Élections régionales de 2010 en Guyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les élections régionales ont eu lieu les 14 et [1]. La Guyane est avec La Réunion la seule région à être conquise par la Majorité présidentielle sur la gauche.

Mode d'élection[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin est fixé par le Code électoral. Il précise que les conseillers régionaux sont élus tous les six ans[2].

Les conseillers régionaux sont élus dans chaque région au scrutin de liste à deux tours sans adjonction ni suppression de noms et sans modification de l'ordre de présentation. Chaque liste est constituée d'autant de sections qu'il y a de départements dans la région[3].

Si une liste a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, le quart des sièges lui est attribué. Le reste est réparti à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne. Une liste ayant obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés ne peut se voir attribuer un siège[3].

Sinon on procède à un second tour où peuvent se présenter les listes ayant obtenu 10 % des suffrages exprimés[3]. La composition de ces listes peut être modifiée pour comprendre les candidats ayant figuré au premier tour sur d’autres listes, sous réserve que celles-ci aient obtenu au premier tour au moins 5 % des suffrages exprimés et ne se présentent pas au second tour[4]. À l’issue du second tour, les sièges sont répartis de la même façon[3].

Les sièges étant attribués à chaque liste, on effectue ensuite la répartition entre les sections départementales, au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département[5].

Contexte local avant les élections[modifier | modifier le code]

Antoine Karam, le président-sortant du conseil régional Guyane depuis 1992, a décidé de ne pas se représenter en 2010[6].

En 2004, il avait été réélu au second dans une triangulaire serrée avec 37,24 %, contre 31,58 % à l'UMP Léon Bertrand et 31,18 % au divers gauche Georges Othily.

À droite le maire de Saint-Laurent-du-Maroni et ancien ministre du tourisme de Jacques Chirac, Léon Bertrand, considéré comme le véritable baron de la droite local, fut un temps candidat avant de perdre l'investiture de l'UMP après sa mise en détention provisoire dans une affaire de favoritisme. L'UMP investit alors le maire divers gauche de Cayenne, Rodolphe Alexandre[7].

Le divers droite Roger Arel et les deux candidats divers droite pro-autonomie, Joëlle Prévôt-Madère et Gilbert Fossé sont également candidats.

Les députées Chantal Berthelot et Christiane Taubira, ainsi que Gabriel Serville du PSG, sont les grandes favoris à gauche de l'échiquier. D'ores et déjà Christiane Taubira et le socialiste Gabriel Serville ont indiqué leur rapprochement au second tour[8]. Enfin la liste Europe Écologie est mené par José Gaillou et celle du PS par Léon Jean-Baptiste-Édouard, qui fut déjà candidat en 2004, mais qui avait réalisé un score décevant de 1,96 %.

Dans un contexte national favorable à la gauche, l'UMP continue d'évoquer sérieusement la possibilité d'une victoire en Guyane[9] ' [10] ' [11].

Candidats[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

  • PSG Une Guyane pour tous : Gabriel Serville, proviseur et conseiller municipal d'opposition de Matoury.
  • Dissidents PSG Ageg : Pour une Guyane forte, réconciliée, épanouie : Chantal Berthelot, vice-présidente sortante du conseil régional, députée de la 2e circonscription de Guyane.
  • PS Le renouveau pour la région Guyane qu'on aime : Léon Jean-Baptiste-Édouard.
  • Walwari - MDES Deux ans : un marathon pour bâtir : Christiane Taubira (Walwari-PRG), députée de la 1re circonscription de Guyane.
  • FDG Forces démocratiques de Guyane : construisons le progrès : Gil Horth, conseiller régional sortant et 2e adjoint au maire de Cayenne.
  • Guyane Écologie : José Gaillou (PSG dissident), vice-président sortant du conseil régional.
  • DVD autonomiste Guyane Espérance : Gilbert Fossé, maire de Papaïchton.
  • Dissidents UMP - DVD autonomiste Construisons la Guyane : Joëlle Prévôt-Madère (UMP dissidente), conseillère régionale sortante.
  • Majorité présidentielle Guyane 73 : Rodolphe Alexandre (DVG, ex-PSG), maire de Cayenne.
  • DVD Une droite dynamique pour une Guyane moderne, prospère et solidaire : Roger Arel.

Têtes de liste qualifiées pour le second tour[modifier | modifier le code]

Composition intégrale des listes[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Guyane[12]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Rodolphe Alexandre Majorité présidentielle 12 202 40,61 19 152 56,11
21
67,74
  Christiane Taubira Walwari MDES 6 916 23,02 14 982 43,89
10
32,26
  Gabriel Serville PSG 1 845 6,14
  José Gaillou 1 582 5,27
  Chantal Berthelot DVG 1 532 5,10
  Joëlle Prévôt-Madère DVD autonomiste 2 225 7,41  
  Gil Horth FDG 1 443 4,80
  Roger Arel DVD 1 274 4,24
  Gilbert Fossé DVD autonomiste 725 2,41
  Léon Jean-Baptiste-Édouard PS 301 1,00
 
Inscrits 69 657 100,00 69 664 100,00  
Abstention 38 701 55,56 34 332 49,28
Votants 30 956 44,44 35 332 50,72
Blancs et nuls 911 2,94 1 198 3,39
Exprimés 30 045 97,06 34 134 96,61

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué d'Alain Marleix, secrétaire d'État chargé des Collectivités territoriales, le 4 novembre 2009
  2. Code électoral, article L336
  3. a b c et d Code électoral, article L338
  4. Code électoral, article L346
  5. Code électoral, article L338-1
  6. REGIONALES. 10 listes pour ce premier tour
  7. L'UMP veut briser le monopole de la gauche en outre-mer
  8. Outre-mer : la droite guigne la Guyane
  9. Guyane : la droite compte sur un succès grâce à un divers gauche
  10. [L'UMP veut briser le monopole de la gauche en outre-mer L'UMP veut briser le monopole de la gauche en outre-mer]
  11. Régionales : Fillon s'expose plus que jamais
  12. « Résultats des élections régionales 2010 - Guyane »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]