Éphèbe d'Anticythère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L’éphèbe d'Anticythère.

L’éphèbe d'Anticythère est une statue de bronze d'un jeune homme datant de vers 340-330 av. J.-C. et découverte en 1900 dans l'épave d'Anticythère au large de l'île de Anticythère, en Grèce. La sculpture est conservée au musée national archéologique d'Athènes. Sa découverte inaugure une série de découvertes de statues de bronzes au XXe dans les mers Égée et Méditerranée[1] ayant bouleversé la vision moderne de la sculpture grecque antique.

L'épave[modifier | modifier le code]

Datée entre 70 et 60 av. J.-C., elle mesure un cinquantaine de mètres, taille considérable pour l'époque. Elle contenait également d'autres artéfacts célèbres, tels que la machine d'Anticythère — un calculateur astronomique extrêmement perfectionné, plus vieux mécanisme à engrenage connu — ou bien la "Tête du philosophe", unique partie nous étant parvenue d'une statue représentant un philosophe stoïcien. D'autres statues, en bronze mais aussi en marbre, ont été retrouvées, ainsi qu'une importante quantité de pièces d'or. Les pièces comprenant une importante quantité de cistophores de Pergame et monnaie éphésienne, il a été supposé que le navire était parti de la côte ionienne, voire d’Éphèse elle-même. De plus, aucun des objets découverts n'a pu être identifié comme originaire de la Grèce continentale.

La statue[modifier | modifier le code]

Elle mesure 1,94, un peu plus que grandeur nature. Découverte en plusieurs fragments, elle fait immédiatement l'objet d'une restauration. Celle-ci est corrigée dans les années 1950 par l'équipe de Christos Kourazos : l'abdomen est remodelé, la direction du regard, la connexion entre le torse et la cuisse droite ainsi que la position du bras droit sont modifiées. Cette seconde restauration est unanimement considérée comme un succès.

L’Éphèbe ne rappelle aucune figure iconographique courante, et aucune copie n'en a été retrouvée. Toutefois, la position de sa main droite semble indiquer qu'il tenait un objet sphérique, comme la pomme de discorde, ce qui pourrait évoquer le Jugement de Pâris, évènement à l'origine de la guerre de Troie. L'éphèbe serait donc Pâris, offrant à Aphrodite — en échange de l'amour d'Hélène — une pomme dorée destinée à la plus belle des déesses. Cependant les représentations traditionnelles de Pâris le figurent toujours encapé, et portant le bonnet phrygien. D'autres universitaires ont donc suggéré qu'il s'agirait d'un Hercule jeune et imberbe présentant à Aphrodite la pomme des Hespérides

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'autres célèbres bronzes ont été découverts dans les fonds marins, le plus souvent dans des épaves comme celle de Mahdia, découverte en 1907 au large de la côte Tunisienne : l'éphèbe de Marathon trouvé au large de Marathon en 1925 ; le dieu de l'Artémision découvert en 1926 au large du Cap Artémision (au nord de l'île d'Eubée) ; les bronzes de Riace, trouvés en 1972; le satyre de Mazara del Vallo, trouvé près de Brindisi en 1972 ; ansi que l'Apoxyomène découverte au large de l'île croate de Lošinj in 1999.

Sur les autres projets Wikimedia :