Énianie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Énianes
Aeniania.jpg
Géographie
Partie de
Hellènes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Région historique, groupe ethnique mythique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ainis (grec ancien Αἰνίς, IPA: [ajˈniːs], grec moderne Αινίδα, IPA: [eˈniða] ) ou Énianie, est une région de la Grèce antique située près de Lamia dans la Grèce centrale moderne, correspondant à peu près à la haute vallée du Sperchios.

Nom[modifier | modifier le code]

La région tire son nom de la tribu des Énianiens, qui habitait dans la région. Le nom Éniane apparaît pour la première fois à l'époque romaine ; le seul nom antérieur connu de la région était « la terre des Énianiens », Ainianōn khōra (Théopompe)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Énianes est situé dans la haute vallée du Sperchios, en bordure de Dolopia à l'ouest, de l'Œtée au sud, du Malis à l'est et de l'Achaïe au nord[2]. Les frontières exactes avec l'Œtée et le Malis n'ont jamais été établies[1]. La rivière Sperchios coule à travers la région en descendant vers le golfe Maliaque et est rejointe en Énianie par son principal affluent, l'Inachos. La zone est limitée au nord par les monts Othrys et à l'ouest par un éperon des montagnes du Pinde, avec le pic de Tymphreste visible de la majeure partie de la région. Au sud se trouvent les pics de Goulinas et du mont Oeta, séparés par la rivière Inachos.

La majeure partie de l'Énianie se compose aujourd'hui d'une plaine fluviale fertile ; ce n'était peut-être pas le cas pendant l'Antiquité. Comme pour la Grèce en général, il y a une certaine activité sismique avec des sources chaudes près du village de Platystomo. Après l'introduction du chauffage moderne, les contreforts autrefois chauves des montagnes environnantes sont maintenant couverts de fourrés denses de lierre et de figue de Barbarie.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Plutarque écrit (Quest. Graec. 12) que les Ainianiens ont été une fois expulsés de Thessalie par les Lapiths pour errer dans la péninsule grecque jusqu'à ce qu'ils s'installent finalement dans la haute vallée du Sperchios. Selon Plutarque, lorsque les Énianiens se sont finalement installés dans ce qui allait devenir Énianes, la terre était déjà occupée par les Inachiens et les Achéens. Phémios, roi des Énianiens, tua cependant Hyparochos, roi des Inachiens, avec une pierre tandis que ce dernier avait la tête tournée, gagnant ainsi la région pour son peuple[3].

Les Énianiens ont frappé des pièces de monnaie à Hypata avec la tête de Zeus à l'avers et le légendaire roi Phémios au revers[4].

Colonies[modifier | modifier le code]

On sait très peu de choses sur les colonies de l'ancienne Énianie, à part la ville d'Hypata. Plusieurs polis (Kapheleis, Korophaioi, Phyrrhagioi et Talana) sont mentionnés dans les inscriptions à Delphes, mais à part Hypate, aucun n'a encore été identifié de manière convaincante[1]. En outre, d'autres colonies qui n'étaient pas des polis ont été identifiées, notamment Sosthenis et Spercheiai. Une colonie plus petite, celle de Makra Kome, est également mentionnée dans un passage de Tite-Live comme ravagée par les Etoliens pendant la Seconde Guerre de Macédoine. Il existe cependant plusieurs sites connus dans la région, pour la plupart de la période hellénistique, certains d'entre eux à caractère urbain.

Hypata (Ypati).

Hypate[modifier | modifier le code]

La « capitale » de l'Énianie, Hypate (Ὑπάτα), était située dans la ville moderne d'Ypati sur le versant nord du mont Œta ; le nom est probablement dérivé d'une corruption de l'hypo Oita (ὑπὸ Οἴτα, signifiant « près du mont Œta »). La ville antique était probablement divisée en une ville fortifiée inférieure située approximativement à l'emplacement de la ville moderne, et une acropole qui est encore visible plus haut dans la montagne. Hormis quelques fortifications et inscriptions, il reste très peu de la ville antique aujourd'hui ; les voyageurs du début du XXe siècle ont remarqué d'anciens blocs et dalles construits dans les maisons modernes, mais la plupart d'entre eux ont probablement été détruits lorsque la Wehrmacht allemande a démoli la majeure partie de la ville pendant la Seconde Guerre mondiale. La tour dominante de l'acropole est d'une date ultérieure, construite par les Génois au Moyen Âge. La zone politique d'Hypate s'étendait probablement loin au nord sur la plaine fluviale, qui est également mentionnée dans plusieurs inscriptions. Une route sur le mont Œta menait vers le sud depuis Hypate vers Kallion en Étolie[5].

La majeure partie de L'âne d'or d'Apulée se déroule dans et autour d'Hypate, qui à l'époque du roman était une ville romaine florissante. Après l'introduction du christianisme, Hypate est devenu un évêché métropolite dans la province romaine d'Achaïe. Dans l'Antiquité tardive, Hypate est devenu le refuge des citoyens de Patras qui ont fui l'invasion slave de la Grèce ; en conséquence la ville a changé son nom en Neopatras (« New Patras »), qu'elle a gardée jusqu'à l'établissement de l'état grec moderne au XXe siècle.

Kastrorakhi à partir de Vitoli.

Kastrorakhi[modifier | modifier le code]

Une colline allongée près du village de Vitoli (Βίτολη) porte le nom de Kastrorakhi (Καστρόραχη, « crête du château »), sur son sommet il y a des restes d'un mur avec de nombreuses tours ainsi qu'une porte impressionnante. Le mur englobe toute la colline, qui a la forme d'un « T » incliné, et n'est conservé que dans une mesure limitée. Aucun reste de structures autres que la paroi du mur n'a été trouvé. L'importance stratégique des fortifications ne doit pas être sous-estimée puisque l'emplacement domine la plaine supérieure de la vallée ainsi que la confluence du Sperchios avec son affluent, la Papagourna.

L'emplacement est souvent associé à l'ancienne polis de Spercheiai, mais l'identification reste incertaine[6],[7].

Stählin, visitant le site au début des années 1910, a écrit qu'il est impossible de voir si le site était habité dans l'Antiquité en raison de l'utilisation agricole ultérieure de la colline. Il n'a pu trouver que des traces de poterie rougeâtre à cet endroit, qu'il datait de la période hellénistique[7]. Quelques décennies plus tard, Béquignon rapporte que l'état des murs était médiocre, probablement en raison du vol de pierre[6].

Le site à Ano Fteri.

Ano Fteri[modifier | modifier le code]

Juste au sud de Kastrorakhi, sur la pente de Fteri, se trouve un autre site de taille considérable, connu sous le nom d'Ellinika. Un mur circulaire s'étend autour d'un plateau entre deux ravins[6]. La vue est assez impressionnante ; tous les sites connus de l'Énianie sont visibles depuis cet endroit, ce qui en fait un lieu d'importance stratégique[8].

Les restes d'Ano Fteri, comme c'est aussi le cas de Kastrorakhi, ont été liés à l'ancienne polis de Spercheios, mais cette théorie n'a pas encore été prouvée[7]. Le corps d'une statue féminine en tuf a été retrouvé ici vers 1973, aucune autre découverte n'a été publiée[9]. Béquignon a présenté le site comme un simple poste d'observation et non comme une position de défense[6].

Vue depuis Profitis Ilias.

Située au centre de l'ancienne Énianie, la colline de Profitis Ilias (Προφήτης Ηλίας) surplombe la plupart des basses plaines du Sperchios et garde le col de Giannitsou, menant au nord de la Thessalie. Un mur circulaire entoure les deux sommets de la colline, créant une double acropole avec une selle peu profonde entre les deux[7]. Il reste peu à voir sur le site ; la majeure partie du mur circulaire a disparue, la partie la plus marquante étant située le long du versant sud-ouest avec plusieurs fondations de tours. Béquignon indique qu'il y avait des restes de fondations de maisons, principalement sur le pic nord au moment de sa visite dans les années 1920[6].

Dans les contreforts et dans la plaine en contrebas de la colline, Georges Roux a noté en 1954 des vestiges d'une possible ville basse, ainsi que du matériel épigraphique dans le village voisin de Platystomo[10]. Roux et la plupart des autres savants du début du XXe siècle ont interprété les restes de Profitis Ilias comme les restes de Makra Kōmē (Μακρὰ Κώμη)[7],[6], brièvement mentionné par Tite - Live, et la ville voisine de Varybombi a depuis changé son nom en Makrakomi ensuite.

Stählin, Béquignon et Roux datent tous les vestiges de Profitis Ilias de la période hellénistique (fin du IVe au début du IIe siècle av. J.-C.), c'est un avis étayé par des découvertes provenant de fouilles menées par l'éphorat local du service archéologique grec de Lamia dans les années 1970[11]. Cela a été contesté par certains auteurs locaux qui affirment que la colline est l'emplacement de la Phthie semi-mythique, la maison d'Achille[12]. Cela est basé cependant sur des lectures philologiques et n'est étayé par aucune preuve archéologique.

Le site de Profitis Ilias fait actuellement l'objet d'une enquête archéologique menée par la 14e Ephorate de Lamia et l'Institut suédois d'Athènes[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c M. H. Hansen & T. Heine Nielsen (eds.), An inventory of Archaic and Classical poleis, Oxford 2004.
  2. H. Kramolisch, "Ainianes" Der Neue Pauly, Brill Online, 2013.
  3. M. B. Sakellariou, "Between Memory and Oblivion", ΜΕΛΕΤΗΜΑΤΑ 12, Athens 1990.
  4. RE, Band I,1.
  5. "Hypata" in Stillewell et al., The Princeton encyclopedia of classical sites, Princeton University Press 1976.
  6. a b c d e et f Y. Béquignon, La vallée de Spercheios, Paris 1937.
  7. a b c d et e F. Stählin, Das hellenische Thessalien — Landeskundliche und geschichtliche Beschreibung Thessaliens in der hellenischen und römischen Zeit, Stuttgart 1924.
  8. M. F. Papakonstandinou in Aνδρέας Γ. Bλαχόπουλος (ed.), Αρχαιολογία: Εύβοια & Στερεά Ελλάδα, Athens 2009.
  9. Aupert Pierre, "Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1977" in Bulletin de correspondance hellénique, Vol. 102, livr. 2, 1978. pp. 699.
  10. G. Roux, "Note sur les antiquités de Macra Comè", BCH vol. 78, pp. 89-94, 1954.
  11. Arch.Delt. 28 (1973), Chron. p. 280-281, 283.
  12. Ε. Αδάμας, Τ. Ευθυμίου & Β. Κανέλλος, Αναζητώντασ ίχνη του Ομηρικού Αχιλλέα στην κοιλάδα του Σπερχειού, Lamia 2006.
  13. Makrakomi Archaeological Landscapes Project