Émile-Joseph De Smedt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emiel Jozef De Smedt
Biographie
Naissance
à Opwijk
Ordination sacerdotale
Décès
à Bruges
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. van Roey
Dernier titre ou fonction Évêque de Bruges
Évêque de Bruges
Évêque titulaire d'Elusa
Évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Emiel Jozef De Smedt, né à Opwijk (Brabant flamand) le et décédé le à Bruges (Belgique), est un prêtre belge qui fut d'abord évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Malines (1950), puis évêque de Bruges (1952) où il succède à Henricus Lamiroy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile De Smedt est consacré évêque le à Malines. Pendant le concile Vatican II, il se signala par des prises de position en faveur d'un rapprochement œcuménique.

Durant la première session du concile, lorsque fut débattu un chapitre du schéma De Ecclesia sur « la nature de l'Église militante », il prit la parole pour dénoncer « le triomphalisme, le cléricalisme et le juridisme »[1].

Dans la crise de Louvain, concernant le statut et l'avenir de l'université catholique de Louvain, il se désolidarisa des autres évêques belges et de la déclaration commune de ceux-ci en 1966 préconisant le maintien de l'unité de l'université. Il déclara plus tard « s'être lourdement trompé » devant un parterre de membres du Boerenbond et préconisa alors ouvertement la scission de l'Alma mater. Cette affirmation provoqua une déchirure dans la conférence épiscopale belge qui mit du temps à se cicatriser.

Monseigneur De Smedt mourut à Bruges en 1995, mais Monseigneur Roger Joseph Vangheluwe lui avait succédé dès 1984 à la tête du diocèse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christopher Butler, « The Aggiornamento of Vatican II », dans Christopher Butler, Searchings : essays and studies, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]