Éloïse Bouton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Éloïse Bouton
Eloise-Bouton-mars-2017.jpg
Éloïse Bouton en 2017.
Biographie
Activités
Autres informations
Site web

Éloïse Bouton est une militante féministe[1],[2] et journaliste indépendante[3] française, ancienne membre du mouvement Femen[4],[5],[6].

Elle travaille sur les féminismes, les femmes et la culture (notamment la musique et le hip-hop), notamment pour Causette[7], Les Inrocks[8],[9], le supplément Le Plus de L'Obs[10], Le Parisien Magazine[11],[12],[13], Glamour[14],[15],[16] et Brain Magazine[17],[18],[19].

Biographie[modifier | modifier le code]

2013-2014 : actions au sein du mouvement Femen[modifier | modifier le code]

Éloïse Bouton lors d'une manifestation de Femen devant le ministère français de la Justice en octobre 2012.

Le , elle mène une action individuelle pro-avortement avec Femen à l'église de la Madeleine à Paris[20],[21],[22]. Le , elle est condamnée pour exhibition sexuelle à un mois de prison avec sursis, 2 000 euros de dommages et intérêts et 1 500 euros de frais de justice, une décision dont elle fait appel[23],[24],[25]. Éloïse Bouton et Yana Zhdanova[26] sont les premières femmes condamnées pour exhibition sexuelle en France depuis 1965[27],[28]. Alors qu'Yana Zhdanova est relaxée en appel des charges d'exhibition sexuelle[29], la condamnation d'Éloïse Bouton est confirmée par la cour d'appel de Paris le [30]. Le parquet général se pourvoit en cassation, mais la Cour de cassation rejette son pourvoi le , la condamnant définitivement à un mois de prison avec sursis[31].

Elle quitte Femen en et écrit un ouvrage sur cette expérience, Confession d'une ex-Femen, publié en 2015.

Activités depuis 2015[modifier | modifier le code]

En , elle crée le site Madame Rap[32], premier média en France dédié aux femmes dans le hip-hop[33],[34],[35],[36].

En , elle lance Contre Coups[37], une compilation caritative de 12 femmes artistes qui chantent contre les violences faites aux femmes[38],[39],[40]. Les bénéfices du disque sont reversés à l'Institut en santé génésique, un établissement situé à Saint Germain en Laye qui accueille et aide des femmes victimes de violences.

En , elle publie The Queen Christine, un essai sur le phénomène Christine and the Queens.

En 2017, elle expose à la Villa des Arts son travail mené en collaboration avec le photographe Erwan Balanant pour l'Association Agir pour la santé des femmes : À la rencontre des femmes oubliées[41].

En 2018, elle co-écrit avec l'artiste rappeur et metteur en scène D' de Kabal le documentaire Le Bruit de nos silences[42] sur la déconstruction du masculin. Tourné en Martinique, le film est diffusé sur France Ô le .

En 2018, elle co-fonde House of Consent[43], un média en ligne qui questionne les liens entre violences et sexualité[44].

Publications[modifier | modifier le code]

Céline Puertas, « Éloïse Bouton : confessions d'une ex-Femen », Glamour,‎ (lire en ligne).
« Une ex-Femen se dévoile dans un livre sans concession », Metronews,‎ (lire en ligne).
« Éloïse Bouton : “Confession d'une ex-Femen”, un livre sans tabou », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dusseaulx 2013.
  2. Éloïse Bouton, « Je suis féministe : et non, je ne suis pas une misandre aux cheveux gras et hystérique », sur leplus.nouvelobs.com, .
  3. Éloïse Bouton, « La réponse d'une ex-Femen à Françoise Hardy », sur Le HuffPost, .
  4. Duncan 2015.
  5. Desnos 2015.
  6. Emmanuelle 2015.
  7. Éloïse Bouton, « À la recherche de la nouvelle Diam's », Causette,‎ (lire en ligne).
  8. Éloïse Bouton, « R&B : un féminisme ambivalent ? », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  9. Éloïse Bouton, « Les hommes ont tout intérêt à être féministes et l’ont bien compris », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  10. Éloïse Bouton, « Vidéo. Une ministre du bonheur à Dubaï ? Un non-sens pour les femmes », sur leplus.nouvelobs.com, .
  11. Éloïse Bouton, « Musique : Christine and the Queens, féminin plurielle », Le Parisien Magazine,‎ (lire en ligne).
  12. Éloïse Bouton, « Cinéma : ce que veulent les femmes », Le Parisien Magazine,‎ (lire en ligne).
  13. Éloïse Bouton, « Jacques Higelin : un demi-siècle d’amours », Le Parisien Magazine,‎ (lire en ligne).
  14. Éloïse Bouton, « Les 5 meilleurs sex shops en ligne », Glamour,‎ (lire en ligne).
  15. Éloïse Bouton, « Phénomène : les sex clubs sont-ils bénéfiques pour les femmes ? », Glamour,‎ (lire en ligne).
  16. Éloïse Bouton, « 9 choses que vous ignorez sur les règles », Glamour,‎ (lire en ligne).
  17. Éloïse Bouton, « Oscars : des blancs et des hommes », Brain Magazine,‎ (lire en ligne).
  18. Éloïse Bouton, « Les femmes en couv' des magazines de tatouage, l'apologie du soft porn », Brain Magazine,‎ (lire en ligne).
  19. Éloïse Bouton, « Sex and the séries - La sexualité féminine dans les nouvelles séries américaines écrites par des femmes », Brain Magazine,‎ (lire en ligne).
  20. Marie-Sarah Bouleau, « Le procès d'une ex-Femen pour “exhibition sexuelle” à la Madeleine renvoyé à octobre », L'Express,‎ (lire en ligne).
  21. Quentin Girard, « Un sein dans un lieu saint, exhibition sexuelle ou pas ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  22. Éloïse Bouton, « “Une Femen mime un avortement” : cette Femen, c'était moi. Voici ma version des faits », sur leplus.nouvelobs.com, .
  23. Alexandra Gonzalez, « Ex-Femen condamnée : “On a jugé l'exhibition et pas l'acte politique” », BFM TV,‎ (lire en ligne).
  24. « Madeleine : Une ex-Femen condamnée pour exhibition sexuelle », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  25. Delphine de Mallevo, « Une ex-Femen condamnée pour “exhibition sexuelle” », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  26. Yana Zhdanova, autre militante Femen, avait manifesté seins nus au Musée Grévin le et a été jugée et condamnée en première instance le .
  27. Frédéric Joignot, « Des seins politiques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  28. « La nudité politique des femmes n’est pas érotique », sur Libération, .
  29. « La première Femen condamnée pour “exhibition sexuelle” relaxée en appel », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  30. « “C’est un procès pour blasphème déguisé.” », Libération,‎ (lire en ligne).
  31. « Action à la Madeleine : une ex-Femen définitivement condamnée », sur europe1.fr, .
  32. « Madame Rap est le premier média en France dédié aux femmes dans le hip hop. Son but, visibiliser les rappeuses et les arts de rue au féminin, mais aussi le rap queer et les LGBT+ dans le hip hop et les discours de rappeurs “hors normes” ou peu entendus ! », sur Madame Rap.
  33. Ana Benabs, « “Madame Rap” : un Tumblr recense 300 rappeuses de tous pays », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  34. Mélanie Chenouard, « “Madame Rap”, florilège de rappeuses du monde entier », Rue89,‎ (lire en ligne).
  35. Azzedine Fall, « Éloïse Bouton : “Je n’ai pas l’impression que le rap soit plus misogyne que le rock” », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  36. Louise Pluyaud, « Machiste le rap ? Éloïse Bouton prouve le contraire », TV5 Monde,‎ (lire en ligne).
  37. « Contre Coups, par Contre Coups », sur Bandcamp.
  38. Émilie Lesur, « “Contre coups”, la compile contre les violences faites aux femmes », Aufeminin,‎ (lire en ligne).
  39. Faustine Kopiejwski, « Contre les violences faites aux femmes, la militante Éloïse Bouton sort une compilation », chEEk,‎ (lire en ligne).
  40. Anaïs Chatellier, « 12 artistes chantent contre les violences faites aux femmes », Konbini,‎ (lire en ligne).
  41. Maïa Courtois, « Photographie : sortir de l'invisibilité les “femmes oubliées” », Politis,‎ (lire en ligne).
  42. « Documentaire Le bruit de nos silences », sur France Télévisions, .
  43. « House of Consent » (consulté le 2 octobre 2018)
  44. Margot Cherrid, « Avec House of Consent, Éloïse Bouton questionne les liens entre violence et sexualité », ChEEk Magazine,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :