Élections législatives serbes de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives serbes de 2016
250 sièges de l'Assemblée nationale
Type d’élection Élections législatives
Aleksandar Vučić crop.jpg SNS – Aleksandar Vučić
Voix 1 823 147
48,25 %
Sièges obtenus 131
Ivica Dačić 2011.jpg SPS - JS – Ivica Dačić
Voix 413 770
10,95 %
Sièges obtenus 29
Vojislav Šešelj.jpg SRS – Vojislav Šešelj
Voix 306 052
8,10 %
Sièges obtenus 22
Sasa Radulovic Crop.jpg DJB – Saša Radulović
Voix 227 626
6,02 %
Sièges obtenus 16
Bojan Pajtić (2014).jpg DS – Bojan Pajtić
Voix 227 589
6,02 %
Sièges obtenus 16
Premier ministre
Sortant Élu
Aleksandar Vučić
(SNS)
Aleksandar Vučić
(SNS)

Les élections législatives serbes de 2016 se déroulent le [1]. Ce sont des élections législatives anticipées puisque l'Assemblée nationale, le Parlement monocaméral serbe, a été dissous le , c'est-à-dire deux ans avant le terme prévu de la Xe législature, par le président de la République, Tomislav Nikolić, sur la proposition du chef du gouvernement, Aleksandar Vučić, qui souhaite lui-même l'émergence d'une plus large majorité parlementaire pour favoriser le processus de réformes adaptées aux besoins du pays.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Les 250 membres de l'Assemblée nationale sont élus au scrutin proportionnel plurinominal : un parti, pour qu'il soit représenté au Parlement, doit obtenir au moins 5 % des voix.

Cependant cette barre de 5 % ne s'applique pas aux listes des partis représentants les minorités nationales et qui ont été reconnus comme tels à leur demande par la Commission électorale de la République (Републичка изборна комисија)[2].

La répartition des sièges repose sur la méthode d'Hondt.

En Serbie, une législature dure quatre ans, sauf si elle est abrégée par une dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le président du gouvernement sortant, Aleksandar Vučić, a été nommé après la large victoire de son mouvement, le Parti progressiste (SNS), dont est issu l'actuel chef de l'État Tomislav Nikolić, aux élections législatives du . Ce parti conservateur, nationaliste et pro-européen avait alors recueilli 48,35 % des voix, obtenant de ce fait une écrasante majorité de sièges à l'Assemblée nationale. Vice-président du gouvernement sortant, Vučić est alors chargé de la formation d'un nouvel exécutif par le président Nikolić ; il constitue alors un gouvernement de coalition avec le Parti socialiste (SPS) de l'ex-chef du gouvernement, Ivica Dačić.

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats définitifs[3]
Partis Voix % Sièges +/–
Aleksandar Vučić — La Serbie gagne
(SNSSDPSNSSPOPSPUPS)
1 823 147 48,25 131 en diminution 27
Ivica Dačić - SPS - JS - Dragan Marković Palma
(SPSZSJS-KP)
413 770 10,95 29 en diminution 15
Dr Vojislav Šešelj — Parti radical serbe 306 052 8,10 22 en augmentation 22
Ça suffit (en) 227 626 6,02 16 en augmentation 16
Pour une Serbie juste — Parti démocrate 227 589 6,02 16 en diminution 3
Dveri - DSS - Sanda Rašković Ivić - Boško Obradović
(Dveri-DSS)
190 530 5,04 13 en augmentation 13
Boris Tadić, Čedomir Jovanović - Alliance pour une meilleure Serbie
(LDPLSV)
189 564 5,02 13 en diminution 5
Alliance des Magyars de Voïvodine - István Pásztor 56 620 1,50 4 en diminution 2
Muamer Zukorlić - Union démocratique bosniaque 32 526 0,86 2 en augmentation 2
Parti d'action démocratique du Sandžak 30 092 0,80 2 en diminution 1
Verts de Serbie 23 890 0,63 1 en augmentation 1
Parti pour l'action démocratique 16 262 0,43 1 en diminution 1
Blancs et nuls 111 008 2,86
Total 250
Inscrits/participation 6 739 441 56,07

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le , le président de la République Tomislav Nikolić invite Aleksandar Vučić à former un gouvernement.

Le , Aleksandar Vučić annonce la liste des ministres de son second gouvernement.

Le , l'Assemblée nationale vote la confiance au gouvernement par 163 voix pour et 62 voix contre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]