Élections régionales de 2004 en Picardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 2004 en Picardie
21 et
Type d’élection Élections régionales
Postes à élire 57 conseillers régionaux
Corps électoral et résultats
Votants au 1er tour 809 662
63,30 %  −2,1
Votants au 2d tour 864 747
67,61 %
Claude Gewerc 2009.jpg Gauche – Claude Gewerc
Voix au 1er tour 293 620
38,28 %
 +3
Voix au 2e tour 379 663
45,58 %
Sièges obtenus 34  +11
Gillesderobien.jpg Majorité présidentielle – Gilles de Robien
Voix au 1er tour 247 425
32,26 %
 +3,9
Voix au 2e tour 299 518
35,76 %
Sièges obtenus 15  −4
French party FN.svg Front national – Michel Guiniot
Voix au 1er tour 175 940
22,94 %
 +4,5
Voix au 2e tour 155 858
18,66 %
Sièges obtenus 8  −3
La région Picardie

Les élections régionales ont eu lieu les 21 et . La région bascule à gauche, Claude Gewerc étant élu à la faveur d'une triangulaire face au ministre de l'Éducation nationale Gilles de Robien et après ralliement de la liste PCF à la liste socialiste.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin a été défini par la loi du . Il s'agit d'un scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire.

Contrairement aux élections de 1998, c'est désormais la région et non plus le département qui conduit une liste. Toutefois, afin de permettre aux électeurs d'identifier facilement les candidats de leur département, les listes comporteront des « sections départementales ».

Les principales dispositions du mode de scrutin sont :

  • Les citoyens élisent les conseillers régionaux :
    • pour six ans, au scrutin de liste,
    • selon un système mixte combinant les règles des scrutins majoritaire et proportionnel, en un ou deux tours,
    • sans panachage ou vote préférentiel, tout bulletin modifié en quoi que ce soit par un électeur étant déclaré nul.
  • Les listes sont déposées au niveau régional, mais les candidats sont répartis entre les départements (on parle de sections départementales) constituant la région.
  • Le nombre de sièges à attribuer pour chaque liste est calculé globalement au niveau régional, puis réparti entre les sections départementales en fonction du nombre de suffrages obtenus dans chaque section.
  • Lors du premier tour de scrutin,
    • si une liste obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, elle obtient le quart des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis à la représentation proportionnelle entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages.
    • sinon, il est procédé à un second tour la semaine suivante.
  • Seules les listes ayant obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés au premier tour peuvent se maintenir au second tour de scrutin et éventuellement fusionner avec les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages.
  • Au second tour, la liste qui arrive en tête obtient un quart des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis à la représentation proportionnelle entre les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés au second tour.

Résultats de 1998[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales du 15 mars 1998 en Picardie[1]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges (57)
# % # % # %
Gauche plurielle PS- PCF-PRG 226 395 30,49
22
38,60
RPR-UDF* 210 509 28,35
19
33,33
Front national 137 150 18,47
11
19,30
LO 50 684 6,83
3
5,26
Chasse, pêche, nature et traditions 36 685 4,94
1
1,75
Les Verts 35 562 4,79
1
1,75
GE-MEI-Divers écologistes 26 022 3,50
Divers droite 6 735 0,91
Mouvement pour la France 6 626 0,89
Divers 5 863 0,79
 
Inscrits 1 258 369 100,00  
Abstentions 479 039 38,07  
Votants 779 330 65,40  
Blancs et nuls 36 829 4,73  
Exprimés 742 231 95,27  

* liste du président sortant

Charles Baur, président UDF sortant, est réélu grâce au vote des conseillers FN.

Contexte régional[modifier | modifier le code]

Après l'épisode de 1998 qui a vu la réélection de Charles Baur à la tête de la région, grâce au voix du Front national, le Conseil régional de Picardie a fonctionné pendant 6 ans avec un exécutif minoritaire s'appuyant sur des majorités de circonstance.

Après les législatives de 2002, qui ont permis l'élection de plusieurs conseillers régionaux de droite (François-Michel Gonnot et Eric Woerth dans l'Oise ; Alain Gest et Stéphane Demilly dans la Somme), le nouveau parti présidentiel Union pour un mouvement populaire, a pris une part importante au sein de l'assemblée régionale. En effet, la plupart des élus UDF l'ayant rejoint, l'équilibre à droite passe de 10 RPR et 9 UDF en 1998, à 16 UMP et 3 UDF en 2003.
La gauche connaît peu de changement en 6 ans, à part en la démission de Walter Amsallem ancien président socialiste du conseil régional de 1983 à 1985 et l'arrivée d'un radical de gauche en 2001 qui siégea avec les communistes.
Le groupe du Front national, composé au départ de 11 membres diminua en 1999 à la suite du départ de trois élus ayant rejoint le MNR de Bruno Mégret.

A la veille des élections régionales de 2004, Charles Baur, président depuis 1985 veut se présenter encore une fois à la tête de la région. Mais avec une image dégradée à la suite de son alliance avec le FN, il est convaincu par l'UMP de renoncer.

Conseil régional sortant[modifier | modifier le code]

Assemblée sortante
Parti Sigle Élus Groupe
Opposition de Gauche (23 sièges)
Parti socialiste PS 12 Socialiste
Parti communiste français PCF 7 Communiste et Progressiste
Parti radical de gauche PRG 1
Mouvement républicain et citoyen MRC 2 MRC - Verts
Les Verts Les Verts 1
Majorité (20 sièges)
Union pour un mouvement populaire UMP 13 Intergroupe
UMP-UDF et apparentés
Union pour la démocratie française UDF 2
Chasse, pêche, nature et tradition CPNT 1
Union pour un mouvement populaire UMP 3 UMP/UDF
Union pour la démocratie française UDF 1
Extrême droite (11 sièges)
Front national FN 8 Front national
Mouvement national républicain MNR 3 Mouvement national républicain
Opposition d'Extrême gauche (3 sièges)
Lutte ouvrière LO 3 Lutte ouvrière
Président du Conseil Régional
Charles Baur (UMP)

Candidats[modifier | modifier le code]

Pour la première fois depuis le séisme électoral du 21 avril 2002 et la vague bleue des élections législatives (13 députés de droite sur 18 en Picardie), les Français sont appelés aux urnes.

Un poids lourd de la droite picarde est choisi pour mener la liste de la Majorité présidentielle, Gilles de Robien seul ministre UDF du gouvernement Raffarin. La Picardie fait alors partie des 6 régions où une alliance UMP-UDF a lieu dès le 1er tour.
La gauche, animée par un esprit de revanche à la suite de l'épisode de 1998, part quant à elle divisée en deux listes. Claude Gewerc, conseiller régional de l'Oise depuis 1998 a été choisi pour mener la liste socialiste Picardie à Gauche, en union avec Les Verts et les radicaux de gauche. Contrairement au scrutin précédent, les communistes ont décidé de monter leur propre liste Colère et espoir avec à leur tête le député d'Amiens, Maxime Gremetz.
Le Front national souhaite profiter de la surprise du 21 avril 2002, pour confirmer son bon résultat de 1998. Même si le nouveau mode de scrutin ne le favorise pas (à cause de la prime majoritaire), le parti de Jean-Marie Le Pen espère jouer les arbitres.
Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire renouvellent leur alliance qui avait permis l'élection de 3 conseillers régionaux 6 ans plus tôt et souhaite rééditer la percée de l'extrême-gauche de l'élection présidentielle (12,58 % cumulé en Picardie).

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Têtes de liste[modifier | modifier le code]

Têtes de liste départementale[modifier | modifier le code]

Listes Aisne Oise Somme
Liste Szpirko (LO) Jean-Loup Pernelle Roland Szpirko Bruno Paleni
Liste Gremetz (PCF) Michèle Cahu Daniel Beurdeley Maxime Gremetz
Liste Gewerc (PS) Michèle Baullard Claude Gewerc Didier Cardon
Liste de Robien (UDF/UMP) Renaud Bellière (UDF) Caroline Cayeux (UMP) Jérôme Bignon(UMP)*
Liste Guiniot (FN) Franck Briffaut Michel Guiniot Pierre Descaves
  • Gilles de Robien est en quatrième position sur la liste départementale de la Somme.

Résultats[modifier | modifier le code]

Régionaux[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales des 21 et 28 mars 2004 en Picardie
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Gilles de Robien* UDF - UMP 247 425 32,26 299 518 35,76
15
26,4
Claude Gewerc PS - Les Verts - PRG 210 338 27,42 379 663 45,58
34
59,6
Maxime Gremetz PCF 83 282 10,86
Michel Guiniot FN 175 940 22,94 155 858 18,66
8
14,0
Roland Szpirko LO - LCR 49 995 6,52
Inscrits 1 279 094 100,00 1 279 000 100,00
Abstentions 469 432 36,70 414 253 32,39
Votants 809 662 63,30 864 747 67,61
Blancs et nuls 42 682 5,27 29 707 3,44
Exprimés 766 980 94,73 835 040 96,56

* liste du président sortant

Départementaux[modifier | modifier le code]

Aisne[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 21 et 28 mars 2004 en Picardie pour le département de l'Aisne
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Michèle Baullard PS - Les Verts - PRG 65 141 30,11 112 268 47,55
10
62,5
Michèle Cahu PCF 18 857 8,72
Renaud Bellière UDF - UMP 65 114 30,10 76 437 32,37
4
25
Franck Briffaut FN 52 117 24,09 47 414 20,08
2
12,5
Jean-Loup Pernelle LO - LCR 15 090 6,98
Inscrits 366 572 100,00 366 582 100,00
Abstentions 138 229 37,71 122 075 33,30
Votants 228 343 62,29 244 507 66,70
Blancs et nuls 12 024 5,27 8 388 3,43
Exprimés 216 319 94,73 236 119 96,57

Oise[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 21 et 28 mars 2004 en Picardie pour le département de l'Oise
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Caroline Cayeux UDF - UMP 98 166 32,90 118 905 36,64
6
26,09
Claude Gewerc PS - Les Verts - PRG 83 969 28,14 139 686 43,05
13
56,52
Daniel Beurdeley PCF 22 377 7,50
Michel Guiniot FN 74 400 24,93 65 897 20,31
4
17,39
Roland Szpirko LO - LCR 19 465 6,52
Inscrits 512 293 100,00 512 251 100,00  
Abstention 198 999 38,84 177 541 34,66  
Votants 313 294 61,16 334 710 65,34  
Blancs et nuls 14 917 4,76 10 222 3,05  
Exprimés 298 377 95,24 324 488 96,95  

Somme[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 21 et 28 mars 2004 en Picardie pour le département de la Somme
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Jérôme Bignon UDF - UMP 84 145 33,35 103 239 37,62
5
27,78
Didier Cardon PS - Les Verts - PRG 61 228 24,27 128 646 46,88
11
61,11
Maxime Gremetz PCF 42 048 16,67
Pierre Descaves FN 49 423 19,59 42 548 15,50
2
11,11
Bruno Paleni LO - LCR 15 440 6,12
Inscrits 400 229 100,00 400 167 100,00  
Abstention 132 204 33,03 114 637 28,65  
Votants 268 025 66,97 285 530 71,35  
Blancs et nuls 15 741 5,87 11 097 3,89  
Exprimés 252 284 94,13 274 433 96,11  

Conseil régional élu[modifier | modifier le code]

Elus[modifier | modifier le code]

02 60 80 TOTAL
Parti socialiste 6 7 6 19 en augmentation 6 Picardie à Gauche
34
  Parti communiste français 2 2 5 9 en augmentation 2
Les Verts 2 2 1 5 en augmentation 4
Parti radical de gauche / 1 / 1 en stagnation
Union pour un mouvement populaire 2 2 2 6 en diminution 8 Aimer la Picardie
15
Union pour la démocratie française 2 2 2 6 en augmentation 1
Divers droite / 2 1 3 en augmentation 3
Front national 2 4 2 8 en stagnation Front national
8
TOTAL ÉLUS 16 23 18 57

Groupes politiques[modifier | modifier le code]

Assemblée élue par partis
Parti Sigle Élus Groupe
Majorité (34 sièges)
Parti socialiste PS 19 Socialiste
Parti communiste français PCF 9 Communiste et Républicain
Les Verts Les Verts 5 Verts et PRG
Parti radical de gauche PRG 1
Opposition de Droite (15 sièges)
Union pour un mouvement populaire UMP 6 Aimer la Picardie
UMP-UDF et Non-inscrits
Union pour la démocratie française UDF 6
Divers droite DVD 3
Opposition FN (8 sièges)
Front national FN 8 Front national
Président du Conseil Régional
Claude Gewerc (Parti socialiste)

Élection du Président du Conseil régional[modifier | modifier le code]

Pour la première fois depuis 1986, une liste obtient la majorité absolue au conseil régional, grâce au nouveau mode de suffrage. L'Union de la gauche, (socialistes, communistes, écologistes et radicaux de gauche) possédant 34 sièges sur 57, un seul tour de scrutin fut suffisant pour permettre l'élection de Claude Gewerc à la présidence de la région.
Maxime Gremetz fut ensuite élu 1er vice-président de la région, chargé de l'action économique et de l'emploi ; c'est le seul communiste à ce poste en France.

Candidats Partis Premier tour
Voix %
Claude Gewerc PS 34 59,64
Caroline Cayeux UMP 15 26,32
Michel Guiniot FN 8 14,04
Inscrits 57 100,00
Exprimés 57 100,00
* président sortant

Exécutif[modifier | modifier le code]

Titulaire Fonction Compétences
Claude Gewerc Président
Maxime Gremetz 1er Vice-président Emploi, Développement économique, Industrie
Arnaud Caron 2e Vice-président Finances, Planification, Organisation
Michèle Baullard 3e Vice-présidente Aménagement du territoire, Développement durable, TIC
Didier Cardon 4e Vice-président Formation tout au long de la vie
Laurence Rossignol 5e Vice-présidente Vivre ensemble, Jeunesse, Vie associative, Economie sociale et solidaire
Daniel Beurdeley 6e Vice-président Transports
Michèle Cahu 7e Vice-présidente Coopération décentralisée, Europe
Olivier Chapuis-Roux 8e Vice-président Sports, Loisirs et Traditions populaires
Pascal Dacheux 9e Vice-président Agriculture, Environnement
Anne Ferreira 10e Vice-présidente Tourisme et Transport technologique
Frédéric Fillon-Quibel 11e Vice-président Lycées
Béatrice Lejeune 12e Vice-présidente Logement
Annie-Claude Leuliette 13e Vice-présidente Insertion et lutte contre la discrimination
Colette Michaux 14e Vice-présidente Santé
Alain Reuter 15e Vice-président Culture

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], Libération, 17 mars 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]