Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV à la Coupe du monde 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV dispute la coupe du monde de rugby à XV 2011 à domicile et donc, fait office de grande favorite pour sa septième participation en autant d'épreuves.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tri-nations 2011.

Les All Blacks terminent deuxième du tri-nations qui sert de tournoi préparatoire pour la coupe du monde.

Liste des sélectionnés[modifier | modifier le code]

Graham Henry dévoile sa liste des trente joueurs retenus pour la Coupe du monde de rugby à XV 2011 le 23 août 2011[1]. Daniel Carter est forfait pour le reste de la compétition à la suite d'une blessure aux adducteurs et est remplacé par Aaron Cruden[2]. Blessés lors du quart de finale face à l'Argentine, Mils Muliaina et Colin Slade sont remplacés respectivement par Hosea Gear et Stephen Donald[3].

Effectif de l'équipe de Nouvelle-Zélande
Entraîneur Graham Henry
Avants Pilier John Afoa, Ben Franks, Owen Franks, Tony Woodcock
Talonneur Corey Flynn, Andrew Hore, Keven Mealamu
Deuxième ligne Anthony Boric, Brad Thorn, Sam Whitelock, Ali Williams
Troisième ligne aile Victor Vito, Richie McCaw (cap.), Adam Thomson, Kieran Read
Troisième ligne centre Jerome Kaino
Arrières Demi de mêlée Jimmy Cowan, Andrew Ellis, Piri Weepu
Demi d'ouverture Daniel Carter, Colin Slade, Aaron Cruden, Stephen Donald
Centre Richard Kahui, Ma'a Nonu, Conrad Smith, Sonny Bill Williams
Ailier Israel Dagg, Zac Guildford, Cory Jane, Hosea Gear
Arrière Mils Muliaina, Isaia Toeava

La coupe du monde[modifier | modifier le code]

Phase de poule[modifier | modifier le code]

Les matchs[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Zélande dispute quatre matchs préliminaires dans la poule A.


20 h 30 UTC+12
Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 41 – 10
(29 – 3)
Drapeau : Tonga Tonga Eden Park, Auckland
60 214 spectateurs
Arbitre : George Clancy Drapeau : Irlande
Essai(s) : Dagg 2 (12e, 29e), Kahui 2 (20e, 33e), Kaino (59e), Nonu (77e)
Transformation(s) : Carter 3 (21e, 30e, 34e), Slade (78e)
Pénalité(s) : Carter (5e)
Essai(s) : Taumalolo (72e)
Transformation(s) : Morath (73e)
Pénalité(s) : Morath (41e)


20 h 00 UTC+12
Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 83 – 7
(38 – 0)
Drapeau : Japon Japon Waikato Stadium, Hamilton
30 484 spectateurs
Arbitre : Nigel Owens Drapeau : Pays de Galles
Essai(s) : Smith (4e), Kahui 2 (16e, 45e), Kaino (22e), Mealamu (30e), Ellis (34e), Slade (36e), Williams 2 (50e, 79e), Toeava (56e), Hore (61e), Nonu (62e), Thomson (76e)
Transformation(s) : Slade 9 (4e, 30e, 34e, 36e, 45e, 50e, 56e, 76e, 79e)
Essai(s) : Onozawa (59e)
Transformation(s) : Williams (59e)


20 h 30 UTC+12
Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 37 – 17
(19 – 3)
Drapeau : France France Eden Park, Auckland
60 856 spectateurs
Arbitre : Alain Rolland Drapeau : Irlande
Essai(s) : Thomson (11e), Jane (18e), Dagg 2 (23e, 42e), S.B. Williams (77e)
Transformation(s) : Carter 3 (19e, 24e, 43e)
Pénalité(s) : Carter (48e)
Drop(s) : Carter (63e)
Essai(s) : Mermoz (55e), Trinh-Duc (75e)
Transformation(s) : Yachvili 2 (56e, 76e)
Pénalité(s) : Yachvili (40e)


15 h 30 UTC+13
Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 79 – 15
(37 – 8)
Drapeau : Canada Canada Westpac Stadium, Wellington
37 665 spectateurs
Arbitre : Romain Poite Drapeau : France
Essai(s) : Guildford 4 (7e, 25e, 35e, 76e), Vito 2 (12e, 80e), Dagg (20e), Muliaina (29e), Cowan (44e), Kaino 2 (52e, 67e), S.B. Williams (59e)
Transformation(s) : Slade 4 (7e, 29e, 44e, 52e), Weepu 4 (59e, 67e, 76e, 80e)
Pénalité(s) : Slade (16e)
Essai(s) : Trainor 2 (40e, 42e)
Transformation(s) : Monro (42e)
Pénalité(s) : Monro (3e)

Classement de la poule[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Zélande termine première de son groupe avec 4 victoires en 4 matchs dont 4 bonus offensifs.

Rang Pays Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 4 4 0 0 36 6 4 0 240 49 191 20
2 Drapeau : France France 4 2 0 2 13 9 2 1 124 96 28 11
3 Drapeau : Tonga Tonga 4 2 0 2 7 13 0 1 80 98 -18 9
4 Drapeau : Canada Canada 4 1 1 2 9 20 0 0 82 168 -86 6
5 Drapeau : Japon Japon 4 0 1 3 8 25 0 0 69 184 -115 2

Quart-de-finale[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Zélande, qualifiée pour les quarts-de-finale, rencontre les Argentins qui ont terminé deuxième de la poule B.

9 octobre
20 h 30 UTC+13
Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 33 – 10
(12 – 7)
Drapeau : Argentine Argentine Eden Park, Auckland
57 192 spectateurs
Arbitre : Nigel Owens Drapeau du pays de Galles
Essai(s) : Read (67e), Thorn (78e)
Transformation(s) : Cruden (79e)
Pénalité(s) : Weepu 7 (12e, 25e, 36e, 39e, 49e, 59e, 73e)
Essai(s) : Farias Cabello (31e)
Transformation(s) : Contepomi (32e)
Pénalité(s) : Bosch (46e)

Demi-finale[modifier | modifier le code]

L'Australie affronte la Nouvelle-Zélande en demi-finale.

Feuille de match
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 20 – 6 Australie Drapeau : Australie

(mt :14 - 6 )

à l'Eden Park, Auckland

Homme du match : Cory Jane Drapeau : Nouvelle-Zélande

Points marqués :

  • Nouvelle-Zélande : 1 essai de Nonu (6e), 4 pénalités de Weepu (13e, 38e, 43e, 73e) et 1 drop de Cruden (22e)
  • Australie : 1 pénalité de O'Connor (16e) et 1 drop de Cooper (32e)

Évolution du score : 5-0, 8-0, 8-3, 11-3, 11-6, 14-6, 17-6, 20-6

Arbitre : Craig Joubert Drapeau : Afrique du Sud

Spectateurs :

Résumé : La Nouvelle-Zélande joue à domicile, elle a remporté tous ses matchs de la compétition, elle présente la meilleure attaque. L'Australie a remporté le Tri-nations 2011, les deux demi-finales contre les All Blacks en 1991 et 2003[4]. La Nouvelle-Zélande inscrit rapidement un essai par Ma'a Nonu et six points au pied par Piri Weepu pour avoir un avantage au score de 14-6[4]. Quade Cooper et David Pocock ne parviennent pas à inverser le cours du match, les All Blacks l'emportent pour disputer une troisième finale après 1987 et 1995[4].

Composition des équipes
Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande

Titulaires
Israel Dagg 15
Cory Jane 14
Conrad Smith 13
marqué à la 6 minute 6e Remplacé après 74 minutes 74e Ma'a Nonu 12
Richard Kahui 11
Aaron Cruden 10
Remplacé après 56 minutes 56e Entré après 70 minutes 70e  Piri Weepu 9
Kieran Read 8
Richie McCaw 7
Jerome Kaino 6
Brad Thorn 5
Entré après 56 minutes 56e  Sam Whitelock 4
Owen Franks 3
Remplacé après 63 minutes 63e Keven Mealamu 2
Tony Woodcock 1
Remplaçants
Andrew Hore 16
Ben Franks 17
Entré après 56 minutes 56e  Ali Williams 18
Victor Vito 19
Entré après 56 minutes 56e  Remplacé après 70 minutes 70e Andrew Ellis 20
Stephen Donald 21
Entré après 74 minutes 74e  Exclu temporairement de 76e à 86e 76e à 86e Sonny Bill Williams 22
Entraîneur
Graham Henry Drapeau : Nouvelle-Zélande

Drapeau : Australie Australie

Titulaires
15 Adam Ashley-Cooper
14 James O'Connor
13 Anthony Faingaa Remplacé après 62 minutes 62e
12 Pat McCabe Remplacé après 34 minutes 34e Entré après 40 minutes 40e  Remplacé après 48 minutes 48e
11 Digby Ioane
10 Quade Cooper
9 Will Genia
8 Radike Samo Remplacé après 60 minutes 60e
7 David Pocock
6 Rocky Elsom
5 James Horwill
4 Dan Vickerman Remplacé après 60 minutes 60e Entré après 27 minutes 27e  Remplacé après 34 minutes 34e
3 Ben Alexander
2 Stephen Moore Entré après 66 minutes 66e 
1 Sekope Kepu Remplacé après 21 minutes 21e
Remplaçants
16 Tatafu Polota-Nau Entré après 66 minutes 66e 
17 James Slipper Entré après 21 minutes 21e 
18 Rob Simmons Entré après 25 minutes 25e  Remplacé après 27 minutes 27e Entré après 60 minutes 60e 
19 Ben McCalman Entré après 60 minutes 60e 
20 Luke Burgess
21 Berrick Barnes Entré après 34 minutes 34e  Remplacé après 40 minutes 40e Entré après 48 minutes 48e 
22 Rob Horne Entré après 62 minutes 62e 
Entraîneur
Drapeau : Nouvelle-Zélande Robbie Deans

Finale[modifier | modifier le code]

Résumé

D'emblée, les Français mettent la pression aux All Blacks. Dans les trois premières minutes, ils offrent une séquence de 12 temps de jeu. Par la suite, les débats s'équilibrent mais le match reste d'une rare intensité, les joueurs faisant preuve d'un fort engagement. Si bien que Morgan Parra doit sortir sur saignement, remplacé par François Trinh-Duc (12e). Durant le premier quart d'heure, les Néo-Zélandais ont donc de quoi douter mais à la 15e minute, sur un alignement en touche à 5 mètres de la ligne française, une combinaison entre Jerome Kaino et Tony Woodcock amène ce dernier à inscrire le premier essai de la partie. Piri Weepu rate cependant la transformation (0-5). Les All Blacks prennent le score et dominent dès lors les débats. Ainsi, après le retour de Parra (18e), les Bleus sont pénalisés en mêlée (19e). Puis, à la 23e minute, Parra, tout juste rentré, subit un nouveau tampon. Victime de ce qui s’avérera être une fracture du plancher orbitaire droit[5], il cède définitivement sa place à Trinh-duc, qui n'a plus été titulaire depuis plus d'un mois, un nouveau coup dur pour l'équipe de France qui concède alors cinq pénalités au sol. Sur les six pénalités concédées aux Néo-Zélandais durant cette mi-temps, deux auront été tentées directement. La France bénéficie du manque de réussite de Weepu qui n'en passe aucune. Les quatre autres servent à investir le camp français mais les Bleus résistent bien aux assauts néo-zélandais. Le combat est toujours aussi intense et c'est au tour des All Blacks de perdre leur ouvreur Aaron Cruden, touché au genou droit et remplacé par Stephen Donald. Le score reste 0-5 à la mi-temps.

Le début de deuxième mi-temps est également dominé par les All Blacks. À la 45e minute, une faute française au sol offre une nouvelle pénalité aux locaux. Weepu ayant raté ses trois tentatives, Donald s'en charge, avec succès (0-8). Les Bleus perdent ensuite leur ailier Vincent Clerc (46e). Maxime Médard prend sa place à l'aile et Damien Traille rentre à l'arrière. La domination néo-zélandaise s’accroît encore et les Français concèdent quatre nouvelles pénalités en dix minutes : les All Blacks campent dans la moitié de terrain française. Cependant, les Bleus compensent leur indiscipline par leur engagement, à l'image de leur capitaine Thierry Dusautoir qui administre 21 placages au cours de cette finale. Sur un temps fort des Bleus, il inscrit un essai sous les poteaux à la 57e, transformé par Trinh-Duc (7-8). Cet essai semble faire douter les joueurs All Blacks[6], à l'image de Weepu qui rate le coup de pied de renvoi en l'envoyant directement en touche. Les Néo-Zélandais connaissent alors une période stérile. Mais cela n'atténue pas leur domination pour autant. Trois minutes plus tard, les Français sont à nouveau pénalisés en mêlée et les All Blacks reviennent dans le camp adverse.

Finalement, la Nouvelle-Zélande s'impose 8 à 7[7] au terme d'un match âprement disputé où les décisions du corps arbitral pourraient avoir pesé[8].

23 octobre
21 h 00 UTC+13
France Drapeau : France 7 – 8
(0 – 5)
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Eden Park, Auckland

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Vito sneaks into All Blacks 30 », sur www.planetrugby.com, (consulté le 23 août 2011)
  2. Richard Escot, « Carter: Mondial terminé », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 3 octobre 2011)
  3. « Muliana doit renoncer », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 10 octobre 2011)
  4. a b et c (en) Tom Fordyce, « Rugby World Cup 2011 semi-final: New Zealand 20-6 Australia », sur news.bbc.co.uk, BBC, (consulté le 16 octobre 2011)
  5. « Parra out un mois », sur coupe-du-monde.tf1.fr, Midi olympique, (consulté le 24 octobre 2011)
  6. Émilie Dudon, « McCaw: "Il ne fallait pas paniquer" », sur coupe-du-monde.tf1.fr, Midi olympique, (consulté le 24 octobre 2011)
  7. Jérémy Fadat, « Coupe du monde de rugby - Le coup était presque parfait », sur coupe-du-monde.tf1.fr, Midi olympique, (consulté le 24 octobre 2011)
  8. David Reyrat, « Les Bleus frustrés par l’arbitrage », sur coupe-monde-rugby.lefigaro.fr/, Le Figaro, (consulté le 24 octobre 2011)