Élysée Fabry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabry.
Élysée Fabry
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Élysée Fabry, né en 1882 et mort en 1949 à Liège, est un peintre paysagiste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élysée Fabry commence à travailler comme serrurier. Attiré cependant par l’art, il se met à pratiquer l’aquarelle en dilettante.

"Et nous voici arrivés aux purs paysagistes. Le plus exclusif d'entre eux et sans doute le plus original est Elysée Fabry." (Jules Bosmant)

En 1916, il s’initie à la peinture à l’huile et fait la connaissance de Richard Heintz qui lui donne ses premiers conseils (1916-1917) puis d’Alphonse Caron. Il devient ensuite membre du Cercle « L’Envol » à Liège et compte parmi ses amis notamment les peintres Alfred Martin, Modeste-Jean Lhomme, Charles Caty, Max Gobiet et Henri Leroux.

Il s’installe à La Gleize dans la vallée de l’Amblève et va puiser son inspiration dans le paysage ardennais.

Éloge[modifier | modifier le code]

« Élysée Fabry a laissé plus de traces que bien d’autres. Son œuvre mériterait d’être mieux connue. Il est peut-être, parmi ceux qui bénéficièrent des conseils de Heintz, celui qui était l’élève le plus attentif. »

— Jacques Parisse[1]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Amoureux de la nature, Fabry peint des vues pittoresques, souvent panoramiques, de l’Ardenne et notamment de la vallée de l’Amblève. Les sujets de ses tableaux sont les arbres, les forêts, les fermes, les vues de villages et leur église,… Fortement influencé par Heintz, il adopte un style synthétique par une touche franche et puissante, aux couleurs nuancées et harmonieuses.

Il participe à Liège aux expositions collectives (notamment à La « Galerie d'Art du Journal La Meuse » en 1925 et 1926) et à Bruxelles (à la galerie « Le Salonnet » avec le Cercle d’Art L’Envol).

En 1923, il expose à Bruxelles à la galerie Mommen en compagnie d’Alice Ronner, de Louis Crespin et d’Ernest Welvaert. En 1933, il présente deux tableaux au Salon triennal de Gand : La cascade de Coo et Paysage à La Gleize.

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Repères bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Jules Bosmant, Histoire de la peinture et de la sculpture au pays de Liège de 1793 à nos jours, Liège, 1930, pp. 239, 257
  • A.M. Berryer, Les peintres de l'Ardenne, dans L'Art et la vie, juin-juillet 1936, p. 193
  • L. Koenig, Histoire de la peinture au pays de Liège, Liège, 1951, p. 72
  • Gand Artistique. Cat. exp., février 1925
  • Jacques Parisse, Actuel XX – La peinture à Liège au XXe siècle. Ed. Mardaga, 1975
  • Collectif, La Wallonie – Le Pays et les hommes – tome II. La Renaissance du Livre, 1978
  • P. Caso, Un siècle de peinture wallonne. De Félicien Rops à Paul Delvaux. Bruxelles, 1984, p. 41
  • Jacques Stiennon, Jean-Patrick Duchesne, Yves Randaxhe, De Roger de la Pasture à Paul Delvaux. Ed. Lefèvre et Gillet, 1988
  • Le Cercle Royal des Beaux-Arts de Liège 1892-1992. Cat. exp., Liège, 1992
  • Collectif, Le dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours, Bruxelles, 1994
  • Collectif, Un double regard sur 2000 ans d’art wallon. Ed. La Renaissance du Livre, 2000
  • Collectif (sous la direction de Serge Goyens de Heusch, XXe siècle, l’Art en Wallonie. Ed. La Renaissance du Livre, 2001
  • Jacques Parisse, Richard Heintz (1871-1929). L’Ardenne et l’Italie. Ed. Mardaga, Sprimont, 2005. 157 p.
  • Jacques Parisse, Impressions d’Ardenne. Cat. exp. Musée de l’Abbaye, Stavelot, 2006
  • Jacques Goijen, "Dictionnaire des peintres de l'école liégeoise du paysage", Ecole Liégeoise du Paysage Editions 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Parisse (1934-2011), licencié en philosophie et lettres, longtemps critique d'art dans la presse parlée et écrite, est l'auteur, entre autres publications, d'études sur la peinture à Liège au XXe siècle, Actuel XX, Richard Heintz, Auguste Mambour, Auguste Donnay, Ernest Marneffe

Liens externes[modifier | modifier le code]