Émile Schwarzfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émile Schwarzfeld
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Bruttig-FankelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Plaque commémorative (Lyon) en hommage au mouvement France d'abord fondé par Georges Cotton et dirigé par Émile Schwarzfeld.jpg
plaque commémorative

Émile Schwarzfeld, dit Claire, né le à Paris et mort à Bruttig (Allemagne) le , fut un dirigeant de la Résistance française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en science mathématique, diplômé de l’École supérieure d'électricité, Emile Schwarzfeld est sous-lieutenant d'infanterie en 1914. Deux fois blessé, gazé en 1917, il termine capitaine, décoré de la Légion d'honneur. Entre les deux guerres, il est directeur technique des établissements Thomson-Houston. Lieutenant-colonel de réserve en 1939, il est mobilisé au 3e bureau de l'état-major de la 5e Armée. Fait prisonnier le , il est libéré le .

À Lyon, Emile Schwarzfeld milite dans un groupe local de résistants fondé par Georges Cotton dit Champdieu. Le groupe est baptisé France d'abord. Schwarzfeld en prend la direction à partir de juillet 1942.

Le , Schwarzfeld, alors candidat à la succession de Charles Delestraint, est arrêté chez le docteur Frédéric Dugoujon, à Caluire-et-Cuire, en compagnie de Jean Moulin, André Lassagne, Raymond Aubrac, Henri Aubry, Bruno Larat et Albert Lacaze.

À Fresnes, il partage la cellule de Delestraint et de Lassagne.

Le , Emile Schwarzfeld est déporté au camp de Natzweiler-Struthof dans le même wagon cellulaire que Delestraint et Gastaldo. Il meurt d'épuisement au Kommando du chantier de Bruttig le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]