Émile Rummelhardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Émile Rummelhardt
Image illustrative de l’article Émile Rummelhardt
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Mulhouse (Empire allemand)
Décès (à 64 ans)
Lieu Mérignac (France)
Taille 1,76 m (5 9)
Poste Défenseur
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
Drapeau : France AS Troyes savinienne
1937-1939 Drapeau : France FC Mulhouse
1940-1941 Drapeau : France Girondins de Bordeaux
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1947-1951 Drapeau : France US Le Mans 38v 29n 76d
1951-1952 Drapeau : France AS Gien
1952-1955 Drapeau : France FC Metz 35v 24n 42d
1955-1958 Drapeau : France FC Mulhouse
1958-1959 Drapeau : France US Forbach 18v 6n 18d
1959-1962 Drapeau : France FC Mulhouse
1962-1967 Drapeau : France AS Cherbourg 60v 62n 72d
1967-1969 Drapeau : France Stade de Reims 41v 15n 27d
1969-1971 Drapeau : France FC Lorient 23v 15n 25d
1972-1973 Drapeau : France SM Caen 13v 5n 11d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Émile Rummelhardt est un ancien joueur professionnel et entraîneur de football français. Il est né le à Mulhouse (Empire allemand à l'époque) et est décédé le à Mérignac (Gironde).

Il est le père de l'ancien ambassadeur Jacques Rummelhardt.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Émile Rummelhardt joue comme défenseur ou milieu de terrain à Troyes, au FC Mulhouse et aux Girondins de Bordeaux, avec lesquels il remporte la Coupe de France 1941 [1].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Il devient entraîneur en 1946 à Troyes[1]. Il est nommé en entraîneur du Stade lavallois[2]. Il a entraîné ensuite Le Mans (1948-51), l'AS Gien (1951-52), le FC Metz (1952-55), le FC Mulhouse (1955-58), l'US Forbach (1958-59), le FC Mulhouse (1959-62), l'AS Cherbourg (1962-67), le Stade de Reims (1967-69), le FC Lorient (1969-71) et le SM Caen (1972-74).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Football 65 », Les Cahiers de L'Équipe, 1964.
  2. Ouest-France, 2 octobre 2009 [1].

Liens externes[modifier | modifier le code]