essai collectif

Essais historiques[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Joue, je pense à toi, L’Harmattan, Accent tonique, Poésie, 2011, 60 p. (ISBN 978-2-296-55242-5) ;
  • Bascule suivi de Vulnus, L’Harmattan, Écritures, 2012, 90 p. (ISBN 978-2-336-00443-3) ;
  • Un son m'a ravi, texte édité dans Nathalie Cousin, Quintina, L'Harmattan, Accent tonique, Poésie, 2017, 96 p. (ISBN 978-2-343-13495-6) ;
  • Un pas de danse, postface de Guillaume Lebreton, L'Harmattan, Accent tonique, Poésie, 2018, 52 p. (ISBN 978-2-343-15109-0) ;
  • Delta de l'ombre, avec Kelly Bhaglou, postface de Nathalie Cousin, L'Harmattan, Accent tonique, Poésie, 2020, 52 p. (ISBN 978-2-343-19236-9).

À paraître aux éditions L'Harmattan[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Composer après 2020 : amorce, Éric Humbertclaude annonce ses prochaines publications[14] :

  • Jean-Claude Touche (1926-1944). Un sourire dans le monde de l'orgue (essai collectif) ;
  • L'Orgue, gisement primordial épuisé (essai collectif) ;
  • Ton silence, Bonifacia. Un reliquaire de 1700 ans à Saint-Joseph Artisan (Paris). Ossements et Foi (essai collectif) ;
  • Cette vulnérabilité qui n'a pas le temps de se dire (essai collectif) ;
  • Les Mots comme personne : comment l'ellipse dit l'intuition (essai collectif) ;
  • Lumineux Souvtchinski, en dialogue avec Éric Humbertclaude.

Transcriptions musicales (partitions)[modifier | modifier le code]

  • Johannes Brahms, Trois Préludes opus posthume 122 pour Sextuor (vents et cordes), transcription de chorals pour orgue, Aedam Musicae, 2010 ;
  • Jean-François Tapray, Cinq pièces inédites pour orgue, Delatour, 2015 ;
  • Jean-Claude Touche, Œuvres complètes (à paraître).

Conférences & entretiens (vidéos)[modifier | modifier le code]

  • Curriculum évité (Youtube)[15]
  • Quelques pistes de réflexion (Youtube)[16]
  • Magma vs Œuvre (Youtube)[17]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie d'Éric Humbertclaude », sur leblogderica.canalblog.com (consulté le )
  2. a b c d e f g et h « Biographie d'Éric Humberclaude chez son éditeur », sur editions-harmattan.fr (consulté le )
  3. a et b Christine Labroche, « Description et critique du livre La liberté dans la musique (Beethoven, Souvtchinski, Boulez) » (consulté le )
  4. Éric Humbertclaude, La création à vif : musique & corps en éveil, p. 29, n. 21.
  5. Éric Humbertclaude, La musique, les pieds sur terre, dans La liberté dans la musique, p. 69-78.
  6. Éric Humbertclaude et Gwenaëlle Clémino, Composer après 2020 : amorce, Louvain-la-Neuve/14-Condé-en-Normandie, EME éditions (diff. L'Harmattan), , 54 p. (ISBN 978-2-8066-3728-4), p. 51-52
  7. Éric Humbertclaude et Gwenaëlle Clémino, Composer après 2020 : amorce, Louvain-la-Neuve/14-Condé-en-Normandie, EME éditions (diff. L'Harmattan), , 54 p. (ISBN 978-2-8066-3728-4)
  8. Éric Humbertclaude, Un pas de danse, Paris/14-Condé-sur-Noireau, L'Harmattan, , 52 p. (ISBN 978-2-343-15109-0, lire en ligne), p. 32
  9. Éric Humbertclaude, La création à vif : musique & corps en éveil, Paris, L'Harmattan, , 102 p. (ISBN 978-2-343-01954-3, lire en ligne), p. 13
  10. Nathalie Cousin, « Composer après 2020 : amorce : [note de lecture] », sur Jetelivre.art (consulté le )
  11. « Description du livre La liberté dans la musique (Beethoven, Souvtchinski, Boulez) », sur musicae.fr (consulté le )
  12. Thomas Niel, « "Composer dans le monde d'après" [Critique du livre Composer après 2020 : amorce] », sur Forumopera.com (consulté le )
  13. « Description du livre Pierre Souvtchinski, cahier d'études », sur musicologie.org (consulté le )
  14. Éric Humbertclaude, Composer après 2020 : amorce, Louvain-la-Neuve/14-Condé-en-Normandie, EME éditions, , 102 p. (ISBN 978-2-8066-3728-4), p. 56
  15. « Curriculum évité - YouTube », sur YouTube (consulté le )
  16. « Quelques pistes de réflexion - YouTube », sur YouTube (consulté le )
  17. « Magma vs Œuvre - YouTube », sur YouTube (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]