Émile Boilvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émile Boilvin
Fonction
Président
Société des aquafortistes français
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Œuvres principales
Baigneuse (d), Le Corps de garde (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Émile Boilvin est un peintre et graveur français du XIXe siècle né à Metz le , et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Paul Adolphe Rajon (1867), eau forte pleine d'humour, les deux artistes étant amis (New York, The Met).

Fils d'un commerçant messin, Émile Boilvin naît le à Metz, en Moselle[1].

Passionné par l'art, il s'inscrit à l'école des Beaux-arts en . Il devient l'élève d'Isidore Pils et de Pierre Edmond Alexandre Hédouin[2].

Il expose au Salon de peinture et de sculpture, dans la section "Graveurs français", à partir de 1865[2]. Il y obtient plusieurs médailles en 1877, 1879 et 1882[2]. Il obtient le "Grand prix" de l'exposition universelle de 1889[1].

Outre ses transpositions d’œuvres picturales, Émile Boilvin grave également des eaux-fortes originales.

Émile Boilvin meurt à Paris le [1].

Il a pour élève Frédéric-Émile Jeannin.

Son Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Henri IV, (estampe) musée national du château de Pau[3].
  • Croquis (dessin), musée du Louvre département des Arts graphiques, Paris[3].
  • Homme coiffé d'un grand feutre, assis sur le sol (dessin), musée du Louvre département des Arts graphiques, Paris[3].
  • Portrait de femme assise, de profil vers la gauche, le visage de face(dessin), musée du Louvre département des Arts graphiques, Paris[3].
  • Tête de d'homme, de trois quarts vers la gauche, les yeux au ciel(dessin), musée du Louvre département des Arts graphiques, Paris[3].
  • Tête de femme, légèrement tournée vers la droite, les yeux baissés(dessin), musée du Louvre département des Arts graphiques, Paris[3].

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Dossier LH/268/103 sur la Base Leonore.
  2. a b et c Société des artistes français. Salon: Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivants, Paris, 1885.
  3. a b c d e et f Notices sur base Joconde.
  4. « Boilvin, Émile », notice no LH/268/103, base Mérimée, ministère français de la Culture

Sources[modifier | modifier le code]

  • Société des artistes français. Salon : Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivants, Paris, 1885.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Atalone, « Profils messins : Émile Boilvin », dans L'Austrasie, 1906-1907, tome 2, p. 153-187 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]