Élections législatives togolaises de 2007

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives togolaises de 2007
81 députés
Type d’élection Législative
Corps électoral et résultats
Population 5 858 673
Votants 2 344 108
81 %
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Rassemblement du peuple togolais
Voix 922 636
39,36 %
Députés élus 50
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Union des forces de changement
Voix 867 507
37,01 %
Députés élus 27
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Comité d'Action pour la Renouveau (en)
Voix 192 618
8,22 %
Députés élus 4

Des élections législatives se sont déroulées le 14 octobre 2007 au Togo[1]. Près de 3 millions d'électeurs étaient appelés à élire 81 députés.

Organisation des élections[modifier | modifier le code]

Initialement prévu le 24 juin, elles ont été reportées une première fois au 5 août puis repoussées à une date indéterminée, en raison de problèmes techniques d'adaptation de kit de recensement électoral utilisé auparavant en République démocratique du Congo, selon Tozim Potopéré, président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni)[2].

Le gouvernement togolais et l'Union européenne ont signé le 2 août un mémorandum d’accord sur l’arrivée d’une mission européenne d’observation pour les élections législatives. La mission sera conduite par l’eurodéputée Fiona Hall[3].

Sur proposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et après consultation du Premier ministre et du président de l'Assemblée nationale, le président Faure Gnassingbé a signé le 30 août un décret dissolvant l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Administration territoriale, sur rapport de la CENI et par décret adopté en Conseil des ministres, a fixé la date des élections législatives au 14 octobre 2007. La campagne électorale était ouverte du 29 septembre au 12 octobre[4].

L'Organisation internationale de la francophonie (OIF), l'Union africaine et l'Union européenne a envoyé 3 500 observateurs internationaux, afin de superviser le scrutin[5].

Candidats[modifier | modifier le code]

L’ensemble des partis politiques a présenté 2 100 candidats pour briguer les 81 sièges à pourvoir. L’élection a lieu à la proportionnelle à la plus forte moyenne[1].

Déroulement du scrutin[modifier | modifier le code]

Tout comme la campagne électorale, le scrutin s’est déroulé le 14 octobre dans le calme[1].

Résultats et contestations[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a publié des résultats provisoires donnant la majorité absolue au Rassemblement du peuple togolais (RPT) avec 50 sièges, 27 à l’Union des forces de changement (UFC) et 4 au Comité d'action pour le renouveau (CAR). La Ceni a décidé le 21 octobre de ne pas publier les résultats complets des élections législatives en raison de plusieurs irrégularités constatées pendant les opérations de dépouillement à Lomé : la moitié des urnes ont été acheminées à la Ceni sans les scellés officiels réglementaires et des résultats ont été enregistrés dans des bureaux de votes ne figurant pas sur les listes officielles[6].

La Mission d’observation de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a déclaré le 15 octobre dans une déclaration lue par le chef de la mission Babacar Ndiaye à Lomé « qu’en dépit de quelques insuffisances notées ici et là, les élections législatives anticipées du 14 octobre 2007 ont été libres, justes et transparentes »[7].

L’Union des forces de changement (UFC) a dénoncé le 16 octobre de nombreuses irrégularités dans une lettre au président de la Commission électorale nationale indépendante Tozim Potopere[8]. Les deux représentants de l’UFC au sein de la Céni ont démissionné avant la proclamation des résultats[9]. Jean Claude Délava Kodjo, un des deux représentants, a ainsi déploré le fait qu’un « grand nombre » de bulletins de vote aient été annulés lors du dépouillement et que la proportion de bulletins nuls notés sur l’ensemble du territoire soit excessivement élevée[10].

La Cour constitutionnelle, après avoir examiné les recours déposés par différents candidats, a reconnu certaines irrégularités mais a estimé qu'elles n'étaient pas d'ampleur à invalider le vote pour les bureaux où elles ont été relevées. Elle a donc proclamé les résultats définitifs le 30 octobre[11]. Le président togolais Faure Gnassingbé a invité le 1er novembre, les acteurs politiques locaux à se « soumettre humblement au verdict des urnes » alors que l’Union des forces de changement (UFC) continue à dénoncer les irrégularités estimant que les résultats n’étaient « ni crédibles, ni acceptables » et que la Cour n’avait pas dit le droit[12].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des législatives togolaises de 2007[13]
Parti Votes % Sièges +/–
Rassemblement du peuple togolais (RPT) 922 636 40,19 50 Decrease2.svg 22
Union des forces de changement 867 507 37,79 27 Nv.
Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) 192 618 8,39 4 Nv.
Convergence patriotique panafricaine (CPP) 43 898 1,91 0 Nv.
Convention démocratique des peuples africains (CDPA) 38 347 1,67 0 Nv.
Parti pour la Démocratie et le Renouveau (PDR) 24 260 1,06 0 Nv.
Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) 23 254 1,01 0 Nv.
Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral ADDI 21 441 0,93 0 Nv.
Alliance Démocratique pour la Patrie ADP 15 444 0,67 0 Nv.
Parti Démocratique Panafricain PDP 14 141 0,62 0 Nv.
Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement MCD 12 741 0,56 0 Nv.
Union pour la démocratie et le progrès social UDPS 8 362 0,36 0 Decrease2.svg 2
Le Nid 8 269 0,36 0 Nv.
Union Populaire pour la République 7 814 0,34 0 Nv.
Alliance Togolaise des Démocrates 7 542 0,33 0 Nv.
Parti pour le Renouveau et la Rédemption 5 211 0,23 0 Nv.
Union des Démocrates Socialistes du Togo 4 229 0,18 0 Nv.
Mouvement de Jeunesse Togolaise 3 873 0,17 0 Decrease2.svg 2
Nouvelle Dynamique Populaire 3 536 0,15 0 Nv.
Mouvement des Républicains Centristes 3 157 0,14 0 Nv.
Coordination des Forces Nouvelles 2 170 0,09 0 Nv.
Mouvement des croyants pour l'égalité et la paix 1 718 0,07 0 Decrease2.svg 1
Regroupement des Forces Vives de la Jeunesse pour le Changement 1 550 0,07 0 Nv.
Parti d’Action pour le Changement au Togo 1 056 0,05 0 Nv.
Jeunesse et dignité 710 0,03 0 Nv.
Parti d'Union pour la Rénovation et le Développement 221 0,01 0 Nv.
Parti national de salut des travailleurs 140 <0,00 0 Nv.
Front africain pour la démocratie et le développement 114 <0,00 0 Nv.
Indépendants 59 614 2,60 0 Decrease2.svg 1
Votes blancs et invalides 180 836 7,30
Votes valides 2 295 573 92,60
Total 2 476 409 100 91 Steady.svg
Abstention 432 078 14,86
Nombre d'inscrits / participation 2 908 487 85,14

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Togo: premier scrutin pacifique depuis le processus démocratique, Afp, 15 octobre 2007
  2. Les législatives ont été reportées pour la seconde fois en l'espace de deux mois, Afp, 7 juillet 2007
  3. L'Union européenne enverra une mission d'observation électorale à Lomé, panapress, 2 août 2007
  4. L'Assemblée nationale dissoute et les législatives annoncées pour le 14 octobre, Xinhuanet, 31 août 2007
  5. Togo: 3.500 observateurs pour superviser le scrutin (législatives), AngolaPress, 24 septembre 2007
  6. Le résultat des élections togolaises différé pour irrégularités, Reuter, 21 octobre 2007
  7. CEDEAO: Les législatives au Togo sont "justes, libres et transparentes", Xinhuanet, 16 octobre 2007
  8. Togo: majorité absolue aux législatives pour le RPT, parti au pouvoir, Afp, 18 octobre 2007
  9. Élections: 49 députés RPT cooptés pour 21 députés UFC élus, Le Togolais.com 18 octobre 2007
  10. Le parti au pouvoir majoritaire aux législatives togolaises/ Des membres de la CENI se désolidarisent de ces résultats, Apa, 18 octobre 2007
  11. Législatives : la Cour constitutionnelle proclame les résultats définitifs, Xinhua, 30 octobre 2007
  12. Le président Gnassingbé invite au respect des résultats des législatives, Afp, 1er novembre
  13. Fichier des résultats