Épisodes de Black Mirror

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épisodes de Black Mirror
Série Black Mirror
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Chaîne d'origine Channel 4
Diff. originale
Nb. d'épisodes 13

Cet article présente la liste des épisodes de la série télévisée britannique Black Mirror.

Première saison (2011)[modifier | modifier le code]

Épisode 1 : L'Hymne national[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'Hymne national.
Titre original
The National Anthem
Première diffusion
Réalisation
Otto Bathurst
Scénario
Charlie Brooker
Invités
Synopsis
Le Premier ministre du Royaume-Uni, Michael Callow, est confronté à un énorme et choquant dilemme lorsque la princesse Susannah, un membre bien-aimé de la famille royale britannique, est kidnappée : la jeune fille ne s'en sortira indemne que si le Premier ministre a des rapports sexuels avec un porc et que leur relation passe en direct et sans trucages, avant 16 h, sur tous les médias nationaux.
Résumé détaillé

Très tôt le matin, le Premier ministre du Royaume-Uni Michael Callow est réveillé par ses conseillers, qui l'informent que la duchesse de Beaumont, affectueusement surnommée « princesse Susannah », a été enlevée par un individu non identifié. La revendication du preneur d'otage est simple : avant 16 h le même jour, le ministre doit avoir un rapport sexuel avec un porc filmé sans trucages et transmis en direct sur tous les médias du Royaume-Uni.

Callow, révulsé par cette demande, ordonne immédiatement d'éviter la diffusion de la nouvelle et ses conseillers transmettent une D Notice à la presse nationale pour l'inciter à la discrétion. Hélas, une vidéo de la princesse a déjà été mise en ligne sur YouTube, et a déjà été largement visionnée et téléchargée malgré son retrait presque immédiat du réseau. Toute la retenue des médias anglais s'évanouit quand l'histoire est relayée par les médias étrangers.

Les autorités parviennent à déterminer l'endroit d'où a été postée la vidéo et préparent une opération armée destinée à libérer la princesse. À l'insu de Callow, elles organisent aussi une ruse où le premier ministre serait substitué par un acteur pornographique, dont le visage serait remplacé par celui du ministre. Malheureusement, une fois encore, l'information fuite sur Internet ; peu après, une chaine d'information reçoit un colis contenant un doigt coupé et des images du ravisseur mutilant la princesse. L'opinion publique, d'abord hostile au chantage, bascule totalement. Désespéré, Callow déclenche l'opération armée destinée à libérer la princesse ; mais celle-ci tourne au fiasco : le groupe d'intervention se retrouve devant un mannequin de femme nue et une journaliste est blessée. Les pressions deviennent intenses et Callow se résigne à passer à l'acte devant les yeux du monde entier.

Alors que tous frémissent devant la pénible prestation du ministre, la princesse avance péniblement sur le Millennium Bridge, puis s'écroule dans l'indifférence générale... Les rues de Londres sont vides et la ville semble inhabitée. Pendant ce temps, les plus proches collaborateurs du ministre apprennent que Susannah a été libérée à 15 h 30, un peu avant expiration de l'ultimatum ; ils décident que cette chronologie des événements doit absolument rester ignorée de tous, et surtout de Callow. Le fond de l'affaire est bientôt révélé publiquement : l'enlèvement a été organisé par Bloom Carlton, un lauréat du prix Turner, pour en faire une performance artistique retentissante ; Carlton s'est suicidé pendant la diffusion de l'émission.

Un an après, la princesse Susannah ne présente pas de séquelles (le doigt tranché était en réalité celui de Carlton) et attend un enfant. De son côté, Michael Callow jouit d'une grande popularité et son couple semble avoir surmonté l'épreuve ; cependant, dans l'intimité, Madame Callow maintient désormais une distance glaciale avec son époux.

Épisode 2 : 15 millions de mérites[modifier | modifier le code]

Titre original
15 Million Merits
Première diffusion
Réalisation
Euros Lyn
Scénario
Charlie Brooker et Kanak Huq
Invités
Synopsis
Bing Madsen vit dans un monde où les écrans sont omniprésents. Comme tous ses congénères, il passe ses journées à pédaler sur un vélo d'appartement pour accumuler de l'argent (des Merits en version originale). Un jour, il rencontre Abi Carner, une jeune chanteuse au talent bien réel. Mais tous deux sont confrontés aux règles implacables de cet univers confiné lorsqu'ils tentent de concrétiser leurs rêves en participant à Hot Shot, une émission censée dénicher les talents de demain (à l'instar de The X Factor ou de la Nouvelle Star).
Résumé détaillé

L'action se déroule dans un monde futuriste où les gens productifs dorment seuls dans de petites cellules aux murs constitués d'écrans de télévision, qui se connectent dès le réveil pour diffuser des émissions de divertissement et de la publicité. Tout le monde passe sa journée à pédaler sur des vélos d'appartement disposés en batterie devant des écrans géants, qui diffusent surtout des productions abrutissantes et beaucoup de publicités. Pédaler permet de gagner l'argent (Merits en version originale) qui sert à subvenir aux besoins quotidiens, à acheter ou à zapper les émissions proposées, et à passer la publicité. Enfin, chaque personne possède un avatar informatique servant de truchement entre le monde physique et le monde virtuel.

Bingham Madsen (surnommé Bing) fait partie des reclus de cet univers peu stimulant. Un jour, il rencontre Abi Carner, une jeune fille agréable qui chante très bien. Séduit par la jeune femme et persuadé que sa voix lui donne une chance de devenir célèbre, Bing offre à Abi un ticket d'entrée pour l'émission Hot Shot, où un jury composé de trois personnes évalue les candidats qui se présentent. Abi se retrouve donc devant les juges et devant le public de l'émission, et sa prestation impressionne tout le monde. Le jury la félicite chaudement, mais prétend qu'il y a déjà trop de chanteuses actuellement. Les espoirs d'Abi semblent s'écrouler en direct, quand l'un des juges lui propose de participer aux émissions pornographiques qu'il produit. Abi hésite longuement ; et puis, cédant à l'impitoyable pression des juges, qui lui disent que « c'est soit ça, soit le vélo », elle se résigne et accepte.

Bing est désespéré : ses espoirs d'aider Abi se sont envolés ; et comme il n'a presque plus d'économies, il doit subir toutes les émissions et toutes les publicités qui déferlent sur les écrans. Un jour, il craque devant une scène érotique de Wraith Babes, où Abi apparait, méconnaissable : dans un élan de rage et de désespoir, il fracasse les écrans de sa cellule, puis s'effondre sur le sol. Il remarque alors un grand éclat de verre effilé, qu'il décide de garder. À partir de ce moment, il pédale comme un forcené pour accumuler le plus de Merits possibles, il économise tout ce qu'il peut économiser, et il répète des pas de danse hip-hop dans sa cellule. Après plusieurs mois, de nouveau doté des 15 millions nécessaires à l'inscription, il s'achète un autre billet de participation à Hot Shot.

Une fois devant le jury et le public, Bing exécute la danse énergique qu'il a patiemment mise au point. Tout le monde l'observe et l'écoute, quand soudain Bing place l'éclat de verre qu'il a emporté avec lui sur son cou et menace de s'ouvrir la gorge en direct si on ne le laisse pas parler. Après un instant de flottement, les membres du jury l'autorisent à dire ce qu'il a à dire. Bing se lance dans une critique virulente de ce monde aliéné par le mensonge, la douleur, et le vice. Ses paroles sont dures, dérangeantes. Les spectateurs sont sous le choc... Après un flottement, l'un des juges commence à complimenter Bing pour son sens du spectacle et la puissance de ses paroles, et il lui propose d'animer deux fois par semaine une émission d'une demi-heure dédiée à ses coups de gueule. Bing, désorienté, finit par accepter.

Tout le monde peut désormais regarder Bing protester contre les perversions du système, son écharde pointée sur le cou. Une fois son show fini, Bing peut, quant à lui, profiter d'un luxueux appartement, certes toujours composé d'écrans mais beaucoup plus grand, beaucoup plus lumineux, beaucoup plus calme donnant sur une magnifique forêt verte. Elle semble réelle car un effet de parallaxe se produit lorsque la caméra recule.

Épisode 3 : Retour sur image[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Retour sur image.
Titre original
The Entire History of You (trad. litt. : « Toute ton histoire »)
Première diffusion
Réalisation
Brian Welsh
Scénario
Jesse Armstrong
Invités
Synopsis
Liam Foxwell, un jeune avocat à la recherche d'un emploi, se prend à douter de la fidélité de sa femme. Comme presque tout le monde, il a une puce implantée derrière l'oreille qui lui permet de stocker ses souvenirs et de les rediffuser quand bon lui semble. Il utilise donc les images en sa possession pour enquêter sur ce supposé adultère et confronter les deux amants.
Résumé détaillé

Liam Foxwell est un jeune juriste à la recherche d'un emploi. Comme la majorité des gens, il a une puce implantée derrière l'oreille (grain en version originale), qui lui permet de stocker ses souvenirs, puis de les consulter ou de les faire voir quand bon lui semble (redo en version originale). Un soir, lors d'un dîner chez des amis de sa femme, Ffion, où il débarque après un entretien d'embauche, Liam se prend à douter de sa fidélité : il constate qu'elle semble embarrassée lorsqu'il est là et plus enjouée en présence d'un dénommé Jonas, un séducteur décomplexé qui avoue même se masturber devant les enregistrements de ses précédentes relations sexuelles.

Les soupçons de Liam grandissent au fur et à mesure qu'il voit et revoit les différentes scènes du repas. Pressée de questions et mise en difficulté par les images que projette son mari, Ffion finit par avouer qu'elle a brièvement flirté avec Jonas auparavant. En remontant plus loin dans le passé, Liam retrouve des détails qui prouvent que sa femme lui ment. Sa jalousie exacerbée le pousse à consommer de plus en plus d'alcool. Le lendemain matin, complètement ivre, il monte en voiture, se précipite chez Jonas et commence à se disputer avec lui.

Liam ne revient à la conscience que le soir venu, au volant de son automobile, qui a percuté un arbre. Il mobilise donc les souvenirs enregistrés dans sa puce pour savoir comment il est arrivé là et voit qu'après une violente altercation, il a forcé Jonas à effacer toutes les scènes érotiques qui impliquaient Ffion ; mais il découvre aussi autre chose... De retour chez lui, il prouve à son épouse qu'il sait que Jonas et elle ont couché ici, dans la chambre conjugale, il y a 18 mois. Il veut donc absolument savoir si Jonas portait un préservatif à ce moment-là, car il veut avoir la confirmation qu'il est bien le père de Jodie, leur petite fille âgée de quelques mois seulement. Paniquée, Ffion tente de supprimer les vidéos stockées dans son grain, mais Liam l'en empêche et la contraint à lui montrer les deux amants en train de copuler.

Les dernières scènes présentent Liam errant seul dans la maison, ressassant ses anciens moments de bonheur avec Ffion et Jodie, que chaque redo fait apparaître comme des fantômes faussement remplis de vitalité. Profondément déprimé, Liam va dans la salle de bain, prend une lame de rasoir et extrait le grain logé derrière son oreille.

Deuxième saison (2013)[modifier | modifier le code]

Épisode 1 : Bientôt de retour[modifier | modifier le code]

Titre original
Be Right Back
Première diffusion
Réalisation
Owen Harris
Scénario
Charlie Brooker
Audiences
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 2,01 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Synopsis
Ash et Martha s'installent à la campagne, dans la maison où Ash a passé son enfance. Hélas, le lendemain, le jeune homme se tue sur la route. Aux funérailles, Martha apprend l'existence d'un service qui se sert de l'historique Internet des défunts pour simuler des conversations entre morts et vivants. Le soir même, la jeune femme reçoit un message électronique de Ash... Martha s'habitue alors à vivre avec cette personnalité virtuelle animée par les nombreuses traces numériques qu'Ash a laissées sa vie durant.
Résumé détaillé

Ash et Martha partent s'installer en pleine campagne, dans la belle maison où Ash a vécu avec ses parents. Ils arrivent le soir et se sentent bien fatigués. Le jeune homme et la jeune femme dinent rapidement, puis font brièvement l'amour. Le lendemain matin, Ash part rendre la camionnette qu'ils avaient louée pour transporter leurs affaires ; malheureusement, il meurt dans un accident de la route. Aux funérailles, Martha apprend par son amie Sara qu'il existe un service expérimental qui exploite les données enregistrées sur Internet par les personnes décédées pour simuler des relations entre morts et vivants, ce qui parait-il aide beaucoup à surmonter un deuil. Martha, très éprouvée par la perte de son compagnon, refuse catégoriquement d'en savoir plus ; le soir venu, elle reçoit néanmoins sur son smartphone un message de Sara, qui lui indique l'avoir abonnée au service, puis, un instant après, un court message signé Ash (« Yes it's me ») auquel elle ne donne pas suite.

Un matin, Martha découvre qu'elle est enceinte : à bout de nerfs, elle tente de contacter sa sœur, qui malheureusement n'entend pas la sonnerie de cet appel. Martha se tourne alors vers cet Ash virtuel, qui communique avec le même style que feu son petit ami. Bouleversée par l'impression de vérité qui se dégage des échanges, la jeune femme s'implique de plus en plus dans cette correspondance improbable : négligeant ses proches, qui ignorent tout et s'inquiètent, elle reste rivée à son téléphone portable pour alimenter l'intelligence artificielle en informations sur le vrai Ash et pour discuter avec l'avatar de son petit ami, qui affine ainsi progressivement son comportement pour ressembler le plus possible au disparu. Un jour, après une échographie, Martha laisse tomber le téléphone pendant qu'elle tentait d'envoyer la vidéo du fœtus à Ash ; Martha panique pour ne recouvrer son calme que lorsqu'elle renoue contact avec cet étrange interlocuteur perdu dans le cloud.

Bizarrement conscient que cette panne temporaire a profondément marqué Martha, Ash propose de tester un service expérimental et onéreux. Martha hésite, puis accepte. Peu après, elle reçoit un colis extrêmement lourd que les livreurs montent dans la salle de bain. Ceux-ci partis, Martha ouvre le carton : il contient un corps synthétique informe qu'il faut laisser tremper dans un gel nutritif enrichi en électrolytes. Martha suit scrupuleusement le mode d'emploi et voit ainsi apparaître une copie conforme d'Ash. Malgré l'incroyable surprise que constitue le retour apparent de l'homme qu'elle aimait, Martha n'arrive pas à surmonter le malaise qu'elle éprouve en présence de cet être synthétique, qui se conforme exactement aux ordres qu'elle lui donne sans prendre d'initiative, qui ne mange ni ne dort ni ne respire, et qui peut modifier de façon surnaturelle certains détails physiques inadéquats (la copie de Ash recrée ainsi un grain de beauté au niveau d'une clavicule quand il apprend que son modèle en possédait un à cet endroit). La cohabitation devient de plus en plus difficile : Martha finit par emmener le clone près d'une falaise et lui demande de sauter. Alors qu'il est sur le point de s'exécuter, Martha lui signale que le vrai Ash n'aurait jamais fait ça sans résister ; et donc le clone s'insurge et imite à la perfection le désespoir d'un condamné...

Quelques années ont passé : Martha et sa fille vivent dans la maison où tout a commencé. Ash semble avoir définitivement disparu ; mais, en réalité, le clone de synthèse a tout simplement été remisé au grenier, où il attend sans rien faire les visites annuelles de Martha et de sa fille.

Épisode 2 : La Chasse[modifier | modifier le code]

Titre original
White Bear (trad. litt. : « Ours blanc »)
Première diffusion
Réalisation
Carl Tibbetts
Scénario
Charlie Brooker
Audiences
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 1,69 million de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Synopsis
Une jeune femme presque totalement amnésique se réveille dans une chambre lugubre. Pour comprendre ce qui l'a menée là, elle explore d'abord la maison où elle se trouve, puis finit par sortir. Elle découvre un quartier froid et désolé : les habitants qu'elle aperçoit l'épient à l'aide de leurs smartphones, ignorent ses appels à l'aide, et s'enfuient quand elle se rapproche d'eux ; soudain un homme cagoulé descend d'une voiture, prend un fusil de chasse et commence à tirer sur elle...
Résumé détaillé

Une jeune femme en survêtement grisâtre se réveille dans une chambre obscure : elle a un mal de crâne épouvantable et ne se souvient de rien ; des bandages aux poignets laissent supposer qu'elle a tenté de s'entailler les veines, et des pilules de somnifère jonchent le sol ; dans un coin, une télévision figée sur une étrange image blanche sur fond noir (ressemblant à ሰ) émet un pénible sifflement monotone. La jeune femme se lève avec peine et, après avoir ouvert les rideaux, découvre un quartier désert plombé par un ciel maussade. Elle explore ensuite la maison dans laquelle elle se trouve, sans rien découvrir d'autre qu'un calendrier où les dix-sept premiers jours d'octobre sont cochés et, superposé à une photographie qui la représente en compagnie d'un jeune homme, un portrait de fillette glissé dans un cadre. Cette image provoque un premier flashback, qui secoue violemment la jeune femme. Comme il n'y a aucun autre indice, elle sort.

Parcourant ce quartier résidentiel qui paraissait inhabité, la jeune femme aperçoit des silhouettes aux fenêtres et des personnes qui se cachent derrière des palissades. Mais tous ces hommes, ces femmes, et ces enfants se dérobent à son approche, et tous restent rivés à leurs smartphones, qu'ils brandissent vers elle sans même tenter de communiquer. Un peu plus tard, elle remarque une voiture bleue qui avance lentement sur la chaussée. Le véhicule s'arrête à quelques dizaines de mètres d'elle. Le conducteur sort et l'observe ; il porte une cagoule marquée d'un logo identique à celui déjà affiché par la télévision. L'homme se dirige tranquillement vers le coffre et en sort un fusil de chasse, qu'il pointe sur la jeune femme qui s'enfuit en courant.

La jeune femme se réfugie dans la boutique d'une station-service, et s'y enferme avec un homme et une femme. L'homme au fusil se met à fracasser la vitrine de l'entrée principale encouragé par des spectateurs jouissant visiblement des violences qui se succèdent. Les deux femmes se sauvent par une porte arrière et puis, après plusieurs émotions fortes, se dissimulent dans une maison déserte. La personne rencontrée à la station résume la situation : les gens sont hypnotisés par leurs écrans depuis que ces derniers diffusent un signal d'origine inconnue ; certains profitent de cette situation pour terroriser les rares personnes immunisées au signal ; la seule solution pour en réchapper consiste à sortir de la zone d'influence des émetteurs en allant neutraliser le relais isolé de Whitebear. Mais ce répit ne dure qu'un instant et les deux femmes traquées doivent repartir.

La situation parait désespérée quand elles rencontrent un conducteur de fourgonnette, ce qui leur permet de distancer enfin leurs poursuivants. Hélas, l'homme profite d'une pause en forêt pour leur faire une bien mauvaise surprise : lui aussi les pourchasse. Après quelques péripéties terrifiantes, les deux jeunes femmes volent la camionnette et foncent vers l'émetteur, qu'elles atteignent en pleine nuit. Elles se faufilent à l'intérieur et sabotent l'installation, quand quelques individus grotesquement masqués les attaquent. La femme amnésique parvient à s'emparer d'un fusil et appuie sur la détente, mais l'arme ne crache qu'une salve de confettis. Stupéfaite, elle demeure inerte quand les personnages masqués et la femme rencontrée à la station, qui révèle dès lors son double jeu, l'attachent à une chaise qu'ils font ensuite pivoter vers une rampe de projecteurs éblouissants. Des applaudissements éclatent. Effarée, la malheureuse ligotée sur son siège voit alors ceux avec qui elle a interagi saluer un public enthousiaste...

La vérité est enfin révélée : la jeune amnésique s'appelle Victoria Skillane ; elle a été reconnue coupable, avec son compagnon, d'avoir enlevé, torturé, puis incinéré une fillette appelée Jemima, et d'avoir filmé ces horreurs à l'aide d'un téléphone portable. L'ours en peluche blanc de la petite fille est devenu le symbole de cette affaire. Victoria a été condamnée à vivre chaque jour ce qui s'est passé aujourd'hui, ici au White Bear Justice Park : elle est donc ramenée vers la maison sous les insultes de la foule, puis réinstallée dans la salle obscure ; sa mémoire est effacée pendant que le personnel de ce parc thématique bien singulier rétablit le décor que Victoria découvrira à son énième réveil. Tout est paré pour une nouvelle représentation.

Épisode 3 : Le Show de Waldo[modifier | modifier le code]

Titre original
The Waldo Moment[1]
Première diffusion
Réalisation
Bryn Higgins
Scénario
Charlie Brooker
Audiences
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 1,28 million de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Synopsis
Jamie Salter est un comédien de seconde zone qui prête sa voix à Waldo, un ours bleu en images de synthèse. Après l'interview corsée d'un politicien du Parti conservateur qui pensait participer à une émission pour enfants, Waldo acquiert une popularité surprenante. De plus en plus impliqué dans la vie politique, Waldo en vient à se présenter aux élections locales ; mais Jamie ne se satisfait pas du succès de son personnage.
Résumé détaillé

Jamie Salter est un comédien spécialisé en capture de mouvement qui anime un ours bleu en images de synthèse surnommé Waldo. Durant une fausse émission télévisée pour enfants, Waldo ridiculise Liam Monroe, un représentant du Parti conservateur britannique. Ces impertinences rencontrant le succès, les producteurs de l'émission décident de lancer Waldo dans l'arène politique avec le mot d'ordre « Votez Waldo ». Jamie se montre très réticent, mais son supérieur, Jack Napier, le convainc d'accepter. L'équipe de production enferme donc Jamie dans une camionnette munie d'un écran géant et Waldo s'ingère dans la campagne électorale en cours.

L'équipe se porte à la rencontre de Liam Monroe, alors en visite auprès de mères accompagnées de leurs enfants, et Waldo le ridiculise une fois encore tout en se gagnant la sympathie des passants. Le soir, à l'hôtel, Jamie rencontre Gwendolyn Harris, la candidate du Parti travailliste opposée à Monroe. Les deux jeunes gens s'apprivoisent et finissent par passer la nuit ensemble. Mais, dès le lendemain, sur demande de son collègue du parti, Gwendolyn se résout à ne plus répondre aux sollicitations de l'acteur.

Lors d'un débat réunissant Liam Monroe, Gwendolyn Harris et Waldo, le représentant du Parti conservateur révèle l'identité de Jamie, puis l'humilie en se moquant de son curriculum et de son incapacité à dépasser le stade des obscénités. Après un silence, Jamie explose : s'il admet que son personnage est virtuel, il déclare que les politiques sont des personnalités plus fausses encore ; il attaque ensuite Gwendolyn, en indiquant qu'elle ne profite de cette campagne que pour doper sa future carrière. Et cette diatribe virulente transforme Waldo en phénomène politique...

Une nuit, Jamie Salter et Jack Napier rencontrent Jeff Carter, qui se présente comme un représentant de « l'Agence » à Washington et qui leur explique que Waldo doit devenir une image internationale de l'opposition politique : Carter voit en Waldo « l'assassin parfait », capable de véhiculer n'importe quel message grâce à l'équipe qui travaillerait avec lui, contrant ses adversaires par des statistiques tirées de Google ou répétant ce que dit la majorité grâce aux opinions repérées sur Twitter. Et quand Jamie, toujours plus réticent vis-à-vis de toute cette politique spectacle, dit que Waldo ne sera pas capable de gagner, Jeff Carter éclate de rire et déclare que « bien sûr, il ne gagnera pas ».

Jamie se sent désemparé : quand il s'excuse envers Gwendolyn, celle-ci l'accuse d'avoir ruiné ses ambitions ; quand il décide de tout abandonner, Jack Napier le force à prolonger cette comédie. Alors, pendant l'un des derniers meetings par écran interposé, Jamie intime aux gens de ne pas voter pour lui, car Waldo est une imposture. Devant l'incrédulité des badauds, Jamie descend de la camionnette pour révéler qui contrôle l'ours animé ; mais Napier s'installe aux commandes de Waldo et promet une récompense à celui qui fera taire Jamie ; un homme se rue sur le comédien et le roue de coups. Jamie se réveille à l'hôpital ; la télévision diffuse les résultats du scrutin : Liam Monroe est premier, Waldo deuxième, Gwendolyn Harris troisième, et le candidat libéral-démocrate quatrième.

Brisé par cette aventure, Jamie se clochardise. Après avoir été réveillé sans ménagement par la police, comme d'autres sans-abris, Jamie s'arrête devant un écran géant : Waldo est bel et bien devenu une icône contestataire internationale. Pris d'un accès de colère, Jamie lance une bouteille sur l'écran, ce qui provoque une réaction brutale des policiers présents.

Christmas Special (2014)[modifier | modifier le code]

Blanc comme neige[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blanc comme neige.
Titre original
White Christmas
Première diffusion
Réalisation
Carl Tibbetts
Scénario
Charlie Brooker
Invités
Résumé détaillé

Joe se réveille dans une maison isolée où il côtoie Matt depuis cinq ans. Coincés par de fortes chutes de neige, ils s'apprêtent à célébrer Noël ensemble et Matt espère qu'ils vont enfin apprendre à se connaître. Matt commence donc par raconter son histoire et ce qui l'a mené dans ce trou perdu.

Dans le monde extérieur, tout le monde a accepté la technologie Z-Eyes, un lecteur implanté dans l’œil qui permet un accès total à Internet et aux données personnelles par reconnaissance faciale. Matt offrait ses services de coach en séduction par le Z-Eye quand un de ses clients s'est retrouvé pris au piège par une femme qui cachait sa schizophrénie et a fini par l'empoisonner de force sous les yeux de Matt. Sa femme l'a « bloqué » (masquer son image visuelle et sa voix par le Z-Eye) puis l'a quitté en emmenant sa fille. Pourtant, ce n'était pas son métier : il était chargé de paramétrer un nouveau genre d'intelligence artificielle de gestion domotique, basée sur l'intégration de la personnalité de son propriétaire ; il raconte ainsi comment il a dû faire comprendre à l'une d'elles qu'elle n'était pas Greta, mais une copie de sa mémoire et qu'elle se retrouve responsable du quotidien. Révulsé par le traitement infligé à ses intelligences, Joe accepte à son tour de raconter son histoire.

En couple avec Bethany depuis plusieurs années, Joe remarque qu'elle commence à se montrer distante, notamment lors d'une soirée avec deux collègues de Beth, pendant laquelle il trouve même un test de grossesse positif. Mais Beth refuse de garder le bébé ; Joe s'emporte et Beth le « bloque ». Elle disparaît peu après, quitte son travail et retourne vivre chez son père, installé en pleine campagne. Il essaie de tourner la page mais la croise un jour, enceinte. Surveillé par le Z-Eye et condamné à se tenir à une certaine distance, Joe va observer chaque Noël Beth et sa fille, dont l'image est également masquée par le « blocage ». Quatre ans plus tard, Joe apprend la mort de Beth, ce qui signifie la fin du « blocage ». Il va alors découvrir le visage de la fille de Beth, qui a des traits asiatiques comme l'un des anciens collègues de Beth. Un couteau de cuisine à la main, le père essaie de le faire partir, mais Joe s'énerve et frappe le vieil homme à la tête, le tuant, puis prend la fuite. Il vit deux mois dans la rue avant d'être arrêté. Pour contraindre Joe à terminer son histoire, Matt lui demande ce qu'il est advenu de la fille ; Joe révèle qu'après quelques jours, elle est sortie affronter le froid pour chercher de l'aide, mais qu'elle n'a pas survécu.

Matt arrête alors l'expérience : il a communiqué avec un double de la mémoire du vrai Joe (qui est resté muet depuis son arrestation) afin de le forcer à avouer son crime. En échange, Matt espérait une réduction de peine, mais étant encore accusé de voyeurisme par Z-Eye et de dissimulation de meurtre, il est condamné à être « bloqué » pour tous en attendant sa peine finale. Quant au double de Joe, un policier le paramètre pour que chaque minute au cours de la nuit de Noël dure mille ans et qu'il soit forcé d'écouter en boucle la même chanson, coincé dans la même maison avec vue sur le corps de la fillette dont il a provoqué la mort.

Troisième saison (2016)[modifier | modifier le code]

Épisode 1 : Chute libre[modifier | modifier le code]

Titre original
Nosedive (trad. litt. : « Saut de l’ange »)
Première diffusion
Réalisation
Joe Wright
Scénario
Rashida Jones et Mike Schur d'après une histoire de Charlie Brooker
Invités
Synopsis
Dans une société régie par la cote personnelle, Lacie veut tout faire pour obtenir l'appartement de ses rêves. Quand son amie d'enfance au statut irréprochable lui demande d'être sa demoiselle d'honneur, Lacie voit l'opportunité d'améliorer sa note et réaliser ses rêves.
Résumé détaillé

L'histoire se déroule dans un monde où chaque personne note les autres de 0 à 5, les mieux notés ayant accès à de meilleurs services. Lacie ne vit que pour améliorer sa note de 4,2 et cherche à quitter l'appartement qu'elle partage avec son frère, qui méprise le système de notation, pour les beaux quartiers. Elle se montre donc extrêmement polie et recherche toujours à obtenir l'approbation générale, quitte à mal noter un collègue qu'elle apprécie. Lacie est également en admiration devant Naomi, sa belle amie d'enfance qui a toujours maintenu sa note au-dessus de 4,6 dont elle garde le souvenir en scrutant ses profils sur les réseaux sociaux et en conservant une peluche qu'elles ont fait ensemble alors qu'elles avaient 5 ans.

Lacie trouve l'appartement idéal où elle pourrait vivre une vie de couple lisse et idéale mais elle doit obtenir une note supérieure à 4,5 pour avoir droit à une réduction de loyer. Sur l'avis d'un conseiller en cotation, elle tente de dresser une image plus personnelle d'elle-même et poste une photo de sa peluche. Peu après, Naomi la contacte : elle vient de se fiancer et demande à son amie d'enfance d'être sa demoiselle d'honneur. Lacie y voit une chance unique, par un discours millimétré, de faire grimper sa note et prépare minutieusement son texte.

Le jour de son départ, Lacie commet quelques faux pas (renverser la boisson d'une passante, prendre son taxi en retard) si bien que sa note baisse légèrement mais suffisamment pour qu'à l'aéroport, elle ne puisse pas prendre le vol prévu. Alors qu'elle commence à s'énerver et devenir grossière, elle est interdite de vol et l'agent de sécurité (un ancien collègue qu'elle n'a pas défendu) la sanctionne de « double pénalité » : chaque mauvaise note obtenue dans les 24 heures comptera double dans sa cote. Elle en est réduite à louer une voiture mais sa note, encore en baisse pour son début de scandale à l'aéroport, la contraint de prendre une voiture électrique dépassée. Quand la batterie tombe en panne et qu'elle ne trouve pas d'adaptateur, Lacie est finalement prise en stop par une camionneuse (notée à 1,4) qui comprend vite sa situation. Elle décide alors de raconter son histoire : elle-même autrefois notée à 4,6, sa note n'a pourtant pas permis à son mari de bénéficier des soins nécessaires pour le cancer qui l'a finalement emporté, et a donc décidé de renoncer à la superficialité de ce système.

Au matin, après avoir roulé toute la nuit, Lacie est déposée par la camionneuse à quelques kilomètres du lieu du mariage. Elle parvient à se faire transporter par un groupe de cosplayeuses mais en route, Naomi a vu la note de Lacie à 2,8 et refuse tout net qu'une personne de son statut vienne, révélant qu'elle comptait uniquement sur la note de 4,2 que Lacie avait auparavant pour encore améliorer sa note. Furieuse et profondément blessée, Lacie décide malgré tout d'aller au mariage, empruntant un quad et s'introduisant par effraction dans le quartier résidentiel de Naomi, réservé aux personnes à une note supérieure à 3,8. Elle parvient à s'emparer du micro et commence, sale et ivre, un discours à cœur ouvert, révélant son admiration pour Naomi, son soutien quand Lacie a souffert de boulimie et sa douleur de la voir lui tourner le dos pour une vie en apparence parfaite, d'autant qu'elle avait couché avec son petit-ami.

Lacie est finalement arrêtée, sa note ayant chuté après son discours. Elle finit en cellule et voit un homme lui aussi en cellule l'observer. Sans moyen de le noter, elle commence à lui faire des reproches et peu à peu, ils se lancent dans un concours d'insultes libérateur pour Lacie.

Épisode 2 : Playtest[modifier | modifier le code]

Titre original
Playtest (trad. litt. : « Test de jeu »)
Première diffusion
Réalisation
Dan Trachtenberg
Scénario
Charlie Brooker
Invités
Synopsis
Pour financer la fin de son tour du monde, un jeune homme en quête d'aventure accepte de tester un système de jeu vidéo en réalité augmentée directement relié à son cerveau. Il va alors vivre une expérience plus intense que prévue.
Résumé détaillé

Après la mort de son père d'un Alzheimer précoce, Cooper quitte la maison familiale aux États-Unis sans prévenir sa mère pour faire un tour du monde. Après l’Australie, la Thaïlande, l'Inde, l'Italie, l'Espagne et la France, il arrive à sa dernière étape, Londres. Il passe la nuit avec Sonja, journaliste spécialisée dans les nouvelles technologies, rencontrée sur une application de rencontres. Le lendemain, Cooper constate que son compte en banque est vide et plutôt que d'appeler sa mère, à qui il n’a pas parlé depuis son départ, préfère prendre un petit boulot. Il trouve par une application smartphone une offre bien rémunérée, un test de jeu par Saito Gemu (Game) ; Sonja est intéressée et excitée à l'idée d'avoir un contact avec Shou Saito, l’un des grands noms du jeu vidéo spécialisé dans le jeu d'horreur.

Cooper accepte l'offre et est amené à un manoir où son expérience sera supervisée par Katie, collaboratrice directe de Saito. Quand Katie s'absente pour récupérer un accord de confidentialité, Cooper ouvre la mallette de Katie et trouve du matériel médical dont il envoie la photo à Sonja. Katie revient et installe le dispositif, une puce implantée dans la nuque directement liée au système neuronal. Au moment du chargement du jeu, la mère de Cooper appelle ; Katie est surprise car elle avait éteint le téléphone pour préserver le secret du développement. Cooper est réceptif au système de jeu et suit le premier test, un jeu de chasse-taupe en réalité augmentée. Devant les résultats, Katie lui propose de passer à l'étape suivante. Après une discussion avec Saito autour de l'expérience de jeu, Cooper laisse Katie charger un autre programme puis l'emmener dans un manoir décoré dans un style fin XIXe siècle. L'expérience est simple : traverser les épreuves horrifiques que le jeu va créer et personnaliser pour Cooper aussi longtemps que possible, alors que Katie le surveille par des caméras et le conseille par oreillette.

Cooper s'installe et se prépare à sa nuit. Au fur et à mesure, les apparitions se manifestent : une araignée, puis une peinture du manoir qui s'anime et l’apparition soudaine d'un homme, Josh Peters, qui brutalisait Cooper adolescent. Après la vision d'un hybride araignée/Peters géant, Cooper perd contact avec Katie et quelqu'un frappe à la porte. C'est Sonja, paniquée, qui affirme avoir reconnu le dispositif en photo, développé par Saito et considéré comme trop dangereux, et découvert que plusieurs personnes auraient disparu depuis que le brevet aurait été refusé. Cooper est confus, parvenant difficilement à distinguer les créations de la réalité augmentée du réel, mais finit par comprendre que Sonja n'a pas pu le rejoindre sans aide. Sonja change alors d'attitude, s'empare d'un couteau et poignarde Cooper à l'épaule. Il ne s'en sort qu'en faisant ressortir la lame à travers son épaule et planter la tête de Sonja, devenue écorchée, sur la pointe. Quelques secondes après, tout est revenu à la normale : Cooper est indemne, Sonja a disparu et Katie recommence à lui parler. Devant ce qu'il vient de traverser, il demande à quitter l'expérience dès que possible.

La voix de Katie l'invite à rejoindre une chambre à l'étage pour y désactiver la puce. Cooper hésite à ouvrir la porte, craignant ce qu'elle pourrait renfermer, comme une apparition de sa mère, mais il n'y a personne dans la pièce. La confusion et la panique de Cooper reviennent quand la voix de Katie commence à jouer avec lui, sa mémoire et la peur de finir comme son père, seul et incapable de reconnaître qui que ce soit, même son reflet dans le miroir. Cooper est terrorisé et alors qu'il est sur le point d'arracher la puce avec une écharde du miroir, Katie entre dans la pièce avec des hommes de main pour le retenir. Elle tente d'arrêter le programme sous les yeux de Saito, en vain. Saito s'excuse et fait emmener Cooper.

Cooper reprend alors conscience dans le bureau de Saito ; le test du manoir n'a jamais eu lieu que dans l’esprit du cobaye et n'a duré que quelques secondes. Saito s'excuse de la mauvaise expérience et laisse repartir Cooper qui rentre aussitôt chez lui. Il retrouve sa mère, effondrée et obstinée à téléphoner à son fils alors qu'il est devant ses yeux. Les doutes de Cooper reviennent.

En réalité, Cooper n'est jamais sorti de la première salle de test : l'appel téléphonique de sa mère a interféré avec le chargement du premier jeu, causant une surcharge neurale dans le cerveau de Cooper et provoquant sa mort. Pendant les quatre centièmes de seconde qu'ont duré l'expérience, il n’a fait que hurler « Maman ».

Épisode 3 : Tais-toi et danse[modifier | modifier le code]

Titre original
Shut Up and Dance (trad. litt. : « Tais-toi et danse »)
Première diffusion
Réalisation
James Watkins
Scénario
Will Bridges et Charlie Brooker
Invités
Synopsis
Plusieurs personnes se font pirater et sous la menace de voir leurs vies ruinées par la mise en ligne d'informations compromettantes les concernant, se retrouvent à suivre les instructions absurdes et risquées des pirates.
Résumé détaillé

Une femme reçoit plusieurs SMS l'intimant à laisser sa voiture dans un parking souterrain. Terrorisée, elle obéit aux ordres et quitte les lieux.

Kenny a une vingtaine d'années, vit avec sa mère et sa sœur Lindsay. Serviable et aimable, il travaille comme plongeur dans un fast-food. Un jour, en rentrant chez lui, il surprend sa sœur avec son ordinateur portable sur lequel elle a téléchargé un programme contenant un malware qui fait planter la machine. Il pense supprimer le programme malveillant puis s'enferme dans sa chambre pour se masturber devant de la pornographie sur Internet. Peu après, il reçoit un mail anonyme : des pirates l’ont filmé pendant l'acte par sa webcam et menacent de mettre en ligne la vidéo s'il ne leur obéit pas.

Le lendemain, Kenny reçoit son premier ordre : rejoindre le sommet d'un parking. Sans voiture, il s'y rend à vélo et est rejoint par un homme en scooter - également sous le joug des hackers - qui lui tend un colis qu'il dit fragile. Kenny reçoit alors l'ordre d'amener le colis à une chambre d'hôtel. Il fait le trajet en bus et ne résiste pas à l'idée d'ouvrir le colis, qui contient un simple gâteau. Une fois arrivé à l'hôtel, Kenny se voit refuser l’entrée dans la chambre jusqu'à ce que l'occupant entende le prénom de Mindy, suggéré par les pirates. À l'intérieur, Kenny trouve Hector, un homme marié attendant une prostituée. Il est lui aussi sous les ordres des pirates et ensemble, les deux hommes partent avec le gâteau récupérer une voiture (celle de la femme du début) et se rendent au lieu indiqué par SMS. En route, Hector révèle que les pirates menacent de révéler ses coucheries à sa femme et comprend que Kenny obéisse, une réputation sur Internet étant quasiment impossible à effacer. Leur trajet est perturbé par la rencontre d'une connaissance de Hector, Karen, qu'ils se retrouvent à devoir prendre à bord et déposer chez elle pour éviter les soupçons et la colère des pirates.

Une fois rendus à l'endroit indiqué, Kenny et Hector découvrent le but des pirates : le gâteau cache un déguisement sommaire et une arme, nécessaires pour braquer la petite agence bancaire à proximité. Ils ont cinq minutes pour décider qui braque et qui conduit ; Kenny n’ayant pas le permis de conduire, c'est lui qui se rend, terrorisé et en pleurs, dans la banque. Il récupère autant d'argent qu'il peut sans tirer et plonge dans la voiture de Hector, qui parvient à déjouer l’arrivée de la police.

Le lieu de rendez-vous suivant est un champ où Hector et Kenny doivent se séparer, Hector devant détruire la voiture et Kenny amener l’argent dans un bois proche. Ils se quittent bons amis et Kenny commence sa marche. Au milieu des arbres, Kenny trouve un homme qui à son arrivée, active un drone qui va les filmer pendant qu'ils se battent à mort, le survivant part avec l’argent. L'homme explique qu'il est prêt à tout, les hackers ayant la preuve de ses tendances pédophiles. Kenny pense à retourner l’arme contre lui, mais elle n'est pas chargée. Les deux hommes commencent à se battre.

La nuit tombe et toutes les personnes menacées reçoivent le même message, l'image du Troll Face. Les hackers ont finalement mis en ligne tout ce qu'ils avaient : la femme du début était une PDG coupable de discrimination raciale, Hector voit sa femme tout apprendre sur sa liaison avec Mindy, et Kenny, retrouvé par la police blessé, le visage en sang et muni dans son sac du butin du braquage précédemment effectué, est accusé lui aussi de détention de contenu pédopornographique.

Épisode 4 : San Junipero[modifier | modifier le code]

Titre original
San Junipero
Première diffusion
Réalisation
Owen Harris
Scénario
Charlie Brooker
Invités
Synopsis
En 1987, dans une ville de bord de mer, une jeune femme timide et une fêtarde extravertie nouent un lien puissant qui semble défier les lois de l'espace et du temps.
Résumé détaillé

Yorkie arrive à San Junipero en 1987. Introvertie, c'est son premier samedi soir dans la ville côtière, où règne une ambiance légère et festive. Elle repère Kelly, une fille bien plus libérée qui cherche à éviter Wes, un ex-petit ami insistant. Kelly surprend Yorkie en l'utilisant comme prétexte pour se débarrasser de Wes, affirmant que Yorkie est mourante. Kelly invite sa nouvelle amie à danser mais timide, Yorkie fuit vite les lumières. Kelly est intriguée mais charmée et suit Yorkie dans la ruelle, où elle essaie de la rassurer. Mais Yorkie se dérobe encore quand Kelly lui fait des avances.

Une semaine passe, l'ambiance du samedi soir revient sur San Junipero. Yorkie essaie différentes tenues et cherche à retrouver Kelly. Une fois ensemble, elle parvient à se libérer et les deux femmes font l'amour dans la maison en bord de mer de Kelly. Yorkie avoue alors que c'était sa première relation sexuelle - bien qu'elle soit fiancé avec un homme nommé Greg - et attend minuit avec son amante.

Une nouvelle semaine passe. Yorkie cherche à revoir Kelly, en vain. Elle essaie le Quagmire, un club à l'ambiance BDSM et violente où elle croise Wes, qui lui suggère de chercher dans d'autres époques. Après avoir parcouru San Junipero en 1990 et 1996, elle retrouve Kelly en 2002. Cette fois, Kelly fait tout pour éviter Yorkie, préférant ne pas créer de lien avec quiconque dans la ville. Mais finalement, Kelly et Yorkie se rejoignent et acceptent de se rencontrer dans la vie réelle, où Yorkie craint de décevoir son amie.

San Junipero est en fait un système de réalité virtuelle pour personnes âgées, que des personnes en fin de vie peuvent tester avant de choisir d'y charger leur esprit une fois décédées. Kelly quitte sa maison de repos du Nevada pour rejoindre Yorkie en Californie et découvrir son histoire, racontée par Greg, son infirmier. Yorkie avait 21 ans quand elle a fait son coming-out auprès de ses parents ultra-religieux, et en fuyant au volant de sa voiture, un accident l'a rendu tétraplégique, la clouant dans un lit pour les quarante années suivantes. Greg s'est proposé de l'épouser afin de faciliter les formalités pour l'euthanasie de Yorkie, bloquées par les parents. Kelly décide de se rendre rapidement à San Junipero et de l'épouser elle-même.

Une semaine passe et Kelly retourne dans San Junipero pour retrouver Yorkie, libérée et fascinée de vivre de façon permanente dans la ville. Elle veut que Kelly reste avec elle mais celle-ci refuse, encore saisie de doutes. Elle raconte alors son histoire : bisexuelle, Kelly s'est mariée avec un homme, a eu une fille morte de maladie et son mari a refusé de rester à San Junipero car sa fille n’a pas eu cette chance. Yorkie est désolée et Kelly quitte San Junipero. Les semaines passent et la santé de Kelly se détériore ; elle se résout finalement à rejoindre Yorkie à San Junipero, son corps enterré avec son mari et sa fille.

Épisode 5 : Tuer sans état d'âme[modifier | modifier le code]

Titre original
Men Against Fire (trad. litt. : « Hommes Contre le Feu »)
Première diffusion
Réalisation
Jakob Verbruggen
Scénario
Charlie Brooker
Invités
Synopsis
Dans un monde après-guerre, une unité militaire d'élite est chargée de tuer les humains dégénérés qui se cachent. L'un des nouveaux membres va malgré lui découvrir la réalité cachée par son équipement de haute technologie.
Résumé détaillé

Une unité militaire spécialisée est envoyée en mission dans une forêt où les habitants locaux ont été attaqués par des « Déchets » (« Cafards » en version française), des humains dégénérés à l’apparence vampirique porteurs de nombreuses maladies. Stripe, nouveau dans l'unité, découvre le fonctionnement de l'implant cérébral qui lui a été implanté, lui offrant aide tactique, à la visée, communication... L'unité organise son déploiement dans la demeure de Parn Heidekker, un religieux qui cacherait les Déchets chez lui. Stripe et Raiman fouillent la maison et trouvent les Déchets ; Raiman manque sa cible et Stripe en tue deux, mais pendant le combat, Stripe a été ébloui par un objet des Déchets.

Dans les jours qui suivent, l'implant de Stripe montre des dysfonctionnements : problèmes de chargement, pannes brèves, problèmes de sommeil... mais ni le médecin ni Arquette, le psychologue responsable de l'unité, ne trouvent la cause du problème. Lors du nouveau déploiement, l'implant de Stripe s'arrête et le militaire remarque qu'il a retrouvé certaines sensations qu'il avait perdu. Un Déchet commence à tirer sur les militaires et abat leur chef, ne laissant que Stripe et Raiman. En fouillant le bâtiment, Stripe voit qu'il est occupé par des humains mais Raiman les abat sans ciller. Quand elle menace de tirer sur une femme et son enfant, Stripe décide d'assommer Raiman et de fuir, mais il reçoit une balle.

Stripe est amené à un refuge en forêt où la femme, une réfugiée appelée Catarina, soigne sa blessure et lui explique que son implant peut modifier ses perceptions et donc donner une apparence monstrueuse aux personnes considérés comme Déchets. Alors que Stripe est en train de réaliser la manipulation, Raiman, qui les a traqués, surgit et abat Catarina et son fils avant de l'assommer.

Stripe se réveille dans une cellule, où il reste prostré. Arquette vient en personne lui annoncer que son implant a été réparé - la lampe des Déchets a en fait chargé un virus désactivant l’implant - lui révéler la vérité en détail : le subterfuge des Déchets par les implants sert non seulement à rendre les militaires plus efficaces en les libérant des traumatismes de guerre, évitant les cas de SSPT, mais aussi sert un but eugéniste en tuant les individus porteurs de gènes de maladies à risques, désignés comme Déchets. Stripe est révulsé et laisse éclater sa colère quand il voit qu'il a donné son accord oral à la procédure de pose de l'implant mais qu'on a effacé ce souvenir. Arquette lui offre alors le choix : retourner dans l'unité avec les souvenirs de ces derniers jours effacés, ou choisir de revivre emprisonné les visions des meurtres qu'il a commis, tels qu'ils se sont déroulés.

Stripe est finalement démobilisé, mais son implant, encore actif, lui offre la vision d'une vie idéale auprès d'une belle femme alors qu'il est envoyé dans un quartier abandonné.

Épisode 6 : Haine virtuelle[modifier | modifier le code]

Titre original
Hated in the Nation (trad. litt. : « Haï dans la nation »)
Première diffusion
Réalisation
James Hawes
Scénario
Charlie Brooker
Invités
Synopsis
Une série de meurtres sanglants frappe les cibles au cœur de bad buzz dans les médias britanniques. Les policiers chargés de retrouver le coupable découvrent son arme inédite mais surtout ses motivations.
Résumé détaillé

L'agent Karin Parke doit témoigner devant la cour d'Angleterre afin de donner sa version des faits quant aux événements du mois de mai passé. Elle commence donc son récit au 15 mai, lorsqu'elle a été appelée sur les lieux du meurtre de Jo Powers, une journaliste ayant signé un article virulent contre une militante handicapée qui avait pris à partie le Ministère de l’Environnement. La victime est retrouvée égorgée et la maison montre de nombreux signes de lutte. Karin Parke et son collègue Nick Shelton suspectent son mari, retrouvé blessé sur les lieux, mais leur nouvelle adjointe Blue Corson, transférée du département du crime informatique, veut chercher des suspects parmi ceux qui ont publiquement souhaité sa mort sur les réseaux sociaux. Le lendemain, Parke et Corson interrogent Liza Bahar, une institutrice qui a envoyé un gâteau avec un message insultant à la victime, mais elle est vite innocentée. Le mari de Jo Powers se réveille et affirme à Parke que sa femme s'est égorgée elle-même après avoir eu ce qui ressemble à une attaque.

Corson constate qu'Internet a déjà changé de cible en s'en prenant à Tusk, un rappeur américain qui pendant un passage à la télévision anglaise a insulté un jeune fan voulant l'imiter. Le soir même, le rappeur a une attaque similaire à celle décrite par Powers, et en passant une IRM, les médecins découvrent la cause de la mort, retrouvée également chez Jo Powers : un drone-abeille normalement programmé pour remplacer les abeilles, disparues suite à des problèmes environnementaux, s'est introduit dans le cerveau des victimes pour les torturer. De plus, les deux victimes ont été désignées par un mot-dièse #MortÀ, générés par des comptes bot. En rendant visite à Rasmus Sjoberg, PDG de l’entreprise gérant les drones, ils ont confirmation des soupçons d'une brèche de sécurité dans le système de contrôle, ce qui devient une affaire de sécurité nationale pour Shaun Li de la NCA.

La nouvelle victime désignée par le mot-dièse est Clara Meades, une femme qui a publié une photo la montrant en train de faire semblant d'uriner sur un mémorial. Parke, Corson et Li la transfèrent dans un lieu sécurisé ; en représailles, le hacker envoie un essaim gigantesque sur la maison isolée, et Clara Meades est tuée à son tour. Bien que sous le choc, Corson comprend peu à peu le fonctionnement des abeilles, qui ont utilisé la reconnaissance faciale pour viser ses victimes, impliquant que la sécurité nationale utilise les drones pour de l'espionnage de masse, ce que Li ne peut que confirmer.

Le lendemain, l'affaire fait le tour d'Internet et le mot-dièse désigne le Ministre de la finance, très impopulaire, mais aucune des mesures de protection de la NCA ne semble efficace. En poursuivant leur enquête, les policiers démasquent le responsable : Garrett Scholes, un des développeurs des drones qui a dissimulé dans le code de gestion son manifeste sur la liberté d'expression et les menaces à l'ère des réseaux sociaux, clamant que chacun doit subir les conséquences de ses mots. Ils parviennent à localiser une de ses planques par les métadonnées d'une photo du manifeste, où ils retrouvent le code utilisé pour craquer la sécurité du système des abeilles mais aussi une liste des identifiants de toutes les personnes ayant utilisé le mot-dièse. Juste avant de relancer le système pour reprendre le contrôle, Parke émet l'idée que ceci peut être un piège tendu par Scholes afin de punir ceux qui ont écrit vouloir la mort des victimes, les désignant alors comme les véritables cibles de son plan. Faisant fi des doutes de Parke, l'agent Li décide seul de valider la commande. En conséquence, le système s'emballe et plus de 387 000 personnes à travers le Royaume-Uni sont tuées par les drones.

Parke conclut son témoignage : devant le nombre de victimes, l'agent Corson a quitté la police et semble s'être suicidée depuis. Alors qu'elle quitte la cour sous les huées du public qui exige des réponses, elle reçoit un SMS de Corson, qui était censée être morte, lui indiquant qu'elle a retrouvé Scholes en Amérique du Sud.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cet épisode a été inspiré par une idée prévue pour la série Nathan Barley, coécrite par Charlie Brooker et Chris Morris.