Émilie Kempin-Spyri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émilie Kempin-Spyri
(UAZ) AB.1.0518 Kempin-Spyri 01.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
BâleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Zurich (Juris Doctor (en))Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Parentèle
Johanna Spyri (tante)Voir et modifier les données sur Wikidata

Émilie Kempin-Spyri est née le à Altstetten et est morte le à Bâle. C'est la première femme suisse à être diplômée en droit. N'obtenant pas le droit de pratiquer en tant qu'avocate elle émigre à New York avec son mari et ses 3 filles où elle fonde une école de droit pour les femmes[1],[2]. Elle est reconnue également dans le mouvement féministe pour son influence sur la réécriture du nouveau code civil allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplôme de droit en Suisse[modifier | modifier le code]

Elle est la nièce de l'écrivaine Joanna Spyri. Dans sa jeunesse elle est pendant un an jeune femme au pair à Neuchâtel. Entre 1876 et 1879 elle donne naissance à trois enfants. Elle passe l'examen de maturité à l'âge de 30 ans[1] malgré l'opposition de son entourage familial. Elle rentre au sein de l'Université de Zurich. En 1887 elle finit son doctorat en droit et est la première femme suisse à être diplômée en droit. En tant que femme elle n'a pas les droits civiques et ne peut avoir son brevet d'avocate pour accéder au barreau. Elle dépose un recours au tribunal fédéral qui ne rentre pas en matière[3].

École de droit à New-York[modifier | modifier le code]

L'Université de Zurich lui refuse un poste de privat-docent prenant prétexte du fait qu'elle soit une femme[4], elle part donc à New York avec son mari et ses enfants en 1888. Elle y fonde une école[5] pour que les femmes puissent faire des études en droit et devenir avocates. Elle s'implique également pour permettre l'accès à une aide juridique aux personnes les plus pauvres [6]. L'année suivante, son mari, qui n'arrive pas à surmonter les difficultés de son adaptation retourne en Suisse avec deux des trois enfants. En 1894 elle s'oppose aux propositions d'Eugen Huber en ce qui concerne le régime matrimonial du nouveau code civil de la suisse, trop discriminant envers les femmes.

Privat-Docent et Frauenrecht[modifier | modifier le code]

Elle doit faire un choix difficile entre rester en Amérique où le succès pour sa carrière est assuré ou rejoindre sa famille qui est en Suisse. Elle finit par retourner à Zurich avec sa deuxième fille en 1891. Elle arrive à se faire accepter comme privat-docent à l'Université de Zurich. Elle milite pour que les femmes puissent devenir avocates, devient conseillère juridique et donne des cours de droit à l'école supérieure de Zurich consacrée seulement aux jeunes filles. Elle fonde en 1893, la Frauenrecht, une Association pour la défense des droits des femmes, qui prodigue des conseils juridiques gratuitement. Elle est également la rédactrice du Frauenrecht jusqu'en 1894.

Départ pour Berlin[modifier | modifier le code]

Elle se sépare de son mari en 1895 et part pour Berlin. À Berlin elle donne des cours de droits, ouvre un cabinet de conseil juridique. Elle commence à s'intéresser au statut juridique des femmes dans le code civil allemand. Ses idées ne sont pas acceptées par les féministes surtout par les plus radicales qui rejetent le code civil en 1897. En raison de ce désaccord elle se sépare du mouvement allemand pour les droits des femmes[7]. Des difficultés familiales et matérielles la conduisent vers la schizophrénie. À partir de l'automne 1897 elle vit dans des cliniques psychiatriques. Seule et pauvre elle finit par mourir le 12 avril 1901 dans une clinique psychatrique à Bâle d'un cancer de l'utérus.

En 1898 les premières zurichoises accèdent au barreau grâce à son action. Anna Mackenroth devient la première avocate suisse[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Die Stellung der Frau nach den zur Zeit in Deutschland gültigen Gesetzesbestimmungen sowie nach dem Entwurf eines bürgerlichen Gesetzbuches für das Deutsche Reich, 1892
  • Die Ehefrau im künftigen Privatrecht der Schweiz, 1894
  • Rechtsbrevier für deutsche Ehefrauen, 1897

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Evelyne Hasler, La Femme aux ailes de cire : histoire d'Emily Kempin-Spyri, éditions Zoé 1998, (ISBN 978-2881821882)
  • Marianne Delfosse: Émilie Kempin-Spyri (1853-1901). Das Wirken der ersten Schweizer Juristin. Unter besonderer Berücksichtigung ihres Einsatzes für die Rechte der Frau im schweizerischen und deutschen Privatrecht. Zürich, Schulthess, 1994, 262 pages. 
  • Christiane Berneike, Die Frauenfrage ist Rechtsfrage, 1995 Zürich, Verein für feministische Wissenschaft

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Barbara Stolba, « Emilie Kempin-Spyri: juriste sans droit », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  2. Marianne Delfosse / LA, « Kempin [-Spyri], Emilie », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 30 mars 2017)
  3. (de) Jakob Tanner, « Frauen unter Diskriminierungsdruck Karrierebrüche im Leben von Emilie Kempin-Spyri », VSH-Bulletin,‎ (lire en ligne)
  4. Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes BFEG, « Emilie Kempin-Spyri (1853-1901) », sur www.ebg.admin.ch (consulté le 30 mars 2017)
  5. Servane Boillat, « Emilie Kempin-Spyri, première femme juriste », D'égales à égales,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Sara L. Kimble et Marion Röwekamp, New Perspectives on European Women’s Legal History, Routledge, (ISBN 9781317577164, lire en ligne)
  7. (de) Marianne Delfosse, « Emilie Kempin-Spyri (1853-1901). Das Wirken der ersten Schweizer Juristin. Unter besonderer Berücksichtigung ihres Einsatzes für die Rechte der Frau im schweizerischen und deutschen Privatrecht [ », Revue Suisse d'Histoire band 46 Geschlecht und Staat = Femmes et citoyenneté,‎ (lire en ligne)
  8. (de) Gabi Einsele, « Anna Mackenroth, erste Schweizer Anwältin », Emanzipation : feministische Zeitschrift für kritische Frauen 18 (1992) cahier no 3,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]