Émile de Wogan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Émile de Wogan (né à Dinan le , mort à Paris, le )[1] est un aventurier, explorateur, et écrivain français.

Ancien officier Spahis puis de la Garde nationale pendant la révolution de 1848, il s'embarqua en 1850 avec 3 associés pour la Ruée vers l'or en Californie via l'isthme de Panama et rejoignit San Francisco sur le steamer SS Isthmus[2]. À son retour, il devient directeur du Central Télégraphique[3]de Saint-Sever dans les Landes[4]. Nommé ensuite directeur du bureau des Postes et Télégraphes, quartier Saint-Lambert à Paris, jusqu'à sa retraite en 1881.

Ses récits de voyage sont publiés dans diverses revues, dont Le Tour du monde, sous son nom ou sous le pseudonyme de Dartagnan[5]. L'écrivain allemand Karl May s'inspire de ses aventures indiennes (Winnetou[6]) par l'intermédiaire du géographe huguenot Karl Andree (en) et de son livre Globus, Illustrierte Zeitschrift für Länder (1862). Aux prises avec des Apaches, Wogan doit son salut à un chef indien qui descendrait du Duc de Lennox.

Emile de Wogan prisonnier des indiens (Le Tour du monde)

Son père, Edouard-Jean-Pierre, est né en 1778 dans l'hôtel particulier de la famille, situé 15 Grande-Rue, à Dinan. Ses ancêtres[7] jacobites viennent d'Irlande[8]. Ils ont suivi en France leur roi Jacques II et son fils Jacques III, descendants des Stuarts. Militaires, les Wogan ont servi Louis XIV dans le Régiment de Dillon et se sont installés à Dinan.

Sa mère, Elisabeth-Rose de Querhoënt, née à Jersey en 1792, descend d'une illustre famille bretonne et sa sœur, Zénaïde de Wogan, donna naissance au compositeur Henri Kowalski.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]