Émile Quentin-Brin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émile Quentin-Brin
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Émile Léon Quentin Brin, dit Émile Quentin-Brin (né le à Paris (17e)[1] et mort le (à 87 ans) dans la même ville) est un artiste-peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emile Quentin-Brin, Femme nue
Emile Quentin-Brin, Femme nue

Émile Léon Quentin Brin est le fils d'Arthur Brin, chimiste, et d'Ambroisine Douay.

D'abord élève du peintre de marine, Ulysse Butin, il est admis à l’École nationale des Beaux-Arts, dans l'atelier d'Alexandre Cabanel.

Il expose pour la première fois en 1888 au Salon des artistes français, puis, à partir de 1901, au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts. Il expose aussi au Salon des indépendants, au Salon d'automne et au Salon d'hiver, ainsi qu'à la Rétrospective des indépendants en 1926[2].

L'état lui achète une copie de Botticelli pour le Louvre et une peinture, « A la peine » pour le musée d'Arras.

Artiste prolifique, il est l’auteur de très nombreux nus féminins à l’érotisme un peu vaporeux. Il a fait de la femme son sujet de prédilection : « Tout autour de nous, dans ce riant atelier, nos yeux ne rencontrent plus que des baigneuses roses et jolies, des paysages vaporeux, où, dans la paix du matin, plein du bonheur de la vie, brille le soleil d'été ; et, où, sur la berge, sous l'ombre des branches qui étendent sur lui leurs palmes, discrètement, modestement, dans un coin, au sein même de l'herbe verte et mouillée, et dans la buée qui s'élève bleuâtre et légère de l'étang aux ondes endormies, le nom d'un bel artiste est inscrit : Émile Quentin Brin. »[3]

Il est promu chevalier de la Légion d’honneur le 15 juillet 1949[4].

Son dernier domicile et atelier se trouvait 4, rue Aumont-Thiéville, Paris 17e.

Il se marie à Paris 17e le 30 septembre 1948 avec Laure Marguerite Yvonne Salmon.

Œuvres[5][modifier | modifier le code]

  • Seule sur la plage, 1929
  • Le Palais de Versailles, 1929
  • Au bord de l'eau (matinée), 1929
  • Nu en plein air, 1929

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Langlade : Artistes de mon temps, Paris, 1929, p. 49–52, avec une illustration.
  • René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 206

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etat civil de Paris, naissances 17e arrondissement 1863, acte n° 1144, du 2/6/1863.
  2. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 206
  3. Émile Langlade : Artistes de mon temps, Paris, 1929, p. 52.
  4. Dossier dans la base Léonore
  5. Liste donnée dans l'ouvrage d'Édouard-Joseph cité en bibliographie

Liens externes[modifier | modifier le code]