Équatoria (bande dessinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Équatoria.
Équatoria
14e album de la série Corto Maltese
Scénario Juan Díaz Canales
Dessin Ruben Pellejero

Personnages principaux Corto Maltese

Éditeur Casterman
Première publication 2017
ISBN 978-2-203-12209-3
Nb. de pages 80 en couleurs
88 en noir et blanc

Prépublication Le Figaro Magazine
Albums de la série Corto Maltese

Équatoria est un album de bande dessinée, de la série Corto Maltese. Publié en 2017, il est le deuxième de la série après la mort de Hugo Pratt. Ses auteurs sont Juan Díaz Canales et Ruben Pellejero. Il montre Corto Maltese sur les traces du royaume du prêtre Jean, puis traversant l'Afrique jusqu'en Équatoria.

Résumé[modifier | modifier le code]

À Venise, Corto Maltese rencontre une journaliste britannique, Aïda. Il lui parle du royaume du prêtre Jean et l'invite à partir avec lui à Malte à la recherche du miroir de ce prêtre.

N'ayant pu débarquer à Malte, ils arrivent en Égypte, à Alexandrie. Maltese y fait plusieurs rencontres et déjoue un attentat contre Winston Churchill pour sauver la vie d'Aïda qui l'interviewait.

Ils embarquent tous deux sur le bateau d'Henry de Monfreid, avec qui Aïda décide de rester pour un reportage sur ses aventures, pendant que Corto débarque avec une esclave à Zanzibar. Il y rencontre l'ancien trafiquant Tippo Tip, qui finance une expédition pour que la fille d'Emin Pacha puisse retrouver les restes de son père en Équatoria où il était gouverneur. Maltese dirige l'expédition. Malgré les turpitudes dues aux colonialistes britanniques, il mène à bien sa mission.

Jugements sur l'album[modifier | modifier le code]

Pour Olivier Delcroix, ce « nouvel épisode de l'aventurier charmeur » est « une grande réussite ». Dès le début de l'album, l'entrée en matière « surréaliste » emmène Maltese « vers des horizons aussi littéraires que poétiques »[1].

Anne Douhaire trouve aussi que c'est « une expédition BD réussie », avec une bonne dose d'aventure, et « ce qu'il faut de mystère et d'ésotérisme ». Elle juge le propos clair, l'intrigue bien menée et subtile[2].

Publication[modifier | modifier le code]

L'épisode est prépublié à partir du 27 juillet 2017 dans Le Figaro Magazine.

Il paraît en album en septembre suivant aux éditions Casterman, en deux versions : une version noir et blanc, et une version en couleurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]