Émile Gerbeaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dans le nom hongrois Gerbeaud Emil, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Emil Gerbeaud, où le prénom précède le nom.
Emil Gerbeaud
Description de cette image, également commentée ci-après
Tombe d'Emil Gerbeaud.
Nom de naissance Émile Gerbeaud
Naissance
Carouge
Drapeau de la Suisse Suisse
Décès
Budapest
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Nationalité Suisse, hongrois
Pays de résidence Hongrie
Profession
Pâtissier-chocolatier

Émile Gerbeaud (en hongrois : Gerbeaud Emil, [ˈʒɛɾboː ˈɛmil]), né le à Carouge et décédé le à Budapest, est un pâtissier et chocolatier hongrois d'origine suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emile Gerbeaud naît à Carouge d'un père pâtissier catholique français, Simon Jean-François Gerbeaud et de Jeanne-Marie Gros. Son épouse, Esther Ramseyer, originaire de Saint-Imier était elle-même la fille d'un chocolatier. Travaillant initialement dans plusieurs magasins de confiserie importants en Allemagne, en France et en Angleterre, il ouvrit en 1879, avec Eugène Weiss, sa première boutique à Saint-Étienne qui deviendra la chocolaterie Weiss.

En 1882, Henrik Kugler, propriétaire de pâtisseries à Budapest, de passage à Paris, rencontra pour la première fois Emile Gerbeaud et reconnut immédiatement son talent et son esprit d'entreprise. En 1884, Kugler l'invite à Budapest pour en faire son associé. Progressivement, Gerbeaud reprit les magasins de Kugler et leur donna son nom : Maison Gerbeaud.

En 1886, l'entreprise s'élargit au secteur du chocolat et lors de l'Exposition du Millénaire, en 1896, elle présente un processus moderne de fabrication du chocolat. Emile Gerbeaud acquiert une renommée dans l'industrie hongroise de la confiserie collectionnant les distinctions comme une médaille lors de l'Exposition universelle de 1900, l'Ordre de François-Joseph ou encore la Légion d'honneur. En 1903, il est élu président de la section "confiserie" de l'association industrielle nationale. En 1909, il achète et modernise une usine de chocolat à Fiume qui sera rassemblée à Budapest avec ses autres installations en 1919 au moment de la fin de l'Empire austro-hongrois.

À sa mort la même année, c'est sa femme qui reprend la direction de la société.

La boutique a conservé le nom de Gerbeaud sauf pendant la période communiste où il fut appelé Vörösmarty. En 1995, un homme d'affaires allemand, Erwin Franz Müller, a racheté et rénové le salon de thé pour le remettre comme à l'origine.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]