Époque édouardienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'époque édouardienne tient son nom de Édouard VII

L’époque édouardienne au Royaume-Uni est la période allant de 1901 à 1910, c'est-à-dire l'époque du règne de Édouard VII. Elle a succédé à l'époque victorienne et est parfois étendue pour inclure le naufrage du Titanic en 1912, le début de la Première Guerre mondiale en 1914 ou sa fin, en 1918. Son équivalent, en France, est la Belle Époque.

Culture[modifier | modifier le code]

Probablement en raison du goût du roi pour le voyage, cette époque est marquée par un enthousiasme pour l’art et la mode de l’Europe continentale. La musique est marquée par les compositions patriotiques d’Elgar et de Parry, où les cordes dominent.

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie poursuit sa modernisation, et on voit une augmentation du nombre de personnes exerçant des nouveaux métiers tels que les employés de bureau ou de banque, ou dans les grands magasins. Mais la force industrielle de l’économie est en passe de se faire dépasser par l'économie allemande (cf. le label protectionniste made in Germany), produisant des tensions de plus en plus fortes dont le résultat est bien connu : l’éclatement de la première guerre mondiale.

Société[modifier | modifier le code]

Une suffragette à Londres (1910).

Socialement, cette époque se caractérise par la rigidité du système britannique de classe sociale.

Lois sociales[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Libéral de 1906 va suivre l’exemple de l’Allemagne en introduisant quelques-unes des premières lois sociales : des modestes allocations de retraite, et un système d'assurance maladie pour une partie de la population. Les coûts de ce programme vont engendrer des conflits avec la chambre des Lords, deuxième chambre du parlement, contrôlée par l’aristocratie. Le niveau des impôts est beaucoup plus bas qu'il ne sera plus tard dans le siècle, et les Lords refusent de voter le budget. Le gouvernement provoque une crise dont le résultat est que leurs lois sociales sont votées, à l’approbation populaire générale. Une loi de 1911 réduira définitivement le pouvoir de la chambre des Lords au sein du parlement britannique.

Le droit de vote des femmes[modifier | modifier le code]

C’est pendant la période édouardienne que la campagne pour le droit de vote des femmes atteint son niveau le plus élevé. En 1903, frustrée par le manque de progrès à ce sujet malgré quarante ans de campagnes légalistes, Emmeline Pankhurst lance une nouvelle organisation, la Women's Social and Political Union, dont le mot d'ordre est "Des actions, pas de mots". Elle se lance dans une campagne d'action directe contre la propriété, sans user de violence envers autrui. Des boites à lettres sont brûlées, des vitrines cassées, des œuvres d'art détruites, et autour de mille suffragettes sont emprisonnées. En prison elles recourent à la grève de la faim, et le gouvernement répond par un programme d'alimentation forcé et violent qui fait la une de tous les journaux.

Articles connexes[modifier | modifier le code]