Éponge hémostatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les éponges hémostatiques résorbables sont divers types d'éponges synthétiques composés de matériaux d'origine biologique (biomatériaux), stériles, résorbables par l'organisme. Elles visent à stopper des saignements mineurs (externes ou internes selon les cas) et favoriser la cicatrisation. Elles sont notamment utiles en cas d’avulsion dentaire dans la bouche dans laquelle l'action fibrinolytique de la salive peut ralentir la formation de caillot sanguin. La porosité de ces éponges permet une plus grande absorption de fluide arrivant (elles assimilent du liquide jusqu'à 35 fois leur poids).
Elles se présentent comme un matériau sec, souple, poreux et sont vendues sous diverses formes et marques commerciales (Surgicel®, Nu-Knit, Gelfoam®… ).
Au contact du sang, l’éponge gonfle et forme un bouchon gélatineux qui arrête le saignement (probablement plus par action physique et mécanique qu’en agissant sur la coagulation sanguine)[1],[2],[3]. L'éponge augmente la surface de contact avec le sang (et donc l'adhésion plaquettaire) et l’activation de facteur XII en offrant une matrice facilitant la formation et stabilisation du caillot.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sans doute depuis la préhistoire, l'homme a cherché des moyens d’arrêter une hémorragie.

Ce besoin est devenu encore plus important en période de guerre (l'hémorragie incontrôlable ou incontrôlée est encore de nos jours la première cause de mortalité dans les combats[4]).

Hormis la compression et le pansement compressif, les toiles d'araignées ou l’argile utilisés pour les plaies externes (en particulier le kaolin qui connait d’ailleurs un regain d’intérêt de ce point de vue[5],[6],[7],[8]), la médecine traditionnelle ne disposait que de peu de solutions.

Dans la première moitié du XXe siècle, diverses poudres hémostatiques et des éponges hémostatiques ont été inventées. En 1951, un brevet porte par exemple sur une éponge constituée d’un mélange de fibrine et de gélatine non dénaturée[9]. Une préparation hémostatique minérale granulaire (poudre) à base de zéolite et de kaolin, base du QuikClot mis au point pour le champ de bataille (la valeur du zéolite comme agent coagulant a été découverte par Frank Hursey (co-fondateur de la société Z-Medica) en 1984 et breveté en 1989[10]). Mais elle a dû être modifiée, car la zéolithe interagissait avec le sang en entretenant une réaction exothermique conduisant à des brûlures graves et à une nécrose des graisses musculaires (l'application de l'agent sur une plaie saignante y entraînait une élévation de température pouvant dépasser 95 °C et jusqu'à 50°C environ à 3 mm de profondeur). Il faut attendre 2004 pour avoir une confirmation scientifique de ce problème, en laboratoire sur des porcs anesthésiés[4]. Une version pré-hydratée de la zéolite a ensuite permis d'atténuer ce problème.

Matériaux[modifier | modifier le code]

Les éponges hémostatiques utilisées durant le XXe siècle et jusqu’à nos jours sont pour la plupart préparées par réticulation et lyophilisation, à partir de :

  • Collagène natif (éventuellement associé à un fibrinogène ; Ex : il existe une éponge de collagène équin imbibée de fibrinogène et de thrombine humains stabilisés par de l'albumine (vendu sous le nom de Tachosil[11]) ; Le collagène provient de peaux ou de tendons d’animaux. Dans ses usages médicaux il est vendu sous plusieurs formes : poudre ou compresse et cônes blancs et non friables résorbables en 2 à 8 semaines (selon le type de collagène, la quantité utilisée et sa localisation dans l’organisme [12].
  • Collagène hydrolysé (ex Octocolagen®) ;
  • Gélatine ; elle est lyophilisé et stérile, produite à partir de restes animaux porcins (ex : Gelfoam, gelita, curaspon), bovins (Pangen®, Collagene Z®, Bleed-X®, Antema®, Curacoll®, Biocollagen®) ou équiens, et dans tous ces cas considérée non-antigénique, c'est-à-dire ne risquant pas ou très peu de susciter un risque allergique (une allergie croisée reste possible dans de rares cas[13], par exemple en cas d'allergie à la viande rouge[14]);
    Certains fabricants additionnent de la thrombine à la gélatine pour accroître ses propriétés hémostatiques.
  • Oxycellulose (ou cellulose oxydée régénérée)[18] se présentant comme une gaze tricotée, blanche, pouvant être être suturée ou découpée sans se déchirer (vendue par exemple sous les marques surgicel®, curacel®, tabotamp®). La fibre constituant cette gaze est produite à partir de partir de pâte de bois[19]. Capable d'absorber plusieurs fois son poids en sang, il favorise la formation et la protection du caillot[12].
    Son pH naturellement acide a en outre des propriétés bactéricides contre diverses bactéries gram positif et gram négatif, aérobies ou anaérobies[12].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Leur fonction principale est de bloquer une hémorragie due à un traumatisme accidentel ou chirurgical.

Toutes les éponges hémostatiques présentent une structure poreuse et microporeuse qui leur permet d’absorber (par rapport à leur poids et à leur volume) une grande quantité de sang (jusqu’à plus de 30 fois leurs poids dans certains cas). Elles font partie des matériaux et « adjuvants » qui, en complément de la suture, ont des effets "patch", de comblement d'espace vide, d'adhérence, de remplissage d'interstice, d'obturation de brèches.

En chirurgie de la bouche l'éponge hémostatique peut aider le processus de la cicatrisation, mais quand une éponge hémostatique de collagène est utilisée seule pour bloquer l’hémorragie dans une alvéole dentaire laissée vite par l'avulsion d'une dent, rien n’indique dans la littérature scientifique (selon Blanchy[20]) que ces éponges pourraient avoir un rôle dans le maintien du volume osseux alvéolaire. À elle seule, l'éponge ne peut corriger le défaut osseux parodontal ni limiter la résorption post-extractionnelle de l'os (qui peut gêner la future pose d’un implant) ; « En revanche, la mise en place dans l’alvéole d’une éponge de collagène associée à des facteurs de croissance permet de maintenir la hauteur et la largeur de la crête alvéolaire »[20], par exemple en combinaison avec rhBMP-2)[21].

Tolérance et devenir dans l'organisme[modifier | modifier le code]

Le collagène a de nombreux usages biomédicaux et paramédicaux[22]. Les éponges de collagène sont considérées comme bien tolérées par l'organisme (même si quelques cas d’allergie ont été rapportés[23]). Elles se liquéfient en une semaine environ, et dans les tissus mous sont totalement résorbée en 4 à 6 semaines[3].

Précaution[modifier | modifier le code]

Le contact osseux direct avec l'oxycellulose est déconseillé, y compris par l'OMS, notamment en chirurgie dentaire en raison d’un risqué majoré d'alvéolite[24],[25] (avec un risque encore aggravé chez les fumeurs et chez les femmes sous contraceptifs oraux). Selon Bonine & Larsen (1995), de manière générale, un bain de bouche 2 à 3 fois par jour (après les repas) à la chlorhexidine diminue le risque d'alvéolite induit par une avulsion dentaire[26].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les éponges hémostatiques sont utilisées, parfois en compléments de colles biologiques en chirurgie (chirurgie militaire[27], buccale, parodontale ou implantaire, notamment, mais aussi générale, cardiaque et orthopédique), ceci afin de limiter les hémorragies et le risque de choc hémorragique. Elles sont préfabriquées en en forme cubique ou arrondies ou en plaque découpables[28], et s'appliquent après avoir été humidifiées pour réduire ou stopper le saignement.

Elles se montrent notamment utile chez les patients cardiopathes sous traitement antithrombotique (cas de plus en plus fréquent en raison du vieillissement de la population et de l'augmentation d'incidence des maladies cardiovasculaires[29]. Ces patients présentent un risque accru d’hémorragie anormale et dangereuse (per et postopératoire).

Recherche & innovation[modifier | modifier le code]

Divers axes sont explorés par la Recherche, et notamment :

  • Éponge hémostatique injectable[33].
  • Association de chitosan (dérivé de la chitine) à de la gélatine [34]. Ceci a été testé dans les années 2000-2010 puis un nouveau dispositif à base de chitosan (considéré comme sûr dans l’organisme humain[35],[36] et qui agglomère les globules rouges et les plaquettes) est apparu, vendu sous la marque HemCon Patch® (HC), potentiellement prometteur[37],[38],[39]. Il a aussi été proposé une nanoformulation de chitosan et de poudre de peau de banane[40].
  • Une « éponge hémostatique noire » constituée de graphène réticulé a aussi été proposé en 2015 par Quan & al. [42].
  • le Kaolin fait aussi partie des matériaux récemment utilisés et testés avec succès dans les gazes hémostatiques pour militaires et sportifs, y compris dans une éponge chirurgicale « QuikClot » utilisée en chirurgie non-cardiaque (opération de Norwood)[43], mais les zéolites sont à proscrires, car source de brûlure graves.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guralnick WC, Berg L. (1948) Gelfoam in oral surgery ; a report of 250 cases. Oral Surg Oral Med Oral Pathol ;1:632-9.
  2. Correll JT, Wise EC. The stability of thrombin, penicillin, or streptomycin, in the presence of gelatin sponge, oxidized cellulose or each other. Surg Gynecol Obstet 1947;85:211-3.
  3. a et b McBee WL, Koerner KR. (2005) “Review of hemostatic agents used in dentistry”. Dent Today 2005;24:62-5; quiz 65, 61
  4. a et b Wright J.K, Kalns J, Wolf E.A, Traweek F, Schwarz S, Loeffler C.K, ... & Eggers J (2004). Thermal injury resulting from application of a granular mineral hemostatic agent. Journal of Trauma and Acute Care Surgery, 57(2), 224-230|résumé.
  5. Travers S, Lefort H, Ramdani E (2016). « Hemostatic dressings in civil prehospital practice : 30 uses of QuikClot Combat Gauze”. Eur J Emerg Med.;23(5):391–394
  6. Walsh PN(1972) « The effects of collagen and kaolin on the intrinsic coagulant activity of platelets evidence for an alternative pathway in intrinsic coagulation not requiring factor XII”. Br J Haematol.;22(4):393–405.
  7. Trabattoni D, Gatto P &Bartorelli A (2012). “A new kaolin-based hemostatic bandage use after coronary diagnostic and interventional procedures”. Int J Cardiol. 156(1):53–54.
  8. Abbott EM, Nandyala SV, Schwend RM (2014). Does a kaolin-impregnated hemostatic dressing reduce intraoperative blood loss and blood transfusions in pediatric spinal deformity surgery? Spine (Phila Pa 1976). (;39(19):E1174–E1180
  9. Studer A (1951). U.S. Patent No. 2,558,395. Washington, DC: U.S. Patent and Trademark Office
  10. Brevet : U.S. patent number 4,822,349, 1989
  11. Wolff S, Kheirredine W & Riouallon G (2012). Brèches durales chirurgicales: prévalence, conduite à tenir à propos de 1359 interventions vertébrales lombaires. Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, 98(8), 792-799
  12. a b et c Alkan A, Inal S, Yildirim M, Bas B & Agar E (2007) The effects of hemostatic agents on peripheral nerve function : an experimental study. J Oral Maxillofac Surg 2007;65:630-4
  13. Mullins R.J, James H, Platts-Mills T.A & Commins S (2012). Relationship between red meat allergy and sensitization to gelatin and galactose-α-1, 3-galactose. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 129(5), 1334-1342
  14. Mullins R.J, James H, Platts-Mills T.A & Commins S (2012). Relationship between red meat allergy and sensitization to gelatin and galactose-α-1, 3-galactose. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 129(5), 1334-1342.
  15. Hu Z, Ouyang Q.Q, Cheng Y, Hong P.Z, Liao M.N, Chen F.J & Li S.D (2017). Optimization of preparation process and characterization of carboxymethyl chitosan/sodium alginate hemostatic sponge. In Materials Science and Engineering Conference Series | juin 2017 | Vol. 213 | No. 1 | p. 012045).
  16. a et b Perrine M, Morgane E.B, Marie-Christine M, Sandra W & Laurence B (2007) Hémostase: quels pansements choisir ? Hemostasis: which are the most appropriate dressings ?. Le Pharmacien Hospitalier, 42(171), 193-199 résumé
  17. Nathan M & Homm R.E (1961) Methyl cellulose sponge and method of making ; U.S. Patent No. 3,005,457. Washington, DC: U.S. Patent and Trademark Office.
  18. Hutchinson RW, George K, Johns D (2012). Hemostatic efficacy and tissue reaction of oxidized regenerated cellulose hemostats. Cellulose ; 20: 537–545
  19. Nizamaldin Y et al (2012), Hémostase locale en Chirurgie orale. 2ème partie : efficacité de la colle de fibrine ; Med Buccale Chir Buccale 2012;18:193-210
  20. a et b Blanchy T, Babilotte J, Fénelon M, Marteau J.M, Fricain J.C & Catros S (2016) Note de correction à: Intérêt des éponges de collagène pour prévenir la résorption osseuse alvéolaire post-extractionnelle: revue systématique de la littérature. Médecine Buccale Chirurgie Buccale, 22(4), 341-342. résumé, publié sous licence CC-BY-SA4.0)
  21. Geiger M, Li R HandFriess W (2003) Collagen sponges for bone regeneration with rhBMP-2 Adv. Drug Deliv. Rev.551613-29
  22. Lee, C. H., Singla, A., & Lee, Y. (2001). Biomedical applications of collagen. International journal of pharmaceutics, 221(1), 1-22.
  23. Mullins R.J, Richards C & Walker T (1996) Allergic reactions to oral, surgical and topical bovine collagen: Anaphylactic risk for surgeons. Clinical & Experimental Ophthalmology, 24(3), 257-260./ref>Ji J & Barrett E.J (2015). « Suspected intraoperative anaphylaxis to gelatin absorbable hemostatic sponge». Anesthesia progress, 62(1), 22-24.
  24. Suleiman AM (2006). Influence of Surgicel gauze on the incidence of dry socket after wisdom tooth extraction. East MediterrHealth J. May-Jul;12(3-4):440-5
  25. Blum, I. R. (2002). Contemporary views on dry socket (alveolar osteitis): a clinical appraisal of standardization, aetiopathogenesis and management: a critical review. International journal of oral and maxillofacial surgery, 31(3), 309-317.
  26. Bonine, F. L., & Larsen, P. E. (1995). Effect of chlorhexidine rinse on the incidence of dry socket in impacted mandibular third molar extraction sites. Oral Surgery, Oral Medicine, Oral Pathology, Oral Radiology, and Endodontology, 79(2), 154-158. |résumé
  27. Wortham L. Hemorrhage control in the battlefield: role of new hemostatic agents. Mil Med 2005; 170: 63–69.
  28. Pattou F (2008). Élargissement à d’autres aires thérapeutiques: la chirurgie endocrinienne.| résumé
  29. Er-Raji, S., El Harti, K., & El Wady, W. () Gestion du risque hémorragique chez le cardiopathe en odontologie chirurgicale ; Deuxième partie: Prise en charge
  30. Duan Z (2012) Hemostatic efficacy of human-like collagen sponge in arterioles and liver injury model. Afr J Microbiol Res ; 6: 2543–2551.
  31. Fan D, Duan M, Yu MI (2002) High density fermentation of recombinant E. coli for production of human-like collagen. J Chem Ind Eng ; 53: 752–754
  32. Hua XF, Fan DD, Luo YE. (2006) Kinetics of high cell density fed-batch culture of recombinant Escherichia coli producing human-like collagen. Chinese J Chem Eng ; 14: 242–247.
  33. Hoffmann C, Falzone E, Martinez T, Boutonnet M, Peigne V & Lenoir B (2014). Éponges hémostatiques injectables XStat™ révolution ou gadget ? In Annales françaises d'anesthésie et de réanimation (Vol. 33, No. 11, pp. 605-606)| Elsevier |Notice Inist-CNRS
  34. Deng C M, He L Z, Zhao M, Yang D & Liu Y (2007) Biological properties of the chitosan-gelatin sponge wound dressing Carbohydr. Polym. 69 583 - 9
  35. Baldrick P. The safety of chitosan as a pharmaceutical excipient. Regul Toxicol Pharmacol 2010; 56: 290–299.
  36. Kean T, Thanou M. Biodegradation, biodistribution and toxicity of chitosan. Adv Drug Deliv Rev 2010; 62: 3–11.
  37. Leplay C, Chauvel O, Carreres T, Housset C & Descoutures J.M (2016). Place d'un nouveau dispositif médical hémostatique suite à une angioplastie coronaire par voie fémorale : Hemcon patch®. Le Pharmacien Hospitalier et Clinicien, 51(1), 78 (résumé).
  38. Gu Z, Xie HX, Huang C (2013) Preparation of chitosan/silk fibroin blending membrane fixed with alginate dialdehyde for wound dressing. Int J Biol Macromol ; 58: 121–126
  39. Nie J, Lu W & Ma J (2015). Orientation in multi-layer chitosan hydrogel: morphology, mechanism, and design principle. Sci Rep ; 5: 7635–7635
  40. Kamel N.A, EI-Messieh S.L & Saleh N.M (2017) Chitosan/banana peel powder nanocomposites for wound dressing application : P reparation and characterization Mater. Sci. Eng. C 72 543-50
  41. Chen MM, Huang YQ, Guo H (2014) « Preparation, characterization, and potential biomedical application of composite sponges based on collagen from silver carp skin ». J Appl Polym Sci; 131: 8558–8572 (résumé).
  42. Quan, K., Li, G., Luan, D., Yuan, Q., Tao, L., & Wang, X. (2015). Black hemostatic sponge based on facile prepared cross-linked graphene”. Colloids and Surfaces B: Biointerfaces, 132, 27-33 (résumé)
  43. Shinkawa T, Holloway J, Tang X, Gossett J.M & Imamura M (2017). Experience Using Kaolin-Impregnated Sponge to Minimize Perioperative Bleeding in Norwood Operation. World Journal for Pediatric and Congenital Heart Surgery, 8(4), 475-479 résumé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jiang, X., Wang, Y., Fan, D., Zhu, C., Liu, L., & Duan, Z. (2017). A novel human-like collagen hemostatic sponge with uniform morphology, good biodegradability and biocompatibility. Journal of biomaterials applications, 31(8), 1099-1107.
  • Kamaoui I, Courbiere M, Floccard B, Monneuse O, Allaouchiche B & Pilleul F (2008). Traumatisme pelvien: impact de l’extravasation du produit de contraste iodé au scanner multidétecteur dans la prise en charge thérapeutique. Journal de Radiologie, 89(11), 1729-1734.
  • Krishnan LK, Mohanty M, Umashankar PR (2004). Comparative evaluation of absorbable hemostats: advantages of fibrin-based sheets. Biomaterials ; 25: 5557–5563.
  • Leplay C, Chauvel O, Carreres T, Housset C & Descoutures J.M (2016). Place d'un nouveau dispositif médical hémostatique suite à une angioplastie coronaire par voie fémorale: Hemcon patch®. Le Pharmacien Hospitalier et Clinicien, 51(1), 78 (résumé).
  • O'Connor A.R, Coakley F.V, Meng M.V & Eberhardt S (2003). Imaging of retained surgical sponges in the abdomen and pelvis. American journal of roentgenology, 180(2), 481-489 |résumé
  • Okamoto T, Ishikawa I, Kumasaka A, Morita S, Katagiri S, Okano T & Ando T (2014) “Blue-violet light-emitting diode irradiation in combination with hemostatic gelatin sponge (Spongel) application ameliorates immediate socket bleeding in patients taking warfarin”. Oral surgery, oral medicine, oral pathology and oral radiology, 117(2), 170-177 (résumé).
  • Petersen J.K, Krogsgaard J, Nielsen K.M, Nørgaard E.B (1984). A comparison between 2 absorbable hemostatic agents : gelatin sponge (Spongostan) and oxidized regenerated cellulose (Surgicel). Int J Oral Surg ;13(5):406-410 (résumé).