Émilie Plater

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émilie Plater

Émilie Plater, ou Emilia Plater, Emilia Platerówna (en polonais), Emilija Pliaterytė (en lituanien), Emilie von Plater (en allemand), née le à Vilnius et morte le à Vainežeris (actuelle Lituanie), est une noble polonaise devenue célèbre en raison de sa participation aux combats durant l'insurrection polonaise de 1830-1831.

Elle est considérée comme un héros national en Pologne, Biélorussie et Lituanie et comparée par beaucoup, notamment Adam Mickiewicz à Jeanne d'Arc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est issue de la famille des comtes Plater. Elle naît à Vilnius (Wilno en polonais), la capitale de l'ex-Grand-duché de Lituanie, région de l'ancienne Pologne annexée par la Russie en 1795, lors du troisième partage.

En novembre 1830, commence l'insurrection du royaume de Pologne contre le tsar Nicolas 1er, aussi roi de Pologne. En janvier 1831, Nicolas 1er est déchu du trône de Pologne par la Diète de Varsovie. L'insurrection du royaume va ensuite s'étendre à des provinces polonaises intégrées à l'Empire russe.

Le 25 mars 1831, la garnison (russe) de la ville de Rosiene (Rossieny) est chassée par la troupe de Jules Gruzewski, ce qui provoque l’insurrection de la Lituanie. Le 29 mars, la jeune comtesse Émilie Plater rassemble 280 fantassins, 60 cavaliers et plusieurs centaines de paysans armés de faux et rejoint les insurgés du comte Charles Zaluski. Elle participe au combat de Przystowiany le 4 mai. Le général Dezydery Chłapowski lui confie le commandement de la première compagnie du 25e régiment de Lituanie, avec le grade de capitaine (10 juin).

Après la défaite des insurgés lituaniens à Šiauliai (Szawle, 18 juillet) et la retraite de Chłapowski en Prusse, elle quitte l’armée et rentre en Samogitie, où elle meurt suite à une fièvre le 23 décembre, à Vainežeris (Justianowo en polonais)[1].


Sur les autres projets Wikimedia :

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Monument à Emilie Plater à Vainežeris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Bouteron, Pologne romantique. La Jeanne d’Arc de Pologne, Émilie Plater (1806-1831), Paris, Armand Colin,‎ (présentation en ligne)