Émilie Desjeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émilie Desjeux
Émilie Desjeux (1861-1957).jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions

Émilie Desjeux, née le à Joigny, morte le à Paris, est une artiste-peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émilie Desjeux suit à Paris l'enseignement de William Bouguereau (1825-1905)[1] et débute au Salon des artistes français de 1884. Elle y expose jusqu’en 1921. Elle prend part à la fondation de l’Union des femmes peintres et sculpteurs, pour soutenir les droits des femmes dans le domaine de l’art.

Émilie Desjeux expose ses toiles Mère Thérèse et Travaux forcés, et deux peintures sur porcelaine, Les Chrysanthèmes et Charité, au Salon tunisien de 1896[2]. En 1899, elle envoie son tableau Le Médecin des pauvres à l’exposition de cette association et, l’année suivante, expose son Autoportrait à l’Exposition universelle de 1900. Émilie Desjeux expose des aquarelles à la Galerie Georges Petit à Paris en 1907[3]. Elle passe régulièrement ses étés à Bussy où elle a une importante bibliothèque et où elle est inhumée après sa mort, le 23 avril 1957. Deux de ses tableaux, Le Rémouleur et Le Banquet d'inauguration du marché couvert à Auxerre, sont conservés à Auxerre au musée Saint-Germain.

Émilie Desjeux est promue officier de l'ordre des Palmes académiques en 1890[4]. Elle décède le 23 avril 1957 dans le 18e arrondissement de Paris et est enterrée à Bussy-en-Othe.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Auxerre, musée Saint-Germain
  • Le Banquet d'inauguration du marché couvert à Auxerre, 1908, huile sur toile, 125x256 cm, déposé à la maire d'Auxerre[5],[6]
  • Le Rémouleur, 1896, huile sur toile, 180x111 cm[6],[7]
  • Venise au clair de lune, pastel, 37x43 cm[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit[8]
  • Pierre Lebœuf, « Émilie Desjeux (1861-1957), artiste peintre, née à Joigny », dans L'Écho de Joigny, no 55, 1998, pp. 67-77.
  • Micheline Durand, Isabelle Vaudois, Quand le tableau témoigne : 1904-2004, Auxerre, Musée-Abbaye Saint-Germain, catalogue de l'exposition du 12 novembre 2004 au 14 février 2005 (ISBN 2-909418-24-3)

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Autoportrait, 1931, pastel, non localisé[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :