Équipe des Indes orientales néerlandaises de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau : Pays-Bas Équipe des Indes orientales néerlandaises
Écusson de l' Équipe des Indes orientales néerlandaises
Généralités
Confédération Aucune[note 1]
Couleurs Orange et blanc
Surnom Belanda Hitam
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Pays-Bas Johannes Mastenbroek
Plus sélectionné Tan Hong Djien (5)
Meilleur buteur Tan Hian Goan
Ludwich Jahn (3[note 2])
Rencontres officielles historiques
Premier match Indes orientales néerlandaises Drapeau : Pays-Bas 1 - 0 Flag of the British Straits Settlements (1904–1925).svg Singapore Cricket Club
()[note 3]
Dernier match Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 9 - 2 Drapeau : Pays-Bas Indes orientales néerlandaises
()
Plus large victoire Arabisch-Inlandsch XI[note 4]
Drapeau : Pays-Bas 1 - 11 Drapeau : Pays-Bas Indes orientales néerlandaises
()[note 3]
Plus large défaite Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 9 - 2 Drapeau : Pays-Bas Indes orientales néerlandaises
()[note 5]
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 1
Huitième de finale en 1938
Jeux de l'Extrême-Orient Phases finales : 1
2e en 1934

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


L’équipe des Indes orientales néerlandaises de football (en néerlandais : Nederlands-Indisch voetbalelftal) était une sélection des meilleurs footballeurs des Indes orientales néerlandaises contrôlée par la Nederlandsch Indische Voetbal Bond (NIVB) puis par la Nederlandsch Indische Voetbal Unie (NIVU) et pour finir la Voetbal Unie in de Verenigde Staten van Indonesië (VUVSI). Elle a participé à la Coupe du monde 1938, où elle a été éliminée au premier tour. Après 1949, elle porte le nom d'Indonésie à la suite de l'indépendance du pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts et participation aux Jeux de l'Extrême-Orient[modifier | modifier le code]

Les débuts de la sélection[modifier | modifier le code]

Bien que le premier match officiel contre une sélection ait eu lieu en 1934, la sélection des Indes orientales néerlandaises a disputé son premier match en 1921, contre une sélection de Singapour, le Singapore Cricket Club (en), s'imposant sur le score d'un but à zéro[1], grâce à Kees Cortenbach en deuxième période. Puis deux matches ont lieu en 1928 et en 1930, contre une sélection locale australienne[2] puis de Shanghai[2], s'imposant 2-1 après prolongation puis faisant match nul (4-4)[3]. La sélection, créée en 1919, est certes membre de la FIFA depuis 1924 mais elle ne dispute pas de matches contre des sélections officielles.

Les Jeux de l'Extrême-Orient 1934 à Manille et la participation au championnat philippin[modifier | modifier le code]

Il faut attendre quatre années pour reformer la sélection des Indes orientales néerlandaises. La dixième édition des Jeux de l’Extrême-Orient voit l'invitation des Indes orientales néerlandaises à participer à l'épreuve de football. En guise de préparation, trois matches sont organisés contre des clubs de Java, à Batavia et à Surabaya, se soldant par trois victoires.

Le stade Rizal Memorial accueille les matches du tournoi de football pour les Jeux de l'Extrême-Orient 1934.

Pour son premier match dans le tournoi, à Manille, les Indes orientales néerlandaises affrontent le Japon, gagnant 7 buts à 1[4], grâce à deux triplés de Tan Hian Goan et de Jahn ainsi qu'un but de Tan Hong Djien. Pour le second match, elles s'inclinent contre la Chine sur le score de 2 buts à 0[2]. Enfin pour le dernier match, face aux Philippines, elles s'inclinent une nouvelle sur le score de 3 buts à 2[2] malgré un doublé de Suwu Lontoh. Finalement, les Indes orientales néerlandaises terminent deuxièmes grâce à une meilleure différence de buts[5].

Photographie de la sélection des Indes orientales néerlandaises en 1935.

Après cela, la sélection est invitée par la fédération philippine de football dans le championnat des Philippines de football 1935, au cours duquel, elle réalise quatre victoires et deux défaites, lui permettant de terminer vice-champion[6]. Quant au meilleur buteur de l'équipe, il s'agit de Giok Sien qui a inscrit quatorze buts. Il est le meilleur buteur de la sélection mais comme les matches sont contre des clubs, ils ne sont pas classés comme officiels.

Le voyage en Europe et la Coupe du monde 1938[modifier | modifier le code]

Qualification pour la Coupe du monde : qualifiées sans jouer[modifier | modifier le code]

Pour la Coupe du monde 1938, les Indes orientales néerlandaises s'inscrivent[note 6] dans les éliminatoires et seulement deux nations asiatiques y participent (Indes orientales néerlandaises et Japon). Parmi les trente-cinq pays inscrits pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1938, huit pays ont déclaré forfait dont le Japon. La raison invoquée : la plupart proteste contre le fait que la compétition soit de nouveau organisée en Europe.

Par conséquent, les matches contre le Japon sont annulés. Mais la FIFA décide d'organiser un barrage contre les États-Unis[7] le 26 mai 1938 à Rotterdam mais ces derniers déclarent forfait[note 7]. Finalement, ces deux matches annulés permettent aux Indes orientales néerlandaises de se qualifier, une première pour un pays asiatique. Les Indes orientales néerlandaises, le Brésil, Cuba, la Roumanie, l’Italie (comme championne en titre) et la France (comme organisatrice) sont les six équipes sur les quinze participantes à ne pas avoir disputé de matches pour se qualifier pour le mondial 1938.

Préparation et voyage en Europe[modifier | modifier le code]

Pour la Coupe du monde 1938, les Indes orientales néerlandaises ont réalisé des matches de préparation entre février et avril 1938, contre des clubs locaux, se soldant par sept victoires en onze matches[3] dont un onze buts à un contre l'Arabisch-Inlandsch XI (une sélection d'insulaires musulmans, composée de Javanais), le 3 avril 1938 à Semarang.

Arrivée en Europe le 25 mai, la sélection devait jouer le lendemain un match de barrage contre les États-Unis mais ce match a été annulé par les Américains, ainsi les Indes orientales néerlandaises se qualifient sans avoir joué un match qualificatif. Elle dispute néanmoins deux matches contre des clubs néerlandais (HBS et VV Haarlem), se soldant par un match nul[8] et une victoire[8].

La Coupe du monde 1938 : une brève expérience[modifier | modifier le code]

Le capitaine hongrois György Sárosi, ici à droite lors de la finale, inscrit un doublé contre les Indes orientales néerlandaises (28e et 89e).

Arrivées en France le 2 juin[9], les Indes orientales néerlandaises sont considérées comme une des « attractions de la Coupe du monde » car la sélection est la première équipe asiatique à y participer[10].

Le 5 juin, devant 9 000 personnes au Vélodrome municipal de Reims, elles affrontent en huitièmes-de-finale la Hongrie, quart-de-finaliste lors de l'édition 1934[11]. Dès la 13e minute, Willy Kohut ouvre la marque[12], suivi de deux minutes plus tard par Géza Toldi. Après cela, le gardien Tan Mo Heng encaissa deux nouveaux buts de György Sárosi à la 28e minute et de Gyula Zsengellér à la 35e minute. À la mi-temps, le score est de quatre buts à zéro pour les Hongrois. Au retour des vestiaires, les Hongrois récidivent avec deux buts inscrits une nouvelle fois par Gyula Zsengellér à la 76e minute et par György Sárosi à la 89e minute.

Le score final[13] se solde par un score de six buts à zéro[14]. Il s'agit du premier et unique match de l'actuelle Indonésie en Coupe du monde[15] et les Indes orientales néerlandaises terminent dernières du mondial 1938[note 8],[16].

Les derniers temps de la sélection[modifier | modifier le code]

Après le mondial en France, la sélection retourne quelques jours plus tard aux Pays-Bas, disputant des matches contre des clubs[2] et aussi la sélection néerlandaise[note 9] le 26 juin[13] à Amsterdam[17], s'inclinant[2] neuf buts à deux[18], malgré les buts de Hans Taihuttu et de Tjaak Pattiwael[note 5].

Après son voyage en Europe, il faut attendre 1939 pour voir la sélection rejouer un match, dans le cadre du championnat inter-province de Java contre une sélection de Bandung, s'inclinant six buts à zéro[19]. Il s'agit du dernier match de la sélection.

Puis le contexte des Indes orientales néerlandaises après 1939 n'est pas favorable au football : la Seconde Guerre mondiale entraîne à la fois l'invasion de la métropole en mai 1940[20] et l'invasion de la colonie par les Japonais (décembre 1941-février 1943)[21]. Cela entraîne l'interruption des activités footballistiques dans la colonie et la NIVU est mise en sommeil en 1942.

Malgré la libération de la colonie en 1945, la volonté d'indépendance gagne du terrain et cette dernière est proclamée en 1945 par Soekarno puis obtenue[22] en 1949. De ce fait, la NIVU rebaptisée VUVSI en 1948 a tenté de relancer le football, en organisant un match le 24 juin contre la Chine qui se prépare aux Jeux olympiques de 1948 mais le match est annulé à cause d'un quiproquo entre les fédérations[23], est finalement supplantée par le PSSI et disparaît en 1951.

Deux fédérations concurrentes : reflet des tensions dans la colonie[modifier | modifier le code]

Photographie aérienne de l'Exposition coloniale à Semarang du 13 août au 15 novembre 1914, durant laquelle un tournoi de football entre colons est organisé.

Colonie néerlandaise depuis 1800, le football a été introduit par les colons néerlandais à la fin du XIXe siècle, la première mention date de 1887 à Medan, sur l'île de Sumatra. En ce qui concerne les premiers clubs, ils sont créés à Java et à Sumatra à partir de 1894 et les premiers championnats débutent après 1900[3].

Mais les tensions entre Européens et colonisés commencent à se développer à travers le football : un tournoi de football est organisé en 1914 lors de l'Exposition coloniale à Semarang[3], afin de mettre en avant les clubs des colons. En parallèle, les Chinois organisent leur championnat (Chineesche Stedenwedstrijden) de 1912 à 1950[3], comme pour les « Insulaires » en 1923 dans la inlandsche stedenwedstrijden[3].

Les Européens créent une fédération officiellement le 19 avril 1919[note 10], Nederlandsch-Indische Voetbal Bond (NIVB), représentant les villes de Java. La NIVB adhère ensuite à la FIFA en tant que membre provisoire le 15 avril 1924 puis définitif le 24 mai 1924[note 11].

Cependant la NIVB disparaît en 1935 et la Nederlandsch Indische Voetbal Unie (NIVU)[3] lui succède dès le 9 juin 1935, et rapidement cette dernière adhère à la FIFA en tant que membre provisoire le 13 mai 1936 puis définitif le 14 août 1936[note 12].

En parallèle, les « Indonésiens » ou « Locaux » créent en 1930 le Persatuan Sepakbola Seluruh Indonesia (PSSI)[24]. Ces deux entités sont en concurrence[24] et ce jusqu'à l'indépendance, le tout dans un contexte de « Réveil national » (1908-1942)[25].

Le onze de départ face à la Hongrie en huitième de finale de la Coupe du monde 1938[26]

Tan Mo Heng Gardien de but - Hu Kon, Samuels - Nawir Capitaine, Meeng, Anwar - Tan Hong Djien, Soedarmadji, Zomers, Pattiwael, Taihuttu

Cette tension ressurgit pour la Coupe du monde 1938 car la NIVU a adhéré à la FIFA en 1936 et pas le PSSI. De plus, la NIVU établit la liste des joueurs pour le Mondial en France sans le consentement du PSSI[24], qui réclame plus de joueurs javanais[27] et de Sumatra dans l'équipe[3]. Face à la Hongrie, la NIVU a aligné trois Néerlandais, trois de Java et de Sumatra, deux Chinois, et trois des Moluques, ce qui va à l'encontre des idées du PSSI[24].

Après l'occupation japonaise, la fédération est rebaptisée en 1948 Voetbal Unie in de Verenigde Staten van Indonesië (VUVSI) en 1948 et tente de reprendre la main mais l'indépendance du pays fait disparaître la fédération pour laisser seulement le PSSI diriger le nouveau pays, l'Indonésie.

Parcours dans les compétitions[modifier | modifier le code]

L'équipe des Indes orientales néerlandaises a atteint une seule fois la phase finale de la Coupe du monde, en 1938. Elle ne passe pas le premier tour, n'inscrit pas de but et termine dernière du tournoi[28]. Au niveau régional, elle termine deuxième aux Jeux de l'Extrême-Orient en 1934 et en championnat philippin 1935.

Palmarès de l'équipe des Indes orientales néerlandaises de football
Compétitions internationales Compétitions continentales Autres tournois

Personnalités et statistiques[modifier | modifier le code]

Sélectionneur[modifier | modifier le code]

Pour les Jeux de l'Extrême-Orient 1934, la liste des joueurs nous est communiquée mais aucun nom n'apparaît pour le sélectionneur[5] ; il en est de même pour la participation au championnat philippin en 1935.

Le seul sélectionneur connu pour les Indes orientales néerlandaises est le Néerlandais Johannes Mastenbroek[2] qui a dirigé la sélection en 1938, dans le cadre de la Coupe du monde en France. Sélectionneur de l'équipe, il est aussi le président de la NIVU[29] de 1936 à 1942[30] et vice-président du comité olympique des Indes orientales néerlandaises (Nederlandsch-Indisch Olympisch Comité). Après cela, il revient à Enschede, où il s'occupe du softball et du baseball et permet les créations du club de softball Tex Town Tigers (nl) et du tournoi de baseball appelé J.C.J. Mastenbroek Tournament, baptisé ainsi en son honneur.

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs des Indes orientales néerlandaises face à des sélections officielles[note 2].
Rang Buts Joueur
1 3 Ludwich Jahn / Tan Hian Goan
3 2 Suwu Lontoh
4 1 Tan Hong Djien / Hans Taihuttu / Tjaak Pattiwael
Le onze de départ face au Japon lors des Jeux de l'Extrême-Orient 1934[31]

De Wolf Gardien de but - Denkelaar Capitaine, Chin Hoat - Baumgarten, Meeng - Hong Djien, Onong, A. Tetalepta, Hian Goan, Jahn, Kek Boo

Le premier buteur de la sélection est d'origine néerlandaise et s'appelle Kees Cortenbach, un joueur du Vios Batavia, lors du match contre Singapore Cricket Club en 1921[1]. Cependant, le match n'est pas officiel.

Les joueurs de la sélection reflètent la colonie, c'est-à-dire que les différents ethnies composant la colonie néerlandaise (colons, Chinois, Javanais, habitants de Sumatra et des Moluques) sont représentées. Ainsi, pour les Jeux de l'Extrême-Orient 1934, tous les joueurs viennent de l'île de Java mais comme on peut le remarquer sur la feuille de match contre le Japon, cinq joueurs sont d'origine néerlandaise, trois sont d'origine chinoise et les trois autres sont Javanais.

Parmi les joueurs de ce tournoi, le joueur d'origine chinoise Tan Hian Goan a la particularité d'avoir joué avec les Indes orientales néerlandaises en 1934 (inscrivant un triplé contre le Japon[32], faisant de lui l'un des deux meilleurs buteurs de la sélection, en compagnie de Ludwich Jahn) puis d'avoir participé aux Jeux olympiques 1936 avec la Chine, sous le nom de Tio Hian Guan[33], sans pour autant disputer le match contre la Grande-Bretagne.

Lors de la participation au championnat des Philippines 1935, le joueur de Makassar Giok Sien qui a inscrit quatorze buts[6], faisant de lui le meilleur buteur de la sélection mais ses buts ne rentrent pas en compte dans le classement car il a inscrit des buts contre des clubs et non des sélections.

Pour la Coupe du monde 1938, le milieu de terrain et capitaine Achmad Nawir est le plus connu : docteur dans le civil[34], il joue pour le HBS Soerabaja et est sélectionné dans l'équipe réserve pour les Jeux, puis dispute le championnat philippin et inscrit un but[6]. Il est ensuite nommé capitaine de la sélection pour le mondial en France, où il ne peut empêcher la défaite[35] contre la Hongrie[36]. Il était reconnaissable par le fait qu'il portait des lunettes pendant les matches.

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Carte des équipes rencontrées par les Indes orientales néerlandaises.
Nombre de matches disputés contre l'équipe des Indes orientales néerlandaises de football :
  • Les Indes orientales néerlandaises
  • Aucun match
  • Un match

De par sa situation géographique et du contexte colonial, les Indes orientales néerlandaises ont affronté trois équipes asiatiques et deux sélections européennes. Il faut noter que la sélection n'a jamais joué de matches officiels à domicile contre des sélections nationales.

En participant aux Jeux de l'Extrême-Orient 1934, les Indes orientales néerlandaises affrontent les premières sélections nationales asiatiques comme le Japon, les Philippines et la Chine, toutes affiliées à la FIFA. Le bilan se solde par une victoire et deux défaites et il s'agit des seuls matches contre une sélection asiatique[37].

Quant à ses plus larges victoires, la sélection bat lors de son premier match de son histoire en 1934 le Japon sur le score de sept buts à un, ce qui constitue aussi la seule victoire de la sélection contre une sélection nationale. Pour autant, la plus large victoire a eu lieu le 3 avril 1938 contre l'Arabisch-Inlandsch XI sur le score de onze buts à un, cependant cette rencontre n'est pas officielle.

La sélection a connu ses plus lourdes défaites contre des sélections européennes : lors du mondial 1938, la Hongrie atomise les Indes orientales néerlandaises six buts à zéro[38], suivi de quelques jours plus tard d'une défaite contre la puissance coloniale, les Pays-Bas, sur le score de neuf buts à deux[note 5], bien que la KNVB et la FIFA ne considèrent pas ce match comme officiel. Le bilan se solde par deux défaites contre les sélections européennes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'AFC n'est créée qu'en 1954.
  2. a et b Giok Sien inscrit quatorze buts lors du championnat des Philippines 1935 mais ses buts ont été inscrits contre des clubs et non des sélections.
  3. a et b Ce match n'est pas reconnu par la FIFA.
  4. Il s'agit d'une sélection de joueurs locaux musulmans.
  5. a b et c La KNVB comme la FIFA ne considèrent pas ce match comme officiel.
  6. La NIVU adhère provisoirement à la FIFA en mai 1936 puis définitivement en août 1936.
  7. Les États-Unis se sont retirés pour des raisons financières mais aussi pour organiser un match plus prestigieux contre un club anglais, match qui sera annulé.
  8. À l'origine, les équipes ayant participé à cette Coupe du monde n'étaient pas classées. Cependant, en 1986, la FIFA établit rétroactivement un classement final de chaque Coupe du monde, basé sur la progression lors de la compétition, le nombre de matches gagnés, la différence de buts puis enfin sur le nombre de buts marqués.
  9. Les Pays-Bas ont aussi été battus en huitièmes-de-finale de la Coupe du monde 1938 (par la Tchécoslovaquie, sur le score de 3-0 après prolongation).
  10. Il s'agit de la cinquième fédération créée en Asie, après Singapour en 1892, les Philippines en 1907, Hong Kong en 1914 et la Thaïlande en 1916.
  11. Concernant la NIVB, elle est la première fédération asiatique à adhérer à la FIFA.
  12. Concernant la NIVU, elle est la sixième fédération asiatique à adhérer à la FIFA, après la Thaïlande en 1925, les Philippines en 1928, le Japon en 1929, la Chine en 1931 et le Liban en 1935.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Batavia Trip of Singapore Cricket Club 1921 », sur rsssf.com (consulté le 24 octobre 2017)
  2. a b c d e f et g (nl) « Een historische voetbalreis », sur javapost.nl (consulté le 4 novembre 2017)
  3. a b c d e f g et h (en) « Dutch East Indies International Matches », sur rsssf.com (consulté le 24 octobre 2017)
  4. (ja) « Timeline 1934 », sur samuraiblue.jp (consulté le 24 octobre 2017)
  5. a et b (en) « Tenth Far Eastern Games 1934 (Manila) », sur rsssf.com (consulté le 24 octobre 2017)
  6. a b et c (en) « Philippines 1935 », sur rsssf.com (consulté le 24 octobre 2017)
  7. (en) « The Dutch East Indies’ summer of football », sur backpagefootball.com (consulté le 1er mars 2018)
  8. a et b (en) « Dutch Tour of Dutch East Indies 1938 », sur rsssf.com (consulté le 5 novembre 2017)
  9. (nl) « Limburgsch Dagblad 28-05-1938 », sur delpher.nl (consulté le 25 octobre 2017)
  10. (it) Emilio De Martino, Tre volte campioni del mondo : da Berlino a Parigi diaro di un giornalista, Milan, Il Calcio Illustrato (it), , 189 p.
  11. « Autriche 2-1 Hongrie », sur fifa.com (consulté le 25 octobre 2017)
  12. (hu) « Magyarország - Holland-India 6 : 0 », sur magyarfutball.hu (consulté le 25 octobre 2017)
  13. a et b (id) « Melacak tim Hindia Belanda di Piala Dunia 1938 », sur bbc.com (consulté le 25 octobre 2017)
  14. « Hongrie 6-0 Indes orientales néerlandaises », sur fifa.com (consulté le 25 octobre 2017)
  15. « 1938 : En attendant l'horreur ... », sur sofoot.com (consulté le 25 octobre 2017)
  16. (en) « Fact Sheet - FIFA World Cup : All-time ranking », sur fifa.com (consulté le 3 mars 2018)
  17. (nl) « Voorspelling uit 1938: Indonesië – Nederland eindigt in 4-4 », sur sportsgeschiedenis.nl (consulté le 4 novembre 2017)
  18. (en) « Netherlands - Olympische Dag 1933-1958 », sur rsssf.com (consulté le 25 octobre 2017)
  19. (en) « Dutch East Indies - Football History / Java - Interprovincial Championship 1939 », sur rsssf.com (consulté le 25 octobre 2017)
  20. (en) « War over Holland », sur waroverholland.com (consulté le 25 octobre 2017)
  21. (en) « Welcome to the Forgotten Campaign: The Dutch East Indies Campaign 1941-1942 website », sur dutcheastindies.webs.com (consulté le 25 octobre 2017)
  22. (en) « The National Revolution, 1945-50 », sur countrystudies.us (consulté le 5 novembre 2017)
  23. (en) « Selection for 1948 Match against China », sur rsssf.com (consulté le 1er mars 2018)
  24. a b c et d (en) « PSSI HISTORY », sur blog.unikom.ac.id (consulté le 29 octobre 2017)
  25. Indonesia Diplomatic Handbook, (ISBN 9781433023392, présentation en ligne)
  26. « Feuille de match Hongrie-Indes orientales néerlandaises », sur FIFA.com (consulté le 28 octobre 2017)
  27. Gary Amstrong, Football Cultures and Identities, (ISBN 9780230378896, présentation en ligne)
  28. (en) « FIFA World Cup™ ranking by tournament », sur fifa.com (consulté le 26 octobre 2017)
  29. (id) « Go... Go... Indonesia », sur books.google.fr (consulté le 26 octobre 2017)
  30. (en) « Eight big league-teams in Mastenbroek Tournament », sur grandslam.nl. (consulté le 26 octobre 2017)
  31. « Additional Squad Info », sur rsssf.com (consulté le 27 février 2018)
  32. (en) « Additional Trivia », sur rsssf.com (consulté le 27 février 2018)
  33. (en) « Chinese Olympic team 1936 », sur rsssf.com (consulté le 27 février 2018)
  34. (en) « FIFA World Cup Amazing facts from finals », sur dailynews.lk (consulté le 27 février 2018)
  35. (en) « Achmad Nawir », sur fifa.com (consulté le 27 février 2018)
  36. (en) « Indonesia matches (1938) », sur fifa.com (consulté le 1er mars 2018)
  37. (en) « Indonesia matches (1934) », sur fifa.com (consulté le 1er mars 2018)
  38. (en) « Hungary 6-0 Dutch East Indies », sur 11v11.com (consulté le 27 février 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ces liens externes nous permettent de voir le match des Indes orientales néerlandaises à la Coupe du monde de football de 1938 contre la Hongrie.