Équitation éthologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Piste ronde avec un homme et un cheval au milieu, du public nombreux autour.
Monty Roberts en démonstration du « join-up ».

L'équitation éthologique, aussi appelée équitation naturelle, est le dressage équestre inspiré de l'éthologie équine, consistant à interagir avec un cheval tout en prenant en compte les particularités psychologiques de l'animal. Elle connaît une vague d'engouement dans les pays occidentaux grâce au succès du livre et du film L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux.

Ses principes proviennent de cavaliers américains nommés les chuchoteurs, pour la plupart anciens champions de rodéo. L'équitation éthologique est influencée par une vision populaire poétique des peuples amérindiens, mais elle s'appuie davantage sur l'héritage des vaqueros. Les pionniers sont Bill et Tom Dorrance, puis leur élève Ray Hunt. Les années 1990 et 2000 sont marquées par les succès de Monty Roberts avec la technique dite du « join-up » et de Pat Parelli avec ses « sept jeux ». Tout deux font l'objet d'une importante couverture médiatique. Beaucoup d'enseignants développent leurs méthodes d'approche. L'équitation éthologique repose sur des principes de non-violence et de prise en compte du statut d'animal-proie du cheval. Le but est de persuader l'animal d'obéir en douceur, plutôt que de le forcer ou d'entrer dans une relation conflictuelle. Pour cela, le pratiquant recourt à de nombreux exercices à pied et à des matériaux d'équitation spécifiques, tel que le licol éthologique. À terme, les enseignements permettent de monter à cheval et de diriger sa monture sans mors ou avec une simple corde autour de l'encolure.

L'équitation éthologique fait l'objet de nombreuses critiques en ce qui concerne le manque d'académisme de ses méthodes et la revendication de principes déjà connus et appliqués par les maîtres d'équitation classique. Bien que les enseignants obtiennent des résultats, leurs principes théoriques sont scientifiquement invalides au regard de l'éthologie équine. Certaines démonstrations de chuchoteurs font appel à des mises en scène proches de la prestidigitation et ont des visées commerciales, amplifiées notamment par la mise en place de gradations dans l'enseignement.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Chuchoteur.

Le terme d'« équitation éthologique » s'est récemment imposé pour désigner cette pratique, après de nombreuses critiques. La difficulté était de trouver une juste traduction du terme américain d'origine, « natural horsemanship »[1]. Le nom d'« équitation naturelle » est parfois employé. La principale difficulté posée par cette dénomination est qu'elle est fréquemment galvaudée. En effet, l'éthologue est un scientifique tandis que l'enseignant d'équitation éthologique n'a pas les mêmes compétences ni le même vocabulaire. La plupart des éthologues équins souhaitent pouvoir maintenir une distinction claire entre leur domaine de recherches et l'enseignement d'une équitation dite « éthologique »[2],[3].

Le nom de « chuchoteur » a été popularisé pour désigner les enseignants de l'équitation éthologique, sous l'influence du terme américain « horse whisperer » qui signifie littéralement « murmureur aux chevaux ». Cette légende popularisée par le roman et le film L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux n'est pas exacte, puisque l'équitation éthologique se pratique surtout à l'aide du langage du corps et ne comporte pas de chuchotements à l'oreille[1]. Le terme « horse whisperer » est employé la première fois pour un dresseur irlandais, Daniel Sullivan. Cet illettré se fait enfermer avec des chevaux indomptables. Après quelques heures où on l'entend vaguement murmurer, il ressort avec un cheval calme et confiant. Comme il n'a pas laissé d'écrit, nul n'a jamais rien su de sa méthode, d'où le surnom de « chuchoteur ». En se basant sur cette légende, ce surnom est donné par la suite à tous les dresseurs de chevaux « faiseurs de miracles », en particulier aux États-Unis bien que la majorité des enseignants d'équitation éthologique jugent ce nom mal adapté[4]. En France, le périodique Cheval magazine a dans un premier temps inventé le terme de « nouveaux maîtres » pour désigner les enseignants de l'équitation éthologique. Cette dénomination a été ensuite abandonnée, les années passant[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si l'origine de l'équitation éthologique est ancienne, son histoire ne débute véritablement qu'au dernier quart du XXe siècle, dans l'Ouest des États-Unis. Par le passé, plusieurs dresseurs et écuyers ont employé des méthodes de dressage douces, mais sans parvenir à les faire adopter en masse[5]. Le principe du traitement des chevaux avec douceur est connu des grands écuyers dès l'Antiquité : Xénophon conseille déjà l'utilisation du conditionnement opérant, et connaît l'importance de récompenser plutôt que de punir[6]. La plupart des maîtres d'équitation de tradition française (La Guérinière, Baucher...) conseillent aussi d'observer le comportement du cheval en liberté et d'éviter toute brutalité[7].

Origine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : John Solomon Rarey.
peinture d'un homme tenant la tête d'un cheval noir
John Solomon Rarey est précurseur de l'équitation éthologique

D'après le docteur en sciences de l'éducation Patrice Franchet d'Espèrey, l'équitation éthologique est « révélatrice d'un vieux rêve qui hante le plus profond de l'homme », résultat d'une quête de la « centaurisation » permanente chez les cavaliers. Elle est influencée par la vision occidentale populaire des amérindiens comme peuple cavalier réalisant une véritable fusion avec sa monture, et par là avec la nature[8]. Pour Jean-Louis Gouraud et l'éthologue Marthe Kiley-Worthington[9], l'Américain John Solomon Rarey est le premier à appliquer les principes de l'équitation éthologique. En 1858, sur la base de l'observation du comportement du cheval, cet homme vient à bout d'animaux réputés indomptables, obtenant un immense succès populaire et commercial. Jean-Pierre Digard soutient également que Rarey est précurseur des enseignants d'équitation éthologique américains de la fin du XXe siècle, dont il applique déjà certaines méthodes[10]. On retrouve d'ailleurs les mêmes principes dans les ouvrages de « chuchoteurs » plus récents[9].

Les pratiquants d'équitation éthologique du Montana, aux États-Unis, revendiquent l'héritage des vaqueros du Mexique et de la Californie et non celui des Amérindiens, dont les méthodes de dressage restent inconnues[11]. L'éthologie équine suit un courant de sensibilisation envers le traitement réservé aux chevaux, entamé depuis le basculement de l'utilisation du cheval de la sphère militaire vers les activités de loisir[12], accompagnant aussi la recherche, pour les cavaliers, de contacts avec le cheval plutôt que d'exercices d'équitation[13]. L'éducation entre également en compte : aux États-Unis, les personnes qui travaillent au quotidien avec des animaux n'ont longtemps eu aucun accès aux connaissances permettant d'appréhender la psychologie du cheval[5]. Dans ce contexte, la recherche d'une « équitation alternative » prend tout son sens[13] : les chuchoteurs « occupent un créneau laissé vacant par l’équitation classique [et] apportent une réponse à des questions restées en suspens »[14]. La prise en compte de la psychologie du cheval dans le cadre de l'équitation est en effet très récente, malgré de nombreuses preuves de la nécessité de l'intégrer, accumulées tout au long de l'histoire de la relation humain-cheval[9].

Apparition et diversification des pratiques[modifier | modifier le code]

Cheval sombre au galop sur fond de désert, monté par une femme âgée.
Linda Tellington-Jones, enseignante d'équitation éthologique, montant un cheval sans mors en Syrie.

Les premiers pratiquants connus de l'équitation éthologique moderne sont issus de l'Ouest américain[7], une bonne part d'entre eux étant d'anciens compétiteurs et champions de rodéo[15]. Ils proviennent du Nord-Ouest Pacifique et des Montagnes Rocheuses, où la tradition des buckaroo (ou vaqueros) est influente[16]. Selon eux, ils développent des méthodes de dressage douces par réaction envers les pratiques traditionnelles des cow-boys, qui « brisent les chevaux »[Trad 1], afin de proposer une alternative à l'équitation western classique. Les pionniers sont Bill et Tom Dorrance, deux frères qui tirent leurs connaissances des traditions buckaroo transmises dans le Grand Bassin des États-Unis[16], et mettent en place les premiers stages itinérants du genre pour transmettre leur savoir, les clinics[17]. Leur disciple Ray Hunt est particulièrement influencé par leur enseignement[18]. Ray Hunt a une influence déterminante à son tour sur Buck Brannaman. Beaucoup d'enseignant d'équitation éthologique moderne se réclament de l'héritage des frères Dorrance et de Ray Hunt, certains d'entre eux ayant été directement formés[16]. Viennent ensuite Monty Roberts, John Lyons, Andrea Fappani, Klaus Ferdinand Hempfling et Pat Parelli, le plus célèbre dans les années 2000.

Depuis les années 1980, ce courant équestre s'impose progressivement dans le paysage et le savoir qu'il véhicule se codifie. Le décollage survient en 1995 aux États-Unis, avec la parution du roman The Horse Whisperer (en français, L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux) et surtout du film de Robert Redford qui en est tiré, popularisant la pratique et les principes de l'équitation éthologique auprès d'un large public. La parution américaine de l'autobiographie de Monty Roberts, en 1997, accroît le phénomène[19]. Les premiers articles de presse sur le sujet sont publiés en France en 1996, Cheval magazine présente ces dresseurs « hors norme » comme les « nouveaux maîtres » de l'équitation[7]. Les enseignants d'équitation éthologique acquièrent alors une renommée internationale, aussi bien en Amérique du Nord (surtout aux États-Unis)[5] qu'en Europe[20], en l'espace de quelques années[21]. Les praticiens de haut niveau tels que Monty Roberts et Pat Parelli développent une vision commerciale de leurs méthodes et la propagent à travers des livres, des apparitions à la télévision, des spectacles et d'autres médias. La démonstration fructueuse de Monty Roberts auprès de la reine d'Angleterre Elisabeth II (1996) ancre définitivement cette pratique dans les îles britanniques[22].

De 1998 à 2000, Pat Parelli et John Lyons donnent de nombreux stages en Europe. Leur sens du marketing et leur « look cow-boy » suscitent la curiosité. Leurs démonstrations attirent chaque fois un public très nombreux. Il faut attendre 1999 pour que les premiers ouvrages d'équitation éthologique soient traduits en langue française[23]. Cela entraîne une nouvelle curiosité envers les pratiques équestres des peuples amérindiens[24].

Raisons du succès[modifier | modifier le code]

Plusieurs facteurs expliquent le succès rapide de l'équitation éthologique. Des méthodes marketing à l'américaine, très efficaces, sont déployées et appliquées : en France, Pat Parelli crée au haras de la Cense le premier centre d'équitation éthologique du pays et « révolutionne » la pratique équestre française[25],[13]. Le Dr Robert M. Miller estime (tout comme Jean-Pierre Digard) que la féminisation de l'équitation compte pour beaucoup : si les hommes issus du milieu western ont lancé le mouvement, les femmes se sont chargées de le populariser et de le faire prospérer[26]. Une autre part du succès de cette équitation réside dans le fait que les nouveaux maîtres sont capables de « redresser en douceur » les chevaux difficiles ou souffrant de troubles du comportement. Or, les cavaliers ont toujours été à la recherche de ce type de méthodes s'ils sont confrontés à un cheval récalcitrant. Jean-Pierre Digard conclut que son succès s'explique parce qu'elle est « dans l'air du temps »[13], les cavaliers souhaitant un cheval qui montre son plaisir d'obéir en toute liberté. L'époque est favorable au concept de « naturel » et met l'accent sur le bien-être du cheval, avec un réel désir d'être aussi naturel et attentionné que possible envers sa monture[22].

Adoption en masse[modifier | modifier le code]

L'équitation éthologique est désormais durablement installée parmi le paysage équestre, aussi bien nord-américain que français[27] et européen. La pratique fait l'objet d'un important engouement depuis les années 2000[28]. Des entraîneurs et cavaliers reconnus en sport équestre ou en spectacle y font appel. Le cavalier professionnel italien Luca Moneta[29] et la médaillée d'or de dressage aux Jeux paralympiques d'été de 2008 Lauren Barwick[30] revendiquent l'utilisation de la méthode Parelli comme un élément important dans la formation de leurs chevaux. Le cavalier français Michel Robert fait partie des premiers en France à employer un licol éthologique[31]. La formation en équitation éthologique a été codifiée. L'université du Montana propose une formation en quatre ans débouchant sur le seul diplôme d'équitation éthologique disponible aux États-Unis[32]. Le succès populaire de l'équitation éthologique a poussé la Fédération française d'équitation à en intégrer une synthèse parmi ses examens fédéraux et ses disciplines équestres[13]. Elle organise la formation et l’évaluation de pratiquants licenciés. Cette formation est déclinée en 5 « Savoirs » visant à affiner la communication homme-cheval, aussi bien en selle qu'à pieds[33]. Ce programme fédéral inclut surtout trois domaines : observation du cheval, soins et équitation[34].

L'équitation éthologique a provoqué un profond changement culturel dans le monde équestre occidental, particulièrement en ce qui concerne le cheval de loisir. Elle ne constitue pas une manière « traditionnelle » de travailler avec des chevaux. La pratique contribue à fracturer le monde équestre, ses pratiquants jugeant souvent les méthodes équestres antérieures (en particulier les leçons d'équitation données en centre équestre sur un cheval inconnu) comme étant cruelles ou mal adaptées[35] : 70 % de pratiquants interrogés au Royaume-Uni sur leur perception de l'équitation éthologique estiment que l'enseignement de l'équitation habituellement dispensé en centre équestre ne respecte pas la nature du cheval et serait « mauvais » pour lui[36]. La communauté des pratiquants d'équitation éthologique met l'accent sur un compagnonnage fort avec un cheval particulier, sur le fait de devenir un réel partenaire et d'apprendre le langage de leur animal. Beaucoup témoignent avoir vécu la modification de leur relation avec les équidés comme une « révélation »[37]. L’émergence de cette nouvelle communauté équestre s'est accompagnée d'un changement dans la commercialisation des produits d'équitation, et d'un renforcement de l'attention accordée au bien-être du cheval[38].

Description[modifier | modifier le code]

En équitation éthologique, l'homme doit apprendre à « penser cheval ».

L'équitation éthologique est la mise en pratique (par le « chuchoteur ») de méthodes d'équitation inspirées de l'observation du comportement du cheval sauvage dans la nature[39], ou bien des travaux et découvertes des éthologues sur les chevaux[40]. Elle se veut être une équitation plus respectueuse, tenant compte de la psychologie animale par le biais de l'éthologie équine, l'étude du comportement du cheval. En prenant en compte les particularités psychologiques, l'éthologie donne un nouvel éclairage sur la relation homme-cheval[41]. Certains spécialistes, comme le vétérinaire américain Robert M. Miller, voient dans l'équitation éthologique une « approche révolutionnaire » car basée « pour la première fois » sur la douceur et la persuasion[21] : il s'agit de demander au cavalier de s'adapter aux particularités du cheval, et non l'inverse[42]. Dans les faits, si les bons enseignants d'équitation éthologique obtiennent des résultats remarquables, les théories qu'ils défendent sont pour la plupart sans fondement scientifique[3].

Les « nouveaux maîtres » de l'équitation éthologique ont démontré leur fiabilité pour ce qui est de « redresser en douceur » les chevaux effrayés et rebelles[43]. Bien que leurs théories et méthodes soient multiples, elles reposent sur de grands principes communs : l'importance accordée au travail en liberté, une communication gestuelle claire, laisser au cheval une possibilité de fuir, la mise en place d'un rapport de dominance, pousser le cheval à rechercher spontanément un contact humain, enfin le refus de toute violence[44],[19]. La plupart des enseignants (Pat Parelli[45], John Lyons[46], Chris Irwin[47]...) s'accordent pour dire que les problèmes relationnels entre cavaliers et chevaux proviennent du fait que l'homme se comporte comme un « prédateur ultime », tandis que le cheval est une « proie ultime »[44],[48]. Mark Rashid[49] et Chris Irwin[47] insistent sur le fait qu'un cheval « ne ment jamais », c'est-à-dire qu'il ignore la notion de tromperie et se montre toujours franc dans son comportement. L'humain doit donc apprendre le mode de communication du cheval pour comprendre et anticiper ses réactions[50]. Cependant, ce principe ne peut théoriquement fonctionner que si le cheval perçoit l'humain comme un membre de sa propre espèce, ce qui n'est pas scientifiquement démontré[51].

L'enseignement de l'équitation éthologique à but sportif tient compte de l'éthologie du cheval dès les premières approches[34]. Tout repose sur la prise en compte du statut d'animal-proie émotif et peureux. Il s'agit de garder en permanence à l'esprit le fait que le cheval va d'abord rechercher son confort, sa sécurité, puis des relations[1]. L'homme se pose en « leader » vis-à-vis du cheval. L'apprentissage s'effectue via le renforcement négatif et positif, toute situation non-désirée étant rendue inconfortable pour lui, toute situation désirée étant rendue au contraire plus confortable[23]. Le but est d'employer le langage corporel du cheval pour lui faire comprendre que l'humain est à la fois son leader et son allié[52].

Travail à pieds[modifier | modifier le code]

Travail à pieds et désensibilisation d'un cheval gris, en Italie.

Un point important en équitation éthologique est le travail à pieds, qui est fortement conseillé avec notamment des exercices et des jeux entre le cheval et son cavalier, visant à rendre le cheval plus sûr et à le préparer avant le travail monté[53].

Un exercice d'éthologie simple à pratiquer avec les jeunes chevaux non-encore débourrés consiste à s'avancer vers eux puis à reculer, pour les rassurer. Une variante est de s'approcher du cheval avec un objet qui lui est inconnu, puis de le jeter au loin, rassurant ainsi le cheval sur la menace représentée par l'objet en question[54]. Le travail à pieds inclut aussi des manipulations, et se révèle plus proche de l'agility canin[Note 1] que de la pratique traditionnelle de l'équitation[24]. Il comprend, entre autres, un dressage permettant de faire venir librement le cheval à soi grâce à la voix ou à un signe. Le moment du pansage est extrêmement important car il permet de renforcer le lien en permettant à l'homme de procurer du plaisir à l'animal[55].

L'application de la communication gestuelle avec le cheval n'est possible que pendant le travail à pieds, c'est aussi à ce moment là que le cavalier se doit d'adopter une attitude de « dominant ». Cette attitude passe par des mouvements francs et décidés, par exemple en s'approchant du cheval, mains jointes derrière le dos, et en avançant légèrement la tête pour mimer la prise de contact que le cheval effectue souvent avec son nez[56].

Matériel utilisé[modifier | modifier le code]

Cheval équipé d'un licol de corde.

Les dresseurs éthologiques sont souvent en recherche d'un matériel le plus « naturel » possible, notamment par l'abandon du ferrage[57], de la cravache, des éperons et de certains mors[58]. Des matériaux légers sont souhaités pour approcher le cheval (en évitant l'usage de la bride), comme des licols de corde dits « éthologiques », des brides sans mors ou une simple cordelette autour de l'encolure du cheval. Bon nombre de cavaliers souhaitent ainsi monter leurs chevaux en liberté. D'après les enseignants de ces méthodes, il n'est pas rare de voir les cavaliers monter leur chevaux avec un licol dit « éthologique » et une longe en corde, voire sans rien du tout (comme le font Klaus Ferdinand Hempfling[59] et Jean-François Pignon) après plusieurs mois de travail[60]. Cependant, les dresseurs ne rejettent pas obligatoirement tous les outils de l'équitation classique. Aussi, ils peuvent utiliser un filet muni d'un mors simple (certains, comme Elisabeth de Corbigny[61], préfèrent utiliser les mors à aiguilles). Plus le mors de filet est sophistiqué, plus il est considéré comme douloureux et contraignant pour le cheval. Concernant le choix de la selle, il n'y a pas de recommandation particulière. Certains préfèrent les selles sans arçon ou la monte à cru. Les selles sans arçons peuvent être mauvaises pour préserver le dos des chevaux[31], tout comme une monte abusive à cru.

Un aspect important est la tendance à re-nommer des outils déjà connus des pratiques d'équitation plus classiques, ou à leur attribuer une autre fonction que l'habituelle (par exemple, une cravache devient un stick et ne sert plus à punir ou mettre le cheval en avant, mais à « prolonger le bras » du pratiquant). Ce re-nommage des outils est beaucoup critiqué par les opposants à l'équitation éthologique[62].

« Stick » ou « flag »[modifier | modifier le code]

Le « stick » ou « flag » est un outil abondamment utilisé. Comparable à une cravache longue de dressage (rigide, le plus souvent en fibre de verre et d'environ 1,50 m, avec un carré de tissu ou de cuir au bout), il est surtout employé comme prolongement du bras lors des exercices au sol avec l'animal, et non comme un outil de punition[63]. Il est utilisé de différentes manières suivant l'effet demandé : prolongement du bras pour faciliter une demande gestuelle à distance, simple toucher à un endroit précis pour souligner un ordre ou encore tapotement plus énergique pour l'imposer. Il peut servir à caresser ou même à chasser les mouches. Le stick peut aussi être utilisé dans le cadre d'un renforcement négatif (punition) pour éviter des comportements indésirables, cependant cette utilisation doit rester exceptionnelle et pondérée. Pat Parelli a popularisé le nom de « carrot stick » (« bâton-carotte »), car il peut être également employé pour récompenser le cheval[64].

Licol éthologique[modifier | modifier le code]

Cheval du Kentucky équipé d'un licol éthologique.
Article connexe : Licol.

Le licol « éthologique » est conçu pour inciter le cheval à ne pas s'appuyer dessus, car la section de la corde est plus fine derrière les oreilles que pour les licols en nylon ou en cuir. Le cheval est incité (ou contraint) à céder aux points de pressions qui sont répartis sur des endroits stratégiques de sa tête. S'il prend appui sur le licol et résiste, il s'inflige lui-même la pression de la corde derrière ses oreilles et donc une douleur. Toute action abusive de traction du licol par le cavalier devient contraignante pour le cheval qui se voit obligé de réagir à la moindre pression du licol pour ne pas avoir mal. La « légèreté » du licol de corde n'est évidente que si l'utilisateur s'en sert à bon escient et en connaît les réglages, d'où de nombreux abus[65]. Les équipementiers équestres se sont adaptés à la demande et à la mode, ils sont désormais nombreux à proposer ce type de licol[31].

Éperons[modifier | modifier le code]

Éperon à molette de type western.
Article connexe : Éperon.

Les éperons sont considérés comme un outil acceptable en équitation éthologique, dans la mesure où ils sont employés pour donner des indications au cheval et travailler sa latéralisation, non pour lui infliger une douleur inutile[63]. Pat Parelli recommande d'utiliser un modèle pas trop pointu, et s'en sert comme prolongement de la jambe, uniquement lors de sa 4e phase de demande. D'après lui, bien souvent, il n'est nécessaire de les utiliser qu'une seule fois. Le cheval choisit par la suite d'obéir sans être contraint de le faire[66].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Les enseignants d'équitation éthologique ont développé diverses méthodes d'approche, auxquelles ils donnent souvent leur nom. Il est conseillé de choisir l'une d'elles et de s'y tenir plutôt que d'en mélanger plusieurs, ce qui est préjudiciable[67].

Méthode Monty Roberts[modifier | modifier le code]

Monty Roberts rencontrant la reine d'Angleterre Elisabeth II, en 1996.
Article connexe : Monty Roberts.

Monty Roberts (né en 1935) est connu notamment pour ses démonstrations en public de la technique du consentement (en anglais « join-up »), qui consiste à proposer au cheval de venir rejoindre son maître de son plein gré[68]. Pour réaliser un join-up, le cheval est placé dans un rond de longe et « poussé » à tourner en rond par le dresseur, qui maintient une pression par son attitude (fixation de l’œil et gestes francs) et lui coupe la route. Au bout d'un moment, le cheval envoie différents signaux et finit par courber la tête et mâchouiller, démontrant qu'il reconnait l'humain comme son dominant. Le dresseur doit alors tourner le dos au cheval, qui se met à le suivre sans plus montrer de signes de rébellion[69]. Le join-up repose sur l'adoption successive d'un comportement de prédateur, puis sur une attitude passive dès que le cheval s'est soumis de lui-même, reconnaissant l'humain comme son chef de harde[70].

Monty Roberts a également théorisé le concept de « langage Equus », pour désigner la communication corporelle du cheval. Il acquiert une renommée mondiale grâce à ses démonstrations de dressage de chevaux difficiles[71], en particulier celle qu'il donne en présence de la reine d'Angleterre Elisabeth II en 1996[72]. Cependant, la méthode de Monty Roberts est polémique[73], notamment en raison du fort taux de stress mesuré chez les chevaux après un join-up[69]. Des soupçons pèsent également sur la véracité des récits de dressage qu'il raconte[74]. Il est déconseillé de tenter d'obtenir un join-up sans une solide expérience, de nombreux cavaliers faisant tourner leur cheval dans un rond de longe pendant des heures, le fatigant et le plaçant dans une situation de stress, sans obtenir les signaux de soumission[75].

Méthode Parelli ou PNH[modifier | modifier le code]

Article connexe : Pat Parelli.

Pat Parelli (né en 1954) a développé une méthode dite PNH, pour Parelli Natural Horsemanship. Elle repose plus particulièrement autour de sept jeux (jeu de la gentillesse, jeu de la conduite, jeu du porc-épic...) que le cavalier se doit de proposer à sa monture, afin d'éveiller son intérêt et sa complicité[25]. Lorsque le cavalier demande quelque chose au cheval (comme faire un pas en avant), l'animal est libre de choisir à quelle phase il va obéir, car la demande se déroule sur une « échelle de fermeté » : douce à la première phase (position du corps du cavalier favorable à l'exécution), puis de plus en plus ferme (voix, pression des jambes), jusqu'à l'utilisation mesurée des éperons (ou parfois d'une claque sur la croupe si le cheval refuse toujours d'obéir) en dernière phase (la 4e)[66]. La méthode Parelli utilise une échelle dans la relation humain-cheval, qui va du niveau 1 (le partenariat) au niveau 10 (le mythe du centaure). Elle est critiquée en raison de son côté « taille unique »[11], d'un risque de dérives sectaires et de théories pseudo-scientifiques, en particulier pour ce qui concerne les différences supposées entre le cerveau gauche et le cerveau droit du cheval. Elle a cependant démontré une réelle efficacité. Cette méthode est notamment retenue par la Fédération française d'équitation pour les diplômes d'équitation éthologique[76]. Au Royaume-Uni, 70 % des pratiquants d'équitation éthologique interrogés dans le cadre d'une étude suivent ou ont suivi la méthode Parelli (en 2007)[77].

Méthode Miller[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robert M. Miller.

Le vétérinaire américain Robert M. Miller (né en 1927) est en quelque sorte le « porte-parole scientifique » du mouvement de l'équitation éthologique[21]. Il a mis au point une méthode nommée imprint training (traduite par « imprégnation comportementale » ou « désensibilisation »). Elle consiste à manipuler le poulain juste après sa naissance, si possible avant qu'il ne se lève, en le caressant sur tout le corps, en faisant bouger ses articulations et en introduisant des doigts dans ses orifices naturels. Par la suite, des séances de travail avec le poulain visent à lui faire accepter le licol et à l'habituer à ressentir un poids sur le dos. Miller conseille également d'habituer les jeunes poulains à porter des entraves aux quatre membres, pour les désensibiliser à l'immobilisation[78]. La méthode Miller favoriserait la création d'un lien entre le cavalier et le cheval[79].

Cependant, de nombreuses personnes contestent son efficacité, y compris d'autres vétérinaires[80],[81]. L'emploi d'entraves pour obtenir la soumission du cheval est considéré comme contraire aux principes de l'équitation éthologique[82]. La méthode Miller est controversée aux États-Unis, en raison de son aspect intrusif et d'un développement de l'agressivité constaté chez certains poulains. La méthode Miller (ou du moins, la manipulation précoce du poulain) est cependant pratiquée dans de nombreux élevages en France[83].

Méthode Tellington[modifier | modifier le code]

Article connexe : Linda Tellington-Jones.
Un poney marron touché au niveau de la tête par une femme âgée.
Linda Tellington-Jones pratiquant la « TTouch » sur un poney.

Linda Tellington-Jones (née en 1937) a développé une technique nommée « TTouch », consistant à éduquer le cheval avec de nombreux effleurements, des caresses et des massages en cercle, pour augmenter sa confiance et lui rendre le travail agréable[84],[85]. D'après ses partisans, la méthode Tellington permet à la fois de débourrer les jeunes chevaux et de rééduquer les chevaux à problèmes en faisant disparaître le stress et certains problèmes (de dos, de raideur, de baisse de performances...). Elle serait également efficace pour d'autres animaux, notamment les chiens[86].

Autres méthodes[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses autres méthodes, parfois inspirées de celles des fondateurs de l'équitation éthologique. Bino Jacopo Gentili, un enseignant italien, a développé la sienne qui s'appuie essentiellement sur le langage du corps[87], une façon d'appréhender l'équitation qui est aussi celle de Klaus Ferdinand Hempfling[88]. La méthode Firfol est issue de l'enseignement de Parelli[89], tout comme la méthode La Cense[90]. Elisabeth de Corbigny a été formée par John Lyons et intègre aussi certains principes de l'équitation classique[91]. La méthode Nicolas Blondeau est basée sur un débourrage inspiré de la médecine douce[92],[93]. Certains enseignants refusent d'être catalogués comme divulguant une « méthode ». Ainsi, l'Américain Mark Rashid a développé la notion de « leadership passif » et dispense des stages sans parler de « méthode »[49]. Le vétérinaire américain Jaime Jackson milite pour que les chevaux soient mis « pieds nus » et se voient offrir des conditions de vie plus proches de l'état naturel[94]. Il existe aussi un courant plus récent de pratiquants d'exercices d'équitation éthologique à pieds qui refusent toute équitation.

Bénéfices et inconvénients[modifier | modifier le code]

Les études sur les bénéfices de l'équitation éthologique restent assez rares. Dans l'ensemble, bien que les pratiquants se montrent très enthousiastes, son influence sur le cheval se révèle ambivalente, et bien plus dépendante des qualités du pratiquant que de la méthode appliquée. Son application peut se révéler très bénéfique ou au contraire désastreuse pour le cheval[95].

Quelques études sur de petits échantillons ont porté sur l'efficacité de l'entraînement prenant en compte des principes éthologiques par rapport aux techniques plus conventionnelles. Elles concluent que les exercices d'équitation éthologique sont plus efficaces pour tisser une bonne relation humain-cheval et réduisent le stress des chevaux pendant l'entraînement, sans pour autant compromettre leurs performances[96],[97].

Dans la pratique, la mauvaise perception du bénéfice apporté par ce qui est « naturel » et l'opinion selon laquelle il faudrait supprimer un maximum d'équipement équestre conduisent certains pratiquants à supprimer du matériel et des aliments nécessaires à la bonne santé de leurs chevaux, en particulier pour les races de sang fragiles comme les Pur Sangs, qui ont besoin de porter une couverture et de recevoir des compléments alimentaires en hiver. Une controverse existe aussi au sujet des « pieds nus » préconisés par de nombreux enseignants « éthologiques »[58]. Il arrive de constater des traitements assimilables à des maltraitances au nom de l'équitation éthologique[98].

Autres applications[modifier | modifier le code]

Approche d'un cheval semi-sauvage selon les principes de l'éthologie équine.

Le Dr vétérinaire Robert M. Miller estime que les découvertes d'équitation éthologique visant à établir un meilleur dialogue avec le cheval pourraient être appliquées pour travailler sur de meilleurs rapports humains[26]. Ce principe est à l'origine du développement personnel par le cheval, dont le principe est d'observer le comportement des chevaux en liberté (notamment leur manière d'interagir) pour obtenir un statut de « leader » vis-à-vis d'autres personnes, grâce à la communication non-violente[99]. Ainsi, la réalisation du join-up de Monty Roberts est une métaphore du leadership humain, de meilleurs résultats étant obtenus par la compréhension de l'autre que par l'usage de la force ou de l'agression[100].

Critiques[modifier | modifier le code]

Portait buste d'un homme assis grisonnant portant des lunettes, chemise et gilet dans une pause décontractée.
L'ethnologue Jean-Pierre Digard est très critique envers l'équitation éthologique.

L'équitation éthologique fait l'objet de nombreuses critiques, en particulier par les pratiquants de l'équitation classique. En France, l’ethnologue français Jean-Pierre Digard et le spécialiste de l'équitation portugaise Carlos Henriques Pereira se distinguent dans leur analyse. En plus de l'absence de bases scientifiques et de réelles nouveautés apportées, une critique concerne l'illusion donnée par certains enseignants d'équitation éthologique, grâce à une mise en scène apparentée à la prestidigitation, que le cheval n'est pas dominé par l'humain et garde le libre choix de réaliser ou pas les exercices qui lui sont demandés. Jean-Pierre Digard révèle à ce sujet que l’« équitation à mains nues » de Pat Parelli focalise l'attention du public sur la conduite du cheval sans les mains, en omettant la présence d'éperons à molettes fixés sur les bottes[24]. L'utilisation même du mot « chuchoteur » vise à entretenir une certaine « magie » autour de cette pratique[3].

Jean-Pierre Digard voit aussi dans l'équitation éthologique un « flagrant sous-emploi du cheval inscrit dans un processus de régression des usages du cheval et de sa transformation en animal de compagnie »[101]. De leur côté, les enseignants de l'équitation éthologique à Firfol se défendent de promouvoir le non-emploi du cheval, arguant que « si l'on veut vraiment être naturel avec le cheval, il faudrait le laisser au fond d'un pré et ne plus s'en occuper », ce qui équivaudrait à la disparition de l'équitation et à celle du cheval lui-même. Selon eux, beaucoup de personnes discréditent l'utilisation du mot « naturel ». Il s'agit simplement de pratiquer l'équitation de manière plus sympathique et agréable pour le cheval comme pour le cavalier[102].

Bases scientifiques[modifier | modifier le code]

L'une des plus fréquentes critiques de l'équitation éthologique est d'y voir une pratique dépourvue de bases scientifiques[103], ce qui explique que chaque enseignant a « sa » méthode. Les publications au sujet de la technique sont généralement dépourvues de rigueur[24]. Un exemple réside dans la croyance, colportée par de nombreux enseignants, qui fait du cheval une proie ultime et de l'humain un « prédateur ultime ». Cette idée n'est pas en phase avec les connaissances des hominidés, qui pour la plupart n'ont pas un comportement de « prédateur » inné, mais plutôt culturellement acquis. L’éthologue est un scientifique du comportement animal. Le recours au terme d'« éthologique » ne peut s'appliquer à de simples stages équestres encadrés par des enseignants diplômés d’équitation[104]. En l'absence de codification et d'académisme, n'importe qui peut se revendiquer « chuchoteur ». Cette situation conduit à des dérives. Il est difficile de séparer les véritables enseignants d'équitation éthologique des charlatans et des escrocs qui profitent de l'engouement autour de cette équitation[105],[106]. Ainsi, l'enseignant-chercheur en relation homme-animal Carlos Henriques Pereira voit dans la soif de communication avec le cheval une porte ouverte à toutes sortes de « gourous », depuis les faux psychologues jusqu'aux adeptes du paranormal[21].

Une émission sur Equidia fait valoir que si les défenseurs de l'équitation éthologique doivent encore rendre leur pratique plus académique pour que l'ensemble de la filière équestre la reconnaisse, « la sécurité, la constance et la fiabilité des performances ne sont plus à démontrer »[107].

Absence de nouveauté[modifier | modifier le code]

Un autre reproche concerne l'absence de réelle nouveauté dans l'enseignement de l'équitation éthologique. Pour Carlos Henriques Pereira, l'enseignement de Tom Dorrance, le plus ancien des « chuchoteurs » américains, n'apporte rien de nouveau à la « communication interspécifique homme-cheval ». Son disciple Ray Hunt se rapproche de l'enseignement de Nuno Oliveira. La gradation des demandes est d'ailleurs un principe évident pour l'équitation de légèreté. Même Monty Roberts, qui parle d'un « langage equus » exprimé par le cheval à partir des mouvements du corps, n'a fait que redécouvrir un savoir déjà évoqué avant lui[17]. Le recours à l’étiquette scientifique que recouvre le terme d'« éthologie » est abusif, d'après Jean-Pierre Digard, « dès que le corpus de connaissances et de pratiques des « nouveaux maîtres » n’est rien d’autre qu’empirique, le plus souvent un habillage remis au goût du jour de connaissances et de pratiques qui sont familières à la plupart des praticiens du cheval »[24].

Héritage nord-amérindien[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc d'un Nord-Amérindien torse nu sur son cheval.
L'équitation éthologique est influencée par la vision occidentale des Nord-Amérindiens.

Certains enseignants connus d'équitation éthologique revendiquent l'héritage des Nord-Amérindiens, chez lesquels ils auraient puisé leurs méthodes basées sur la non-violence, le consentement du cheval et l'harmonie du couple cavalier-cheval[24]. Quelques enseignants, comme Monty Roberts et Pat Parelli, se disent descendants de Nord-Amérindiens. De même, certains journalistes comme Maria Franchini, collaboratrice de Cheval magazine, défendent une théorie selon laquelle les Nord-Amérindiens étaient les premiers chuchoteurs[108],[109]. D'après Jean-Pierre Digard, l'équitation éthologique actuelle est issue d'un « mythe du bon sauvage » façonné par les Occidentaux à propos des Nord-Amérindiens, lesquels étaient historiquement loin du « modèle d’harmonie et de non-violence entre l’homme et ses frères animaux ». Il qualifie cet héritage revendiqué d'argument marketing au vernis d'exotisme, ajoutant qu'il véhicule une fascination pour le néopaganisme, et le rejet du matérialisme[101],[110]. C'est également la constatation de la chercheuse Lynda Birke, pour qui l'équitation éthologique véhicule une notion romantique du concept de « naturel »[111].

Aspect commercial[modifier | modifier le code]

Les visées commerciales de certains enseignants d'équitation éthologique sont évidentes. John Lyons a été sacré meilleur entrepreneur équin des États-Unis[17]. Parelli, qui a « inventé » une discipline équestre ludique à part entière, voit certains de ses fans lui vouer une véritable « vénération »[25] et dispense un enseignement commercial construit sur des « niveaux » qui vont de 1 à 10, que seuls des enseignants certifiés par Parelli peuvent faire passer moyennant finances[112].

La création de diplômes d'équitation éthologique, en France notamment, révèle une politique qualifiée de mercantiliste par les critiques, car sacrifiant la défense de l'équitation de tradition française au profit d'une mode venue des États-Unis[106]. Une critique assez fréquente est de voir l'équitation éthologique comme « trop américaine », à la fois dans son style, dans ses outils et dans sa commercialisation[100]. D'après Carlos Henriques Pereira, des centres équestres peu scrupuleux obtiennent l'agrément en équitation éthologique et l'affichent à leur programme, alors qu'ils n'en respectent pas les principes de base[113].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le plus célèbre élément culturel abordant l'équitation éthologique est le film de Robert Redford L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, tiré du roman du même nom. Cependant, le film ne constitue pas un modèle à suivre en équitation éthologique[114].

La série d'animation française Le Ranch a pour héroïne Léna, une « chuchoteuse » héritière d'un don qui lui permet de comprendre les sentiments des chevaux et de se faire comprendre d'eux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  1. Version originale : To break horses.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il existe d'ailleurs plusieurs disciplines équestres s'y apparentant : l'hevosagility, l'equility et les équifeels.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Delylle 2012, p. 34
  2. Sandrine Dhondt, « Équitation éthologique : 10 ans après, où en est-on ? », Cheval pratique, no 226,‎ , p. 55.
  3. a, b et c Habran 2005, p. 115
  4. Miller 2007, p. 89-90.
  5. a, b et c Miller 2007, p. xvii - introduction
  6. Birke 2007, p. 219
  7. a, b et c Julie Deutsch, « Les nouveaux maîtres », dans Le comportement du cheval, Editions Artemis, coll. « Les Équiguides »,‎ (ISBN 2844166407 et 9782844166401)
  8. Patrice Franchet d'Espèrey, La main du maître: réflexions sur l'héritage équestre, Odile Jacob,‎ (ISBN 2738120334 et 9782738120335), p. 150
  9. a, b et c Kiley-Worthington 2011, p. chap. 5.1 : Introduction
  10. Digard 2004, p. 7
  11. a et b Wahler et Tsaag Valren 2013
  12. Digard 2004, p. 3
  13. a, b, c, d et e Digard 2004, p. 4
  14. « Quel vide de l'équitation classique occupent les chuchoteurs ? » dans Collectif 2003
  15. Miller 2007, p. 76
  16. a, b et c Miller, Lamb et Downs 2005
  17. a, b et c Pereira 2009, p. 31
  18. « Tom Dorrance et Ray Hunt, Les premiers chuchoteurs » dans Collectif 2003
  19. a et b Birke 2007, p. 218
  20. La Cense 2004, p. présentation éditeur
  21. a, b, c et d Pereira 2009, p. 30
  22. a et b Birke 2007, p. 219-220
  23. a et b Delylle 2012, p. 35
  24. a, b, c, d, e et f Digard 2004, p. 5
  25. a, b et c Pereira 2009, p. 32
  26. a et b Miller 2007, p. xviii - introduction
  27. Delylle 2012, p. 32
  28. Digard 2004, p. 2
  29. (en) « Interview with Luca Moneta », Horsemanship Journal,‎ (consulté le 8 juin 2015)
  30. (en) « Site officiel de Lauren Barwick »
  31. a, b et c Fanny Lattach, « Sans mors, sans fers, sans arçon... On enlève tout ? », Cheval magazine, no 520,‎ , p. 24-33
  32. « The UMW Equine Studies Department offers the nation's only four-year degree in Natural Horsemanship », The university of Montana Western (consulté le 9 juin 2015)
  33. « Les Savoirs », sur FFE.com (consulté le 21 novembre 2011)
  34. a et b Blondeau 2004, p. présentation éditeur
  35. Birke 2007, p. 231-232
  36. Birke 2007, p. 223
  37. Birke 2007, p. 233
  38. Birke 2007, p. 235-236
  39. (en) Mike Kinsey et Jennifer Denison, Backcountry Basics: Your Guide to Solving Common Problems on the Trail, Western Horseman Publishing,‎ (ISBN 978-0-911647-84-6), p. Chapitre 1: The Start 'em Right Evolution
  40. Equidia, Le cheval, un condensé de nature, 23 min
  41. de Corbigny 2002, p. présentation éditeur
  42. Miller 2007, p. xix - introduction.
  43. Miller 2007, p. 12
  44. a et b Habran 2005, p. 120
  45. Parelli et Swan 1993, p. 42
  46. (en) John Lyons, Lyons on Horses: John Lyons' Proven Conditioned-Response Training Program, Skyhorse Publishing Inc.,‎ (ISBN 1628732318 et 9781628732313), introduction
  47. a et b Chris Irwin (trad. Christophe Rosson), Les chevaux ne mentent jamais : Le secret des chuchoteurs, Au Diable Vauvert,‎ , 196 p. (ISBN 2846263965 et 9782846263962), p. Cette opposition prédateur-proie est rappelée tout au long du livre
  48. Miller 2007, p. 21
  49. a et b (en) Mark Rashid, Horses Never Lie: The Heart of Passive Leadership, Skyhorse Publishing, Inc.,‎ , 2e éd., 224 p. (ISBN 1628730048 et 9781628730043)
  50. Habran 2005, p. 116
  51. Habran 2005, p. 117-118
  52. Miller 2007, p. 2-3
  53. Birke 2007, p. 225-226
  54. Miller 2007, p. 23-24
  55. Equidia, Le cheval, un condensé de nature, 7 min
  56. Habran 2005, p. 118
  57. Birke 2007, p. 227
  58. a et b Birke 2007, p. 228-229
  59. [vidéo] extrait de Body language/Dancing with Horses par Klaus Ferdinand Hempfling sur YouTube
  60. [vidéo] Vidéo de Pat Parelli sur YouTube
  61. de Corbigny 2003, p. 124
  62. Birke 2007, p. 230
  63. a et b Miller 2007, p. 30
  64. Parelli et Swan 1993, p. 75-78
  65. Christa Lesté-Lasserre, « Sans mors, pas sans douleur », Cheval magazine, no 495,‎ , p. 50-51
  66. a et b Parelli 1999
  67. Delylle 2012, p. 39
  68. « Le join-up » dans Collectif 2003
  69. a et b Habran 2005, p. 120-121
  70. Miller 2007, p. 23
  71. Monty Roberts, Les Chevaux de ma vie, Éditions Albin Michel,‎ , 280 p. (ISBN 2226159908 et 9782226159908), résumé éditeur
  72. Monty Roberts (trad. Alain Deschamps), L'homme qui sait parler aux chevaux: histoire de ma vie, Albin Michel,‎ , 344 p. (ISBN 2226093362 et 9782226093363), Résumé éditeur
  73. Andy Beck, « Le professeur Roberts et son merveilleux mannequin de dressage », Planète du Cheval au Naturel, no 8,‎ (lire en ligne)
  74. (en) Debra Ann Ristau et Joyce Martins Renebome, Horse Whispers & Lies: The Shocking Story, Did Monty Roberts Trade Truth for Glory?, Veracity Books,‎ , 332 p. (ISBN 1929055447 et 9781929055449)
  75. Delylle 2012, p. 38
  76. Habran 2005, p. 121-122
  77. Birke 2007, p. 221
  78. Miller 2007, p. 42-44
  79. (en) Robert M. Miller, Imprint Training of the Newborn Foal: A Swift, Effective Method for Permanently Shaping a Horse's Lifetime Behavior, Western Horseman Magazine, coll. « Western Horseman Series »,‎ , 19e éd., 149 p. (ISBN 1585746665 et 9781585746668)
  80. (en) Robert M. Miller, DVM, « Fallacious studies of foal imprint training », Journal of Equine Veterinary Science, vol. 21, no 3,‎ , p. 102–105 (DOI 10.1016/S0737-0806(01)70104-9)
  81. (en) J. L. Williams, T. H. Friend, M. N. Collins, M. J. Toscano, A. Sisto-Burt et C. H. Nevill, « Effects of imprint training procedure at birth on the reactions of foals at age six months », Equine Veterinary Journal, no 2,‎ , p. 127–132 (DOI 10.2746/042516403776114126)
  82. Habran 2005, p. 122
  83. Habran 2005, p. 119-120
  84. Linda Tellington-Jones et Andrea Pabel, La méthode Tellington : Éduquer son cheval : TTouch, travail au sol, travail monté, Vigot,‎ , 163 p. (ISBN 2711422585 et 978-2711422586)
  85. Miller 2007, p. 83
  86. « Association Tellington TTouch France » (consulté le 9 juin 2015)
  87. Bino Jacopo Gentili et Maria Franchini, La méthode Gentili, Zulma, coll. « l'équitation autrement »,‎ (ISBN 978-2-84304-024-5)
  88. Hempfling 2013
  89. Benjamin Pietrapiana, « À Firfol, l'équitation est respectueuse de l'animal », Ouest-France,‎ (consulté le 7 juin 2015)
  90. « La méthode La Cense », RTBF,‎ (consulté le 7 juin 2015)
  91. « Site officiel d'Elisabeth de Corbigny » (consulté le 7 juin 2015)
  92. Nicolas Blondeau, Le débourrage par la méthode Blondeau, Belin,‎ , 71 p. (ISBN 2701135931 et 9782701135939)
  93. Nicolas Blondeau, Le débourrage, Paris, Belin, coll. « Équitation »,‎ , 94 p. (ISBN 2701144663 et 9782701144665)
  94. (en) Jaime Jackson, The Natural Horse: Foundations for Natural Horsemanship, Northland Publishing,‎
  95. Birke 2007, p. 217
  96. (en) Fureixa Carole, Magali Pagès, Richard Bona, Jean-Michel Lassalle, Philippe Kuntzc et Georges Gonzalez, « A preliminary study of the effects of handling type on horses’ emotional reactivity and the human–horse relationship », Behavioural Processes, vol. 82,‎ , p. 202–210 (DOI 10.1016/j.beproc.2009.06.012)
  97. (en) E. Kathalijne Visser, Machteld VanDierendonck, Andrea D Ellis, Charlotte Rijksen et Cornelis G Van Reenen, « A comparison of sympathetic and conventional training methods on responses to initial horse training », The Veterinary Journal, vol. 181,‎ , p. 48–52 (DOI 10.1016/j.tvjl.2009.03.009)
  98. Birke 2007, p. 229-230
  99. Amélie Tsaag Valren, « Cheval et développement personnel : en quête de « l’effet miroir » », Cheval Savoir, no 63,‎ (lire en ligne)
  100. a et b Birke 2007, p. 234
  101. a et b Jean-Pierre Digard, « Des manèges aux tipis » dans Techniques et culture, numéros 42 à 45, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2003, p. 135
  102. Equidia, Le cheval, un condensé de nature, 21 min
  103. Fédération internationale des professeurs de français, Le Français dans le monde, Numéros 343 à 348, Librairies Hachette et Larousse, 2006, p. 51
  104. L’Éperon, no 224, juin 2003, p. 6.
  105. « Chuchoteur ou carotteur ? » dans Collectif 2003
  106. a et b Delylle 2012, p. 37
  107. Equidia, Le cheval, un condensé de nature, 39 min
  108. Maria Franchini, « Les Indiens : étaient-ils les premiers chuchoteurs américains ? » dans Collectif 2003
  109. Maria Franchini, Les indiens d'Amérique et le cheval, Zulma,‎ , 300 p.
  110. Digard 2004, p. 6
  111. Birke 2007, p. 235
  112. (en) Stephen J. Smith, « Human-horse partnership », dans Sport, Animals, and Society, Routledge,‎ (ISBN 1135019150 et 9781135019150), p. 44-45
  113. Carlos Pereira, Dressage et Ethologie : Le carré de votre réussite, Les quatre fondamentaux d'une approche de l'art équestre, Editions Amphora,‎ (ISBN 2851808028 et 9782851808028), p. 89-90
  114. Amélie Tsaag Valren, « L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux », Cheval Savoir, no 40,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • [Birke 2007] (en) Lynda Birke, « Learning to Speak Horse: The Culture of "Natural Horsemanship" », Society and Animals, vol. 15,‎ , p. 217–239 (DOI 10.1163/156853007x217177, lire en ligne)
  • [Digard 2004] Jean-Pierre Digard, « Des manèges aux tipis. « Équitation éthologique » et mythes indiens », Techniques et cultures, no 43-44,‎ , p. 2-10 (lire en ligne)
  • [Habran 2005] T. Habran, « La communication cheval/cavalier : de la cravache au chuchoteur », dans La communication: De l'éthologie à la pathologie, des neurosciences à la thérapie, Groupe de Boeck, coll. « Zoopsychiatrie »,‎ (ISBN 2914513844 et 9782914513845) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [Kiley-Worthington 2011] (en) Marthe Kiley-Worthington, « Equine psychological needs and quality of life », dans Equine Welfare, vol. 8 de UFAW Animal Welfare, John Wiley & Sons,‎ , 488 p. (ISBN 1444397818 et 9781444397819, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Ouvrages techniques[modifier | modifier le code]

Ces ouvrages ont vocation à enseigner différentes méthodes d'équitation éthologique.

Méthode Parelli[modifier | modifier le code]
  • [Parelli et Swan 1993] (en) Pat Parelli et Kathy Swan (photogr. Karen Parelli), Natural Horse-man-ship, Western Horseman Books,‎ , 223 p. (ISBN 0911647279 et 9780911647273)
    • [Parelli 1999] Pat Parelli, Natural Horse-man-ship, Zulma,‎ (ISBN 2843040442)
      Version française de Natural Horse-man-ship
  • [Parelli 2003] (en) Pat Parelli, Natural Horse-man-ship: Six Keys to a Natural Horse-human Relationship, The Lyons Press,‎ , 224 p. (ISBN 1585747122 et 978-1585747122)
Méthode Corbigny[modifier | modifier le code]
  • Elisabeth de Corbigny, Équitation éthologique: Éducation en liberté, à pied et à cheval, t. 1, Vigot,‎ , 150 p. (ISBN 2711415171 et 9782711415175)
  • Elisabeth de Corbigny, Équitation éthologique: Du poulain nouveau-né au cheval monté, t. 2, Vigot,‎ , 218 p. (ISBN 2711415201 et 978-2711415205)
  • Elisabeth de Corbigny, Équitation éthologique: Équilibre et légèreté, t. 3, Vigot,‎ , 245 p. (ISBN 2711418308 et 9782711418305)
  • Elisabeth de Corbigny et Claude Lux (ill. Yvan Benoist-Gironière, photogr. Thierry Ségard), Manuel d'équitation éthologique : Savoirs 1 à 5, Vigot,‎ , 200 p. (ISBN 2711417980 et 978-2711417988)
Méthode La Cense[modifier | modifier le code]
  • La Cense, Les savoirs d'équitation éthologique: Tome 1, Savoir 1 & 2, vol. 1, Le Cherche Midi,‎ , 87 p. (ISBN 2749102081 et 9782749102085)
  • Yolaine de la Bigne et La Cense, Les savoirs d'équitation éthologique: Tome 3, Savoir 5, Le Cherche Midi,‎ , 111 p. (ISBN 2749102677 et 9782749102672)
Méthode Blondeau[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • Collectif, « Les secrets des chuchoteurs », Cheval magazine, Prest edit, no 7 (hors-série),‎ (lire en ligne)
  • [Delylle 2012] Antoinette Delylle, « Équitation éthologique : Utilisez-là à bon escient », Cheval magazine, no 492,‎ , p. 32-41
  • Collectif, « Montez éthologique ! », Cheval magazine, Prest edit, no 26 (hors-série),‎ (lire en ligne)
  • [Wahler et Tsaag Valren 2013] Brenda Wahler et Amélie Tsaag Valren, « L’équitation éthologique vue du Montana », Cheval Savoir, no 40,‎ (lire en ligne)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 24 juin 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.