Énergie du Mali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Énergie du Mali (EDM) est la compagnie malienne chargée de la production, du transport et de la distribution d'électricité dans le pays. Elle possède une agence para-étatique plus particulièrement consacrée à la production d'électricité, nommée Électricité du Mali. Le siège d'EDM se trouve dans la capitale Bamako, au Square Patrice-Lumumba.

Historique[modifier | modifier le code]

Énergie du Mali est une société d'État créée le [1] par un consortium composé du jeune État malien (55 %), d'AFC « CCCE » (39 %) et d'Électricité de France (6 %) en remplacement de la SAFELEC (Société africaine d'électricité, société privée). Le capital initial est de 50 millions de francs Mali[2]. En 1967, la première centrale hydroélectrique située à Sotuba est mise en service puis en 1980 commence la production d'électricité au barrage hydroélectrique de Sélingué[2]. En juillet 2000, EDF se retire du capital ouvrant la voie à la privatisation de l'entreprise[3].

EDM a été privatisée le auprès de Industrial Promotion Services (IPS West Africa), filiale de l'Aga Khan Development Network, (à hauteur de 21 %), du Ministère des mines, de l'énergie, et des ressources en eau (40 %), et de SAUR International filiale du groupe Bouygues (39 %). Le premier groupe de la centrale de Manantali est mise en service en septembre 2001[3]. SAUR se désengage d'EDM en 2005[4] et vend ses parts à IPS qui monte à 34 % et au Ministère de l'énergie qui passe à 66 %[5] entraînant de facto une renationalisation de la compagnie qui garde le statut de Société anonyme d'économie mixte.

Le 1er janvier 2011, la société sépare ses activités eau et électricité[réf. nécessaire].

Production et distribution[modifier | modifier le code]

La production électrique au Mali est principalement réalisée par le barrage hydroélectrique de Manantali et le barrage hydroélectrique de Sélingué. EDM a produit 720,8 GWh d'électricité distribuée sur 3 900 km de lignes constituant le réseau interconnecté en 2004[5] et 882,5 GWh en 2006[6] sur les sites de :

  • Centrale hydroélectrique de Manantali : 104,0 MW de puissance installée et de 380,7 GWh (soit 43,1 %) de production en 2006 (cette centrale n'est pas gérée par EDM, mais par SOGEM)
  • Centrale hydroélectrique de Sélingué : 46,2 MW de puissance installée et 247,4 GWh (soit 28,0 %) de production en 2006
  • Centrale thermique de Darsalam : 39,1 MW de puissance installée et 18,3 GWh (soit 2,0 %) de production en 2006
  • Centrale thermique de Balingué : 32,7 MW de puissance installée et 118,2 GWh (soit 13,4 %) de production en 2006
  • Centrale de location Aggreko à Nouakchott en Mauritanie : 13,0 MW de puissance installée et 83,0 GWh (soit 9,4 %) de production en 2006
  • Centrale hydroélectrique de Sotuba : 5,7 MW de puissance installée et 34,5 GWh (soit 3,9 %) de production en 2006
  • Centrale hydroélectrique de Félou : 0,7 MW de puissance installée et 0,2 GWh (soit 0,02 %) de production en 2006 (cette centrale n'est pas gérée par EDM, mais par SOGEM)

En plus de la production du réseau interconnecté, EDM possède sur dix-neuf sites isolés de l'est et du sud du pays (dont Niafunké, Djenné, Mopti, Bandiagara, Tombouctou, Gao...) des centrales d'une capacité totale de près de 50 MW en 2008[6]. En 2004, EDM fournit de l'électricité auprès de 154 000 clients répartis dans 35 villes et de l'eau pour 91 700 clients répartis dans 16 villes[5].

Par ailleurs EDM produit 62 millions de mètres cubes d'eau grâce à son réseau de 2 660 km de tuyaux[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]