Émile Pollak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émile Pollak
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Émile Marcel Henri PollakVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Émile Pollak, né le à Marseille et mort dans la même ville le [1], est un avocat qui fut l'une des grandes figures du barreau français du XXe siècle entre les années 1940 et la fin des années 1970.

Formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un bijoutier, Raoul Pollak, conseiller général républicain socialiste du douzième canton de Marseille, et neveu d'un avocat, il fait ses études au lycée Thiers à Marseille, puis à la Faculté de droit d'Aix-en-Provence. Il est admis au stage le et s'inscrit au barreau de Marseille le .

Carrière[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, il s'illustre dans de nombreux procès, dont certains ont été très médiatisés. C'est ainsi que parmi les personnes dont il fut le défenseur, il y eut les voleurs des bijoux de la Begum en 1952, Gaston Dominici et son fils en 1954, les frères Guérini, Pierre Goldman lors de son second procès devant la cour d'assises de la Somme en 1976.

Il a été aussi un partisan convaincu et engagé pour l'abolition de la peine de mort. L'un de ses clients, Hamida Djandoubi, fut le dernier prisonnier condamné à mort à être exécuté en France, le , quelques mois seulement avant le décès d'Émile Pollak d'un cancer du poumon.

Hommage posthume[modifier | modifier le code]

Une rue porte son nom dans le 6e arrondissement de Marseille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Pollak, La parole est à la défense, Robert Laffont, Paris, 1974.
  • Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Edisud, Marseille, 2003, (ISBN 2-7449-0254-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]