Élections régionales de 2010 en Languedoc-Roussillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les élections régionales ont eu lieu les 14 et [1].

Mode d'élection[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin est fixé par le Code électoral. Il précise que les conseillers régionaux sont élus tous les six ans[2].

Les conseillers régionaux sont élus dans chaque région au scrutin de liste à deux tours sans adjonction ni suppression de noms et sans modification de l'ordre de présentation. Chaque liste est constituée d'autant de sections qu'il y a de départements dans la région[3].

Si une liste a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, le quart des sièges lui est attribué. Le reste est réparti à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne. Une liste ayant obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés ne peut se voir attribuer un siège[3].

Sinon on procède à un second tour où peuvent se présenter les listes ayant obtenu 10 % des suffrages exprimés[3]. La composition de ces listes peut être modifiée pour comprendre les candidats ayant figuré au premier tour sur d’autres listes, sous réserve que celles-ci aient obtenu au premier tour au moins 5 % des suffrages exprimés et ne se présentent pas au second tour[4]. À l’issue du second tour, les sièges sont répartis de la même façon[3].

Les sièges étant attribués à chaque liste, on effectue ensuite la répartition entre les sections départementales, au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département[5].

Contexte régional[modifier | modifier le code]

À droite depuis 1986, le conseil régional passe à gauche en 2004, grâce notamment à une triangulaire avec le Front National. Georges Frêche est alors élu président de région par l'assemblée régionale.

Cette région est dirigée par le divers gauche Georges Frêche. Il est une personnalité controversée du fait de ses multiples déclarations polémiques.

Le , à l'occasion d'un dépôt de gerbe à Montpellier devant la stèle de Jacques Roseau, porte-parole d'un mouvement pied-noir assassiné en 1993, il est pris à partie par un groupe de harkis récemment passés à l'UMP et qui avaient participé le jour même à une manifestation de l'UMP. Les propos qui ont conduit à la mise en examen de M. Frêche sont les suivants:

« Vous êtes vraiment d’une incurie incroyable. Vous ne connaissez pas l’histoire. Ah, vous êtes allés avec les gaullistes… Vous faites partie des harkis qui ont vocation à être cocus toute leur vie… Faut-il vous rappeler que 80 000 harkis se sont fait égorger comme des porcs parce que l'armée française les a laissés ? Moi qui vous ai donné votre boulot de pompier, gardez-le et fermez votre gueule ! Je vous ai trouvé un toit et je suis bien remercié. Arrêtez-vous ! Arrêtez-vous ! Allez avec les gaullistes ! Allez avec les gaullistes à Palavas. Vous y serez très bien ! Ils ont massacré les vôtres en Algérie et vous allez leur lécher les bottes ! Mais vous n’avez rien du tout ! Vous êtes des sous-hommes ! Rien du tout ! Il faut que quelqu’un vous le dise ! Vous êtes sans honneur. Vous n’êtes pas capables de défendre les vôtres ! Voilà, voilà… Allez, dégagez ! »[6].

Georges Frêche est invité dans l'émission de Laurent Ruquier, On n'est pas couché du [7] afin de promouvoir son nouveau livre, Il faut saborder le PS. Les images concernant les harkis sont rediffusées, et les deux chroniqueurs de Ruquier, Éric Naulleau et Éric Zemmour, n'hésitent pas à parler de manipulation médiatique, les images montrant clairement que Frêche s'adressait, avec virulence, à deux hommes en particulier, et non à une communauté. Selon lui, il a été victime d'un lynchage médiatique « des médias de gauche » qui ont isolé une phrase dans son discours.

Mis en examen en mars 2006 pour injures à caractère racial, il est relaxé le en appel ; la Cour d'appel estimant que « les propos ne s'adressaient d'aucune manière à la communauté harkie mais à deux individus »[8].

Le 15 novembre 2006, Georges Frêche aurait déclaré à propos l'équipe de France de football[9] : "Dans cette équipe, il y a neuf Blacks sur onze. La normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre. Ce serait le reflet de la société. Mais, là, s'il y en a autant, c'est parce que les Blancs sont nuls. J'ai honte pour ce pays. Bientôt il y aura onze Blacks. Quand je vois certaines équipes, ça me fait de la peine."

En 2007, Frêche est exclu du Parti socialiste.

Les socialistes pro-Frêche ont remporté le référendum interne sur le choix du premier socialiste et le vote validant les listes[10]. Lors de sa convention nationale, le PS a choisi de ne pas investir de liste contre lui, le soutenant implicitement. Cependant la liste Languedoc-Roussillon est la seule à n'avoir pas bénéficié d'une présentation à cette convention[11]. Georges Frêche a aussi l'appui d'un certain nombre de dissidents venus d'autres partis dont l'ancien ministre communiste Jean-Claude Gayssot, l'écologiste Yves Pietrasanta et de CPNT (pourtant désormais associé à l'UMP)

Hélène Mandroux, la maire de Montpellier et André Vézinhet, président du conseil général de l'Hérault essayaient d'élaborer une autre liste « socialiste » en accord avec les autres partis de gauche[12]. Alors que cet accord et cette liste semblait de moins en moins probables avec la finalisation des listes Europe Écologie et Front de Gauche, à 15 jours du dépôt des listes une nouvelle polémique éclate après une nouvelle saillie du président sortant. Georges Frêche perd le soutien du PS national. Une liste socialiste, menée par Hélène Mandroux, voit le jour[13]. Les négociations entre celle-ci et Europe Écologie de Jean-Louis Roumégas pour une liste commune ont échoué notamment sur la question du choix de la tête de liste régionale. Europe Écologie et le Front de Gauche ont d'ores et déjà annoncé leur refus de fusionner avec une liste sur laquelle Georges Frêche figurerait. Un accord sur le principe d'une fusion au second tour a été conclu entre Europe Écologie et « À Gauche Maintenant » (Front de gauche élargi au NPA, à la FASE, aux Alternatifs, aux Objecteurs de Croissance et au M'PEP). Didier Codorniou (le premier socialiste désigné par les militants PS locaux) a porté l'affaire devant les tribunaux en demandant l’annulation de la décision du bureau national qui désignait Hélène Mandroux pour conduire une liste PS.

Dans un premier temps, la liste du Modem emmenée par Marc Dufour désigné par les militants contre le leader local de l'AEI Patrice Drevet, envisageait de fusionner au second tour avec la liste de Georges Frêche. Puis un accord intervenait pour fusionner dès le premier tour avec la liste AEI de Patrice Drevet, tandis que Cap21, composante du Modem rejoignait Europe Écologie. Mais le 7 février le Modem annonçait ses têtes de listes et revenait sur cet accord[14]. Le 14 février, le Modem annonce qu'il ne présentera pas de liste. Les sondages leur donnant moins de 5 % des voix[15].

À droite, l'UMP Raymond Couderc, sénateur de l'Hérault et maire de Béziers affronte la candidature dissidente de Christian Jeanjean, maire de Palavas-les-Flots[16]., qui se présente avec un nouveau parti "Union Républicaine Populaire" soutenu par les mouvements gaullistes et républicains[17]. Christian Jeanjean conteste les résultats de la primaire interne de l'UMP en dénonçant des fraudes à l'avantage de Raymond Couderc. Une décision de justice sera rendue début mars 2010.

Le FN emmené par la conseillère régionale France Jamet a pour concurrent la Ligue du Midi de Richard Roudier.

Candidats[modifier | modifier le code]

Tous les candidats[modifier | modifier le code]

Têtes de liste régionale susceptibles de se maintenir au second tour ou de fusionner[modifier | modifier le code]

Têtes de liste départementale[modifier | modifier le code]

Listes[18] Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales
Liste Plana (LO)
Dominique Galonnier
Isabelle Leclerc
Maurice Chaymes
Caroline Poupard
Liberto Plana
Liste Revol (FG/NPA)
Sabine Albérola
Martine Gayraud
François Liberti
Patrick Alloux
Jean Boucher
Liste Mandroux (PS)
Alain Champrigaud
Patrice Prat
Hélène Mandroux
René Causse
Jacqueline Amiel-Donat
Liste Frêche (DVG)
Didier Codorniou
Damien Alary
Georges Frêche
Alain Bertrand
Christian Bourquin
Liste Roumégas ()
Pascal Frissant
Nadja Flank
Jean-Louis Roumégas
Michèle Manoa
Agnès Langevine
Liste Drevet (AEI)
Philippe Colombies
Samuel Serre
Patrice Drevet
Christophe Calage
Maryse Lapergue
Liste Couderc (MAJ)
Michel Py
Eddy Valadier
Raymond Couderc
Francis Saint-Léger
Jean Castex
Liste Jeanjean (DVD)
Jean-Louis Soulié
Igor Kurek
Christian Jeanjean
François Pelras
Roger Foinels
Liste Jamet (FN)
Robert Morio
Évelyne Ruty
France Jamet
Gaël Privat
Louis Aliot
Liste Martinez (PDF)
Patrice Benoit
Max Janin
Jean-Claude Martinez
Christian Clausier
Roger Chenaye
Liste Roudier (BI)
Fernand Cortes
Erick Cavaglia
André Troise
Richard Roudier
Thierry Dauriach

Liste Jean-Louis Roumegas[modifier | modifier le code]

Candidat d'Europe Écologie.

Source: Midi-Libre

Liste Raymond Couderc[modifier | modifier le code]

Liste Georges Frêche[modifier | modifier le code]

Liste René Revol[modifier | modifier le code]

  • Lozère : Patrick Alloux (PG), paysan artisan.

Liste France Jamet[modifier | modifier le code]

  • Aude : Robert Morio

Liste Hélène Mandroux[modifier | modifier le code]

  • Aude : Alain Champrigaud, secrétaire fédéral à l’Environnement, à la formation professionnelle, au développement durable et aux territoires.

Sondages[modifier | modifier le code]

Intentions de vote[modifier | modifier le code]

Avertissement : Les résultats des intentions de vote ne sont que la mesure actuelle des rapports de forces politiques. Ils ne sont en aucun cas prédictifs du résultat des prochaines élections. La marge d'erreur de ces sondages est de 4,5 % pour 500 personnes interrogées, 3,2 % pour 1000, 2,2 % pour 2000 et 1,6 % pour 4000[19].

Premier tour[modifier | modifier le code]

Source du sondage Liste Frêche
(DVG)
Liste Couderc
(UMP)
Liste Andrieu
(PS--FG)
Liste Andrieu
(PS)
Liste Roumegas
()
Liste Revol
(FG-NPA)
Liste Liberti
(FG)
Liste Hermet
(NPA)
Liste Jamet
(FN)
Liste Drevet
(GE-AEI)
Liste Jeanjean
(DVD)
Liste Dufour
(MoDem)
Liste Aliot
(FN)
Liste
NPA
Autres Personnes interrogées
Ifop
7 au 10 juillet 2009
18 %
28 %
28 %
--- --- --- --- --- --- --- 4 % 6 % 11 % 5 % --- 804
---
28 %
--- 20 % 17 % --- 9 % --- --- --- 3 % 7 % 5 % ---
X25 %[20]
27 %
--- --- 16 % --- 8 % --- --- --- 3 % 6 % 4 % ---
BVA
du 26 au 29 octobre 2009
X29 %[20]
25 % --- --- 7 % --- 11 % 7 % 9 % 5 % 2 % 5 % --- --- --- 801
TNS Sofres
du 11 au 13 janvier 2010
26 % --- --- 14 % 9 % --- --- 8 % 7 % 4 % 3 % --- 700
Source du sondage Liste Frêche
(DVG)
Liste Couderc
(UMP)
Liste Mandroux
(PS)
Liste Roumegas
()
Liste Revol
(FG-NPA)
Liste Jamet
(FN)
Liste Drevet
(AEI)
Liste Jeanjean
(DVD)
Liste Plana
(LO)
Liste Roudier
(LM)
Liste Roumegas
( - PS)
Liste Dufour
(MoDem)
Liste Mandroux
(PS - )
Liste
Drevet

(MoDem-
AEI)
Autres Personnes interrogées
Opinion Way
du 5 au 6 février 2010
24 %
23 % 11 % 12 % 9 % 10 % --- 3 % --- --- --- --- --- 8 % ---
1000
26 %
--- --- 10 % 9 % 4 % 19 %
TNS Sofres
du 5 au 6 février 2010
31 %
21 % 11 % 10 % 7 % 7 % 4 % 4,5 % 1,5 % 0,5 % --- 2,5 % ---
700
32 %
20 % --- --- 5 % 20 %
33 %
21 % 5 % 17 % 3 % ---
Opinion Way
du 12 au 15 février 2010
31 %
22 % 6 % 12 % 11 % 7 % 6 % 2 % 1 % --- --- --- 2 % 1007
BVA
du 18 au 19 février 2010
32 %
26 % 9 % 10 % 7 % 8 % 4 % 2 % --- 808
IFOP
du 2 au 3 mars 2010
21,5 % 12 % 11 % 8 % 2 % 3 % 1,5 % 0,5 % 0,5 % 705
TNS Sofres
du 5 au 6 mars 2010
34 %
23 % 10 % 9 % 9 % 7 % 4 % 1 % 0,5 % 1 % 0,5 % 700

Second tour[modifier | modifier le code]

Source du sondage Date de réalisation Liste Frêche
(DVG)
Liste Couderc
(UMP)
Liste Roumegas
(-PS+FG[21])
Liste Mandroux
(PS-+FG[21])
Liste Jamet
(FN)
Ifop
7 au 10 juillet 2009
XX36 %[20]
38 %
XX26 %[22]
---
---
BVA
26 au 29 octobre 2009
XX42 %[20]
30 % XX18 %[22] 10 %
XX45 %[20]
36 % XX19 %[22] ---
XX58 %[20]
42 % --- ---
TNS Sofres
11 au 13 janvier 2010
XX38 %[20]
33 % XX24 %[22] 5 %
XX40 %[20]
34 % XX26 %[22] ---
XX54 %[20]
38 % --- 8 %
XX54 %[20]
46 % --- ---
Opinion Way
5 au 6 février 2010
32 %
31 % 27 % --- 10 %
33 %
--- 26 %
36 %
34 %
30 % --- ---
--- 30 %
TNS Sofres
5 au 6 février 2010
40 %
30 % --- 30 %
---
40 %
31 % 29 % ---
Opinion Way
12 au 15 février 2010
41 %
32 % 27 % ---
BVA
18 au 19 février 2010
42 %
35 % 23 % ---
38 %
36 % --- 26 %
IFOP
2 au 3 mars 2010
40 %
28 % --- 32 %
TNS Sofres
5 au 6 mars 2010
41 %
31 % 28 % ---
32 % --- 27 %
IFOP
15 au 16 mars 2010
58 %
28 % --- --- 14 %

Notoriété[modifier | modifier le code]

En décembre 2009, selon un sondage LH2, près de 60 % des habitants du Languedoc-Roussillon citent spontanément Georges Frêche lorsqu'on leur demande le nom de leur président de région[23], Frêche est donc le président de région le plus connu de France après Ségolène Royal (85 %).

D'après un autre sondage de l'Ifop, à la question "connaissez-vous Georges Frêche?", 96 % des habitants du Languedoc-Roussillon répondent par l'affirmative[24].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats régionaux[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Languedoc-Roussillon[25]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Georges Frêche* DVG - PRG - MRC - PS dissidents 304 810 34,28 493 210 54,19
44
65,67
  Raymond Couderc Majorité présidentielle 174 523 19,63 240 534 26,43
13
19,40
  France Jamet FN 112 656 12,67 176 363 19,38
10
14,93
  Jean-Louis Roumégas - Cap21 81 120 9,12  
  René Revol FG - NPA - Alternatifs - FASE - M'PEP - OC 76 418 8,60
  Hélène Mandroux PS 68 774 7,74
  Patrice Drevet AEI 34 430 3,87
  Christian Jeanjean CNI - PLD 18 017 2,03
  Jean-Claude Martinez PDF 6 607 0,74
  Richard Roudier BI 6 086 0,68
  Liberto Plana LO 5 622 0,63
 
Inscrits 1 852 959 100,00 1 853 043 100,00  
Abstention 931 427 50,26 878 392 47,40  
Votants 921 532 49,73 974 651 52,60  
Blancs et nuls 32 469 3,52 64 544 6,62  
Exprimés 889 063 96,48 910 107 93,38  

* liste du président sortant

Résultats départementaux[modifier | modifier le code]

Aude[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Languedoc-Roussillon pour le département de l'Aude
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Didier Codorniou* DVG - PRG - MRC - PS dissidents 57 017 43,34 83 640 62,23
7
77,78
  Michel Py Majorité présidentielle 21 407 16,27 29 318 21,81
1
11,11
  Robert Morio FN 14 154 10,76 21 451 15,96
1
11,11
  Sabine Albérola FG - NPA - Alternatifs - FASE - M'PEP - OC 10 569 8,03  
  Pascal Frissant - Cap21 10 243 7,79
  Alain Champrigaud PS 9 201 6,99
  Philippe Colombies AEI 5 024 3,82
  Jean-Louis Soulié CNI - PLD 1 604 1,22
  Patrice Benoit PDF 828 0,63
  Dominique Galonnier LO 797 0,61
  Fernand Cortes BI 705 0,54
 
Inscrits 256 944 100,00 256 973 100,00  
Abstention 119 956 46,61 112 643 43,83  
Votants 137 188 53,39 144 330 56,17  
Blancs et nuls 5 639 4,10 9 921 6,87  
Exprimés 131 549 95,90 134 409 93,13  

* liste du président sortant

Gard[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Languedoc-Roussillon pour le département du Gard
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Damien Alary* DVG - PRG - MRC - PS dissidents 65 343 28,72 119 429 50,38
11
61,11
  Eddy Valadier Majorité présidentielle 44 721 19,65 62 991 26,57
4
22,22
  Evelyne Ruty FN 36 284 15,95 54 618 23,04
3
16,67
  Nadja Flank - Cap21 22 553 9,91  
  Martine Gayraud FG - NPA - Alternatifs - FASE - M'PEP - OC 22 403 9,85
  Patrice Prat PS 18 574 8,16
  Samuel Serre AEI 9 051 3,98
  Igor Kurek CNI - PLD 3 186 1,40
  Erick Cavaglia BI 2 246 0,99
  Max Janin PDF 1 668 0,73
  Isabelle Leclerc LO 1 508 0,66
 
Inscrits 496 641 100,00 496 931 100,00  
Abstention 259 967 52,35 243 490 49,00  
Votants 236 674 47,65 253 441 51,00  
Blancs et nuls 9 137 3,87 16 403 6,47  
Exprimés 227 526 96,13 237 038 93,53  

* liste du président sortant

Hérault[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Languedoc-Roussillon pour le département de l'Hérault
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Georges Frêche* DVG - PRG - MRC - PS dissidents 126 975 36,08 196 555 55,94
18
66,67
  Raymond Couderc Majorité présidentielle 65 517 18,62 88 655 25,23
5
18,52
  France Jamet FN 40 271 11,44 66 155 18,83
4
14,81
  Jean-Louis Roumégas - Cap21 31 441 8,93  
  Hélène Mandroux PS 29 257 8,31
  François Liberti FG - NPA - Alternatifs - FASE - M'PEP - OC 28 942 8,22
  Patrice Drevet AEI 12 118 3,44
  Christian Jeanjean CNI - PLD 10 635 3,02
  Jean-Claude Martinez PDF 2 716 0,77
  André Troise BI 2 307 0,66
  Maurice Chaymes LO 1 769 0,50
 
Inscrits 718 769 100,00 718 656 100,00  
Abstention 356 569 49,61 343 835 47,84  
Votants 362 200 50,39 374 821 52,16  
Blancs et nuls 10 252 2,83 23 456 6,26  
Exprimés 351 948 97,17 351 365 93,74  

* liste du président sortant

Lozère[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Languedoc-Roussillon pour le département de la Lozère
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Alain Bertrand* DVG - PRG - MRC - PS dissidents 11 957 36,22 18 111 52,80
1
100,00
  Francis Saint-Léger Majorité présidentielle 9 700 29,39 12 613 36,77
0
0,00
  Gaël Privat FN 2 158 6,54 3 575 10,42
0
0,00
  Michèle Manoa - Cap21 3 013 9,13  
  Patrick Alloux FG - NPA - Alternatifs - FASE - M'PEP - OC 1 786 5,41
  René Causse PS 1 577 4,78
  Christophe Calage AEI 1 448 4,39
  François Pelras CNI - PLD 814 2,47
  Christian Clausier PDF 231 0,70
  Caroline Poupard LO 179 0,54
  Richard Roudier BI 147 0,45
 
Inscrits 60 005 100,00 60 016 100,00  
Abstention 25379 42,29 23 475 39,11  
Votants 34 626 57,71 36 541 60,89  
Blancs et nuls 1 616 4,67 2 242 6,14  
Exprimés 33 010 95,33 34 299 93,86  

* liste du président sortant

Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Languedoc-Roussillon pour le département des Pyrénées-Orientales
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Christian Bourquin* DVG - PRG - MRC - PS dissidents 43 518 30,01 75 445 49,31
7
58,33
  Jean Castex Majorité présidentielle 33 174 22,87 46 979 30,70
3
25,00
  Louis Aliot FN 19 779 13,64 30 581 19,99
2
16,67
  Agnès Langevine - Cap21 13 869 9,56  
  Jean Boucher FG - NPA - Alternatifs - FASE - M'PEP - OC 12 714 8,77
  Jacqueline Amiel-Donat PS 10 179 7,02
  Maryse Lapergue AEI 6 799 4,69
  Roger Foinels CNI - PLD 1 778 1,23
  Liberto Plana LO 1 375 0,95
  Roger Chenaye PDF 1 164 0,80
  Thierry Dauriach BI 681 0,47
 
Inscrits 320 498 100,00 320 535 100,00  
Abstention 169 643 52,93 155 465 48,50  
Votants 150 855 47,07 165 070 51,50  
Blancs et nuls 5 825 3,86 12 065 7,31  
Exprimés 145 030 96,14 153 005 92,69  

* liste du président sortant

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué d'Alain Marleix, secrétaire d'État chargé des Collectivités territoriales, le 4 novembre 2009
  2. Code électoral, article L336
  3. a b c et d Code électoral, article L338
  4. Code électoral, article L346
  5. Code électoral, article L338-1
  6. http://www.oumma.com/article.php3?id_article=1930
  7. https://www.dailymotion.com/video/x4g38f_zemmour-face-a-georges-freche_news
  8. http://afp.google.com/article/ALeqM5iYVoSZDlaDzqaHA7rEaTLrpnKOWA
  9. Le Midi Libre, 17 novembre 2006
  10. Midi-Libre du 09-12-2009 Une candidature chaotique
  11. Midi-Libre du 13/12/2007
  12. Midi-Libre du 15-12-2009 Mandroux encourage Vezinhet
  13. http://www.lefigaro.fr/politique/2010/01/29/01002-20100129ARTFIG00006-le-ps-desormais-en-guerre-ouverte-contre-freche-.php Le figaro du 28/01/2010
  14. http://www.midilibre.com/articles/2010/02/06/A-la-Une-Marc-Dufour-redevient-la-tete-de-liste-du-MoDem-1102011.php5 Midi-Libre du 06/0/02/10
  15. http://www.midilibre.com/articles/2010/02/14/DERNIERE-MINUTE-REGIONALES-Pas-de-liste-MoDem-en-Languedoc-Roussillon-1112637.php5
  16. Yannick Povillon, « Jeanjean lance officiellement sa campagne pour les élections régionales », Midi libre, 12 septembre 2009 ; page consultée le 12 septembre 2009
  17. http://politique66.midiblogs.com/archive/2010/01/05/regionales-les-dissidents-de-droite-sont-prets-dans-les-p-o.html
  18. Les têtes de liste en course
  19. Quelle est la marge d’erreur d’un sondage ?
  20. a b c d e f g h i et j avec le soutien tacite du Parti socialiste.
  21. a et b René Revol favorable à une fusion avec le PS ou Europe Écologie au second tour
  22. a b c d et e sans le soutien du Parti socialiste et du Front de gauche.
  23. Sondage LH2
  24. [1]
  25. « Résultats des élections régionales 2010 - Languedoc-Roussillon »

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]