Élections régionales santoméennes de 2006

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales santoméennes de 2006
7 députés
Type d’élection Élections régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 83 110 (cumulés avec ceux des municipales)
Votants 37 616 (cumulés avec ceux des municipales)
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Union pour le progrès et le changement de Principe
Sièges obtenus 7
Composition de l'assemblée élue
Diagramme
  •      UMPP : 7 sièges

Des élections régionales se déroulent à Sao Tomé-et-Principe le , afin de désigner les élus de l'Assemblée régionale de Principe.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les dernières élections régionales santoméennes se sont déroulées en 1995 et ont été remportées par le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate[1]. Pour ce deuxième scrutin, elles se déroulent en même temps que les municipales[2].

L'ADI refuse de prendre part à l'élection, dénonçant des irrégularités dans l'organisation du scrutin[1]. 83 110 électeurs sont appelés aux urnes[3].

Les élections régionales sont initialement prévues pour le , avant qu'elles ne soient repoussées le [4], la totalité des candidatures ayant été refusées puisque déposées hors délai. Cette décision provoque plusieurs manifestations de la part des habitants de l'île de Principe[5]. Le , des barricades sont montées à Santo António et des protestants s'introduisent dans le lieu de réunion du gouvernement, dans la maison du président du gouvernement régional Zeferino dos Prazeres et dans celle du secrétaire de l'Assemblée régionale. En réponse à ce soulèvement, do Prazeres démissionne dès le lendemain[5],[6].

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Sept députés sont à élire dans sept circonscriptions[7].

Candidats[modifier | modifier le code]

Les partis candidats aux élections sont le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate, dont la tête de liste est Jaime Costa[8], l'Alliance démocratique pour le développement de Principe et l'Union pour le progrès et le changement de Principe[1], représentée par José Cassandra[5] et soutenue par le Front chrétien-démocrate (en) et la coalition au pouvoir Mouvement pour les forces de changement démocratique-Parti de convergence démocratique[3]. Deux indépendants se présentent également, Gilberto Gil Umbilina et Zeferino dos Prazeres[8].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des régionales santoméennes de 2006[3]
Parti Sièges
Union pour le progrès et le changement de Principe 7
Total 7

Après les élections, Nestor Umbelina est nommé président de l'Assemblée régionale[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Élection locale à Sao Tome et Principe », sur Agence panafricaine de presse, (consulté le 24 août 2018).
  2. Régis Marzin, « 2018 : année des élections locales en Afrique ? », sur Regardexentrique, (consulté le 24 août 2018).
  3. a b et c (en) « 27 August 2006 Local and Regional Elections in São Tomé and Príncipe », sur African Elections Database, (consulté le 24 août 2018).
  4. (en) Andreas Mehler, Henning Melber et Klaas Van Walraven, Africa Yearbook, volume 3: Politics, Economy and Society South of the Sahara in 2006, Éditions Brill, (ISBN 978-9-0474-2251-8, lire en ligne), p. 261.
  5. a b et c « Sao Tomé et Principe: la coalition au pouvoir favorite des scrutins locaux », sur Atlasvista Maroc, (consulté le 14 décembre 2018).
  6. (pt) « Revolta obriga governo regional a demitir-se em São Tomé e Príncipe », sur Agence panafricaine de presse, (consulté le 14 décembre 2018).
  7. (pt) Abel Veiga, « Eleição regional: Luta renhida pelo poder na ilha do Príncipe », sur Téla Nón, (consulté le 7 octobre 2018).
  8. a et b (pt) « Coligação no poder em São Tomé e Príncipe exige revalidação da candidatura às autárquicas », sur Radio-télévision du Portugal, (consulté le 14 décembre 2018).
  9. (pt) Abel Veiga, « Nestor Umbelina abandona cargo de Secretário do Governo do Príncipe por razões pessoais e familiares », sur Téla Nón, (consulté le 25 décembre 2018).