Énergie Partagée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Énergie Partagée
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Regroupe une association et un fonds d'investissement
But Développer les énergies renouvelables avec les citoyens
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2010
Fondateurs Enercoop, Christel Sauvage
Identité
Site web energie-partagee.org

Énergie Partagée est un mouvement regroupant des citoyens, des associations et des institutions pour développer les installations de production d'énergie renouvelable en France. Créé en 2010, il avait collecté 16 millions d'euros, dont plus de 10 millions investis dans 102 projets en 2018.

Activités[modifier | modifier le code]

La structure comprend une association de promotion et d'assistance au développement de projet, Énergie Partagée Association, et un fonds d'investissement ouvert aux citoyens, Énergie Partagée Investissement. L'association éclaire les groupes de citoyens et les collectivités pilotant des projets d'énergie renouvelable[1]. Les particuliers peuvent acquérir des actions du fonds[2], qui les place dans des projets répondant à une charte de développement durable et vise un rendement annuel de 4 % au bout de dix ans[3].

Les projets soutenus se situent dans toute la France : parc éolien de Béganne dans le Morbihan[4], coopérative Combrailles Durables dans le Puy-de-Dôme[5], projet solaire transfrontalier Zusamme Solar en Alsace[6], Survoltés d'Aubais[7] et ICEA en région toulousaine. Ils couvrent toute la gamme des énergies renouvelables, une unité de méthanisation et une chaufferie au bois étant inaugurés en 2018, avec un projet de géothermie en cours[8].

La coopérative gère aussi le fonds EnRciT, abondé par la Caisse des dépôts, le Crédit coopératif et l'Ircantec, qui a pour objectif de soutenir les porteurs de projet en phase de développement[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Parmi les fondateurs du mouvement en 2010, on trouve Christel Sauvage, dirigeante d'Enercoop Ardennes-Champagne[10], ainsi que la coopérative Enercoop. Le fonds d'investissement est agréé par l'AMF en septembre 2011[11] et lève 5 millions d'euros en deux ans auprès de 2 500 personnes[3].

Au bout de 8 ans d'existence, 16 millions d'euros sont collectés, dont plus de 10 millions investis dans 102 projets en 2018[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coralie Schaub, « Cagnottes citoyennes anticarbone », sur Liberation.fr, (consulté le 14 septembre 2016).
  2. Frédéric Cazenave, « Le crowdfunding se met au vert », sur LeMonde.fr, (consulté le 14 septembre 2016)
  3. a et b Propos recueillis par Pierre Le Hir, « "La transition énergétique viendra des citoyens" », sur Le Monde.fr, (consulté le 8 août 2016).
  4. Pierre Le Hir, « Dans le Morbihan, des éoliennes financées par des particuliers », sur lemonde.fr, (consulté le 24 février 2017) (accès payant).
  5. Marc Belpois, « Le Puy-de-Dôme parie sur l'énergie solaire », Télérama,‎ (lire en ligne).
  6. Fabienne Marion, « Zusanne Solar : la transition énergétique récompensée », sur up-magazine.info, (consulté le 10 décembre 2016).
  7. « On a la solution - Depuis Montpellier : les survoltés d'Aubais », sur france.tv, (consulté le 18 novembre 18).
  8. a et b Sophie Fabrégat, « Financement citoyen : Energie Partagée fête ses huit ans et plus 100 projets soutenus », sur actu-environnement.com, (consulté le 7 octobre 2018).
  9. Florence Roussel, « ENRCIT : un fonds de 10 M€ pour appuyer les projets citoyens d'énergies renouvelables », sur actu-environnement.com, (consulté le 5 février 2018).
  10. Laura Geisswiller, « Et si chacun de nous produisait sa propre énergie ? », sur lemonde.fr, (consulté le 14 septembre 2016)
  11. Sébastien Seibt, « Énergie partagée investissement, un ovni financier à plus d’un titre », sur france24.com, (consulté le 5 octobre 2016).