Élections municipales de 2020 à Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections municipales françaises de 2020 à Rennes
et
Type d’élection Élection municipale
Postes à élire 61 sièges
Corps électoral et résultats
Inscrits 116 461
Votants au 1er tour 46 167
39,64 % en diminution 13,2

Votes exprimés au 1er tour 45 274
Votes blancs au 1er tour 292
Votes nuls au 1er tour 601
Votants au 2d tour 36 940
31,68 %
Votes exprimés au 2d tour 35 733
Votes blancs au 2d tour 725
Votes nuls au 2d tour 482
Nathalie Appéré - Février 2013 - 05.JPG Nathalie Appéré – PS
Voix au 1er tour 14 840
32,77 %
en diminution 2,8
Voix au 2e tour 23 352
65,35 %
Sièges obtenus 51
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Matthieu Theurier – EELV
Voix au 1er tour 11 487
25,37 %
en augmentation 10,3
Transparent - replace this image female on Infobox lightgrey background.svg
Carole Gandon – LREM
Voix au 1er tour 6 470
14,29 %
Voix au 2e tour 6 251
17,49 %
Sièges obtenus 5 en augmentation 4
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Charles Compagnon – DVD
Voix au 1er tour 5 528
12,21 %
en diminution 17,9
Voix au 2e tour 6 130
17,15 %
Sièges obtenus 5 en diminution 7
Transparent - replace this image female on Infobox lightgrey background.svg
Enora Le Pape – LFI
La France insoumise
Voix au 1er tour 3 413
7,53 %
Sièges obtenus 0 en diminution 2
Maire de Rennes
Sortante Élue
Nathalie Appéré
PS
Nathalie Appéré
PS
L'hôtel de ville de Rennes est situé sur la place de la Mairie face à l'opéra.

Les élections municipales françaises de 2020 à Rennes visent à procéder au renouvellement du conseil municipal et du conseil communautaire. Comme dans toutes les communes de 1 000 habitants et plus, les élections à Rennes sont municipales et intercommunales. Chaque bulletin de vote comporte deux listes : une liste de candidats aux seules élections municipales et une liste de ceux également candidats au conseil métropolitain[1]. Le premier tour a lieu le . Le second tour, initialement prévu le suivant, est d'abord reporté sine die en raison de la pandémie de Covid-19, puis fixé au 2020[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Groupes sortants[modifier | modifier le code]

Groupe Partis Positionnement Nombre de sièges
Alternance 2020 LR, UDI, MoDem Opposition 13
Mouvement radical MR Majorité 2
Socialiste PS 28
Union démocratique bretonne UDB 2
Écologiste EÉLV 11
Communiste PCF 3
Parti de gauche - France Insoumise PG, LFI Opposition 2


Résultats des scrutins depuis 2014[modifier | modifier le code]

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e %
Municipales 2014 PS 35,57 UDI 30,12 EELV 15,09 FN 8,37 PS 55,83 UDI 44,16 pas de 3e
Européennes 2014 PS 21,47 EELV 18,90 UMP 13,91 UDI 13,38 tour unique
Régionales 2015 PS 40,11 LR 20,26 EELV 13,01 FN 11,16 PS 63,08 LR 25,81 FN 11,11
Présidentielle 2017 LREM 31,86 LFI 25,86 LR 16,53 PS 13,82 LREM 88,39 FN 11,61 pas de 3e
Européennes 2019 LREM 26,19 EELV 24,33 PS 10,91 FN 7,89 tour unique

Candidats[modifier | modifier le code]

Candidatures du 1er tour[3]
Liste Partis Tête de liste Nuance Ordre
Révéler Rennes LaREM-UDI Carole Gandon REM 1
Rassemblement pour Rennes RN Émeric Salmon RN 2
Rennes en commun LFI Enora Le Pape FI 3
Rennes Bretagne Europe Frank Darcel REG 4
Charles Compagnon 2020 - Libres d'agir pour Rennes DVD-LR-MoDem-PB Charles Compagnon DVD 5
Lutte ouvrière-Faire entendre le camp des travailleurs LO Valérie Hamon EXG 6
Rennes 100 % public POID Pierre Priet 7
Choisir l'écologie pour Rennes - Une ville solidaire, verte et citoyenne EELV-UDB-ND Matthieu Theurier VEC 8
Pour Rennes avec Nathalie Appéré PS-PCF-G·s-MR-PP Nathalie Appéré UG 9

Parti ouvrier indépendant démocratique[modifier | modifier le code]

En janvier 2020, le Parti ouvrier indépendant démocratique annonce qu'il présentera une liste aux élections municipales[4]. La liste est appelée Rennes 100 % public et s'oppose à la fermeture de l'hôpital Sud du CHU de Rennes. Lors des précédentes élections municipales, en mars 2014, le Parti ouvrier indépendant était déjà candidat, avec une liste menée par Pierre Priet. Elle avait obtenu 0,96 % des voix[5]. La liste du POID est de nouveau menée par Pierre Priet.

Lutte ouvrière[modifier | modifier le code]

En octobre 2019, le parti Lutte ouvrière assure qu'il présentera bien une liste aux élections municipales[6]. Comme en 2014, la liste est nommée « Lutte ouvrière-Faire entendre le camp des travailleurs » et est menée par Valérie Hamon.

La France insoumise[modifier | modifier le code]

Le 8 septembre 2019, les Insoumis de Rennes réunis en assemblée générale ont voté pour désigner leurs chefs de file. Ceux-ci ont été désignés comme porte-parole pour la création d'une liste citoyenne pour les élections municipales à Rennes appelée Rennes en commun[7]. Excluant le Parti socialiste[8], ils ont lancé un appel aux citoyens, aux associations, ainsi qu'aux partis politiques Génération.s, Place publique et Europe Écologie Les Verts pour une union large à gauche[9].

Les insoumis désignent deux co-têtes de liste :

Lors des élections législatives de 2017, Enora Le Pape, candidate de La France insoumise dans la 8e circonscription d'Ille-et-Vilaine, obtenait 14,14 % des suffrages exprimés au premier tour[12] pour se retrouver au second tour face à Florian Bachelier candidat de La République en marche. Elle réunit alors 39,04 % des voix[12].

Le 6 décembre, les insoumis et les citoyens engagés dans la démarche Rennes en commun annoncent que la liste sera constituée de 50 % de citoyens non-militants[13].

Europe Écologie Les Verts[modifier | modifier le code]

Fin 2018, les écologistes ont constitué avec l’Union démocratique bretonne (UDB) une association, Confluences, pour « construire un projet écologique, solidaire et démocratique en dehors des partis politiques » en vue des municipales[14].

Lors des élections européennes de 2019, la liste Europe Écologie Les Verts menée par Yannick Jadot a recueilli 24,33 % des suffrages à Rennes[15]. Après cette élection, ce dernier annonce alors vouloir conquérir plusieurs grandes villes françaises aux municipales dont Rennes[14].

Les écologistes désignent deux co-têtes de liste :

  • Matthieu Theurier, vice-président de Rennes Métropole chargé de l’économie sociale et solidaire et coprésident du groupe écologiste au conseil municipal de Rennes. Lors des élections législatives de 2017, Matthieu Theurier, candidat d'Europe Écologie Les Verts dans la 8e circonscription d'Ille-et-Vilaine, obtenait 7,25 % des suffrages exprimés au premier tour[12].
  • Priscilla Zamord, désigneuse en économie sociale et solidaire, sans étiquette et cofondatrice de la ressourcerie La Belle déchette à Rennes

Leur liste, soutenue par EELV, l'Union démocratique bretonne, Nouvelle Donne et Confluences, comprend « 50 % de personnes issues de mouvements politique et 50 % de gens qui seront sur un premier engagement »[16],[17].

Parti socialiste[modifier | modifier le code]

Elle organise le 26 juin 2019 le lancement d'une plate-forme de débats baptisée « 200 jours pour Rennes », dont le site Web a pour adresse avecnathalieappere.fr[20].

Dans une entrevue accordée le 13 septembre suivant au journal Ouest-France, elle confirme qu'elle sera candidate aux élections municipales mais qu'elle compte entrer en campagne plus tard ; elle précise réfléchir à postuler à la présidence de Rennes Métropole, à la suite du retrait programmé de la vie politique du socialiste sortant Emmanuel Couet[21]. Elle reçoit quatre jours plus tard le soutien du député François André, apparenté au groupe La République en marche[22].

Elle déclare publiquement sa candidature à la mairie de Rennes et la présidence de Rennes métropole le 10 décembre, lors d'une réunion publique rassemblant 800 personnes à l'Étage et qui conclut les « 200 jours pour Rennes » au cours desquels les avis de 1 000 Rennais ont été recueillis selon les organisateurs[23]. Elle annonce à cette occasion ses premiers engagements, notamment la création de cinq lignes de bus à haut niveau de service — baptisées « trambus » —, l'aménagement de 100 km de pistes cyclables sécurisées, la gratuité des transports en commun pour les moins de 12 ans, la plantation de 30 000 arbres en six ans, la découverte de la Vilaine devant le palais du Commerce ou encore la création d'une police municipale nocturne et d'une brigade de lutte contre les incivilités[24].

Le président socialiste du conseil régional de Bretagne Loïg Chesnais-Girard annonce publiquement son soutien à Nathalie Appéré lors d'une séance de l'assemblée en décembre 2019, en réponse à l'interpellation du chef de l'opposition Marc Le Fur[25].

Elle révèle le 27 janvier 2020 une nouvelle série de propositions dans les domaines de la culture, des sports, et de la vie associative. Elle s'engage notamment à ce que la ville acquière la prison Jacques-Cartier, établissement pénitentiaire désaffecté et toujours propriété du ministère de la Justice, pour en faire un lieu culturel ; à construire une nouvelle piscine dans le quartier de Villejean ; à rendre gratuit l'accès aux collections permanentes des musées rennais et les abonnements aux bibliothèques municipales ; à rénover et agrandir le musée des Beaux-arts ; et à instituer une « réserve citoyenne » de bénévoles mobilisables ponctuellement par les associations[26].

Lors d'une conférence de presse organisée le 7 février suivant, elle présente l'intégralité de son programme aux côtés d'une partie des candidats de sa liste, en mettant l'accent sur la question écologique, la démocratie locale et la fiscalité. Outre les mesures déjà présentées, elle s'engage à instaurer des « jurys citoyens composés d'associations et de citoyens tirés au sort pour redéfinir des politiques publiques [...] et concevoir des projets d'aménagement d'envergure » et propose d'aménager un « Quartier de la Création » à côté de la gare SNCF pour y développer « les industries créatives et culturelles ». Elle indique ne pas avoir l'intention d'augmenter les impôts au cours de son éventuel prochain mandat[27],[28].

Elle tient son meeting de premier tour le 5 mars à la halle Martenot, devant 800 personnes et en présence de l'ancien maire de Rennes Edmond Hervé, du président du conseil régional Loïg Chesnais-Girard, du président du conseil départemental Jean-Luc Chenut et du président de Rennes Métropole Emmanuel Couet, qui se retire de la vie politique[29]. Le lendemain, elle reçoit — comme en 2014 — le soutien public d'Edmond Hervé, dont elle a été l'adjointe entre 2001 et 2008[30].

La République en marche[modifier | modifier le code]

Lors des élections européennes de 2019, la liste LREM-MoDem menée par Nathalie Loiseau a recueilli 26,19 % des suffrages à Rennes[15].

  • Carole Gandon, référente départementale de La République en marche en Ille-et-Vilaine et porte-parole nationale du parti, est investie le 15 juillet 2019 pour être la candidate du parti présidentiel à la mairie de Rennes[31]. Jean Emile Gombert, ancien président de l'université Rennes 2 de 2011 à 2015 et ancien militant socialiste, est désigné numéro 2 de la liste Révéler Rennes[32].

Pendant près de 12 semaines, Carole Gandon et les militants du collectif Révéler Rennes vont à la rencontre des Rennaises et des Rennais dans chacun des 12 quartiers de Rennes afin de recueillir leur ressenti sur leur ville et nourrir la construction du futur programme municipal.[réf. nécessaire] Une opération « Appel aux Rennais » est lancée le 18 septembre 2019 par le collectif Révéler Rennes pour appeler à la candidatures de citoyens non engagés précédemment en politique, afin de figurer sur la liste pour les élections municipales, 15 places leur sont ainsi réservées. Le 8 décembre suivant, le collectif dit avoir reçu plus de 50 candidatures et clôt l'opération afin de prendre le temps de sélectionner les 15 citoyens qui seront présents sur la liste[33]. Finalement, le 23 janvier, lors d'une réunion publique dans le quartier Villejean ce sont 16 candidats qui seront dévoilés afin de respecter la parité[34].

Début janvier 2020, le collectif Révéler Rennes dévoile ses 16 premiers engagements pour la ville de Rennes[35]. Ceux ci sont majoritairement axés autour de 4 thèmes : la sécurité, l'engagement citoyen, l'écologie et la mobilité. Concernant la sécurité, elle propose de tripler le nombre de caméras de vidéoprotection, l'embauche de 30 policiers municipaux supplémentaires et propose également l'armement de ceux-ci de tasers[36]. Elle s'engage aussi sur la création d'une « brigade verte » à cheval ou à vélo, afin de prévenir les incivilités quotidiennes[35]. Sur la mobilité, la candidate à la mairie propose de prolonger la ligne B du métro vers l'aéroport et le parc des expositions puis vers le campus de Ker Lann. Elle propose également la création d'un « bus à 360° » autour de la rocade, sur des routes existantes afin de relier les communes avoisinantes avec les parkings relais[36].

Le secrétaire d'État au Numérique Cédric O participe le 22 octobre 2019 à une réunion publique de soutien à Carole Gandon, imité trois jours plus tard par la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa[37],[38]. Le 20 janvier 2020 c'est au tour de Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, de venir à Rennes pour soutenir la liste[39]. Le 3 février 2020, Carole Gandon reçoit le soutien de l'UDI[40]. Cinq jours plus tard, le maire UDI de Chantepie, Grégoire Le Blond, et le maire divers gauche proche de LREM de Chartres-de-Bretagne, Philippe Bonnin, annoncent qu'ils soutiennent l'idée de Carole Gandon selon laquelle le maire de Rennes ne doit pas nécessairement occuper la présidence de Rennes métropole, rappelant que tous deux ont proposé une charte de gouvernance métropolitaine[41]. Le 7 février 2020, c'est au tour de la secrétaire d'État Amélie de Montchalin d'afficher son soutien à la candidate du même parti[42].

Dans la deuxième moitié du mois de février 2020, Ouest-France puis Libération pointent un usage alarmiste, voire biaisé, des statistiques du chômage et de la délinquance à Rennes de la part de Carole Gandon, soulignant même des contradictions avec les propos des députés LREM rennais[43],[44].

Le 4 mars 2020, Jean-Yves Le Drian, ancien président du conseil régional de Bretagne et actuel ministre des Affaires étrangères, apporte son soutien à la candidate LREM[45]. Il précise le lendemain avoir accepté de figurer en photo sur la profession de foi de Carole Gandon mais se désolidarise du verbatim de la tête de liste du parti présidentiel présent sous la photographie, expliquant que « je ne me suis pas exprimé sur la campagne municipale, ni sur les contenus des programmes. Les seuls propos qui pourront m’être attribués à Rennes, comme ailleurs, seront ceux que je tiendrai publiquement »[46].

Centre droit[modifier | modifier le code]

  • Charles Compagnon, président du Carré rennais, association des commerçants rennais, présente sa candidature et construit une liste de rassemblement sans étiquette. Il démissionne alors de la présidence de l'association[47]. Il est le propriétaire du restaurant Le Carré, situé sur la place des Lices de Rennes.

Pierre Breteau, maire (étiquette UDI jusqu'en 2017) de Saint-Grégoire et conseiller régional de Bretagne, réfléchit à se présenter aux municipales à Rennes à la tête d'une liste centriste. En juin 2019, il signe avec 71 élus locaux de droite et du centre une tribune pour soutenir la politique mise en place par Emmanuel Macron[48] et rejoint le Mouvement démocrate, parti présidé par François Bayrou et membre de la majorité présidentielle[49]. Le 21 juin 2019, il « appelle à un très large rassemblement de différentes sensibilités politiques : LREM, MoDem, UDI, Agir, Les Républicains, ainsi que des représentants de la société civile »[50]. Le 27 septembre 2019, il annonce qu'il se présentera finalement de nouveau à Saint-Grégoire ainsi qu'à la présidence de Rennes Métropole, et apporte son soutien à Charles Compagnon pour l'élection municipale à Rennes[47].

Le , Marie-Pierre Vedrenne, ancienne directrice de la maison de l'Europe de Rennes et députée européenne Modem, numéro 3 sur la liste LREM-Modem lors des élections européennes de 2019, apporte son soutien à Charles Compagnon pour l'élection municipale rennaise[51].

Les Républicains[modifier | modifier le code]

Bertrand Plouvier, leader de l’opposition du centre et de la droite au conseil municipal de Rennes, annonce en novembre 2018 qu’il a l’intention d’être la tête de liste Les Républicains aux municipales à Rennes[52]. Il renonce finalement à la candidature en juin 2019 pour « se consacrer à sa vie professionnelle et à sa famille ». Il apporte alors son soutien à Pierre Breteau, maire MoDem de Saint-Grégoire et candidat potentiel à la mairie de Rennes et à la présidence de la métropole[53].

En septembre 2019, la commission nationale d'investiture des Républicains décide de n'investir aucun candidat dans la capitale bretonne[54].

Rassemblement national[modifier | modifier le code]

  • Émeric Salmon, conseiller régional de Bretagne depuis 2015, est choisi par la commission d’investiture du Rassemblement national en avril 2019 pour mener la liste du parti aux municipales à Rennes[55].

Lors des élections législatives de 2017, Émeric Salmon, candidat du Front national dans la 1er circonscription d'Ille-et-Vilaine, obtenait 6,05 % des suffrages exprimés au premier tour[56].

Régionalistes[modifier | modifier le code]

Frank Darcel, écrivain et guitariste, notamment du groupe de rock rennais Marquis de Sade, envisage de se présenter à la tête d’une liste nommée « Rennes Bretagne Europe ». En 2010, il a monté avec Caroline Ollivro, d’anciens militants du Parti breton et des gens de la société civile, le mouvement Breizh Europa, qui milite pour l’autonomie de la Bretagne[57]. À l'occasion des élections municipales de 2014, il dirigeait la campagne de la liste « Rennes Bretagne Europe » menée par Caroline Ollivro[58], qui obtient 3,82 % au premier tour[59].

Résultats[modifier | modifier le code]

Comme en 2014, les listes socialistes et écologistes, menées par Nathalie Appéré et Matthieu Theurier, arrivées en première et deuxième positions au premier tour, fusionnent pour le second tour[60].

Résultats des municipales de 2020 à Rennes[61]
Rennes CM 2020.svg
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % CM RM
Nathalie Appéré PS - PCF - G·s - MR - PP 14 840 32,77 23 352 65,35 51 41
Pour Rennes avec Nathalie Appéré
Matthieu Theurier EELV - UDB - ND 11 487 25,37
Choisir l'écologie pour Rennes - Une ville solidaire, verte et citoyenne
Carole Gandon LREM - UDI 6 470 14,29 6 251 17,49 5 4
Révéler Rennes
Charles Compagnon DVD - LR - MoDem - PB 5 528 12,21 6 130 17,15 5 4
Charles Compagnon 2020 - Libres d'agir pour Rennes
Enora Le Pape LFI 3 413 7,53
Rennes en commun
Émeric Salmon RN 1 904 4,20
Rassemblement pour Rennes
Frank Darcel REG 871 1,92
Rennes Bretagne Europe
Valérie Hamon LO 480 1,06
Lutte ouvrière-Faire entendre le camp des travailleurs
Pierre Priet POID 281 0,62
Rennes 100 % public
Votes valides 45 274 98,07 35 733 96,73
Votes blancs 292 0,63 725 1,96
Votes nuls 601 1,30 482 1,30
Total 46 167 100,00 35 733 100,00 61 49
Abstention 70 294 60,36 79 670 68,32
Inscrits / participation 116 461 39,64 116 610 30,64

Conseil municipal élu[modifier | modifier le code]

France Rennes detail Parliament 2020.svg
Maire de Rennes
Nathalie Appéré (PS)
Parti Sigle Élus Groupe Président
Majorité (51 sièges)
Europe Écologie Les Verts EÉLV 10 Écologiste et citoyen Matthieu Theurier
(EÉLV)
Valérie Faucheux
(ÉCO)
Divers écologistes ÉCO 8
Union démocratique bretonne UDB 2
Nouvelle Donne ND 1
Parti socialiste PS 14 Socialiste, démocrate, citoyen Sébastien Sémeril
(PS)
Divers gauche DVG 5
Génération.s G·s 5 Génération.s Tristan Lahais
(G·s)
Parti communiste français PCF 4 Communiste Yannick Nadesan
(PCF)
Parti radical PR 1 Mouvement radical (social-libéral) Honoré Puil
(PR)
Divers gauche DVG 1
Opposition (10 sièges)
La République en marche LREM 3 Révéler Rennes Carole Gandon
(LREM)
Divers centre DVC 2
Divers droite DVD 3 Libres d’agir pour Rennes Charles Compagnon
(DVD)
Les Républicains LR 1
Mouvement démocrate MoDem 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Elections municipales et intercommunales de 2020 : les ressources de l'AdCF pour informer et expliquer », sur adcf.org (consulté le )
  2. « Décret n° 2020-642 du 27 mai 2020 fixant la date du second tour du renouvellement général des conseillers municipaux et communautaires, des conseillers de Paris et des conseillers métropolitains de Lyon, et portant convocation des électeurs | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  3. « Elections municipales et communautaires 2020 - Rennes », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le )
  4. « Municipales à Rennes. Le Parti ouvrier indépendant assure qu’il sera bien représenté par une liste », Ouest-France, (consulté le ).
  5. « Municipales à Rennes. Le Parti ouvrier indépendant démocratique présentera bientôt sa tête de liste », Ouest-France, (consulté le ).
  6. Glen Recourt, « EN IMAGES. À Rennes, Lutte ouvrière réunit « le camp des travailleurs » pour sa fête annuelle », Ouest-France, (consulté le ).
  7. « A Rennes, le casting des candidats à la mairie est presque au complet », sur 20minutes.fr (consulté le )
  8. Romain Roux, « Rennes - Municipales à Rennes. La France Insoumise laisse la porte ouverte à EELV », Le Télégramme, (consulté le ).
  9. Olivier Berrezai, « Municipales à Rennes. La France Insoumise tend la main aux Verts », Ouest-France, (consulté le ).
  10. « Les élus du conseil municipal de Rennes », sur metropole.rennes.fr (consulté le ).
  11. Olivier Berrezai, « Municipales à Rennes. La France Insoumise tend la main aux Verts », Ouest-France, (consulté le ).
  12. a b et c « Résultats des élections législatives 2017 - 8e circonscription », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Municipales à Rennes. Les Insoumis appellent les citoyens à rejoindre leur liste », Ouest-France, (consulté le ).
  14. a et b « Municipales. Yannick Jadot, leader des écologistes, veut gagner à Rennes », Ouest-France, (consulté le )
  15. a et b « Résultats des élections européennes 2019 », sur francetvinfo.fr (consulté le )
  16. « Municipales à Rennes : Matthieu Theurier et Priscilla Zamord désignés pour EELV », sur france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne, (consulté le )
  17. « Municipales à Rennes. Qui sont les 19 premiers membres de la liste écologiste ? », Ouest-France, (consulté le )
  18. Marc-André Mouchère, « Rennes : Nathalie Appéré sera candidate aux municipales de 2020 », sur france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne, (consulté le ).
  19. « Municipales à Rennes. Place publique rejoint Nathalie Appéré », Ouest-France, (consulté le ).
  20. Krystell Veillard, « Municipales à Rennes : Nathalie Appéré ouvre une plate-forme pour lancer la campagne », sur france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne, (consulté le ).
  21. Marc-André Mouchère, « Rennes : Nathalie Appéré sera candidate aux municipales de 2020 », sur france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne, (consulté le ).
  22. Vincent Jarnigon, « Municipales à Rennes. Le député François André (LREM) soutient la maire socialiste sortante », Ouest-France, (consulté le ).
  23. Yann-Armel Huet, « Municipales à Rennes. Nathalie Appéré part en campagne : « On n’est jamais réélu sur un bilan » », Ouest-France, (consulté le ).
  24. Yann-Armel Huet, « Municipales à Rennes. La candidate Nathalie Appéré veut un parc à la place du parking Vilaine », Ouest-France, (consulté le ).
  25. Didier Gourin, « Municipales. Loïg Chesnais-Girard apportera son soutien à Nathalie Appéré et François Cuillandre », Ouest-France, (consulté le ).
  26. Yann-Armel Huet, « Municipales à Rennes. La maire réélue, la ville achèterait l’ancienne prison Jacques-Cartier », Ouest-France, (consulté le ).
  27. Valentin Belleville, « Municipales à Rennes : Nathalie Appéré présente un programme vert », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  28. Virginie Énée, « Municipales à Rennes. Le programme de Nathalie Appéré en 10 points-clés », Ouest-France, (consulté le ).
  29. Yann-Armel Huet, « Municipales à Rennes. Au meeting de Nathalie Appéré, badges roses et discours vert », Ouest-France, (consulté le ).
  30. Yann-Armel Huet, « ENTRETIEN. Edmond Hervé : « La continuité est importante quand on veut mener de grandes politiques » », Ouest-France, (consulté le ).
  31. Eric Bouvet, « Carole Gandon candidate En Marche à la Mairie de Rennes », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  32. Yann-Amel Huet, « Municipales. L’ancien président de Rennes 2 numéro 2 sur la liste de la marcheuse Carole Gandon », Ouest-France, (consulté le ).
  33. « Rennes - À Rennes, 50 novices en politique veulent rejoindre Carole Gandon », Le Télégramme, (consulté le )
  34. « Discours de Carole Gandon lors de la présentation des nouveaux visages et des premiers engagements, le 23 janvier », sur reveler-rennes.bzh (consulté le )
  35. a et b « Métro, sécurité et gros poissons. A Rennes, Carole Gandon a de l'ambition », sur 20minutes.fr (consulté le )
  36. a et b « "La sécurité est la première préoccupation des Rennais" Carole Gandon candidate LREM aux municipales à Rennes », sur francebleu.fr, (consulté le )
  37. « Municipales à Rennes. Le secrétaire d’État Cédric O vient soutenir la candidate LREM Carole Gandon », Ouest-France, (consulté le )
  38. « Municipales à Rennes. Au tour de Marlène Schiappa de venir soutenir la candidate LREM Carole Gandon », Ouest-France, (consulté le )
  39. Vincent Jarnigon, « Municipales. Christophe Castaner : « Carole Gandon a toutes les qualités pour être maire de Rennes » », Ouest-France, (consulté le )
  40. « Rennes - À Rennes, l’UDI soutient la liste de la marcheuse Carole Gandon », Le Télégramme, (consulté le )
  41. Olivier Berrezai, « Municipales à Rennes. Deux maires aux côtés de la candidate LREM Carole Gandon... », Ouest-France, (consulté le )
  42. Ouest-France, « Municipales à Rennes. Carole Gandon reçoit le soutien de la secrétaire d’État Amélie de Montchalin », Ouest-France, (consulté le )
  43. Yann-Armel HUET, « DECRYPTAGE. Chômage, délits, logements à Rennes : les chiffres de la candidate LREM sont-ils vrais ? », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  44. Pierre-Henri Allain, « A Rennes, la candidate LREM met les statistiques à sa sauce », sur Libération.fr, Libération, (consulté le )
  45. « Rennes - Municipales à Rennes : Jean-Yves Le Drian soutient Carole Gandon », sur Le Telegramme, (consulté le )
  46. Didier Gourin, « Municipales. Jean-Yves Le Drian n’aime pas qu’on lui force la main », Ouest-France, (consulté le ).
  47. a et b « Municipales à Rennes. Charles Compagnon et Pierre Breteau proposent un « pack » », Ouest-France, (consulté le ).
  48. « Douze élus bretons signent une tribune en soutien à Emmanuel Macron », sur france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne, (consulté le ).
  49. Vincent Jarnigon, « Politique. Le maire de Saint-Grégoire, Pierre Breteau, passe au Modem », Ouest-France, (consulté le ).
  50. Manuel Pavard, « Municipales 2020 à Rennes: Pierre Breteau pourrait être candidat «à condition d’être le mieux placé» », 20 Minutes, (consulté le ).
  51. « Municipales à Rennes. Le soutien explicite de la députée européenne au candidat Charles Compagnon », Ouest-France, (consulté le ).
  52. « Municipales à Rennes. Bertrand Plouvier sera tête de liste LR », Ouest-France, (consulté le ).
  53. « Municipales 2020 à Rennes: Bertrand Plouvier ne sera pas candidat pour la droite », 20 Minutes, (consulté le ).
  54. « Municipales 2020 à Rennes : Les Républicains ne présenteront pas de candidat », 20 Minutes, (consulté le ).
  55. « Municipales à Rennes. Emeric Salmon sera le candidat du Rassemblement national », Ouest-France, (consulté le ).
  56. « Résultats des élections législatives 2017 - 1er circonscription », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  57. Yann-Armel Huet, « Municipales. Franck Darcel, guitariste de Marquis de Sade, candidat à la mairie de Rennes », Ouest-France, (consulté le ).
  58. « Rennes Bretagne Europe veut « réveiller la ville » », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. « Rennes : le PS va devoir composer avec les Verts », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. « Municipales 2020 à Rennes : Nathalie Appéré, ultra-favorite pour être réélue après son alliance avec les Verts », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).
  61. « Elections municipales 2020 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).