Élections sénatoriales de 2021 pour les Français établis hors de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections sénatoriales de 2021 pour les Français établis hors de France
Type d’élection Élections sénatoriales
Postes à élire 6 sièges de sénateur

Les élections sénatoriales pour les Français établis hors de France ont lieu en afin d'élire pour cinq ans les sénateurs représentant les Français résidant à l'étranger.

Contexte[modifier | modifier le code]

Report du fait de la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

Ces élections étaient censées se dérouler en même temps que les sénatoriales de 2020. Cependant, du fait de la crise sanitaire, les élections consulaires furent reportées d'un an, entraînant le report consécutif des sénatoriales représentant les Français établis hors de France[1]. Le mandat des sénateurs élus en 2021 est par conséquent ramené exceptionnellement à cinq ans au lieu de six afin d'assurer un renouvellement simultané avec les autres en 2026[réf. souhaitée].

Sénateurs sortants[modifier | modifier le code]

Lors des élections sénatoriales de 2014 représentant les Français établis hors de France, six sénateurs ont été élus selon un mode de scrutin proportionnel.

Sénateurs sortants
Sénateur Parti Fonctions lors de l'élection en 2014
Christophe-André Frassa LR
Jacky Deromedi LR
Olivier Cadic UDI
Claudine Lepage PS
Richard Yung LREM
Robert del Picchia DVD
Non candidat à sa réélection

Projets de candidatures[modifier | modifier le code]

Les sénateurs représentant les Français de l'étranger sont élus pour un mandat de six ans au suffrage universel indirect par les 533 grands électeurs. L’élection se tient au scrutin proportionnel plurinominal. Six sièges sont à pourvoir et huit candidats doivent être présentés sur la liste pour qu'elle soit validée. Chaque liste de candidats est obligatoirement paritaire et alterne entre les hommes et les femmes.

En février 2021, alors que la sénatrice PS sortante Claudine Lepage ne brigue pas un nouveau mandat, Ségolène Royal, ancienne ministre et candidate socialiste à l’élection présidentielle de 2007, annonce qu’elle conduira « une liste citoyenne qui transcende les clivages droite/gauche », avec pour numéro deux Mehdi Benlahcen, président PS du groupe solidarité et écologie à l'Assemblée des Français de l'étranger[2],[3]. Ce parachutage, alors que cette dernière était historiquement implantée dans les Deux-Sèvres et envisage de se présenter à l’élection présidentielle de 2022, suscite les critiques de représentants des socialistes des Français de l’étranger, notamment de Laure Pallez (États-Unis) et Cécilia Gondard (Belgique), toutes deux en course pour l’investiture socialiste[4]. Ségolène Royal, qui a quitté le PS en 2017, ne demande pas l’investiture socialiste et précise qu’elle siégerait en tant qu’apparentée au groupe socialiste[3],[5].

Résultats[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Au niveau des groupes politiques sénatoriaux[modifier | modifier le code]

Composition finale
Groupes parlementaires Sièges
Total
avant
En
jeu
Élus Total
après
+/-
Les Républicains (LR) 148 3
Socialiste, écologiste et républicain (SER) 65 1
Union centriste (UC) 54 1
Rassemblement des démocrates, progressistes et indépendants (RDPI) 23 1
Rassemblement démocratique et social européen (RDSE) 15 0
Communiste, républicain, citoyen et écologiste (CRCE) 15 0
Les Indépendants – République et territoires (LIRT) 13 0
Écologiste, solidarités et territoires (EST) 12 0
Non-inscrits (RASNAG) 3 0
Total 348 6 6 348 en stagnation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les élections sénatoriales se dérouleront le 27 septembre 2020 », sur ouest-france.fr, (consulté le 8 juillet 2020).
  2. « Ségolène Royal candidate aux sénatoriales », sur bfmtv.com, (consulté le 5 février 2021).
  3. a et b « Sénatoriales : Ségolène Royal tête d'une "liste citoyenne" pour les Français de l'étranger », sur francetvinfo.fr, (consulté le 6 février 2021).
  4. « Ségolène Royal divise la gauche et amuse la droite », sur lesfrancais.press, (consulté le 5 février 2021).
  5. « "Devenir députée européenne n'est pas du tout dans mes plans", assure Ségolène Royal », sur actu.orange.fr, (consulté le 5 février 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]