Éric Heyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éric Heyer, né le à Aix-en-Provence, est un économiste français. Il est depuis décembre 2014 directeur du département analyse et prévision à l'OFCE. Il est également professeur d’économie à Sciences Po, à la SKEMA Business School, et à l'université de la Méditerranée Aix-Marseille II depuis 2010[1], après avoir été professeur associé depuis 2007. Il est également membre du Haut Conseil des finances publiques[2]. Il est généralement rattaché au néokeynésianisme[3]. C’est un spécialiste du marché du travail, mais il traite également de sujets tels que les retraites, la crise économique ou l’austérité[4]. Il réalise de nombreuses prévisions conjoncturelles et modélisations[5], notamment dans le cadre de publications de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Il intervient régulièrement dans les médias[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Éric Heyer a obtenu en un DEA de politiques économiques et financières à l'Université de la Méditerranée Aix-Marseille II en 1991, puis un magistère d’Ingénieur Économiste dans la même université.

Il est diplômé en 1998 d’un Doctorat de 3e cycle en Sciences économiques, «Rigidités de l’Offre et degrés d’utilisation des équipements en France», à l'Université de la Méditerranée Aix-Marseille II[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Avant d’être directeur du département analyse et prévision à l'OFCE, Éric Heyer a été directeur adjoint de ce même département depuis janvier 2002. Il était auparavant chargé d’études à l’OFCE[1].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de ses fonctions à l’OFCE, Éric Heyer a soutenu la politique de François Hollande sur le chômage des jeunes au début de son mandat, et a recommandé de poursuivre une « politique de croissance » plutôt qu’un objectif de réduction du déficit budgétaire[6]. En juin 2016, il s’est opposé à Jean Tirole en affirmant que la réduction du temps de travail n'est pas une « ineptie ». En opposition au prix Nobel d'économie qui mettait en avant les « lois économiques scientifiques » parce que vérifiées par les études publiées prouvant que la réduction du temps de travail n'a aucun effet positif sur l'emploi, Heyer argumente que l'économie n'est pas « une science dure, exacte » et que les 35 heures (soutenues par l’OFCE en 1997) ont été bénéfiques pour l´emploi sans néanmoins comparer l'évolution de l'emploi en France par rapport à ses voisins européens durant la même période[7].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Éric Heyer est membre du Conseil économique de Flornoy & Associés Gestion[8].

Il a également été chroniqueur sur Europe 1[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Une autre voie est possible, 2018, aux Éditions Flammarion, avec Pascal Lokiec et Dominique Méda.
  • Éric Heyer dirige chaque année avec l’OFCE L’économie française de cette année, aux éditions La Découverte.
  • Il a contribué à France 2012 : E-book de campagne à l’usage des citoyens
  • Chaque année, il publie avec l’OFCE et Sciences Po, et en collaboration directe avec le Sénat et le Ministère du Travail, les perspectives à moyen terme de l’économie française[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Curriculum vitae d'Éric Heyer », sur Haut Conseil des finances publiques.
  2. « Éric Heyer », sur France Culture (consulté le 26 février 2020).
  3. "Les dossiers", hors-série n°4 d'Alternatives économiques, septembre 2016, p.30
  4. a et b « Éric Heyer », sur Brand and celebrities (consulté le 26 février 2020).
  5. « Page chercheur d'Éric Heyer », sur OFCE (consulté le 26 février 2020).
  6. « Éric Heyer (OFCE) : "La meilleure politique de l’emploi pour les jeunes est une politique de croissance" ».
  7. entretien Éric Heyer, « Non, Monsieur Tirole, tous les économistes ne disent pas que la RTT est une ineptie ».
  8. a et b « Déclaration d'intérêts d'Éric Heyer », sur Haut Conseil des finances publiques.
  9. « Page intervenant d'Éric Heyer », sur Institut des hautes études d'aménagement des territoires (consulté le 26 février 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]