Élections législatives péruviennes de 2020

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives péruviennes de 2020
130 sièges au Congrès
Corps électoral et résultats
Inscrits 24 812 087
Votants 18 369 088
74,07 %  +20,8
Votes blancs et nuls 3 570 709
Logo Acción Popular Peru.svg Action populaire
Voix 1 518 171
10,26 %
 +3,1
Députés élus 25  +20
Logo Podemos Perú.png Podemos Perú
Voix 1 240 716
8,38 %
 +8,4
Sièges obtenus 11  +11
Logo FREPAP.png Front populaire agricole
Voix 1 240 084
8,38 %
 +8,4
Députés élus 15  +15
Alianza para el Progreso Peru.svg Alliance pour le progrès (en)
Voix 1 178 020
7,96 %
Députés élus 22  +13
Logo del Partido Morado.svg Parti violet
Voix 1 095 491
7,40 %
 +7,4
Sièges obtenus 9  +9
Fuerza popular.svg Force populaire
Voix 1 081 174
7,31 %
 −29
Sièges obtenus 15  −58
Logo - Unión por el Perú.svg Union pour le Pérou
Voix 1 001 716
6,77 %
Députés élus 13  +13
Logo-frente-amplio.svg Front large
Voix 911 701
6,16 %
 −7,8
Sièges obtenus 9  −11
Logo Partido Democrático Somos Perú.svg Nous sommes le Pérou
Voix 895 700
6,05 %
 +6,1
Sièges obtenus 11  +11
Législature élue
Diagramme

Les élections législatives péruviennes de 2020 ont lieu de manière anticipée le afin d'élire les 130 députés du Congrès de la République du Pérou pour la période 2020-2021.

Le scrutin intervient dans le contexte d'un conflit très marqué entre le Parlement sortant, dominé par le parti fujimoriste Force populaire et le président Martín Vizcarra, qui, arrivé au pouvoir à la suite de la démission de Pedro Pablo Kuczynski, s'est lancé dans une vaste programme de réforme des institutions et de lutte contre la corruption. Les élections voient la défaite de Force populaire, qui perd sa majorité absolue au Congrès au profit de plusieurs partis centristes, avec lesquels Martín Vizcarra est jugé plus à même de composer pour poursuivre ses réformes.

Contexte[modifier | modifier le code]

Ces élections visent à élire de nouveaux députés devant mener à son terme la législature de cinq ans élue en 2016, du fait d'une importante crise politique ayant menée à la dissolution anticipée du Congrès sortant.

Élection et chute de Kuczynski[modifier | modifier le code]

Pedro Pablo Kuczynski en 2016

Lors des élections présidentielle et législatives de 2016, Pedro Pablo Kuczynski l'emporte de justesse au second tour avec 50,12 % des voix, tandis que le parti Force populaire de son opposante Keiko Fujimori obtient la majorité absolue au parlement. En tant que colistier de Kuczynski, Martín Vizcarra est élu premier vice-président.

Dès le début de son mandat, le président Kuczynski est confronté à des affaires de corruption qui provoquent la démission de plusieurs de ses conseillers[1]. Il est lui-même mis en cause, de même que Keiko Fujimori, dans l'affaire dite Odebrecht du nom de l'entreprise brésilienne de BTP, pétrochimie et armement accusée de corruption dans plusieurs pays du continent sud américain. S'il nie dans un premier temps toute connexion avec Odebrecht, Kuczynski est mis à mal par l'aveu de la part de l'ex président de celle-ci de versements de près de 5 millions de dollars à des sociétés de conseil qui lui sont liées entre 2004 et 2013, à une époque où il était ministre[2]. Alors que sa popularité tombe sous les 20 % d'opinions favorables, le congrès décide de mettre en œuvre une procédure de destitution à son encontre. La réussite de la procédure est alors considérée comme assurée, d'autant que les sondages d'opinion révèlent une majorité de péruvien en faveur de celle-ci[3]. Le , contre toute attente, l'opposition échoue cependant à réunir la majorité des deux tiers nécessaire, 79 parlementaires ayant votés pour, 19 contre et 21 s'étant abstenus[3].

Trois jours plus tard, le président Kuczynski gracie l'ancien président Alberto Fujimori, ce qu'il s'était engagé à ne pas faire durant la campagne présidentielle. Président autoritaire de 1990 à 2000 ayant dû fuir le pays, Fujimori était mis en cause par la justice péruvienne dans des tueries perpétrées sous prétexte d'opérations de contre-guérilla. Cette décision provoque de vives critiques, notamment de la part des familles des victimes. Kuczynski est alors soupçonné d'avoir monnayé cette grâce contre un vote contre sa destitution auprès de députés de l'opposition fujimoriste[4]. Si la grâce est finalement cassée par la justice le 3 octobre, la perte de confiance envers le président est sévère. Les ministres de la culture et de la défense démissionnent, tandis que plusieurs députés quittent le parti au pouvoir. Enfin, l'opposition rend publiques des vidéos attestant de l’achat des voix de plusieurs députés lors du vote[5],[6].

Une seconde procédure de destitution est entre-temps lancée, pour un vote prévu le . Assuré de perdre, Kuczynski démissionne la veille[7].

Présidence de Vizcarra[modifier | modifier le code]

Martín Vizcarra en 2018.

En tant que premier vice-président, Martín Vizcarra prête serment et entre en fonction deux jours plus tard, le temps de revenir du Canada où il était ambassadeur.

Lutte contre la corruption[modifier | modifier le code]

Auparavant ministre des Transports et des Communications de 2016 à 2017, Vizcarra avait notamment hérité de la gestion du projet de construction de l'aéroport international de Chinchero, concerné par d'importantes accusations de pots-de-vin. Il met fin à plusieurs contrats et lance une enquête par l'office des contrôles, gelant l'avancée du projet dans l'intermède. Ces actions lui valent une vive opposition des forces fujimoristes, et le parlement le fait longuement comparaître. Vizcarra finit par démissionner à la mi-2017 et prend le poste d'ambassadeur au Canada, s'éloignant de la vie politique péruvienne. Le contrôleur général met peu après en accusation dix élus mêlés à la construction de l'aéroport[8].

Rapidement, Vizcarra fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, déclarant lors de sa prise de serment qu'« il y en a assez » de la corruption dans le pays.

Scandale et effondrement de l'appareil judiciaire[modifier | modifier le code]

Au Pérou, le conseil national de la magistrature (CNM) est chargé de nominer, approuver et démettre les juges et procureurs péruvien.

Au cours de l'année 2018, le pouvoir judiciaire est cependant entaché de scandales de corruption qui le discrédite auprès de la population. Des écoutes téléphoniques de plusieurs juges très haut placés permettent en effet de mettre à jours leur implication dans plusieurs trafics de drogues, la réception de pots-de-vin, ainsi que du trafic d'influence[9].

Parti d'une enquête sur le transit d'importantes quantités de drogue vers l’extérieur du pays via le port de la ville de Callao, les écoutes de lignes téléphoniques liées aux personnes impliquées sont mises en place sans que les autorités connaissent alors l'identité de tout leurs propriétaires, qui se révèlent pour certains être des magistrats situés au plus haut niveau de la hiérarchie judiciaire péruvienne. Sont notamment arrêtés le président de la cour supérieure de justice de la ville, Walter Ríos, ainsi que l'un des membres de la Cour suprême nationale, César José Hinostroza[9].

L'un des enregistrements en particulier voit ce dernier proposer en échange d'argent de réduire la sentence ou voire de déclarer innocent l'auteur d'un viol contre une enfant de onze ans[10],[9]

Au fur et à mesure que l’enquête s'étend, impliquant des membres du congrès et d'importants hommes d'affaires, celle-ci finit par atteindre des membres du conseil national de la magistrature, jetant le doute sur la crédibilité de ses nominations et menant à l'arrêt de ses activités. La situation jette alors « le chaos dans l'appareil judiciaire tout entier ». Plusieurs juges présentent leurs démissions tandis que d'autres sont suspendus ou inculpés[11]. Le président du CNM démissionne, suivi de son remplaçant trois jours seulement après sa prise de fonction, tandis que le ministre de la justice Salvador Heresi lui-même est démis de ses fonctions par le président Vizcarra. Le , le pouvoir judiciaire péruvien se déclare en état d'urgence pour 90 jours, et Vizcarra convoque le Congrès pour suspendre tous les membres du Conseil national de la magistrature, constatant que « Le système judiciaire s'est effondré et (...) ce problème ne date pas d'aujourd'hui, il est structurel ». Ses chances d'obtenir le vote au congrès d'une réforme par référendum sont à l'époque jugées minces[12].

Projet de référendum[modifier | modifier le code]

Le , il appelle à un référendum national pour déraciner la corruption dans le pays, proposant d'interdire le financement privé des campagnes électorales et la possibilité pour les députés de se représenter à un deuxième mandat, de réformer le Conseil national de la magistrature ainsi que de créer une seconde chambre appelée Sénat afin de rendre le parlement bicaméral. Lors du discours pour la fête de l'indépendance, le premier depuis son investiture quatre mois plus tôt, il déclare « Mon gouvernement fait le pari résolu de renforcer l'ensemble de l'État afin de vaincre les mafias criminelles et corrompues qui se nourissent de notre pays »[...]« Nous avons besoin de l'avis de tous les citoyens. C'est pourquoi nous sommes convaincus qu'un référendum est une bonne chose pour la santé de notre démocratie »[13].

Vizcarra obtient le soutien de plusieurs associations. Transparency International se réjouit notamment de la proposition, déclarant qu« il s'agit d'une très importante opportunité, qui se détache des autres entre autres parce que le président semble sincèrement impliqué »[14]. Le journal The Economist titre quant à lui « L'homme providentiel »[15]

Duel avec le congrès[modifier | modifier le code]

L'opposition fujimoriste se montre rapidement frileuse, Keiko Fujimori appelant à la réflexion pour des changements de cette nature, et la proposition reste lettre morte près d'une quarantaine de jours. Vizcarra a alors recourt début septembre à la convocation d'une session extraordinaire du parlement, sa proposition et son gouvernement devant faire l'objet d'un vote de confiance. Dans le cas d'un vote négatif, un précédent gouvernement ayant déjà été censuré sous Kuczynski, le président serait alors en droit de convoquer des élections anticipées, ce qu'il menace publiquement de mettre en œuvre[16],[17]. Des manifestations ont lieu dans la capitale Lima, appelant à la démission du procureur général, à la dissolution du parlement, et à la mise en place d'une assemblée constituante[18].

Face à ces menaces, le congrès s'incline finalement, et approuve le projet. Dans les semaines qui suivent, une commission parlementaire vote une par une la mise à référendum des propositions. La réforme du Conseil national de la magistrature est approuvée à l'unanimité le , suivie le de celle du financement des campagnes électorales, puis le 29 septembre par 14 voix pour, 6 contre et 2 abstentions du retour à un système bicaméral. La non réélection des parlementaires est votée en dernier. Le parlement parvient cependant à amender plusieurs dispositions, notamment concernant le passage au bicaméralisme[19],[20] Le , le congrès vote par 105 voix sur 130 la tenue du référendum sur ces quatre questions le [21]. Selon les sondages, plus de 70 % des Péruviens approuveraient les amendements[22].

Adoption du référendum[modifier | modifier le code]

Le , un référendum, symboliquement organisé lors de la Journée internationale contre la corruption, voit la victoire des projets portés par le président Vizcarra et le rejet de celui dont la modification par le congrès avait entraîné le retrait de son soutien. L'ampleur des écarts des voix est largement perçu comme une victoire pour le président, le congrès ayant pour sa part été « sévèrement puni » par les Péruviens. N'étant pas arrivé au pouvoir par les urnes, Martín Vizcarra obtient surtout du scrutin une réelle légitimité populaire, au-delà des seules enquêtes d'opinion. Selon ces dernières, 76 % des Péruviens approuvent alors son action à la présidence[23]. Sont ainsi adoptés la limitation du nombre de mandats (un pour les parlementaires et le président et les vice-présidents), de même que les réformes de la justice et du financement des partis.

Fort de ce soutien, il juge le référendum comme n'étant que la première étape dans la lutte contre la corruption qu'il compte continuer à mener[24],[25]. Le , il créé une Haute commission pour la réforme politique composée d'académiciens et chargée de présenter sous deux mois des propositions de réforme du système politique , jugé comme « l'étape suivante » après la réforme du système judiciaire[26].

Poursuite des tensions et dissolution du Parlement[modifier | modifier le code]

Le , il propose d'avancer les élections générales à en échange d'une réforme constitutionnelle[27].

Le , Vizcarra annonce la dissolution du Congrès et la tenue d'élections législatives anticipées pour le , faute d'être parvenu à un accord avec l'opposition sur le mode de désignation des juges au Tribunal constitutionnel ; en réaction, le Congrès vote sa suspension pour un an et désigne la vice-présidente Mercedes Aráoz pour assurer l'intérim. Cependant, les chefs de la police et de l'armée, de même que les gouverneurs et l'association des maires, maintiennent leur allégeance à Vizcarra[28], qui a aussi limogé le président du Conseil des ministres et est soutenu par des milliers de manifestants[29]. Le syndicat des entrepreneurs accuse quant à lui le président de « violation de la Constitution »[30]. Le lendemain, Mercedes Aráoz démissionne de ses fonctions de vice-présidente[31].

Le , Vizcarra annonce que la crise politique a été « surmontée »[32]. Cependant, le , le président de la députation permanente, Pedro Olaechea, dépose un recours devant le Tribunal constitutionnel pour contester la dissolution du Congrès[33]. Le recours est rejeté le [34].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Salle du Congrès.

Le Congrès de la République est un parlement unicaméral doté de 130 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal dans 26 circonscriptions électorales plurinominales correspondant aux 24 départements et 2 provinces du pays. Les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt à tous les partis ayant franchis le seuil électoral de 5 % des suffrages exprimés au niveau national, ou obtenus au moins sept sièges dans une seule circonscription lors de la répartition initiale au quotient simple[35]. Les électeurs ont également la possibilité d'effectuer jusqu'à deux votes préférentiels pour des candidats de la liste choisie afin de faire monter leurs place dans celle-ci[36],[37],[38].

Le congrès élu en 2020 ne l'est cependant que pour un an, les élections ayant été convoquées de manière anticipée. La constitution péruvienne tend en effet vers l'organisation simultanée des élections législatives et présidentielles. De même qu'un président ne pouvant terminer son mandat est remplacé par son vice-président jusqu'au terme de son mandat, un congrès dissout de manière anticipée voit celui suivant assurer la durée restante du mandat de la législature initiale. Des élections générales réunissant présidentielle et législatives sont ainsi organisées comme prévu en 2021, cinq ans après les précédentes.

Le vote est obligatoire de 18 à 70 ans. Hormis les cas d'élections législatives anticipées, les élections ont traditionnellement lieu en avril pour une mise en place de la nouvelle législature en juillet[38]. Depuis le référendum de décembre 2018, les règles sur le financement privé des partis politiques et des campagnes électorales de leurs candidats ont été considérablement durcies, dans le but de lutter contre la corruption des élus[9]. De même, les parlementaires n'ont dorénavant plus le droit d'effectuer un second mandat consécutif, une disposition qui s'appliquait déjà au président de la République[9]. L'une des propositions du référendum prévoyait également le passage à un parlement bicaméral, mais celle-ci a été rejetée par les électeurs. L'enregistrement des listes des partis souhaitant participer au scrutin a lieu du 7 octobre au 6 novembre 2019[39].

Forces en présences[modifier | modifier le code]

Principales forces politiques
Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2016
Force populaire
Fuerza Popular (FP)
Droite à extrême droite
National-conservatisme, libéralisme économique, anticommunisme
Keiko Fujimori 36,3 % des voix
73 députés
Front large
Frente Amplio (FA)
Gauche
Démocratie directe, écosocialisme, anticapitalisme, Bolivarisme, féminisme
Marco Arana Zegarra 13,9 % des voix
20 députés
Alliance pour le progrès
Alianza para el Progreso (APP)
Centre droit à droite
Libéralisme économique, conservatisme sociétal, populisme
César Acuña 9,2 % des voix
9 députés
Action populaire
Acción Popular (AP)
Centre à centre droit
Humanisme, réformisme, nationalisme civique, libéralisme
Javier Alva Orlandini 7,2 % des voix
5 députés
Parti violet
Partido Morado (M)
Centre
Troisième voie, républicanisme, réformisme
Julio Guzmán Nouveau
Union pour le Pérou
Unión por el Perú (UPP)
Extrême gauche à extrême droite
Ethnocacérisme, populisme
Esther Capuñay Absent
Front populaire agricole
Frente Popular Agrícola del Perú (Frepap)
Droite chrétienne
Fondamentalisme chrétien, catholicisme social, nationalisme, écologisme, agrarisme, conservatisme sociétal
Ezequiel Ataucusi Absent
Podemos Perú (PP) Droite
Libéralisme économique, conservatisme sociétal
José Luna Nouveau
Nous sommes le Pérou
Somos Perú (SP)
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme sociétal
Patricia Li Sotelo En coalition

Campagne[modifier | modifier le code]

Electeurs consultant les listes électorales en Callao.

La campagne électorale est marquée par de nombreux incidents et irrégularités, venant généralement des milieux fujimoristes[40].

Au cours d’un débat télévisé, un candidat du parti de droite Solidarité nationale offre un morceau de savon à son adversaire. Le geste est aussitôt dénoncé comme une attaque raciste visant sa couleur de peau, ce qui provoque l'intervention du jury national des élections, demandant aux candidats de proscrire tout acte, parole ou geste offensant[40].

Des vidéos et articles discriminatoires ou diffamatoires sont massivement relayés sur les réseaux sociaux. Ainsi, Solidarité nationale est contraint de supprimer une vidéo dans laquelle il comparait ses adversaires de gauche avec des groupes terroristes. De nombreuses fausses informations sont également diffusées : opposée à une politique visant à promouvoir l'égalité entre les sexes, une candidate fujimoriste accuse l’école d’enseigner aux petites filles la masturbation comme moyen d’émancipation[40].

En outre, de faux sondages plaçant les partis de droite en tête des intentions de vote sont diffusés par ces derniers sur les réseaux sociaux afin de créer la perception d'une victoire assurée, les véritables sondages étant interdits au cours de la période de campagne électorale[40].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats préliminaires des législatives péruviennes de 2020[41],[42]
Congreso Perú 2020.svg
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Action populaire 1 518 171 10,26 Increase2.svg 3,06 25 Increase2.svg 20
Podemos Perú 1 240 716 8,38 Nv 11 Increase2.svg 11
Front populaire agricole 1 240 084 8,38 Nv 15 Increase2.svg 15
Alliance pour le progrès (en) 1 178 020 7.96 Decrease2.svg 1,27 22 Increase2.svg 13
Parti violet 1 095 491 7,40 Nv 9 Increase2.svg 9
Force populaire 1 081 174 7,31 Decrease2.svg 29,03 15 Decrease2.svg 58
Union pour le Pérou 1 001 716 6,77 Nv 13 Increase2.svg 13
Front large 911 701 6,16 Decrease2.svg 7,78 9 Decrease2.svg 11
Nous sommes le Pérou 895 700 6,05 Nv 11 Increase2.svg 11
Ensemble pour le Pérou 710 462 4,80 Nv 0 Steady.svg
Parti populaire chrétien 590 378 3,99 Nv 0 Steady.svg
Démocratie directe 543 956 3,68 Decrease2.svg 0,65 0 Steady.svg
Pérou libre 502 898 3,40 Nv 0 Steady.svg
Alliance populaire révolutionnaire américaine 402 330 2,72 Nv 0 Decrease2.svg 5
En avant le pays 373 113 2,52 Nv 0 Steady.svg
Pérou patrie sûre 350 121 2,37 Nv 0 Steady.svg
Allez Pérou 311 413 2,10 Nv 0 Steady.svg
Renaissance nationale unie 265 564 1,79 Nv 0 Steady.svg
Solidarité nationale 221 123 1,49 Nv 0 Steady.svg
Nation Pérou 206 128 1,39 Nv 0 Steady.svg
Avec vous 158 120 1,07 Nv 0 Steady.svg
Votes valides 14 798 379 80,56
Votes blancs 432 071 2,35
Votes nuls 3 138 638 17,09
Total 18 369 088 100 - 130 Steady.svg
Abstention 6 442 999 25,93
Inscrits/participation 24 812 087 74,07

Conséquences[modifier | modifier le code]

Parti arrivé en tête par départements.

Le scrutin donne lieu à un fort recul des fujimoristes, dont le parti Force populaire perd la majorité absolue, en faveur de plusieurs partis principalement centristes qui composent un parlement sans majorité mais avec lesquels Vizcarra est jugé plus à même de composer pour poursuivre ses réformes[43],[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. gestion.pe, « Comisión de Fiscalización visitará a PPK por caso del ex asesor Carlos Moreno », Gestion,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2016).
  2. « Pérou: menacé de destitution, le président Kuczynski se défend au Parlement », sur fr.news.yahoo.com (consulté le 17 février 2020)
  3. a et b Marie Delcas, « Pérou : le président Kuczynski évite la destitution », lemonde.fr, 22 décembre 2017.
  4. « Au Pérou, 230 auteurs signent un manifeste contre la grâce de l’ex-président Fujimori », sur Le Monde, (consulté le 6 janvier 2018).
  5. « Un juge péruvien annule la grâce accordée à l'ex-président Fujimori et ordonne son arrestation - France 24 », sur France 24 (consulté le 4 octobre 2018).
  6. « Pérou : proche de la destitution, le président Pedro Pablo Kuczynski démissionne », sur Le Monde, (consulté le 21 mars 2018).
  7. « Pérou: la démission de Kuczynski acceptée », sur Le Figaro (consulté le 23 mars 2018).
  8. (es) Rocío la Rosa Vásquez, « Martín Vizcarra renuncia al MTC tras dejar sin efecto contrato de Chinchero », El Comercio,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2018).
  9. a b c d et e (en) Holly K. Sonnel, « Update: Peru Prepares to Vote on Anti-Corruption Reform », sur as-coa.org (consulté le 17 février 2020)
  10. Simeon Tegel September 13 et 2018, « In Peru, an Accidental President Moves Against Corruption », sur www.americasquarterly.org (consulté le 17 février 2020)
  11. (en) Mike LaSusa, « Peru's Judicial Corruption Scandal, Explained », sur insightcrime.org, (consulté le 17 février 2020)
  12. « Pérou: des réformes et un référendum annoncés contre la corruption de la justice », sur RFI, (consulté le 17 février 2020)
  13. (en) Peru president proposes referendum on political, judicial reform Reuters
  14. (en) Simeon Tegel, « Corruption scandals have ensnared 3 Peruvian presidents. Now the whole political system could change. », sur The Washington Post, (consulté le 17 août 2018).
  15. (en) Peru’s providential president The Economist
  16. (en) Peru's President Vizcarra in standoff with Congress Aljazeera
  17. (en) Peruvian lawmakers approve referendum on anti-corruption reform Reuters
  18. « Peru: Protesters Demand President Close Congress, Hold Referendum », sur Stratfor (consulté le 17 février 2020)
  19. (en) Peru's Congressional Commission Approves Bicameral Legislative System Telesur
  20. (en) Peru's Congress backs referendum after threat of closure Washington Post
  21. « Pérou-Référendum le 09/12 sur des réformes politico-judiciaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 17 février 2020)
  22. Peru: Congress Approves Anti-Corruption Reforms for Referendum
  23. (es) « Martín Vizcarra es aprobado por el 76% en CADE », sur El Comercio Perú, (consulté le 17 février 2020)
  24. Exit polling indicates Peruvians vote to fight corruption
  25. (es) « Peruanos dan una aplastante victoria a Vizcarra y castigan al Congreso », sur Gestión, (consulté le 17 février 2020)
  26. (es) « Gobierno oficializa creación de la Comisión de Alto Nivel para la Reforma Política », sur El Comercio Perú, (consulté le 17 février 2020)
  27. « Pérou : le président propose des élections anticipées pour sortir de la «crise institutionnelle» », sur FIGARO (ISSN 0182-5852, consulté le 30 juillet 2019).
  28. Le Monde avec AFP, « Bataille politique au Pérou, entre un Parlement dissous et un président suspendu », sur Le Monde.fr, .
  29. « Pérou: le Parlement dissous, le président suspendu de ses fonctions - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 1er octobre 2019).
  30. « Le président péruvien consolide son pouvoir », sur lematin.ch/ (consulté le 1er octobre 2019).
  31. (es) « Renuncia Mercedes Aráoz a la vicepresidencia de Perú », sur CNN, .
  32. « Pérou: la crise politique a été surmontée, déclare le président », sur LExpress.fr (consulté le 5 octobre 2019)
  33. « Peru lawmaker files last-ditch legal appeal over Congress closure », sur U.K. (consulté le 11 octobre 2019)
  34. (en) « Peru constitutional court says Vizcarra’s closure of congress was legal », sur www.jurist.org (consulté le 16 janvier 2020).
  35. (es) « ResoluciónN.°015-2011-JNE », sur cdn.www.gob.pe (consulté le 1er février 2020).
  36. Inter-Parliamentary Union, « IPU PARLINE database: PEROU (Congreso de la República), Texte intégral » (consulté le 5 octobre 2019)
  37. « Peru: Leyes Electorales / Electoral Laws » (consulté le 5 octobre 2019)
  38. a et b « Decreto Ley » (consulté le 5 octobre 2019)
  39. Empresa Peruana de Servicios Editoriales S. A. EDITORA PERÚ, « Publican resolución del JNE sobre elecciones al Congreso del 26 de enero del 2020 » (consulté le 5 octobre 2019)
  40. a b c et d « Législatives au Pérou: la campagne émaillée d'incidents et d'irrégularités », sur RFI,
  41. (fi) « Tumblr », sur reniecdigital.tumblr.com (consulté le 9 janvier 2020).
  42. « Presentación de Resultados 2020 », sur resultados.eleccionescongresales2020.pe (consulté le 27 janvier 2020)
  43. « Législatives au Pérou: claque pour le fujimorisme, vers un Parlement éclaté », sur lepoint.fr, (consulté le 27 janvier 2020).
  44. « Au Pérou, Martin Vizcarra a désormais les mains libres pour mener sa politique », sur www.lesechos.fr (consulté le 31 janvier 2020).