Épervans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Épervans
Épervans
Église Saint-Marcel.
Blason de Épervans
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Saint-Rémy
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Éric Michoux
2014-2020
Code postal 71380
Code commune 71189
Démographie
Gentilé Épervanais
Population
municipale
27 845 hab. (2015 en diminution de 0,06 % par rapport à 2010)
Densité 2 228 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 05″ nord, 4° 54′ 10″ est
Altitude Min. 170 m
Max. 197 m
Superficie 12,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Épervans

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Épervans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épervans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épervans
Liens
Site web epervans.fr

Épervans est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants se nomment les Épervannais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Située en Bourgogne, dans le département de Saône-et-Loire à moins de 10 kilomètres de Chalon-sur-Saône. Comprise entre le Chalonnais et la Bresse sur les bords de Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Marcel, Lans Rose des vents
Lux
Saint-Loup-de-Varennes
N Ouroux-sur-Saône
O    Épervans    E
S
Varennes-le-Grand

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Saône passe par la commune. Il y a 9,2 kilomètres de digues sur les bords de Saône[1]. Il y a aussi des lacs[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire est assez plat (avec une altitude comprise entre 170 et 197 mètres[2]), avec des terres fertiles. Depuis le début du XIXe siècle, une île a été créée (nommé l'Île Chaumette)[1]. Les sols ont pour origine l'ère du quaternaire ancien et du quaternaire récent (bord de Saône)[3].

Climatologie[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[4], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car Épervans est situé entre ces deux villes.

Dijon[modifier | modifier le code]

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[5]


Mâcon[modifier | modifier le code]

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[6]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1804, Napoléon Ier qui ne souhaitait pas emprunter un bras de la Saône en épingle à cheveux à Épervans, a demandé à l'ingénieur Chaumette d'effectuer des travaux pour un raccourci et de créer ainsi l'île Chaumette[1]. En , Épervans a rejoint la Communauté d'Agglomération de Chalon Val de Bourgogne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason Tranché : au 1er de sinople à la fasce ondée cousue d'azur, au 2e d'azur à l'église du lieu et au château de la Motte d'or [au naturel] et rangés en bande ; à la bande d'argent brochant sur la partition.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1992 juin 1995 Daniel Malot    
juin 1995 1997 Françoise Peri    
1997 mars 2008 Yves Lehanneur Apolitique  
mars 2008 en cours Éric Michoux Divers droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Grand Chalon.

Instance judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2015, la commune comptait 1 615 habitants[Note 1], en diminution de 0,06 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
582663676766818743755744742
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
744728735735753762748757734
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
713683674678724755769777841
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8889479801 1091 3101 4631 5941 6051 616
2013 2015 - - - - - - -
1 6011 615-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cette commune possède des écoles comptant en 2014-2015 : 48 élèves en maternelle et 110 élèves en élémentaire[1]. Elle possède aussi une halte-garderie périscolaire et un centre de loisirs[1].

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier le plus proche se situe à Chalon-sur-Saône.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique dans l'église du village.

Sports[modifier | modifier le code]

Ce village possède un stade de football utilisé par le club du « Football Club Epervans » dont l'équipe première évolue en 2011-2012 en 1er division de district du pays saônois[11].

Associations[modifier | modifier le code]

La commune compte 25 associations[12].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Il peut être cité : La fête de la Saint-Barnabé, organisé par l'Association du foyer rural début juin et qui est la plus grande fête du village[13]. Il y a environ une quarantaine de manifestations dans le village par an[1].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte des ordures ménagères et autres est gérée par Le Grand Chalon.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune compte 80 entreprises et commerces[1]. Les maraîchers sont importants dans ce village, car ils sont une dizaine[1]. L'agriculture avec trois à quatre exploitations agricoles qui font des céréales et de l'élevage pour la viande ou pour le lait[1]. Entre autres industries ou activités, les plus importantes sont les transports, la maçonnerie, la production de sable et de granulat, l'ingénierie[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 31 mai 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Épervans, p.  16
  2. a, b et c La Saône-et-Loire ; les 573 communes, Épervans, p.  90
  3. Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éditions BRGM, Carte géologique du vignoble bourguignon (Bourgogne et Beaujolais), p. 68 et 69.
  4. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  5. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  6. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Site du district du Pays Saônois, page sur le classement de première division (groupe B), Consulté le 2 février 2012
  12. Site de la commune d'Épervans, page sur les associations, Consulté le 2 février 2012
  13. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 31 mai 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Épervans, p.  17


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Saône-et-Loire. Les 573 communes, éditions Delattre, Granvilliers, 2006, 255 pages, (ISBN 2-915907-23-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]