Élections législatives tongiennes de 2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique aux Tonga
Image illustrative de l'article Élections législatives tongiennes de 2010

Des élections destinées à élire les 26 membres d'une Assemblée législative (Fale Alea) réformée se sont tenues aux Tonga le . Bien que des scrutins de ce type se soient tenus depuis la fondation de l'État tongien moderne par la Constitution de 1875, celui de novembre 2010 sera en effet le premier à produire une assemblée dont la majorité des membres sont élus au suffrage universel direct par les citoyens. Ce vote constitue ainsi la mise en pratique des réformes démocratiques promises par le roi George Tupou V, qui renonce dans le même temps à la majeure partie de ses pouvoirs[1].

L'Assemblée existante, monocamérale, était jusqu'à présent composée de 30 membres, dont seuls 9 élus par les citoyens, 9 autres étant élus par (et parmi) trente-et-un membres de la haute noblesse, tandis que les 12 autres sièges étaient tenus par les dix membres du Conseil privé, et par deux gouverneurs régionaux siégeant ex officio. Suite aux réformes adoptées par le roi et l'Assemblée, cette dernière ne comptera plus que 26 membres, dont 17 élus par les citoyens ; la haute noblesse conserve le privilège d'élire les 9 autres. Le Premier ministre sera dorénavant élu par les députés (et non plus nommé par le roi), et exercera l'essentiel du pouvoir exécutif. Le souverain conservera néanmoins le pouvoir de dissoudre le gouvernement, et d'opposer son veto à la législation adoptée par le Parlement[1]. Mais il n'exercera l'essentiel de ses pouvoirs exécutifs qu'en accord avec les "conseils" du Premier ministre issu de la majorité parlementaire[2] ; en cela, la monarchie tonguienne adopte la convention constitutionnelle qui régit déjà les fonctions du monarque au Royaume-Uni, pays qui fut la source d'inspiration des institutions tonguiennes au XIXe siècle[3].

Le Premier ministre sortant, Feleti Sevele, quittait la politique et ne visait donc pas un nouveau mandat ; ces élections amèneraient donc à la désignation d’un nouveau premier ministre[4]. Finalement, le 21 décembre, après des semaines de discussions entre les députés, ce fut Lord Tu‘ivakano, un représentant de la noblesse, qui fut élu Premier ministre par ces derniers, avec quatorze voix contre douze pour le roturier et représentant du peuple ‘Akilisi Pohiva[5].

Origines[modifier | modifier le code]

George Tupou V, devenu roi en septembre 2006, était partisan d'une évolution des institutions vers la démocratie. Son père et prédécesseur Taufa'ahau Tupou IV avait déjà, en février, nommé Premier ministre Feleti Sevele, membre « modéré » du mouvement pro-démocratique, le premier roturier à occuper ce poste, jusque lors réservé aux membres de la famille royale et de la haute noblesse. En novembre 2006, des manifestations en faveur de la démocratie dégénérèrent en émeutes à Nukuʻalofa, faisant huit morts lorsque des émeutiers se retrouvèrent prisonniers d'un bâtiment qu'ils avaient incendié. Dès lors, la conduite des réformes s'accéléra. En 2008, le roi promit de se décharger de ses pouvoirs, et que des élections en 2010 marqueraient une transition démocratique. Malgré les pressions populaires, l'instauration de la démocratie est essentiellement perçue comme une initiative du monarque[3].

Peu avant l'élection, lors d'un entretien avec Radio Australia, George Tupou V expliqua que les nouvelles dispositions institutionnelles conservaient l'essence de la Constitution introduite par George Tupou Ier en 1875, tout en la modernisant pour répondre à la nécessité pour tout État du XXIe siècle d'être une démocratie[6].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Article principal : Partis politiques des Tonga.

La politique tongienne, jusqu’alors dominée par la noblesse, ne s'appuie pas traditionnellement sur des partis politiques. Avant l'élection, la principale organisation était le Mouvement pour les droits de l’homme et la démocratie[7]. En vue du scrutin, il constitua un Parti démocrate des Îles des Amis. Ce dernier indiqua que, s'il remportait l'élection, son président ‘Akilisi Pohiva deviendrait premier ministre et que celui-ci formerait le gouvernement. Il mettrait au clair les finances du royaume, trop opaques à ses yeux, et poursuivrait les réformes constitutionnelles en abolissant les sièges réservés à la noblesse au Parlement[8].

Sondages[modifier | modifier le code]

Un premier sondage, début novembre, indiqua que la préoccupation première des électeurs était l'économie - l'avenir des habitants, leur salaire, leur capacité à subvenir aux besoins de leurs enfants[9].

Un sondage quelques jours avant l'élection suggéra que les candidats des mouvements pro-démocratique pourraient peiner à obtenir suffisamment de sièges pour former une majorité parlementaire et constituer un gouvernement. Parmi les mieux connus de ces candidats, ‘Akilisi Pohiva et ‘Isileli Pulu, députés sortants, paraissaient nettement en tête dans leurs circonscriptions, mais d'autres tels Sitiveni Halapua ou Sangster Saulala semblaient n'arriver que deuxièmes. La Australian Broadcasting Corporation, commentant ce sondage, suggéra que les députés issus de la noblesse pourraient peut-être constituer une majorité avec des élus du peuple « connus pour être liés de près aux nobles », et qui semblaient avoir la faveur des électeurs dans certaines circonscriptions[2].

Pour autant, le Mouvement pour les droits de l’homme et la démocratie exprimait sa confiance, pensant remporter une majorité des dix-sept sièges ouverts aux élus du peuple[8].

Résultats[modifier | modifier le code]

Représentants du peuple & élection du premier ministre[modifier | modifier le code]

Les réformes ont créé dix-sept circonscriptions à siège unique, en lieu et place des cinq circonscriptions à sièges multiples utilisées lors des élections d'avril 2008. Dix de ces circonscriptions se trouvent à Tongatapu, trois à Vava'u, deux à Ha'apai, une à 'Eua et une aux Niuas[10],[11]. Il y eut au total 147 candidats[12].

Le Parti démocrate des Îles des Amis fut le grand gagnant des élections, remportant douze de ces dix-sept sièges. Parmi ses élus furent ʻAkilisi Pohiva, ʻIsileli Pulu, Sangster Saulala, Semisi Sika, Semisi Tapueluelu et Sitiveni Halapua. Les cinq autres sièges revinrent à des candidats sans étiquette[13],[14],[15].

Les représentants de la noblesse étant convenus qu'un représentant du peuple devait être Premier ministre, ʻAkilisi Pohiva apparaissait comme de loin le candidat le plus probable suite à l'annonce des résultats[13]. Les deux principaux autres prétendants au titre -le vice-Premier ministre sortant Viliami Tangi et l'ancien ministre de la Police Clive Edwards- avaient par ailleurs été battus dans leurs circonscriptions. N'étant plus députés, ils ne pouvaient prétendre à ce poste[16].

Des dissensions parmi les démocrates créèrent un temps d'incertitude, avant que la Parti démocrate ne déclare bénéficier du soutien de dix-huit députés, dont certains représentants de la noblesse[17].

L'élection du Premier ministre par le Parlement eut lieu le 21 décembre. Pohiva obtint douze voix, ceux des députés de son parti, tandis que les neuf nobles et l'ensemble des cinq roturiers sans étiquette, soit quatorze députés, soutinrent le noble Lord Tuʻivakano, qui devint donc Premier ministre, le premier de son pays à avoir été élu par le Parlement plutôt que nommé par le roi[5]. Ce résultat a été décrit comme une apparente « victoire pour les traditionalistes »[5] ; le journal australien The Age décrit Tuʻivakano comme étant un « conservateur »[18].

Liste complète des résultats par circonscription[19],[20]

Tongatapu 1

Candidat Parti Voix Pourcentage Résultat Remarques
Poutele Kaho Tuʻihalamaka 270
Soloni Lutui (non disponible)
ʻEliesa Fifita 38
ʻAkilisi Pohiva Parti démocrate des Îles des Amis 1657 réélu Député sortant.
Sione Keuate Tupouniua (non disponible)
Taniela Talifolau Palu 567
Siosifa Moala Taumoepeau 13
ʻInoke Fotu Huʻakau 105

Tongatapu 2

Candidat Parti Voix Pourcentage Résultat Remarques
Tevita Kaituʻu Fotu 49
Semisi Kioa Lafu Sika Parti démocrate des Îles des Amis 849 élu
Mele Teusivi ʻAmanaki Parti démocrate travailliste 65
Malia Viviena ʻAlisi Numia Taumoepeau 306
Sione Tuʻitavake Fonua Parti pour une Construction nationale durable 181
Semisi ʻUluʻave Mila 12
Siale ʻAtaongo Puloka 111
Sitafooti ʻAho 26
Viliami Taʻu Tangi 641 Vice-Premier ministre sortant.

Tongatapu 3

Candidat Parti Voix Pourcentage Résultat Remarques
Pesalili Kailahi 23
Sione ‘Uhilamoelangi Liava‘a 83
Betty Blake Parti démocrate travailliste 103
Falakiko Karl Taufaeteau 35
Viliami Takau 289
William Clive Edwards Parti démocrate populaire 681 Député sortant.
Ancien Ministre de la Police.
David Kaveinga Vaka 191
Semisi Nauto Tuapasi ‘Ata‘ata 12
Penisimani Vea 257
Sitiveni Halapua Parti démocrate des Îles des Amis 1047 élu

Tongatapu 4

Candidat Parti Voix Pourcentage Résultat Remarques
Tupou M. Loto‘aniu 74
‘Ahongalu Fusimalohi 223
‘Etuate ‘Eniti Sakalia 215
Mele Tonga Savea Linda Ma‘u 71
‘Etika Koka 302
Christopher Mafi 24
‘Isileli Pulu Parti démocrate des Îles des Amis 1274 élu Député sortant.

Tongatapu 5

Candidat Parti Voix Pourcentage Résultat Remarques
‘Ofa Tautuiaki 24
Sione Langi Vailanu 98
Siale Napa‘a Fihaki 302
Hekisou Fifita 285
‘Aisake Valu Eke sans étiquette 679 élu
Semisi Tongia 233
Sitiveni Takaetali Finau 46
Sione Tu‘alau Mangisi 116
Lopeti Senituli 155
Sateki Finau 4
Maliu Moeao Takai 616
Pita Ikata‘ane Finaulahi 19
Sione V. Loseli 238


liste à compléter

Représentants de la noblesse[modifier | modifier le code]

Les trente-quatre électeurs appartenant à la haute noblesse et ayant cette prérogative élisent, le même jour, leurs neuf représentants[21]. Trente-et-un de ces électeurs constituent la haute noblesse héréditaire, et pouvaient être élus par leurs pairs. Les trois autres sont des Law Lords (juges nommés par le roi à des titres de noblesse), auxquels un décret du 8 octobre 2010 accorde le droit de voter avec les nobles, mais pas le droit d'être parmi leurs élus[22].

Le taux de participation fut de 100 %. Les élus furent les suivants[23] :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) "Tonga: Power to the People", Sunday Star Times, 14 novembre 2010
  2. a et b (en) "Tongan monarch voices support for elections", Australian Broadcasting Corporation, 22 novembre 2010
  3. a et b (en) "King deserves praise for democracy boost", New Zealand Herald, 22 novembre 2010
  4. (en) "Tonga prepares for historic poll", Australian Broadcasting Corporation, 24 novembre 2010
  5. a, b et c (en) "Lord Tu'ivakano becomes new Tongan prime minister", BBC, 21 décembre 2010
  6. (en) "Tonga king backs electoral changes", ABC Radio Australia, 22 novembre 2010
  7. (en) "Tonga moves to greater democracy", ABC Radio Australia, 12 novembre 2010
  8. a et b (en) "Tonga's Human Rights and Democracy Movement confident", ABC Radio Australia, 22 novembre 2010
  9. (en) "Economy main concern for Tongan voters", ABC Radio Australia, 12 novembre 2010
  10. (en) "Tonga parliament votes on amended boundaries", Radio New Zealand International, 20 avril 2010
  11. (en) "Tonga’s pro-democracy movement hails assembly reform", Radio New Zealand International, 21 avril 2010
  12. (en) "147 candidates for November Election", Matangi Tonga, 22 octobre 2010
  13. a et b (en) "Strong showing for Tonga democrats in election", BBC, 26 novembre 2010
  14. (en) "Pro-democracy party in Tonga a big in winner general elections", Radio New Zealand International, 25 novembre 2010
  15. (en) "Veteran pro-democracy campaigner has major success in historic Tonga elections", Radio New Zealand International, 25 novembre 2010
  16. (en) "Tonga: Win boosts activist's PM hopes", New Zealand Herald, 26 novembre 2010
  17. (en) "New majority claim by Tonga Democrats", Radio New Zealand International, 15 décembre 2010
  18. (en) "Conservative is new PM", The Age, 22 décembre 2010
  19. (en) Résultats officiels à Tongatapu, Matangi Tonga
  20. (en) Résultats officiels dans le reste du pays, Matangi Tonga
  21. (en) "Election results to be announced at 169 polling stations", Matangi Tonga, 16 novembre 2010
  22. (en) "Law Lords vote for Nobles Reps", Matangi Tonga, 25 novembre 2010
  23. (en) "Vaea and Tu'ilakepa to enter House in Nobles seats", Matangi Tonga, 25 novembre 2010