Élections professionnelles des salariés des TPE et employés à domicile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les élections professionnelles des salariés des TPE et employés à domicile concernent les salariés français des entreprises de moins de 11 salariés et les employés à domicile. Elles ont été mises en place pour la première fois en 2012 à la suite de la réforme de la représentativité syndicale en France.

Élections de 2012[modifier | modifier le code]

Les élections ont lieu du 28 novembre au 12 décembre 2012 par internet et par correspondance. 4 614 653 salariés sont appelés au vote dans deux collèges électoraux : les cadres (449 569) et les non-cadres (4 165 084). La CGT dénonce à l'issue du scrutin les « conditions déplorables » de son organisation[1]. La CFDT affirme que le fait de voter par sigle et pas pour une liste de représentants a favorisé l'abstention tandis que l'UNSA considère que le taux de participation de 10,38 % est positif[2].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats 2012 en métropole [3]
Syndicats Total Cadres Non-Cadres
Voix % Voix % Voix %
CGT 136 033 29,54 5 422 13,64 130 611 31,05
CFDT 88 699 19,26 8 174 20,56 80 525 19,14
FO 70 231 15,25 3 490 8,78 66 741 15,86
Autres (métropole)[N 1] 48 152 10,46 1 231 3,09 46 921 11,15
UNSA 33 864 7,35 3 028 7,62 30 836 7,33
CFTC 30 074 6,53 4 834 12,16 25 240 6,00
Solidaires 21 885 4,75 1 269 3,19 20 616 4,90
CAT 10 995 2,39 889 2,24 10 106 2,40
CFE-CGC[N 2] 10 697 2,32 10 697 26,91 / /
CNT 9 818 2,13 722 1,82 9 096 2,16
Résultats 2017 France entière
Syndicats Total Cadres Non-Cadres
Voix % Voix % Voix %
CGT 81 286 25,12 5 470 14,43 75 816 26,54
CFDT 50 122 15,49 7 324 19,32 42 798 14,98
FO 42 117 13,01 2 931 7,73 39 186 13,71
UNSA 40 429 12,49 3 300 8,71 37 129 13,00
CFTC 24 082 7,44 3 680 9,71 20 402 7,14
Solidaires 11 324 3,50 1 243 3,28 10 081 3,53
CAT 3 899 1,20 565 1,49 3 334 1,17
CFE-CGC[N 3] 10 928 3,38 10 928 28,83 / /
CNT 7 436 2,31 668 1,76 6 795 2,38
CNT-SO 5 844 1,81 214 0,56 5 634 1,97
STC 3 472 1,07 497 1,31 2 975 1,04
SAP 6 790 2,10 236 0,62 65 54 2,29

478 866 salariés participent au scrutin de 2012. 13 070 bulletins blancs et nuls sont comptabilisés. Les syndicats présents uniquement en Outre-mer[4] (dont plusieurs sont rattachés à des centrales nationales), se partagent 5 348 suffrages . Pour ces premières élections, les syndicats obtiennent des résultats relativement attendus, la CGT arrivant en tête devant la CFDT et FO. La CFE-CGC, qui ne se présentait que dans le collège des cadres, y devance la CFDT et la CGT.

Coût[modifier | modifier le code]

L'organisation des élections de 2012 a coûté de l'ordre de 20 millions d'euros pour l'État[5] ce qui, ramené à moins de 500 000 votants, donne un coût de près de 42 euros par suffrage. Ce coût est à comparer à celui des élections prud'homales de 2008, qui, selon le « rapport Richard »[6] d'avril 2010, s'élève à 91,596 millions d'euros, soit 4,77 euros par électeur inscrit, et 18,7 euros par suffrage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Syndicats présents dans certaines régions ou certaines conventions collectives uniquement.
  2. La CFE-CGC ne présentait des candidats que dans le collège des cadres
  3. La CFE-CGC ne présentait des candidats que dans le collège des cadres

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]