Élections régionales de 1988 en Bade-Wurtemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 1988 en Bade-Wurtemberg
125 députés du Landtag
(Majorité absolue : 63 députés)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 872 330
Votants 4 933 846
71,79 %  +0,6
Votes exprimés 4 878 062
Votes blancs et nuls 55 784
Bundesarchiv B 145 Bild-F067146-0013, Lothar Späth.jpg CDU – Lothar Späth
Voix 2 392 626
49,05 %
 −2,8
Députés élus 66  −2
Dieter Spöri 2012.jpg SPD – Dieter Spöri
Voix 1 562 678
32,03 %
 −0,4
Députés élus 42  +1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Grünen – Birgitt Bender
Voix 383 099
7,85 %
 −0,2
Députés élus 10  +1
Walter Döring.jpg FDP – Walter Döring
Voix 285 932
5,86 %
 −1,3
Députés élus 7  −1
10e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Lothar Späth
CDU
Lothar Späth
CDU
election.de

Les élections régionales de 1988 dans le Bade-Wurtemberg (en allemand : Landtagswahl in Baden-Württemberg 1988) se tiennent le , afin d'élire les 120 députés de la 10e législature du Landtag pour un mandat de quatre ans. Du fait de la loi électorale, 125 députés sont finalement élus.

Le scrutin est marqué par une nouvelle victoire de la CDU, qui confirme sa majorité absolue acquise en . Le ministre-président Lothar Späth est alors investi pour un quatrième mandat.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives régionales du , la CDU du ministre-président Lothar Späth, qui gouverne le Bade-Wurtemberg depuis et dispose de la majorité absolue depuis , confirme sa position de première force politique régionale. Elle totalise 51,9 % des suffrages exprimés, ce qui lui donne 68 sièges sur les 126 que compte désormais le Landtag.

Elle est suivie par le SPD, qui continue de réunir environ un tiers des électeurs avec 32,4 % des voix. Il envoie ainsi 41 députés à l'assemblée parlementaire. Les Grünen, présents au Landtag depuis seulement, parviennent à ravir au FDP la position de troisième parti du Land. Avec 8 % des suffrages, ils obtiennent neuf élus, soit un de plus que le FDP qui rassemble 7,2 % des exprimés.

Späth est ensuite investi pour un troisième mandat et forme un cabinet monocolore, dans lequel le ministre de l'Agriculture et de l'Environnement Gerhard Weiser est vice-ministre-président.

En , le député régional Walter Döring succède à Jürgen Morlok comme président régional du Parti libéral-démocrate, tandis que Hinrich Enderlein remplace Morlok à la tête du groupe parlementaire. Le Parti social-démocrate change également de dirigeant puisqu'en , Ulrich Maurer en devient le président dans le Land au détriment d'Ulrich Lang, qui conserve toutefois la direction du groupe parlementaire.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 120 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Sainte-Laguë.

Chaque électeur dispose d'une voix, qui compte double. Elle est d'abord attribuée au parti politique dont le candidat est le représentant, puis elle permet de déterminer le score du candidat dans sa circonscription, le Land comptant un total de 70 circonscriptions.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 120 sièges est répartie en fonction de la première attribution, à condition qu'un parti ait remporté 5 % de ces voix au niveau du Land (les voix des candidats indépendants sont donc exclues de ce décompte). Cette répartition est ensuite répétée au niveau des quatre districts. Si un parti a remporté des mandats avec la deuxième attribution, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci. Les sièges restants sont ensuite comblés par les candidats des circonscriptions non-élus, dans l'ordre décroissant de leur résultat en pourcentage.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principales forces[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultats de 1984
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Lothar Späth
(Ministre-président)
51,9 % des voix
68 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Dieter Spöri 32,4 % des voix
41 députés
Les Verts
Die Grünen
Birgitt Bender 8,0 % des voix
9 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Walter Döring 7,2 % des voix
8 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections de 1988 en Bade-Wurtemberg
Parti Voix Sièges
Votes % MU1 +/- Liste Total +/-
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 2 392 626 49,05 66 en diminution 1 0 66 en diminution 2
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 1 562 678 32,03 4 en augmentation 1 38 42 en augmentation 1
Les Verts (Grünen) 383 099 7,85 0 en stagnation 10 10 en augmentation 1
Parti libéral-démocrate (FDP) 285 932 5,86 0 en stagnation 7 7 en diminution 1
Autres 253 727 5,20 0 en stagnation 0 0 en stagnation
Votes valides 4 878 062 98,87
Votes blancs et nuls 55 784 1,13
Total 4 933 846 100 70 en stagnation 55 125 en diminution 1
Abstentions 1 938 484 28,21
Nombre d'inscrits / participation 6 872 330 71,79

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]