Élisabeth Bouchaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchaud.
Elisabeth Bouchaud
[[Fichier:|thumb|Elisabeth Bouchaud à La Reine Blanche en 2014 ©Campo et Burckel|frameless|upright=1.2]]
Fonction
Directrice
Théâtre La Reine blanche (d)
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Elisabeth TibiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Distinctions

Élisabeth Bouchaud (née Tibi) est une physicienne, actrice et écrivaine de pièces de théâtre française, née le à Tunis. Elle est membre du Commissariat à l'énergie atomique et a enseigné à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (ESPCI). Depuis 2015, elle dirige le théâtre de la Reine Blanche à Paris. Elle a acquis le théâtre Les Déchargeurs, également à Paris, en 2018, et a créé en 2019 le théâtre Avignon-Reine Blanche en Avignon, et l'école de formation de l'acteur La Salle Blanche. L'ensemble de ces trois théâtres et de cette école constitue les Scènes Blanches

Biographie[modifier | modifier le code]

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Spécialisée dans l'étude de la mécanique de la rupture, Élisabeth Bouchaud s'est intéressée aux aspects physiques des fractures de matériaux hétérogènes (comme le verre) en développant des modèles généraux permettant de comprendre l'évolution des fissures au sein de l'ONERA[1]. Elle a ainsi établi des propriétés universelles fractales[2] (indépendamment des matériaux et des conditions de chargements) sur les faciès de rupture, sujet développé initialement par Benoit Mandelbrot[3].

En 1999, elle prend la tête du service de physique des surfaces au CEA-Saclay, puis, en 2011, est détachée à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris[4] où elle est directrice de l'enseignement de jusqu'en décembre 2015[5],[6]. Elle s'y intéresse à diverses instabilités élastiques dans les gels et les liquides complexes, et à la rupture de matériaux mous.

Elle est l'auteure d'une centaine de publications scientifiques publiées dans des journaux spécialisés.

Directrice de théâtre[modifier | modifier le code]

Elle dirige le théâtre de la Reine Blanche et le théâtre Les Déchargeurs, dans le quartier des Halles, à Paris ainsi qu'un théâtre à Avignon[4],[7],[5].

Dès 2015, elle fait du théâtre La reine Blanche une "scène des arts et des sciences", en programmant des oeuvres de spectacle vivant inspirés par les sciences, ainsi que des conférences théâtralisées.

Le théâtre Avignon-Reine Blanche, antenne avignonnaise du théâtre parisien éponyme, a ouvert ses portes en juillet 2019, pour le festival d'Avignon.

L'école de formation de l'acteur La Salle Blanche - un laboratoire pour acteurs-chercheurs -, dont les directeurs artistiques et pédagogiques sont le comédien, auteur et metteur en scène Xavier Gallais et le dramaturge et auteur Florient Azoulay, sera inaugurée à l'automne 2019. Le parrain est l'acteur Yoshi Oida, et la marraine de la première promotion est l'actrice Zita Hanrot.

Elle a écrit 9 pièces de théâtre, et joué elle-même plusieurs rôles, notamment dans ses propres pièces. Notons le rôle de Lou dans Puzzle, mise en scène par Serge Dangleterre, et celui de Marie Curie dans Le paradoxe des jumeaux, mise en scène par Bernadette Le Saché. Ces deux pièces ont été créées à La Reine Blanche en 2017.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Contretemps
  • A contre-voix
  • Contre-jour
  • La chose
  • Madame B. Au pavillon K

Pièces de Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Les liaisons dangereuses (adaptation)
  • 1993 : Médée – Mauvais Sang
  • 1994 : A contre-voix
  • 2003 : Musical Box
  • 2011 : De la matière dont les rêves sont faits
  • 2013 : Apatride - La Tragédie de Médée
  • 2015 : Puzzle (adaptation du film Portrait d'une enfant déchue de Jerry Schatzberg)
  • 2017 : Le paradoxe des jumeaux, co-écrit avec Jean-Louis Bauer[8].
  • 2018 : Et le Soleil s'arrêta, de Dava Sobel, traduction française.
  • 2019 : Majorana 370, co-écrit avec Florient Azoulay.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « CV détaillé au laboratoire IRAMIS du CEA »
  2. (en) E. Bouchaud, G. Lapasset and J. Planès, « Fractal Dimension of Fractured Surfaces: A Universal Value? », EPL (Europhysics Letters), vol. 13, no 1,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Mandelbrot B, Passoja D, Paullay A, « Fractal character of fracture surfaces of metals », Nature, vol. 308, no 5961,‎ , p. 721–22 (DOI 10.1038/308721a0, Bibcode 1984Natur.308..721M, lire en ligne)
  4. a et b Pierre Barthélémy, « Elisabeth Bouchaud, de la physique au théâtre », sur lemonde.fr, (consulté le 29 avril 2019).
  5. a et b « Emission France Culture », (consulté le 8 février 2016)
  6. « Direction de l'ESPCI » (consulté le 10 février 2016)
  7. (en) « La Reine Blanche » (consulté le 10 février 2016)
  8. « "Le paradoxe des jumeaux" à la Théâtre de la Reine Blanche », franceculture.fr, (consulté le 24 décembre 2017)
  9. https://sf2m.fr/medailles/15-medaille-jean-rist/
  10. « Prix de la SFP », Sfp.in2p3.fr (consulté le 8 février 2016)
  11. (en) « Onsager professor 2010 - Aktuelt - Institutt for fysikk - NTNU », Ntnu.no (consulté le 8 février 2016)
  12. « Prix Aniuta Winter-Klein 2013, décerné à Élisabeth Bouchaud », Dsm.cea.fr (consulté le 8 février 2016)
  13. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination.
  14. Décret du 13 juillet 2019 portant promotion et nomination.

Liens externes[modifier | modifier le code]