Émile Blanchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanchet.

Émile Blanchet
Image illustrative de l’article Émile Blanchet
Mgr Emile Blanchet
Biographie
Nom de naissance Émile-Arsène Blanchet
Naissance
au Havre
Ordination sacerdotale
Décès (à 80 ans)
au Havre
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Petit de Julleville
Archevêque titulaire de Philippopolis in Thracia
Évêque titulaire de Lerus
Évêque de Saint-Dié
Autres fonctions
Fonction religieuse
Recteur de l'Institut catholique de Paris (1946-1966)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Émile Blanchet, né le au Havre alors dans le département de la Seine-Inférieure et mort dans la même ville le , est un évêque catholique français, évêque de Saint-Dié de 1940 à 1946 puis Recteur de l'Institut catholique de Paris de 1946 à 1966.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Émile Blanchet, employé de commerce et de Marie Michel, Émile Blanchet commence sa scolarité chez les frères des écoles de Saint-Michel au Havre et la poursuit à l'Institution Saint-Joseph dans la même ville entre 1898 et 1903. Il entre alors au séminaire de Rouen jusqu'en 1906 puis revient enseigner l'histoire à l'Institution Saint-Joseph tout en préparant une licence de lettres. Des problèmes de santé interrompent son activité et il est envoyé dans un sanatorium à Davos en Suisse où il séjourne jusqu'en 1910. Pendant la Première Guerre mondiale, il est infirmier militaire à l'Institution Saint-Joseph transformé en hôpital militaire. Tout en enseignant, il reprend les études après la guerre et passe une licence de philosophie à Caen en 1922.

Prêtre et Professeur[modifier | modifier le code]

À son retour de Suisse en 1910, Émile Blanchet retrouve l'Institution Saint-Joseph où il enseigne la philosophie. Il est ordonné prêtre la par Mgr Fuzet. Il est nommé directeur des études en 1922 puis supérieur de l'Institution en 1930.

Évêque de Saint-Dié[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre 1940, il est nommé Évêque de Saint-Dié et sacré au Havre dans l'église Notre-Dame le 30 novembre 1940. Les autorités allemandes d'occupation ne lui délivrent pas le laissez-passer nécessaire pour qu'il gagne Saint-Dié, ville d'évêché située dans une circonscription placée en "zone interdite" du département des Vosges à la limite de la zone occupée et de la l'Allemagne. Mgr Blanchet obtient un sauf-conduit pour la zone libre, puis quittant Le Havre sans avertir personne, s'embarque à la gare de l'Est, passe la ligne de démarcation sans incident et réussit à rejoindre Epinal puis les Vosges le . Il doit faire face à la pénurie de prêtres prisonniers en Allemagne ou requis par le Service du travail obligatoire. Il adopte une attitude courageuse face à l'occupant en soutenant ses prêtres résistants. À Saint-Dié, il est aux côtés du maire et du sous-préfet pour tenter d'éviter l'incendie de la ville. Il réconforte les habitants de la ville dévastée par 9 allocutions entre septembre et décembre 1944.

Recteur de l'Institut Catholique de Paris[modifier | modifier le code]

Il est nommé Recteur de l'Institut catholique de Paris le et évêque titulaire de Lerus le 10 octobre suivant. Pendant ses années de rectorat, l'I.C.P. se développe : le nombre d'élèves et d'enseignants est multiplié par trois.

Il est élevé à la dignité d'archevêque avec le titre d'archevêque titulaire de Philippopolis-en-Thrace le et participe aux quatre sessions du Concile Vatican II.

Il démissionne à la fin de l'année scolaire 1965-1966 et se retire à Paris puis au Havre où il décède le .

En 1956 il est élu membre de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Rouen.

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Molette (Charles), Monseigneur Émile Blanchet, 1886-1967, Micaux éditeur, Le Havre, 1977, p. 26.
  • Ronsin (Albert), Les Vosgiens célèbres - Dictionnaire biographique illustré, Éditions Gérard Louis, Vagney, 1990.
  • Lévêque (Louis), Petite histoire religieuse des Vosges, Mirecourt, 1949, p. 140.
  • Vie diocésaine de Saint-Dié, 1967, p. 108-114.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]