Élisabeth Baume-Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élisabeth Baume-Schneider
Illustration.
Portrait officiel, 2019
Fonctions
Conseillère aux États
En fonction depuis le
Élection 20 octobre 2019
Législature 51e
Prédécesseur Claude Hêche
Conseillère d'État du canton du Jura
Élection 10 novembre 2002
Réélection 22 décembre 2006
14 novembre 2010
Législature 2003-2006, 2007-2010, 2011-2015
Présidente du Conseil d'État du canton du Jura
Députée au Parlement du canton du Jura
Législature 1994-1998, 1998-2002, 2002-2006
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Saint-Imier
Nationalité Suisse
Parti politique Parti socialiste jurassien
Profession Assistante sociale
Résidence Les Breuleux

Élisabeth Baume-Schneider, née le à Saint-Imier (originaire des Breuleux), est une personnalité politique suisse, membre du parti socialiste. Elle est députée du canton du Jura au Conseil des États depuis 2019, après avoir été conseillère d’État dudit canton de 2003 à 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née de deux parents agriculteurs (son père était conseiller communal et président du Parti libéral-radical des Bois[1]), elle obtient sa maturité à l'école de commerce de La Chaux-de-Fonds en 1983. Elle étudie ensuite les sciences économiques et sociales à l'Université de Neuchâtel, où elle décroche une licence en 1987, avant d’exercer la profession d’assistante sociale auprès de l'Association neuchâteloise pour le bien des aveugles en 1988. L'année suivante, elle est engagée au Service social et médico-social des Franches-Montagnes, où elle assume notamment des mandats de curatrice[2]. Elle y travaille jusqu'en 2000. De 2000 à 2001, elle est assistante sociale aux Services sociaux régionaux du canton du Jura[3].

En 2015, après ses trois mandats au Gouvernement jurassien, elle devient directrice de la Haute École de travail social et de la santé de Lausanne[2]. Elle reste à ce poste jusqu'en 2019[4].

Elle est mère de deux garçons, nés en 1993 et 2000[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Ancienne militante de la Ligue marxiste révolutionnaire[5], elle est élue au Parlement du canton du Jura sous les couleurs du Parti socialiste après en avoir été députée suppléante à l'âge de 30 ans. Elle est réélue en 1998 et préside l'hémicycle en 2000[1]. Elle est coprésidente du Parti socialiste jurassien de 2000 à 2001.

En 2002, elle accède au gouvernement jurassien, où elle dirige le Département de la formation, de la culture et des sports. En 2004, elle rompt la collégialité lorsque le Conseil d'État décide d'augmenter d'une heure le temps de travail hebdomadaire des enseignants[6],[7]. Réélue en 2006 et 2010, présidente de la Conférence des ministres de l’instruction publique de Suisse latine de 2009 et 2013[6], présidente du gouvernement jurassien en 2006, 2008 et 2012, elle ne se représente pas en 2015[2].

Candidate aux élections fédérales du , elle est élue au Conseil des États avec le meilleur résultat du canton du Jura (8 895 voix, devant Charles Juillard (PDC) et ses 7 630 suffrages)[8].

Élue en 2021 à la seconde vice-présidence du Conseil des États, elle est appelée à le présider en 2024[9]. Fin 2021, elle se porte candidate à la succession d'Ada Marra à la vice-présidence du Parti socialiste suisse[4].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

En 2021, elle devient présidente du conseil de fondation de la HETSL[2]. Elle est aussi vice-présidente du comité directeur de la Conférence suisse des institutions sociales[10] depuis 2019[11] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Elisabeth Baume-Schneider devenue muse rouge: «Elue ministre, je ne serais pas la Zisyadis du Jura» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  2. a b c d et e Sébastien Jubin, « Portrait d’Élisabeth Baume-Schneider – Une personnalité pugnace pour la formation à Lausanne », sur 24 heures, (consulté le )
  3. « DIJU - Dictionnaire du Jura – Baume-Schneider, Elisabeth (1963-) », sur www.diju.ch (consulté le )
  4. a et b « Portrait d’Elisabeth Baume-Schneider – «J’ai envie de mettre mon expérience au service du parti» » Accès payant, sur Tribune de Genève, (consulté le )
  5. « Politicienne et maman », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  6. a et b « Elisabeth Baume-Schneider, la semaine bouleversante », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  7. « La collégialité fissurée du gouvernement jurassien », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  8. République et Canton du Jura, « Election du Conseil des Etats - République et Canton du Jura », sur jura.ch (consulté le )
  9. (de) Michael Graber, « Thomas Hefti ist neuer Präsident des Ständerats », sur Aargauer Zeitung, (consulté le )
  10. « Comité directeur | Conférence suisse des institutions d'action sociale CSIAS », sur skos.ch (consulté le )
  11. Conférence suisse des institutions d'action sociale, « Présidence de la CSIAS : nomination de Christoph Eymann et Elisabeth Baume-Schneider », sur skos.ch, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]