Éolide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eolide.
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Position de l'Éolide en Asie mineure

L’Éolide (ou Éolie) (en grec ancien ᾈολίς / Aiolís) est le nom donné dans l'Antiquité à la côte nord-ouest de l'Asie mineure, entre la Troade et le fleuve Hermos sur le golfe de Smyrne. C'est ici que vers le XIe siècle av. J.-C. s'établissent les Éoliens venus de Thessalie. Cette région et la Troade faisaient partie de la Mysie.
Les anciennes cités éoliennes[1] étaient comprises entre l'Hermus (Gediz) et le Caïcus et portaient les noms de Cisthène, Coryphantis, Héraclée, Attea. Hérodote vante la fertilité de l'Eolide. Il énumère douze cités de l'ancienne confédération : Cymé ou Cumes, dite Phriconis, Lerissa;, Néontichos, Temnos, Cilla, Notium, Egirossa, Pitane, Egoeoe, Mynna,Grynium et Smyrne (tombée au pouvoir des Ioniens). Le centre de la civilisation éolienne est l'île de Lesbos (cités de Méthymne et Mitylène). Plusierus des villes de l'Eolide, dont Cymé, ont frappé monnaie.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire encyclopédique d'Histoire, 8 vols., nouvelle édition du Dictionnaire d'histoire universelle, Bordas / J.P. Delarge, Paris, 1978-1982. Plusieurs rééditions.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Dreyfus Camille (dir.) "La grande encyclopédie :inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts" ed. H. Lamirault (Paris) 1885-1902 vol. 16 p. 1 article Eolide (Gallica : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb377013071)