Élisabeth Barbier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Élisabeth Barbier
Description de cette image, également commentée ci-après
Élisabeth Barbier
Nom de naissance Renée Guérin
Naissance
Nîmes
Décès (à 84 ans)
Avignon
Activité principale
Distinctions
Membre du jury Femina
Auteur
Langue d’écriture langue française
Genres

Œuvres principales

  • 1947 : Les Gens de Mogador, éditeur Julliard
  • 1949 : Ni le jour ni l’heure, éditeur Julliard
  • 1958 : Serré Paradis, éditeur Julliard
  • 1958 : Mon Père ce héros, éditeur Julliard

Élisabeth Barbier, est le nom de plume de Renée Guérin, née le à Nîmes (Gard) et morte le à Avignon (Vaucluse), est une romancière française, membre du jury du prix Femina.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Elle est née de mère arlésienne et de père nîmois. Habitant Paris dès sa prime enfance, elle y vit dans l'attente des mois d'été qui la ramènent dans sa région natale[1].

Licenciée ès lettres et en droit[1], elle étudie la pathologie mentale avec Georges Dumas et André Ombredane et s'intéresse passionnément au théâtre dans l'entourage de la célèbre famille de comédiens Pitoëff.

La Dame d'Avignon[modifier | modifier le code]

Mariée en 1935 avec Raymond Barbier (d.1942), un médecin d'Avignon, où elle dirige une compagnie de comédiens amateurs pendant des années, elle participe de près à la naissance du Festival d'Avignon, tout en poursuivant une carrière de romancière.

Dès 1950, elle collabore avec Jean Vilar et, publie pendant 15 ans, des chroniques sur le Festival de théâtre d’Avignon[1].

Parallèlement à son activité théâtrale, son livre le plus connu, Les Gens de Mogador, éditée chez Julliard en 1947 relate les générations de la vie d’une famille liée au domaine - imaginaire - de Mogador, près d’Avignon[1]. Inspiré de la vie au Château du Martinet, près de Violès (Vaucluse).

Membre du Prix Femina en 1958, elle est l’amie d’Isabelle Rivière, de Marguerite Yourcenar, et de Pierre Boulle[1].

Elle décède en 1996 au 22, rue des Trois-Colombes, et repose au cimetière protestant de Nîmes.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Tous les titres sont parus chez Julliard

Romans[modifier | modifier le code]

Saga romanesque Les Gens de Mogador[modifier | modifier le code]

  1. Les Gens de Mogador (1947)
  2. Julia Vernet de Mogador (1952)
  3. Ludivine (1960)
  4. Dominique Vernet (1961)

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • Ni le jour ni l’heure (1949)
  • Serré Paradis (1950)
  • Mon Père ce héros (1958)

Adaptation à la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Biographie d'Élisabeth Barbier », sur lisons.info

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Roux, Élisabeth Barbier : la dernière des gens de Mogador, Pont-Saint-Esprit, La Mirandole, , 164 p. (ISBN 978-2-909-28238-1, OCLC 410985149).
  • Serge Velay (dir.), Michel Boissard et Catherine Bernié-Boissard, Petit dictionnaire des écrivains du Gard, Nîmes, Alcide, , 255 p. (présentation en ligne), p. 24

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]