Émile Chénon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émile Chénon
Portrait d'Émile Chénon.jpg

Portrait d'Émile Chénon en juriste

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Émile Chénon, de son nom complet Paul Philippe Joseph Émile Chénon, est né le à Nevers (Nièvre) et mort le à Paris. Il est enterré à Néret (Indre). C'est un historien, archéologue et spécialiste d'histoire du droit et des institutions, passionné d'histoire locale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Chénon est issu d'une famille de notables de la région de Châteaumeillant (Cher). Juste avant la Révolution, son arrière-grand-père, Étienne-Luc Chénon, avait acquis la baronnie de Saint-Jeanvrin (Cher), issue du démembrement du comté de Châteaumeillant et, par mariage, hérité du domaine d'Acre, à Néret. Son père, Étienne Paul Jean Baptiste Arthur Chénon, était avocat général. Lui-même a habité le château d'Acre, à Néret, quand il n'était pas à Paris.

Né à Nevers, Émile Chénon fait toutes ses études secondaires à Bourges car son père est nommé en 1862 substitut du procureur général à Bourges, puis promu sur place avocat général. Il est élève de l'École polytechnique (promotion X 1875). Il est en deuxième année de l'École polytechnique quand il publie la Notice historique sur Châteaumeillant dans le VIIe volume des Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre. À peine nommé sous-lieutenant au 37e d'artillerie de Bourges, il démissionne puis commence en automne 1878 des études le droit. Il obtient le doctorat en droit le , est agrégé de droit l'année suivante. Il devient professeur de droit à la Faculté de Rennes pendant dix ans, et ensuite à Paris.

Émile Chénon est membre de la Société des Antiquaires du Centre depuis 1877, et membre résidant de la Société des Antiquaires de France depuis 1909, trésorier de cette société pendant une partie de la guerre, et vice-président très peu avant sa mort.

Publications[modifier | modifier le code]

Il est auteur de nombreux livres et près de 200 articles. Ses publications concernent principalement deux domaines : d'une part, l'histoire du droit (romain et français) et des institutions ; d'autre part, l'histoire et l'archéologie de la région du sud du Berry d'où vient sa famille paternelle, et particulièrement des cantons de Châteaumeillant (Cher) et de Sainte-Sévère-sur-Indre (Indre). Il publie notamment une Histoire de Sainte Sévère et une Histoire de Châteaumeillant, ainsi qu'une « Histoire de Vicq-sur-Aubois », c'est-à-dire de Vicq-Exemplet. Il considère que droit et histoire sont étroitement liés. Sa recommandation est : « Le droit éclaire l'histoire et l'histoire éclaire le droit ; tout historien devrait être jurisconsulte, tout jurisconsulte devrait être historien. »

Il a travaillé à ses deux ouvrages principaux :

  • Histoire générale du droit français public et privé des origines à 1815
  • Histoire de Châteaumeillant

durant toute sa vie ; du premier, il n'a achevé et fait paraître que le premier volume, le deuxième a été édité par François Olivier-Martin. Quant au deuxième, le premier volume n'a été publié pour la première fois qu'en 1940, et le deuxième en 2008 !

Mémoire[modifier | modifier le code]

Le musée archéologique de Châteaumeillant (Musée Émile-Chénon) porte son nom. Une école primaire publique de Sainte-Sévère porte le nom Émile Chénon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Émile Chénon a publié à la fois comme juriste et comme historien.

Travaux juridiques (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Droit romain : le tribunal des centumvirs. Droit français: les démembrements de la propriété foncière avant et après la révolution : Thèse de doctorat, Paris, Larose et Forcel, (lire en ligne)
  • Étude sur l'histoire des alleux en France avec une carte des pays allodiaux, Paris, Larose et Forcel, , xi+246 p. (lire en ligne)
  • Histoire générale du droit français public et privé des origines à 1815, Paris, Recueil Sirey, 1926-1929, 2 volumes 953 p. et xiii+575 p. (lire en ligne)
    Le deuxième volume a été publié par les soins de François Olivier-Martin.
  • Le rôle social de l'église, Paris, Bloud et Gay, , 559 p. (lire en ligne)
  • Les Jours de Berry au Parlement de Paris de 1255 à 1328, Bar-le-Duc, Imprimerie Contant-Laguerre, , 395 p.

Travaux historiques (sélection)[modifier | modifier le code]

Émile Chénon a publié un grand nombre d'articles dans des journaux spécialisés. Rien que les Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre contiennent 74 articles d'Émile Chénon, dont certains font plus de cent pages, et sont en fait des versions plus ou moins élaborées de certains passages de ses livres.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Châteaumeillant. Tome 1 : Avec une introduction d'Eugène Hubert, Le Livre d'Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », , xvi+341 p. (ISBN 2843738547)
  • Histoire de Châteaumeillant. Tome 2, Paris, Librairie Éditeur Guénégaud, , 167 p. (ISBN 978-2-85023-138-4)
Le tome 1 est une reproduction en fac-similé d'un livre paru sous le même titre en 1940, imprimé par Démenois, Châteaumeillant, suivi d'une réimpression en 1948. Le livre lui-même est un manuscrit terminé par Émile Chénon avant sa mort, mais qui n'avait pas été imprimé.
Le tome 2 est édité par Jean Leproux. Celui-ci a découvert le texte du deuxième volume dans les Archives départementales de l'Indre, mais sous forme d'environ 200 fiches en sténographie, selon la méthode Duployé maintenant tombée en désuétude, et transcrits en texte clair par Charles Ramade, professeur de sténographie retraité.
  • Notes archéologiques sur Châteaumeillant et ses environs, Bourges, Imprimerie Tardy-Figelet, , 144 p.
  • Notice historique sur Châteaumeillant depuis ses origines jusqu'à la Révolution, Le Livre d'Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », , 234 p. (ISBN 2-84178-072-4)
Ce livre est une première version de l'Histoire de Châteaumeillant. Publié par l'Imprimerie de E. Pigelet à Bourges en 1878, il est initialement paru sous ce titre : « Notice historique sur Châteaumeillant », dans Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, vol. 7, , p. 1-234.
  • Histoire de Sainte-Sévère-en-Berry, Office d'édition du livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », , xii+313 p.
  • Les environs de Sainte-Sévère-en-Berry, Office d'édition du livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », , xii+248 p.
Reproductions en fac-similé de la première partie et de la deuxième partie de l'édition de Paris : L. Larose et Forcel, 1888 parue sous le titre : Histoire de Sainte-Sévère-en-Berry.
  • Histoire de la paroisse et de la seigneurie de Montlevic en Bas-Berry, Châteauroux, Imprimerie Centrale, , 228 p.
  • Histoire de la paroisse de Vic-sur-Aubois et du prieuré de Bois-l'Abbé en Bas-Berry, Le Livre d'Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », , i+202 p. (ISBN 2-84178-072-4)
Reproduction en fac-similé d'édition originale du livre édité par Imprimerie Contant-Laguerre de Bar-le-Duc et paru en 1922.
  • Les Voies romaines du Berry, Bar-le-Duc, Imprimerie Contant-Laguerre, , 116 p.

Articles[modifier | modifier le code]

Tous les documents ci-dessous sont parus dans le périodique Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre et sont donc disponibles en version numérisée sur gallica.

3 études historiques sur le Berry religieux au Moyen Âge[modifier | modifier le code]
66 notes archéologiques et historiques sur le Bas-Berry[modifier | modifier le code]

Les deux premières séries (comprenant les notes 1 à 12) s'intitulent simplement « Notes archéologiques sur le Bas-Berry »; ensuite les séries prennent le nom plus général de « Notes archéologiques et historiques sur le Bas-Berry ».

Sur Émile Chénon[modifier | modifier le code]

  • Eugène Hubert, « Préface », dans Émile Chénon, Histoire de Châteaumeillant . Tome 1, Le Livre d'Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (ISBN 2843738547), iii-xvi
  • Jean Hubert, « Émile Chénon (1857-1927) », Les Amis de Montluçon. Bulletin régional, nos 6 et 7,‎ , p. 56-58
  • François Olivier-Martin, « Émile Chénon (1857-1927) », Revue historique du droit français et étranger, Éditions Sirey, 4e série,‎ huitième année, 1929, p. 403-423 (lire en ligne)
  • Georges Huard, « Notice nécrologique sur M. Émile Chénon », Bulletin de la Société des Antiquaires de France,‎ , p. 227-245 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]