Épiaire des bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stachys sylvatica

L'épiaire des bois (Stachys sylvatica) encore appelée ortie puante est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées.

Les feuilles froissées dégagent une odeur très désagréable évoluant vers un arôme proche du cèpe.

Description[modifier | modifier le code]

Épiaire des bois
Épiaire des bois (fleurs)

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

C'est une plante moyenne (15 à 40 cm de haut en moyenne, pouvant atteindre 80 cm). La partie souterraine est constituée d'un rhizome rameux formant de nombreux rejets. Les tiges quadrangulaires sont velues et portent des feuilles opposées longuement pétiolées, largement ovales, pointues, en cœur à la base, dentées, molles et velues, d'un vert sombre, rappelant celles de l'ortie, d'où son nom vernaculaire[1].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Organes reproducteurs
Graine
Habitat et répartition
  • Habitat type : lisières et clairières vivaces médioeuropéennes, eutrophiles, mésohygrophiles.
  • Aire de répartition : eurasiatique septentrional

Données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Écologie[modifier | modifier le code]

  • Espèce d'ombre ou de demi-ombre, apprécie les sols riches en éléments nutritifs; pH basique à neutre.
  • Bois frais à humides, haies, talus, chemins forestiers.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Alimentaire[modifier | modifier le code]

La plante dégage au froissement une odeur désagréable caractéristique. Les feuilles et jeunes pousses consommées crues en salade confèrent ainsi une note musquée que tout le monde n'apprécie pas ; en revanche, celle-ci disparaît sous l'action de la chaleur[2], remplacée par un surprenant parfum de cèpe. Les feuilles et pousses de ce « cèpe végétal » finement hachées puis plongées dans l'eau en vue d'une cuisson prolongée font ainsi un excellent potage ou poêlées, peuvent assaisonner des plats de champignons ou des omelettes[3].

Les fleurs peuvent servir à décorer les plats.

Mais on peut aussi l’utiliser blanchie, en légume d’accompagnement avec du poisson.

Médicinal[modifier | modifier le code]

Cette Épiaire est antispasmodique, emménagogue et vulnéraire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Flore Forestière Française - Guide écologique illustré : Plaines et Collines, t. 1, Institut du développement forestier, , 1785 p. (ISBN 2-904740-16-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 146.
  2. Dans la nature, en faire une boule et chauffer la par une friction énergique entre les mains.
  3. Michel Botineau, Guide des plantes comestibles de France, Belin, , p. 134.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]