Élie de Nabinal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élie de Nabinal
Image illustrative de l'article Élie de Nabinal
Cardinal Élie de Nabinal
Biographie
Naissance Date inconnue
Périgueux
Décès
Avignon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Clément VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de
Saint-Vital
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Archevêque de Nicosie (Chypre)
Patriarche de Jérusalem

Blason

Élie de Nabinal (?-1348) fut archevêque de Nicosie, patriarche de Jérusalem et cardinal au titre de Saint-Vital.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du Périgord, il entra chez les franciscains et devint le provincial d’Aquitaine de 1324 à 1328. Son Ordre l’envoya à Paris pour faire ses études de théologie. Il obtint son grade en 1329 et Jean XXII lui décerna le titre de maître le . Entre temps, il s’était fait remarquer et apprécier du Magistère par sa lutte contre les fraticelles partisans de l’empereur Louis de Bavière[1].

Archevêque de Nicosie[modifier | modifier le code]

Élie de Nabinal fut nommé archevêque de Nicosie le . Il se rendit effectivement à Chypre, fut reçu à la Cour du roi Hugues IV de Lusignan et présida un concile provincial dans l'île en 1340[1].

Ce fut Clément VI qui, le , le fit patriarche de Jérusalem et, lors du consistoire du 20 septembre de la même année, lui remit le chapeau de cardinal au titre de Saint-Vital. Le Souverain Pontife lui conserva sa charge d’archevêque[1].

Désormais connu sous le nom de cardinal de Nicosie, le , il réunit le chapitre général de son Ordre à Marseille[1].

Mort de la Peste Noire[modifier | modifier le code]

Il mourut de la Peste Noire, à Avignon, le et fut inhumé dans l’église conventuelle des franciscains de cette ville[1]. Avant de mourir, il avait légué par testament à Clément VI sa résidence de Montolivet à Villeneuve-lès-Avignon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fr. du Chesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance ou qui ont été promus au cardinalat par l’expresse recommandation de nos roys, Paris, 1660.
  • É. Baluze, Vitae paparum Avenionensium, sive collectio actorum veterum, Vol. I et II. Paris, 1693.
  • Guillaume Mollat, Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV, Revue d’histoire ecclésiastique, T. XLVI, 1961.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]